22.1 C
Zaragoza
21.7 C
Huesca
23.1 C
Teruel
26 mayo 2024

Paúl Alonso Gómez : “J’ai littéralement réussi à transformer ce qui était un hobby et une passion en un travail”

Après avoir travaillé pour de nombreuses entreprises nationales et internationales de haut niveau, Paúl Alonso Gómez, directeur marketing d’Eboca, raconte à Go Aragón son expérience en tant que pilote de drone de course FPV et cofondateur d’une société de production qui réalise toutes sortes de vidéos à l’aide de drones.

Il s’agit de l’une des innovations les plus récentes dans le monde du tournage et du pilotage de drones. Paul est passionné par le monde du marketing et de l’automobile, et a réussi à combiner ces deux passions à la perfection. Après avoir travaillé pour des entreprises telles que Danobatgroup, Podoactiva ou ELT, Paúl combine son travail de directeur marketing chez Eboca avec un autre de ses grands rêves, sa société de production de vidéos par drone.

Motorsport, RestArts Studio ou Spicy Works sont quelques-unes des sociétés de production avec lesquelles Paúl travaille. S’il est vrai qu’il réalise toutes sortes de films par drone (vidéos d’entreprise, vidéos pour les influenceurs, photographie par drone…), il est également vrai que sa spécialité, ce sont les événements automobiles.

Dites-nous, qu’est-ce que le tournage avec un drone FPV et dans quels domaines s’applique-t-il ?

Filmer avec des drones FPV diffère de filmer avec des drones traditionnels principalement en raison du dynamisme et aussi de ce que les images transmettent en termes de mouvement, de vitesse, etc. Normalement, avec un drone stabilisé, on obtient des plans plus statiques, c’est-à-dire d’autres types de plans qui sont plus proches des plans cinématographiques que nous avons normalement à l’esprit.

Avec les drones FPV, bien qu’il y ait aussi une partie de vol cinématographique, ce qui est transmis, c’est beaucoup de vitesse, beaucoup de mouvement et beaucoup d’adrénaline. Ce genre de sensations est difficile à transmettre avec d’autres types d’appareils.

“LES IMAGES RÉALISÉES AVEC DES DRONES FPV SONT ENCORE SURPRENANTES, ET SELON LA MANIÈRE DONT VOUS VOLEZ ET LE TYPE DE MOUVEMENT QUE VOUS EFFECTUEZ, CES TYPES D’IMAGES SURPRENNENT DAVANTAGE LE SPECTATEUR, ELLES LUI DONNENT UNE POUSSÉE D’ADRÉNALINE”.

Et la vérité, c’est qu’à l’heure actuelle, les drones sont utilisés dans à peu près tous les domaines. Ces derniers temps, les gens ont vu de nombreux films sortis récemment au cinéma, y compris bien sûr le dernier film Fast and Furious, dans lequel ces drones sont utilisés. Il existe des drones FPV de différentes tailles, et certains sont capables de transporter des caméras. Ils sont donc utilisés pour ce genre de scènes d’action où le réalisateur veut transmettre quelque chose d’autre, par exemple un peu plus d’adrénaline, de mouvement, un peu plus de tension. C’est à cela qu’ils servent principalement.

interview-with-paul-alonso-pilote-de-drone

D’où vient votre passion pour ce type de tournage ?

Eh bien, je pilote des avions depuis l’âge de 10 ou 12 ans, je ne sais plus exactement, mais ça fait longtemps. Après avoir piloté des avions, j’ai découvert un beau jour les drones, et j’ai aussi découvert un peu plus tard que l’on pouvait enregistrer et que l’on pouvait réaliser des choses vraiment cool avec eux. J’ai alors commencé à enregistrer, j’ai commencé à enregistrer pour moi, de manière personnelle.

Et il s’est avéré que tout cela a évolué et que les sociétés de production ont commencé à s’intéresser à ce type d’outils pour produire du contenu. En fin de compte, tout cela a été une évolution très naturelle, c’est-à-dire qu’en fin de compte, vous êtes l’un des premiers dans ce monde, vous commencez à voler, vous commencez à essayer de nouvelles choses et ainsi de suite. Puis, le moment venu, si vous êtes au bon endroit, on vous appelle, on vous appelle parce qu’on se dit “Qui fait ça ? Certaines personnes ont donc de la chance, parce qu’il est évident que c’est une chance d’avoir commencé au bon moment et d’avoir été là où il fallait être quand tout cela a commencé à frapper durement.

