5.4 C
Zaragoza
4.7 C
Huesca
-1.4 C
Teruel
6 diciembre 2021

Peter Lozano (Imascono) : “L’offre virtuelle a été la campagne la plus rentable à Saragosse”

L’entreprise aragonaise Imascono propose depuis dix ans des solutions de réalité étendue et a développé des services pour Telefónica, Adidas, Disney, Samsung, Carrefour, entre autres grandes entreprises. Avec l’un de ses associés, Pedro Lozano, nous analysons la croissance de l’entreprise, la situation de la numérisation, de l’innovation et de l’entrepreneuriat en Espagne et la concurrence par rapport à d’autres pays.

Il y a quelques jours, vous avez reçu le prix ADEA de l’entrepreneur de 2020… Que signifie cette reconnaissance alors que vous avez créé Imascono il y a plus de 10 ans avec votre associé Héctor Paz ?

J’ai eu de la chance car je me considère comme un entrepreneur de sang, je suis né avec cet esprit dès mon plus jeune âge. Finalement, le chemin nous a menés à cette aventure commune avec mon partenaire, que nous avons commencée très jeunes, en 2008. J’ai d’abord commencé à titre individuel à l’âge de 21 ans jusqu’à ce qu’Héctor Paz nous rejoigne avec la réalité augmentée. Ce prix clôt le cycle de ce que l’on peut considérer comme un entrepreneur dans la phase initiale. Je dis toujours que les cinq premières années sont plutôt destinées aux entrepreneurs et les cinq suivantes aux hommes d’affaires. Il est essentiel de toujours conserver cet esprit jeune et entrepreneurial, car dans un monde aussi changeant, soit vous avez cette mentalité, soit vous allez être laissé de côté.

Imascono fêtera sa première décennie en 2021. À l’époque, le développement actuel de la réalité augmentée et virtuelle était impensable. Comment avez-vous perçu ce potentiel ? Comment se sont déroulés les premiers pas ?

Il était clair que la digitalisation devenait plus présente avec tout le développement d’Internet, principalement. Quand on mise sur l’innovation, il est très difficile de prévoir où le chemin va aller, et justement, cela a été l’une des clés du succès d’Imascono, l’adaptabilité de notre entreprise. La vision a toujours été d’unifier le design et la technologie, et ces deux valeurs avec lesquelles nous avons commencé appliquées au secteur textile continuent d’être le noyau et la partie la plus importante de l’entreprise. La réalité augmentée, qui était la technologie pour laquelle nous avons opté au départ, n’a pas connu la croissance exponentielle escomptée et nous nous sommes tournés vers d’autres technologies telles que la réalité virtuelle, que nous avons intégrée par la suite. Grâce au développement d’applications qui résolvaient différents problèmes, nous avons connu une croissance très importante. Notre objectif a toujours été d’être en avance sur le marché, une innovation qui comporte toujours des risques, mais nous nous sommes bien adaptés aux tendances.

En quoi consiste le travail d’Imascono ?

C’est difficile à décrire avec des mots. Nous sommes un studio de technologies créatives spécialisé dans la réalité étendue, qui englobe la réalité augmentée, virtuelle et mixte. Nous développons des solutions et des produits de pointe pour aider les entreprises dans leur transformation numérique. Nous avons réalisé, par exemple, des applications mobiles dans le domaine de la vente au détail, comme le projet Torre Outlet. Mais nous avons également été mandatés pour des projets numériques dans lesquels nous ne sommes pas impliqués, mais les clients viennent nous voir avec des propositions que nous pouvons prendre en charge en raison de notre capacité technocréative.

Depuis le début, vous vous êtes beaucoup concentrés sur les projets de commerce de détail et de marketing. Avec quels secteurs travaillez-vous ?

Les deux principaux secteurs sont le marketing et la formation, qui sont tous deux transversaux à toutes les entreprises. Nous appliquons ces deux domaines globaux dans les environnements publicitaires, les entreprises de télécommunications, comme Telefónica, ou le secteur vétérinaire et sanitaire, qui est l’un des secteurs dans lesquels nous travaillons le plus. Également dans le secteur de la vente au détail, où, à une époque où il y a une guerre entre le numérique et le physique, nous proposons des expériences qui peuvent inciter les utilisateurs à venir dans des espaces physiques. Nous avons également développé des projets éducatifs et de formation pour différents secteurs.

