34.1 C
Zaragoza
31.1 C
Huesca
27.8 C
Teruel
14 julio 2024

L’ambassadeur Takahiro Nakamae : “Le Japon et l’Espagne ont la responsabilité d’avancer ensemble”

En 2023, le Japon présidera le G7, tandis que l’Espagne assurera la présidence du Conseil de l’Union européenne au second semestre. C’est pourquoi l’ambassadeur du Japon en Espagne, Takahiro Nakamae, souligne qu’il est temps “d’avancer ensemble pour s’adapter à l’agenda mondial”. Dans une interview accordée à Go Aragón lors de sa visite à Saragosse, le diplomate analyse les possibilités de coopération entre les deux pays, mais aussi entre le Japon et notre communauté, avec de nombreuses pistes à explorer.

En décembre 2022, vous êtes arrivé à Madrid pour occuper le poste d’ambassadeur du Japon en Espagne. Quel bilan tirez-vous de ces mois passés à la tête de l’institution?

En effet, dix mois se sont écoulés depuis mon arrivée et cette période a été très fructueuse. Les relations bilatérales se développent non seulement dans les domaines traditionnels, comme le tourisme et la culture, mais aussi dans l’économie, avec de nouveaux domaines comme les énergies renouvelables. Et aussi dans un nouveau domaine de notre coopération, la politique de défense.

Quels sont les principaux objectifs de l’ambassade ?

Tout d’abord, consolider les relations que nous avons déjà, puisque nous célébrons cette année 155 ans de relations diplomatiques. L’Espagne est l’un des pays les plus traditionnels en matière de relations diplomatiques avec le Japon.

Nous souhaitons également explorer plusieurs nouveaux domaines pour renforcer les liens. Dans ce monde où les affaires d’une région ont beaucoup à voir avec celles de l’autre, plus particulièrement entre l’Europe et l’Indo-Pacifique, il y a beaucoup de choses qui doivent être considérées ensemble. À cet égard, le Japon assure cette année la présidence du G7, tandis que l’Espagne préside ce semestre le Conseil de l’Union européenne. Nous avons la responsabilité d’avancer ensemble afin d’être en phase avec l’agenda mondial. En matière de diplomatie, nous avons beaucoup de travail à faire ensemble.

En outre, l’Espagne doit s’intéresser davantage à la région indo-pacifique et, en tant que partenaires stratégiques, nous devons collaborer au niveau mondial afin de partager les intérêts des deux parties et de continuer à collaborer sur un certain nombre de questions concrètes.

L’ESPAGNE EST L’UN DES PAYS LES PLUS TRADITIONNELS DANS SES RELATIONS DIPLOMATIQUES AVEC LE JAPON.

L'ambassadeur du Japon
L’ambassadeur Takahiro Nakamae lors de l’entretien avec Go Aragón à Saragosse. PHOTO : Inés Escario.

Vous parlez d’une longue relation entre le Japon et l’Espagne, comment se présente-t-elle aujourd’hui?

En plus des relations traditionnelles, les deux pays expérimentent de nouveaux aspects de leurs relations. En termes de relations économiques, par exemple, les deux marchés sont assez matures.

Avec l’agenda mondial que nous partageons et que je viens de mentionner, le Japon et l’Espagne ont la possibilité de développer ensemble l’agenda mondial, ce que nous n’avons jamais connu auparavant.

Vous affirmez que le Japon et l’Espagne “ne sont pas seulement des amis attirés l’un par l’autre, mais des partenaires importants qui partagent des valeurs fondamentales”. Quelles sont ces valeurs qui nous rapprochent?

Les valeurs fondamentales ne sont pas des valeurs qui appartiennent à un certain groupe de pays, mais des valeurs que nous partageons avec l’ensemble de la communauté internationale, avec l’ensemble de l’humanité. Il s’agit plus précisément du respect des droits de l’homme et de l’intégrité de chaque citoyen. Le respect de la loi et de la démocratie. Bien que ces valeurs se soient surtout développées en Europe occidentale, nous pensons que, tout au long de notre histoire, ce sont ces valeurs qui sont aujourd’hui partagées.

L’Espagne et le Japon sont des pays qui valorisent particulièrement ces principes.