J’ai littéralement réussi à transformer ce qui était un hobby et quelque chose qui me passionnait en un travail que j’ai réussi à rendre rentable, même si je ne sais pas si cela sonne bien. En fin de compte, le matériel coûte beaucoup d’argent et, évidemment, en cas de coup dur, les choses se cassent et doivent être réparées. Alors, bon, pouvoir l’utiliser comme un travail plutôt que comme un hobby qui consomme de l’argent, c’est vraiment bien, pour être honnête. Et puis, surtout, il faut aimer faire quelque chose qui nous passionne.interview-with-paul-alonso-pilote-de-drone

Votre vaste portfolio montre que vous êtes l’un des meilleurs pilotes de drone FPV dans le domaine de la course automobile en Europe, qu’est-ce que cela signifie pour vous sur le plan professionnel ?

Eh bien, sur le plan professionnel, c’était une satisfaction pour commencer, et pour continuer avec une grande responsabilité. Au début, c’était relativement simple parce que nous n’étions que quelques-uns, et petit à petit, nous avons dû affiner notre technique, notre style, nos types de drones, etc. Mais bien sûr, il y a de plus en plus de monde et il faut être de plus en plus performant parce que l’industrie l’exige.

Voyons, vous pensez qu’en tant que passionné d’automobile, mais aussi du monde de l’audiovisuel et du marketing, j’avais dans ma tête des gens qui étaient des références pour moi, tant dans la création de contenu audiovisuel comme Horacio Cabilla, de la société de production Restars, que d’autres collègues que je peux maintenant appeler des amis. Pour moi, avoir un point de référence, quelqu’un que j’admire et qui devient ensuite mon ami, mon partenaire, quelqu’un avec qui je travaille main dans la main, ça ne se paie pas avec de l’argent.

Selon vous, en tant qu’expert, quelle est la valeur ajoutée que l’enregistrement avec des drones FPV apporte aux événements dans le monde du sport automobile?

Comme je l’ai déjà dit, c’est précisément le fait de pouvoir transmettre au spectateur des sensations et des sentiments qu’il n’aurait pas été aussi facile de transmettre autrement. Pourquoi ? Eh bien, nous sommes très habitués à voir des images avec une caméra dans la main, nous sommes très habitués à voir d’autres types d’images, mais les images avec des drones FPV sont encore surprenantes, et en fonction de la façon dont ils sont pilotés et du type de mouvement effectué, ces types d’images surprennent davantage le spectateur, ils produisent une poussée d’adrénaline.

“LA PRINCIPALE DIFFÉRENCE EST QUE NOUS DISPOSONS D’OUTILS POUR RÉALISER CE TYPE D’ENREGISTREMENTS DANS LE DOMAINE DU SPORT AUTOMOBILE, QU’IL S’AGISSE DE VOITURES OU DE MOTOS”.

Il ne s’agit pas d’en faire trop, car bien sûr, une fois que le contenu est surfait, il n’attire plus l’attention. Mais la possibilité de combiner des séquences filmées par des drones avec d’autres séquences filmées par des caméras portatives, etc. est une valeur ajoutée. En ce sens, certains monteurs sont des artistes et parviennent même à vous faire pleurer après avoir regardé une vidéo.

En fin de compte, c’est une forme d’expression, je veux dire, par exemple, que si vous me donnez une caméra à main, je tournerai certains plans mais je ne m’approcherai pas du tout de ce que mes collègues caméramans tournent. Pour moi, les drones sont mon outil pour m’exprimer, tout comme mes collègues avec une caméra à main sont capables d’obtenir des plans et de réaliser des choses que je n’approcherais pas parce que ce n’est pas ma méthode, c’est vrai qu’avec un drone je peux m’exprimer et je peux faire des choses qui transmettent.

Quand il s’agit de choisir les projets dans lesquels vous vous lancez, qu’est-ce qui vous fait choisir certains projets plutôt que d’autres ?

C’est compliqué la vérité, en ce moment, bien sûr, nous sommes beaucoup plus sélectifs quand il s’agit de travailler, et nous cherchons un résultat qui, par exemple, quand on débute, n’est pas si exquis. Je pense que l’on devient plus exigeant au fur et à mesure que l’on évolue, c’est pourquoi nous recherchons actuellement des projets plus importants. Pas en termes de taille, mais par exemple en ce qui concerne le type de voitures que nous filmons, ou le type de plans que nous allons obtenir en raison de l’environnement dans lequel nous filmons.

