21.2 C
Zaragoza
16.4 C
Huesca
19.1 C
Teruel
23 julio 2024

Mariano Lavida: “Le jeu de cartes est l’objet idéal pour la magie”

Mariano Lavida, magicien professionnel, se consacre exclusivement à la magie des cartes. C’est la branche qui correspond le mieux à sa philosophie: simplicité dans la façon de vivre, transparence et désir de générer l’impossible. Sa vie est faite de nombreuses expériences : un voyage seul avec un jeu de cartes, quatre ans isolé de la société, coanimateur d’une émission de Boing, des tournées à n’en plus finir…

Je voulais vous parler de la dernière en date : comment s’est déroulé le festival de magie d’Orés ?

Très bien. C’est l’un des festivals les plus beaux et les plus importants d’Aragon, et il est même pertinent au niveau national. Il arrive souvent que les festivals de magie soient organisés en pensant aux magiciens. Ils ont un peu un rôle de congrès. D’autres fois, les festivals sont organisés exclusivement à l’intention d’un public profane.

Celui d’Ores s’adresse exclusivement aux spectateurs. Il en existe d’autres, comme celui de Tamarite de Litera ou celui de Saragosse. À Tamarite, ils font des choses pour les magiciens. En outre, au lieu de durer trois jours comme c’est habituellement le cas dans un festival, il ne dure qu’une journée, qui est un samedi très intense. Il y a des spectacles de rue, des spectacles sur la place, des spectacles sur scène, des spectacles de grande illusion… une variété infinie de spectacles.

Chaque année, ils font venir des artistes différents, et ils respectent très bien une partie de la magie, ce que je fais, que l’on appelle la magie rapprochée, simplement parce qu’ils utilisent de petits objets. Ores est un endroit merveilleux. Tous les habitants du village sont bénévoles et ce sont eux qui se produisent au festival. J’ai donné quatre spectacles de magie rapprochée avec des cartes pour plus de 55 personnes, car les quatre spectacles étaient complets.

Qu’y a-t-il de si spécial dans le fait de se produire dans des villages ?

Je travaille professionnellement dans le domaine de la magie des cartes depuis dix ans. Derrière ce que je fais, il y a donc non seulement le fait de vivre de ma discipline artistique, mais aussi une partie de ma mission personnelle et intransmissible : la magie des cartes, qui est un art très ancien et que, malheureusement, très peu d’entre nous, qui se consacrent exclusivement à cet art, connaissent en direct.

Je consacre ma vie à étudier la partie la plus vraie et la plus profonde de la magie et à la partager. Cette magie, lorsque je l’enseigne et la montre en direct, 99% de la population la voit pour la première fois, ce qui vous est arrivé. Ils avaient fait des tours pour vous, mais vous avez vu cette magie et vous vous êtes dit : “C’est la même chose avec les cartes, mais ça n’a rien à voir”.

J’étudie une branche de la magie qui remonte à de nombreuses années et qui essaie de faire un impossible très puissant. Ce n’est pas une simple émotion passagère, c’est quelque chose qui vous secoue. L’idée est que cette magie, que je suis malheureusement le seul à pratiquer en Aragon, soit vécue dans les villages. Pas seulement dans les théâtres, ce que je fais depuis de nombreuses années. Tout le village vient et tout le monde participe. Le sentiment généré est très familier.

Et 99 % des gens le voient pour la première fois. Au XXIe siècle, quelque chose que nous voyons pour la première fois, alors que nous sommes habitués à tout savoir, est incroyable. J’aime aussi beaucoup ce sentiment de nouveauté. Il y a des gens qui viennent de ville en ville pour me revoir et qui aiment tellement la magie des cartes parce que c’est comme une drogue quand c’est bien fait et en direct.Mariano Lavida

Quand avez-vous commencé à vous intéresser à la magie ?