Selon l’Institut national de la statistique, en 2022, l’Espagne comptait plus de 6 000 Japonais, dont une soixantaine en Aragon. Les personnes d’origine japonaise se sentent-elles chez elles dans le pays?

D’après ce que me disent les Japonais qui vivent ici, bien qu’ils soient peu nombreux, ils sont tous très heureux. Il y a également un bon nombre d’étudiants qui étudient à Saragosse, y compris nos collègues de la carrière diplomatique, mes amis qui ont eu l’expérience de passer un an ou deux à Saragosse pour étudier l’espagnol. Tous, sans exception, aiment cette ville et chérissent l’expérience d’y avoir passé leur jeunesse. Je n’ai donc aucun doute à ce sujet.

Vous avez récemment participé à l’inauguration du congrès du groupe japonais à Saragosse, qui porte cette année le nom de “Japon, pays influent”. Comment se traduit l’influence du Japon en Espagne?

C’est une bonne question. Lorsque nous parlons d’influence, nous abordons différents aspects : la culture, la gastronomie, le tourisme, l’économie, la politique ?

Le Japon d’il y a 30 ou 40 ans, qui se développait en tant que pays exportateur de marchandises, a connu trois décennies de stagnation économique.

Je ne pense pas que le Japon d’aujourd’hui soit un pays plus puissant économiquement qu’il y a 30 ou 40 ans, mais ce qui est vrai, c’est que le Japon est plus conscient de la responsabilité de notre pays au sein de la communauté internationale. Au lieu d’exercer une influence économique au sens quantitatif et volumétrique, je pense que le Japon est de plus en plus axé sur la qualité et sur l’essentiel. Il apporte également des idées pour contribuer au bien-être de la communauté internationale. En ce sens, il ne se limite pas à la culture et à l’économie, mais aussi à la politique.

Par conséquent, la conclusion de ma conférence au congrès était que, lorsque nous parlons d’influence, je dirais plutôt que la responsabilité du Japon s’est accrue. Il faut faire beaucoup d’efforts pour s’acquitter de cette responsabilité.

LE JAPON EST PLUS CONSCIENT DE LA RESPONSABILITÉ DE NOTRE PAYS AU SEIN DE LA COMMUNAUTÉ INTERNATIONALE.

Et maintenant, dans le sens inverse, quels sont les domaines dans lesquels l’espagnol influence le plus le Japon?

Les domaines traditionnels, comme la musique, la danse, le tourisme… Mais aujourd’hui, l’Espagne est de plus en plus présente dans d’autres domaines, comme les énergies renouvelables, où l’industrie espagnole a un très fort avantage et où certains hommes d’affaires japonais manifestent un grand intérêt.

Certaines entreprises disposent déjà d’installations très importantes au Japon, où elles fournissent leurs produits et services. En d’autres termes, les entreprises espagnoles deviennent beaucoup plus globales, elles sont des acteurs mondiaux. Dans ce contexte, je pense que le Japon redécouvre l’Espagne, même s’il reste encore beaucoup à faire. En ce sens, je pense que nous avons également pour mission de favoriser une meilleure compréhension et des liens culturels plus étroits.

L'ambassadeur du Japon
Takahiro Nakamae est ambassadeur du Japon en Espagne depuis novembre 2022. PHOTO : Inés Escario.

En 2019, l’accord de partenariat économique entre l’Union européenne et le Japon est entré en vigueur. Comment les relations commerciales entre le Japon et l’Espagne ont-elles évolué?

L’année dernière, les exportations de l’Espagne vers le Japon se sont élevées à 3,2 milliards d’euros. Dans le même temps, l’Espagne a importé 3,9 milliards d’euros du Japon. Il s’agit d’un commerce bilatéral plus ou moins équilibré. Les exportations de l’Espagne vers le Japon ont augmenté au cours des dix dernières années, passant de 2 milliards à environ 3 milliards. La viande de porc représente une part très importante de cette augmentation.

Je voudrais souligner que le marché japonais est assez mûr, tout comme le marché espagnol, avec une économie très développée. En termes de commerce bilatéral, d’un point de vue quantitatif, il ne faut donc pas s’attendre à une expansion.