Ce n’est pas la même chose de filmer une voiture normale sur un circuit auquel nous sommes habitués, entre guillemets, que de filmer une voiture de 1 200 chevaux sur le même circuit, qui va très vite tout le temps, et qui fait d’autres types de mouvements. Donc, oui, nous devenons un peu plus exigeants sur les projets que nous choisissons en fonction des résultats que nous allons obtenir.

“IL Y A UN AN, AVEC MONSTER, NOUS AVONS ENREGISTRÉ QUELQUE CHOSE QUI N’AVAIT JAMAIS ÉTÉ ENREGISTRÉ AUPARAVANT, NOUS SOMMES ENTRÉS DANS L’HISTOIRE”.

Nous, dans ce cas je parle de Spicy Works, la principale différenciation est que nous avons des outils que d’autres n’ont pas pour faire ce type d’enregistrements de sport automobile, aussi bien pour les voitures que pour les motos. Nous avons donc essayé de nous spécialiser dans ce type de contenu, bien sûr nous faisons toutes sortes de contenu, mais nous essayons de nous assurer que notre travail et ce pour quoi nous sommes connus est ce type de travail lié à des événements de sport automobile.

 

Selon vous, quels sont les projets les plus importants auxquels vous avez participé au niveau international ?

En tant que pilote, le projet le plus important au niveau international est celui que nous réalisons au Qatar avec la société de production RestArts Studio, située à Barcelone. Il s’agit de la société de production d’Horacio Cabilla, dont j’ai déjà parlé.

Nous nous rendons généralement au Qatar pour y filmer le championnat du monde de rallye et la coupe du monde Asie-Moyen-Orient. Nous avons également filmé dans la partie inférieure du Qatar, en particulier une autre course d’orientation dans le désert qatari. Ce sont là quelques-uns des plus grands projets auxquels j’ai participé au niveau international.

Nous avons filmé quelque chose qui n’avait jamais été filmé auparavant, nous sommes entrés dans l’histoire en quelque sorte. Nous avons enregistré à Courchevel, dans les Alpes françaises. Nous avons pris deux voitures de course, nous les avons placées sur les pistes de ski et c’était un projet fou, c’était plutôt “le projet fou”. Imaginez deux voitures de course sur les pistes de ski, d’ici au sommet, en passant par l’aéroport de Courchevel, etc. C’était vraiment fou.

C’est quelque chose qu’on ne voit pas tous les jours et qu’on ne verra plus jamais parce qu’ils ne l’autorisent plus. Et c’est précisément une autre chose qui vous donne une certaine satisfaction, que vous disiez, “eh bien, j’étais là, dans quelque chose qu’on ne verra plus jamais”.

De plus, dans ce type de défi extrême, lorsqu’une entreprise ou quelqu’un y parvient, en l’occurrence Monster, Red Bull ne va pas lui courir après pour faire la même chose, bien sûr, mais ils essaient de se battre l’un l’autre, mais dans des domaines différents, bien sûr.

 

Parlez-nous un peu des derniers projets auxquels vous avez participé.

Les derniers grands projets liés à des événements de sport automobile concernent Volrace et Drift Spain, le championnat espagnol de drift. Je sais que bientôt, cet été, ils vont présenter quelques projets très intéressants, mais je ne pourrai pas vous en parler avant septembre ou octobre, c’est certain.

Que pouvez-vous nous dire sur votre relation avec le monde du marketing?

J’ai été impliqué dans le monde du marketing presque toute ma vie. J’ai commencé par le côté commercial chez Danobat, puis j’ai rejoint les départements marketing des entreprises. Je m’intéresse beaucoup plus au marketing et à la communication. Ce que l’on raconte, comment on le raconte, comment on le transmet, comment on entretient l’image d’une marque, etc. J’ai toujours aimé cela.

Plus tard, j’ai essayé de l’associer à la photographie et à la vidéo, la partie audiovisuelle, qui a toujours été une autre de mes passions. C’était donc une évolution très naturelle, c’est-à-dire très naturelle dans le sens où vous savez ce que vous aimez, ce que vous voulez, et vous essayez de réunir ces éléments.

C’est souvent compliqué, mais comme je l’ai dit, il était clair pour moi que je pouvais utiliser un côté pour l’autre et vice versa, c’est-à-dire que je pouvais utiliser mes compétences en photographie et en vidéo à l’avantage de l’entreprise pour laquelle je travaillais. Et en même temps, l’entreprise me donnait l’occasion d’apprendre, d’être capable de gérer une marque, etc. C’est donc une relation symbiotique très intéressante qui s’est créée.

En plus de diriger une société de production vidéo avec des drones FPV, vous êtes également directeur marketing d’Eboca. Comment parvenez-vous à combiner les deux emplois?