Quand j’étais très jeune, à partir de huit, neuf ou dix ans, je faisais des petits tours de magie. Je n’ai jamais eu de boîte Borras, mais c’est vrai que je lisais beaucoup de livres. Mais j’ai aussi écrit de la poésie, écrit des chansons et chanté des chansons, joué de la guitare et du piano, chanté du rap, écrit des romans et de la poésie, fait du cirque, fait des monologues… c’est-à-dire que j’ai touché à toutes les branches de l’art.

J’ai grandi avec toutes les disciplines artistiques. À un moment donné, vers dix-neuf ou vingt ans, je me suis dit : “Je vais en choisir une et je vais me concentrer sur l’une d’entre elles”. J’hésitais entre le roman, l’écriture ou la magie et j’ai choisi la magie, parce que vous avez un jeu de cartes dans votre poche et que je peux faire un spectacle pour vous ou pour deux ou trois cents personnes n’importe où.

La magie communique quelque chose de très puissant qui est l’impossible, et cela me semble bestial. Aucun art ne vous fait ressentir l’impossible. En outre, la magie à l’intérieur est une pure communication, et l’amour de ma vie est la communication. En fait, j’ai même créé une méthode de communication appelée communication attrayante, qui est ma méthode personnelle, que j’utilise pour faire mes spectacles de magie.

Pourquoi la magie avec des cartes et pas avec d’autres objets ?

En magie, le jeu de cartes est comme l’objet le plus pur, le plus propre et le plus beau par excellence. Il possède un certain nombre de qualités exceptionnelles qui en font l’objet parfait pour la magie. Tout le monde possède un jeu de cartes à la maison. Vous en avez plus d’un à la maison et vous savez ce que c’est que de mélanger. Dès que vous me voyez avec un jeu de cartes et que je fais des miracles, vous comprenez parfaitement que ces miracles ne peuvent pas être parce que vous savez qu’il n’y a pas de technologie à l’intérieur.

Plus l’objet est normal, mieux c’est. Si l’on sort une boîte, qu’un lapin en sort et que le lapin se transforme en colombe, je la couvre et je mets un tissu dessus. Vous dites : “D’accord, mais laissez-moi avoir le tissu et laissez-moi mettre ma main dans la boîte, parce que je ne sais pas ce que c’est”. Premièrement, deuxièmement, avec un jeu de cartes, on peut faire tous les effets de la magie : divinations, transformations, prédictions, disparitions, apparitions…

Vous avez coprésenté l’émission de Boing “Wooala !” pendant deux ans. Comment s’est passée cette expérience?

Très agréable. Je pense que la télévision est un merveilleux moyen de communication, comme la radio, comme la presse…, comme tout ce qui permet de multiplier la communication humaine. Dans mon cas, j’ai travaillé pendant deux ans pour Mediaset España. L’impact a été incroyable. Les gens me rencontraient dans la rue, m’arrêtaient, me demandaient des autographes, des photos…

Après cela, vous vous êtes retiré pendant un certain temps pour vivre à l’écart du monde. Était-ce une décision mûrement réfléchie ou un moment qui a fait tilt dans votre tête ?

C’était un moment de folie. Je travaillais depuis deux ans à Madrid. J’ai ensuite passé un an à Saragosse. Nous faisions de grandes tournées dans toute l’Espagne. À un moment donné, ma vie s’est déroulée entre les camionnettes et les loges. Je me souviens de quelques mois consécutifs d’une très grande tournée, au cours de laquelle nous faisions cinq ou six concerts par semaine.

J’en suis arrivé à un point où j’ai pété les plombs. Je suis sorti d’un spectacle et j’ai dit : “C’est fini, je romps mon contrat, je ne peux plus faire ça”. J’étais très jeune, je sortais de cinq ou six années de folie. Un jour, à la maison, à quatre ou cinq heures du matin, j’ai dit: “Soit je vais vivre dans les montagnes, soit je vais voir un psychologue”. J’ai tapé sur Google “location, maison, montagne” et la première maison qui est apparue, j’ai cliqué dessus, j’ai attendu jusqu’à huit heures du matin, je l’ai appelé et je lui ai dit de réserver la maison.