Ce qui retient davantage notre attention, c’est la collaboration entre les entreprises japonaises et espagnoles, qui fabriquent ensemble des produits destinés à être exportés sur le marché mondial. Nous voyons déjà des exemples dans le domaine des infrastructures, des transports et des énergies renouvelables.

Surtout, à partir de maintenant, les énergies renouvelables ou l’hydrogène vert sont les domaines où nous prévoyons un grand potentiel de collaboration entre les deux pays et où l’industrie espagnole dispose d’avantages très importants au niveau mondial.

LES ÉNERGIES RENOUVELABLES OU L’HYDROGÈNE VERT SONT LES DOMAINES OÙ L’ON PRÉVOIT UN GRAND POTENTIEL DE COLLABORATION ENTRE LES DEUX PAYS.

Récemment, Go Aragón a organisé une conférence sur le Japon destinée aux hommes d’affaires.

C’est une très bonne nouvelle pour les relations commerciales entre le Japon et l’Espagne. Nous sommes très reconnaissants de cette initiative. Nous espérons que l’échange d’informations, les liens et le travail en réseau entre les entreprises aragonaises et japonaises se développeront encore davantage sur cette base. À cette fin, notre ambassade ou le bureau de promotion commerciale et les associations d’entreprises japonaises en Espagne sont prêts à coopérer.

L’entreprise aragonaise ARPA collabore avec l’entreprise japonaise Toyota sur un projet d’hydrogène vert. Mais les relations entre entreprises japonaises et aragonaises ne sont pas très courantes. Quels conseils donneriez-vous à nos entreprises pour aborder le marché?

Le plus grand défi est que les hommes d’affaires japonais et aragonais ne se connaissent pas encore. Pour cela, beaucoup d’efforts sont nécessaires et l’événement que vous avez organisé le mois dernier est un projet très apprécié dans ce sens, car ce qui manque, c’est d’encourager l’intérêt.

Atteindre l’autre, attendre, n’est pas possible. D’autres communautés autonomes organisent des missions japonaises pour les inviter à connaître l’industrie de leur région et ce type de rencontre est très nécessaire.

Saragosse, bien qu’étant une ville historique avec un lien culturel très fort avec le Japon, est peu connue. Il faut faire connaître les avantages de l’industrie aragonaise, car il y a beaucoup de concurrence au niveau mondial et national. Je pense qu’il est important que les entreprises aragonaises participent également à ces campagnes.

LES AVANTAGES DE L’INDUSTRIE ARAGONAISE DOIVENT ÊTRE CONNUS, CAR IL Y A BEAUCOUP DE CONCURRENCE AU NIVEAU MONDIAL ET NATIONAL.

Parlons maintenant du jumelage d’amitié entre le Chemin Kan-non et le Chemin de Saint-Jacques-de-Compostelle. Curieusement, le chemin français de Saint-Jacques de Compostelle passe aussi par l’Aragon. En quoi consiste cette alliance ?

Le Chemin Kan-non est le plus ancien chemin de pèlerinage du Japon et c’est une excellente nouvelle en termes d’échanges culturels entre les deux pays.

Cette culture du pèlerinage ne consiste pas seulement à se rendre à un sanctuaire ou à un lieu religieux, mais c’est tout un processus de jours et de semaines… J’ai un ami qui essaie d’accomplir ce pèlerinage du chemin de Saint-Jacques depuis plusieurs années, petit à petit. Cette expérience en soi, arriver à la destination religieuse, est une valeur spirituelle qui est ressentie sur le Camino de Santiago et qui est également partagée par les Japonais.

Récemment, comme vous l’avez mentionné, cet accord a été établi, mais cette année marque également le 25e anniversaire du jumelage entre le Camino de Santiago et le Camino de Cumano. Bien qu’il s’agisse d’une religion différente, vous pouvez voir la similitude de la spiritualité à travers cette tradition de pèlerinage. C’est une chose très précieuse que de voir cette similitude, et notre souhait est donc que ce jumelage permette de promouvoir davantage les échanges culturels et religieux, ainsi que l’industrie du tourisme. C’est ainsi que nous pouvons espérer la plus grande compréhension mutuelle possible.