Avec beaucoup d’efforts, parce que, eh bien, être le directeur du marketing d’une entreprise implique beaucoup de responsabilités. Il faut être conscient de beaucoup de choses, et si vous combinez cela avec quelque chose qui est votre passion, alors logiquement c’est deux fois plus de travail. Que se passe-t-il ? Pour moi, la partie gestion du marketing chez Eboca est quelque chose qui me comble de manière brutale.

L’équipe que nous avons est excellente. Notre président, Raúl Benito, est quelqu’un qui comprend parfaitement qu’une personne peut avoir son travail, mais aussi sa passion. Et bien, en plus de tout ça, ma passion, je peux l’utiliser en faveur de mon travail, donc disons que ça boucle le cercle, et je pense personnellement que tout le monde devrait avoir une passion à développer en dehors de l’entreprise, parce que ça permet de se ressourcer.

Donc quand je pars en voyage d’enregistrement, par exemple sur un événement, qui est généralement le week-end, j’y vais, j’enregistre, et je fais beaucoup d’heures. Il est vrai que je reviens brisé, mais je reviens plein d’énergie. Cette énergie, je la consacre à mon travail de responsable marketing chez Eboca.

Et puis, je voudrais souligner encore une fois que nous avons une équipe formidable, évidemment je ne suis pas seule, parce que je ne serais pas valable toute seule. C’est grâce à cette bonne équipe et à notre capacité à travailler ensemble aussi bien que nous le faisons que les choses avancent.

L’un des derniers projets sur lesquels vous travaillez à Eboca est la nouvelle collection de lunettes de cinéma en collaboration avec le centre commercial Puerto Venecia, et cette collaboration a également donné lieu à un court-métrage en collaboration avec Brusau Films. Comment cette idée est-elle née?

Chez Eboca, les lunettes sont l’un des éléments les plus importants de notre communication. Elles sont aussi importantes que notre styliste Sheila, qui conçoit environ 350 lunettes différentes par an, de sorte que de nombreuses personnes souhaitent collaborer avec nous. Nous cherchons toujours des moyens pour que les clients d’Eboca, nos amateurs de café, puissent apprendre quelque chose de plus. Nous n’aimons pas apposer une marque sur nos tasses. En fait, si vous regardez toutes les tasses qui sont sorties, il n’y a jamais eu de marque.

L’idée est que, même si quelqu’un vous engage, tous nos gobelets ont un plus, et en ce moment, la campagne qui circule est celle de Brusau Films. Brusau nous a contactés, nous a dit qu’ils voulaient faire quelque chose avec nous et finalement, après beaucoup de réflexion, nous avons réussi à définir le court-métrage.

Disons que ce court-métrage est la conséquence de tout notre travail, car chacun des 7 verres conçus pour chaque jour de la semaine comporte une série de films cachés. Les clients qui tiennent le verre dans leurs mains peuvent accéder à un questionnaire par le biais d’un code QR, y répondre et gagner des places de cinéma sponsorisées par Puerto Venecia. Il s’agissait donc d’une collaboration à trois qui visait à donner un plus à nos verres et à nos clients.

Tout au long de votre carrière, vous avez construit une marque personnelle très forte. Quelles sont les implications de cette marque lorsqu’il s’agit de gérer les relations avec les clients ?

Je me souviens que les gens ont commencé à parler de marque personnelle lorsque j’étais déjà dans le monde du marketing, au moment où les réseaux sociaux ont fait leur apparition. La marque personnelle ? Eh bien, nous sommes chacun comme nous sommes, donc ce que j’essaie de faire, c’est avant tout d’être une bonne personne, et que ce que je fais n’ait pas d’influence négative sur la personne à côté de moi.

Quelles sont les répercussions de tout cela ? Eh bien, je pense que chaque pas que je fais, j’essaie de le faire de manière positive. En fin de compte, ceux d’entre nous qui se déplacent dans le monde entier savent déjà de quoi il s’agit et comment cela fonctionne. Quelqu’un a un projet, un budget ou vous demande un budget, et le client sait s’il veut un résultat ce qu’il doit payer, en ce sens ce n’est pas très compliqué.

Questions hors caméra:

Quel est votre coin préféré en Aragon?

Ibón de Plan (Huesca)

Et un restaurant à ne pas manquer?

Casa Falceto (Coscojuela de Sobrarbe)

ARTICLES CONNEXES

Subscribe
Notify of
guest
0 Comments
Inline Feedbacks
View all comments

ARTICLES CONNEXES

0
Would love your thoughts, please comment.x
()
x