J’ai complètement disparu, j’ai tout coupé et je suis parti pendant une année entière dans un village, tout seul. Ce village était un village de bergers. Je suis allé dans la brousse, j’ai marché, j’ai lu des livres… Et j’ai tellement aimé cette expérience de ne rien faire que je l’ai prolongée pendant quatre ans. Je suis resté de 2018 à 2022, quatre ans sans rien faire. Je n’étais pas seulement dans les Pyrénées, mais j’étais dans des endroits qui avaient disparu, je lisais des livres et je me promenais.

Comment se sont passées ces quatre années ?

Elles ont été incroyables, car j’ai découvert l’envers du décor. J’ai découvert que la réalité de la vie humaine n’est pas seulement le fait d’être en société toute la journée, de faire des choses. Nous vivons plus dans le faire et l’avoir que dans l’être. Au cours de cette saison, j’ai compris qu’il était très important d’être dans l’être lorsque l’on est seul.

Je suis sortie du système pendant quatre ans. En fait, lorsque je suis revenu après 1460 jours, j’ai remarqué une grande différence, car je vivais dans la partie la plus fondamentale de l’existence, c’est-à-dire écouter les oiseaux le matin, me lever lorsqu’il fait jour, manger lorsque j’ai faim et dormir lorsque j’ai sommeil. J’étais dans la vraie partie de la vie, qui est la nature, qui a son propre rythme.

J’ai vécu le passage des saisons pendant quatre ans. Le passage des saisons, ce n’est pas : “C’est déjà l’été ou c’est déjà l’hiver”. Si vous allez dans la nature, la première feuille est tombée, quelques autres sont tombées, l’automne arrive, la couleur des paysages sur les pentes des montagnes change. Il y avait un endroit très sauvage dans les Pyrénées : la vallée d’Aisa. C’est la vallée la moins touristique des Pyrénées mais l’une des plus belles.

Imaginez ce que j’ai appris avec le berger transhumant. Le berger m’a appris à connaître la direction des nuages, à savoir qu’un oiseau ou un arbre est un putain de miracle, parce qu’il est nourri par une boule de feu là-haut. J’en suis venu à la philosophie de base avec laquelle les Grecs ont commencé, les présocratiques avec leurs premières questions existentielles dont il y a beaucoup à douter ici.

Quand avez-vous décidé de revenir ?

Nous avons décidé de revenir en 2022, après avoir vécu cette expérience pendant quatre ans, avec la ferme conviction que je devais raconter l’histoire. Je ne sais raconter les choses qu’à travers mon objet chéri, qui est mon jeu de cartes. J’ai donc décidé de partir en tournée. J’ai utilisé l’effet de l’impossible dans la magie des cartes pour vous rappeler que vous vivez entourés de mystères et que je peux vous faire des miracles artistiques avec un jeu de cartes, mais que vous vivez entourés de miracles naturels.

Je vais de village en village pour le dire. Non seulement cela, mais dans un village, quelque chose nous arrive et je le raconte dans le village suivant. Ce que j’apprends à un endroit, je le raconte à un autre. Disons que je suis comme un vieux poste, comme un Instagram analogique avec des jambes, et que ce que je vis, je le transmets d’un endroit à l’autre comme un ménestrel.Mariano Lavida

Pourquoi êtes-vous le seul magicien des cartes en Aragon ?

Parce que c’est une discipline très complexe. C’est très complexe d’être un magicien de cartes à plein temps. Je veux dire par là que vos spectacles ne sont que de la magie des cartes. Pourquoi ? Tout d’abord, parce que l’objet étant très petit, il ne donne pas grand-chose. Ce qui l’est, c’est la capacité de communication dont vous disposez pour faire ressentir aux autres l’expérience de l’impossible.

La magie des cartes est très complexe. Premièrement, elle est techniquement très difficile, et deuxièmement, il est très difficile de faire vivre à deux, trois ou cinq cents personnes l’expérience de l’impossible simplement au moyen de la magie des cartes. Cela ne dépend pas des cartes, mais de vos compétences en matière de communication. En Espagne, nous avons l’un des meilleurs magiciens des cartes : Juan Tamariz. Il y a très peu de références.