Quels projets développez-vous pour le secteur vétérinaire et de la santé ?

Des expériences de marketing visuel pour des événements et des foires, avec lesquelles ils parviennent à attirer l’attention des utilisateurs pour vendre leurs produits. Nous avons développé des apps qui facilitent ou optimisent le contact entre les vétérinaires et les consommateurs. Par exemple, une application qui, à travers une expérience en 3D, montrait aux propriétaires de chiens comment certaines maladies affectaient leur animal afin de comprendre le problème et, grâce aux produits de l’entreprise, de voir comment le résoudre. Les besoins du client étaient stockés dans le CRM de l’entreprise et des informations en temps réel étaient disponibles sur les maladies du chien, les consultations nécessaires, etc.

À Saragosse, vous êtes devenu massivement connu pour avoir réalisé l’Offrande virtuelle à la Virgen del Pilar en 2020. Avez-vous le sentiment d’être plus connu pour votre travail en dehors de l’Aragon que chez vous ?

On dit toujours que nul n’est prophète en son pays. Il est vrai que dans les premières années de l’entreprise, nous avions une projection plus externe et internationale. Bien que Saragosse soit le marché test, l’Aragon n’est généralement pas la région où l’innovation est la plus promue. Généralement, c’est à Madrid que se trouvent les sièges des grandes entreprises, qui sont celles qui ont le plus d’argent pour acquérir ces technologies, même s’il est vrai qu’elles se sont démocratisées et sont plus accessibles aux autres entreprises. Lorsque vous avez un portefeuille de clients qui vous ont fait confiance, il est plus facile de revenir chez vous, également parce que d’autres entreprises voient des exemples de réussite et décident de parier sur ce qu’elles n’osaient pas faire auparavant. Nous travaillons avec BSH depuis 2015, et ces deux dernières années, nous avons eu une croissance très importante en Aragon. L’offre virtuelle a été la cerise sur le gâteau et nous a mis sur le marché aragonais de manière très importante.

Imascono

Pensez-vous qu’il est plus difficile d’innover en Aragon ?

Il y a peu d’encouragement à prendre des risques et à faire les choses différemment, ce que nous exigeons de l’Association des jeunes entrepreneurs d’Aragon (AJE), dont je suis le président. Dans d’autres cultures, comme aux États-Unis, l’innovation est davantage encouragée. On dit souvent que l’innovation coûte cher, mais ce qui coûte cher, c’est de ne pas innover, car vous serez distancé et vous perdrez des parts de marché. Qu’est-ce qui est cher ou qu’est-ce qui est bon marché ? L’important est de savoir quels sont vos objectifs et comment la technologie peut vous aider à les atteindre. L’offre virtuelle a été la campagne de marketing la plus rentable de la mairie de Saragosse et c’est grâce à un projet innovant. Nous avons été la première ville d’Espagne à éviter l’annulation de la fête patronale de la ville.

Vous avez voyagé aux États-Unis en 2014 avec l’application éducative Chromeville, qui vous a conduit dans la Silicon Valley. Comment les Espagnols sont-ils perçus aux États-Unis en ce qui concerne l’esprit d’entreprise ?

Ce sont des cultures très différentes. Là-bas, nous vivons dans des gens qui se lancent dans les affaires et c’est une société beaucoup plus rapide et plus directe. Cela a coïncidé avec le boom de l’entrepreneuriat pendant la crise, ce qui, à mon avis, a été une erreur des politiques espagnols. Le fait de miser sur le fait que les gens se sont lancés par nécessité et non par conviction. Je devrais encourager l’entrepreneuriat et je dis toujours le contraire, parce que l’entrepreneuriat par nécessité est une erreur très grave. À cette époque, les entreprises numériques ont commencé, préoccupées par

Aux États-Unis, elles ont des années-lumière d’avance et ici nous sommes à la traîne. Là-bas, elles se sont orientées vers des entreprises qui avaient une croissance importante en termes d’acquisition d’utilisateurs, alors qu’ici, en Espagne, elles recherchaient la rentabilité à court terme, ce qui est très difficile pour les jeunes entreprises. Ce qui est intéressant, c’est de trouver un terrain d’entente entre les États-Unis et l’Espagne. Les entreprises qui mènent la transformation numérique sont des entreprises américaines et chinoises. Soit nous sommes capables de promouvoir cette culture, soit il est très difficile de se battre avec ces marchés. Il doit y avoir une stratégie européenne pour être compétitif sur un marché mondial dans lequel nous faisons face à des puissances qui multiplient leur talent juste par la surface et les habitants.

Chromville est l’un des projets qui a été le plus enrichissant pour vous. Quel est le niveau de numérisation de l’école et pourquoi n’atteint-il pas les niveaux américains ?

La volonté d’innovation des États-Unis se traduit par des faits plus concrets, comme la numérisation de l’enseignement. Déjà en 2014, il y avait là-bas des écoles qui nous ont étonnés, où chaque enfant avait une tablette avec un nom et un prénom, elles étaient 100% digitalisées. Cet engagement pour l’avenir nous a permis d’avoir une part de pénétration plus importante aux États-Unis, qui est toujours la même aujourd’hui : 75 % de nos utilisateurs et téléchargements de Chromeville proviennent des États-Unis, alors qu’au début, nous étions autour de 90 %. Cela montre combien d’années-lumière d’avance nous avons dans ce domaine. L’éducation en Espagne compte de nombreux acteurs : différentes institutions, des centres, des enseignants, des éditeurs, des parents… et tout doit être réuni. Ici, nous avons eu une pénétration grâce à ces enseignants précurseurs qui, grâce à leurs appareils mobiles, ont incorporé Chromeville dans leurs écoles. La crise de la santé a entraîné une accélération brutale dans de nombreux domaines, et nous espérons que ce changement de cap en termes de numérisation est là pour durer.

Est-ce une question de culture ou d’économie ?

C’est ce que nous avons dit précédemment, ce qui est cher et ce qui est bon marché. Les États-Unis sont une culture qui a généré un système commercial que beaucoup d’autres nous envient, même avec les problèmes de monopole qu’ils rencontrent. Les plus grandes entreprises technologiques sont Apple, Microsoft, Facebook… Des géants américains qui couvrent des modèles abyssaux. Dans le cas de la réalité augmentée, Apple a acheté en 2015 la plus grande entreprise qui était allemande et l’a fermée. Et ce talent et cette connaissance sont allés chez Apple, et maintenant l’équipe est dans une entreprise américaine. L’économie est importante, c’est une question de taille et d’argent.

Les grandes entreprises comme Jeff Bezos pensent à l’échelle mondiale, pas à l’échelle d’un pays. Dans l’UE, nous semblons penser localement.

Il s’agit de générer des écosystèmes, mais le défi devrait être de générer un écosystème européen, une stratégie européenne. En tant qu’Espagne, nous ne pouvons pas rivaliser avec les grandes puissances. Cette union nous permettrait d’avoir une plus grande unité économique.

Comment Imascono se positionne-t-elle au niveau international ?

Nous avons une vision technologique du produit, mais notre activité et notre durabilité ont été obtenues grâce aux services. Notre internationalisation s’est faite à travers le seul produit que nous avons développé en profondeur, Chromeville, et grâce à lui, nous avons fait connaître l’entreprise, et d’autres tiers ont voulu développer des projets comme le nôtre. Nous avons créé des projets pour des entreprises américaines, en Corée du Sud, en Hollande… Le produit est ce qui vous aide à vous différencier, mais le service est ce qui nous a aidés à survivre pour que nous puissions nous concentrer sur le produit. Se concentrer sur le produit est un défi beaucoup plus complexe.

Quel produit innovant allez-vous lancer prochainement ?

Depuis 2019, nous travaillons sur un avatar virtuel, un produit développé par nos soins. En 2020, nous aurons fini de l’établir, c’est un produit qui fonctionne très bien. Toujours pendant le covid, nous avons développé des produits comme des espaces virtuels qui ont apporté des solutions pour la santé et la médecine, ou des agences de publicité internationales.

ARTICLES CONNEXES

Subscribe
Notify of
guest
0 Comments
Inline Feedbacks
View all comments

VOUS POURRIEZ ÊTRE INTÉRESSÉ PAR

0
Would love your thoughts, please comment.x
()
x