Il faut y consacrer toute sa vie. Tout le monde n’est pas prêt à le faire. Du moment où je me lève au moment où je me couche, pendant 25 ans, je n’ai rien fait d’autre qu’étudier la magie des cartes, lire, apprendre, voyager, vivre… en ne pensant qu’au spectacle. Si j’ai un salut dans ma vie, c’est ma profession. La corde à laquelle je m’accroche pour rester au-dessus de la rivière des crocodiles, c’est le métier.

Avez-vous eu l’occasion de vous produire à l’étranger ?

Je suis allé à l’étranger, principalement pour faire l’expérience du voyage en sac à dos. Par exemple, il y a quelques années, je me suis dit : “Voyons si je peux vivre seul avec un jeu de cartes”. J’ai mis un sac à dos, je suis parti d’Espagne et j’ai fini en Suisse. Je ne transportais pas d’argent, je faisais de la magie pour les gens. En échange, les gens me laissaient dormir chez eux, me nourrissaient ou me payaient. J’ai passé une semaine avec une fille qui m’a hébergé chez elle et m’a emmené dans toute la France, ici et là.

J’ai vraiment fait l’expérience de la magie et c’était très cool. Ensuite, j’ai eu la possibilité de faire des spectacles, mais à l’époque, je ne voulais pas travailler. Ce que je voulais, c’était que la vie me permette de vivre, en échange de l’amour que je donnais au monde en racontant ce que je sais et en partageant ce que je sais faire. J’ai passé sept, sept ou huit mois à voyager sac au dos, avec deux pantalons, deux T-shirts et deux paires de pantalons dans mon sac à dos, et un jeu de cartes ; et sans argent, j’ai voyagé à travers l’Europe.

Les gens ont-ils accepté facilement ?

Oui, parce que vous n’avez pas besoin de convaincre qui que ce soit. Il s’agit de partir le cœur sur la main, d’aller dans la rue et d’arrêter quelqu’un avec qui on a des affinités, de lui sourire et de lui dire : “Bonjour, je voyage à travers le monde tout seul avec un sac à dos, un jeu de cartes et je vais partager mes jeux magiques avec les gens. Je ferai de la magie pour vous en échange de ce que vous voudrez bien me donner”.

Si c’était un câlin, un sourire, un baiser ou un parfait merci. Ou bien un euro, deux euros, une invitation à manger, à dormir chez vous…, parce que je ne savais pas où j’allais dormir et que je n’avais rien. Et c’est incroyable de voir comment les gens se livrent. Le séjour le plus long que j’ai fait, c’est un mois chez la même personne, vivant comme un roi avec petit déjeuner, déjeuner et dîner, en échange de me parler toute la journée, de faire des excursions… Des expériences un peu folles.

Le déménagement s’est terminé en Suisse. De là, j’ai pris un vol direct pour l’Espagne, parce que j’avais besoin d’argent. Au final, je payais des trains. En Suisse, il y avait un train dans lequel je devais me faufiler. Là, j’étais très contrôlé, mais je ne pouvais rien faire d’autre. En Suisse en particulier, une fille m’a hébergé pendant une semaine parce que nous nous étions connectés par un sourire dans la rue.

Nous nous sommes souri, et elle savait déjà que je vivais une aventure. Quand tu te laisses tomber dans le monde, le monde te nourrit. C’était mon doute et je l’ai prouvé. Depuis, je n’ai plus peur de rien, je vis et je fais ce que je veux. Mon projet était de parcourir le monde entier. Mais ce que j’ai réalisé, c’est que l’ici et le maintenant sont les mêmes qu’à Paris, Londres ou n’importe où.

ARTICLES CONNEXES

Subscribe
Notify of
guest
0 Comments
Inline Feedbacks
View all comments

ARTICLES CONNEXES

0
Would love your thoughts, please comment.x
()
x