CETTE EXPÉRIENCE EN SOI, L’ARRIVÉE À LA DESTINATION RELIGIEUSE, EST UNE VALEUR SPIRITUELLE RESSENTIE SUR LE CHEMIN DE SAINT-JACQUES ET PARTAGÉE PAR LES JAPONAIS.

En ce qui concerne le tourisme, quelles sont les principales attractions pour les touristes espagnols au Japon ?

Traditionnellement, je pense que les touristes espagnols, comme d’autres nationalités, se concentrent sur les lieux les plus célèbres : Tokyo, Kyoto, le mont Fuji, Hiroshima….

Mais aujourd’hui, ils sont de plus en plus conscients des attraits d’autres lieux moins fréquentés par les touristes internationaux. Au Japon, on redécouvre ces charmes touristiques.

En matière de tourisme, l’Espagne est beaucoup plus avancée, accueillant plus de soixante-dix millions de touristes par an, alors que le Japon, il y a douze ans, n’en recevait que huit millions par an.

Mais certains touristes ont découvert les charmes non seulement des lieux les plus populaires, mais aussi d’un village de l’intérieur, d’une petite ville, du paysage, de la nature… Et ils pensent que cela vaut la peine d’aller jusqu’au Japon pour en faire l’expérience.

L'ambassadeur du Japon
L’ambassadeur du Japon, Takahiro Nakamae, après l’entretien avec Go Aragón. PHOTO : Inés Escario.

Et en Espagne, qu’est-ce que les touristes japonais apprécient le plus ?

Avant la pandémie, environ 600 000 touristes japonais visitaient l’Espagne chaque année. Avec la pandémie, ce chiffre a diminué et nous devons travailler à leur rétablissement.

Les lieux les plus traditionnels sont Madrid, Barcelone et l’Andalousie, mais les Japonais découvrent aussi de nouveaux aspects du pays. Le Pays basque, par exemple, est en train de devenir très à la mode, notamment en raison de sa gastronomie.

Je suis un voyageur et j’aime me déplacer en voiture pour découvrir l’intérieur du pays, car l’Espagne est un pays vraiment charmant, avec une grande diversité de paysages et de cultures. En ce sens, elle est encore peu connue. Par exemple, Saint-Jacques-de-Compostelle, qui est très connu, est un peu cher pour beaucoup de touristes. Il y a aussi des villes comme Saragosse ou Salamanque, avec des joyaux historiques, mais il y a encore un long chemin à parcourir avant qu’elle ne soit développée auprès des touristes japonais.

La Sociedad Deportiva Huesca a créé une académie de football au Japon, avec l’aide de Shinji Okazaki, qui accueille chaque année de jeunes footballeurs. Que pensez-vous de cette alliance sportive?

Bien sûr, l’Espagne est beaucoup plus avancée dans le domaine du football et, au Japon, nous essayons de suivre ce qu’ils font ici et nous continuons à apprendre de l’Espagne. J’apprécie beaucoup ce type d’initiative visant à éduquer et à former les jeunes. C’est une très bonne initiative et il est certain qu’au Japon, on apprécie beaucoup les Espagnols en termes de football. Ce type de projet a donc aussi une valeur de marque et je ne doute pas qu’il sera couronné de succès.

Vous connaissiez déjà bien l’Espagne, puisque vous avez vécu à Valladolid et à Madrid entre 1986 et 1988, lorsque vous avez commencé votre carrière de diplomate. Avez-vous vu à quel point le pays a changé?

Oui, bien sûr (rires). Tout d’abord, le profil économique et social a changé, avec toutes les nouvelles infrastructures, le train rapide, les autoroutes et le tourisme. Les villes ont beaucoup changé, les rues qu’il m’était interdit d’emprunter pour des raisons de sécurité sont maintenant pleines de touristes internationaux, avec des cafés et des magasins très sophistiqués.

Honnêtement, les bars et auberges traditionnels me manquent un peu, mais l’Espagne devient de plus en plus accueillante pour les touristes internationaux.

Le rôle de l’Espagne dans la communauté internationale a également beaucoup changé. En 1986, elle était à peine membre de la Communauté européenne, alors qu’aujourd’hui, elle en est l’un des principaux pays. L’économie a connu une croissance remarquable et ses technologies dans des domaines tels que les énergies renouvelables ou l’hydrogène vert reflètent des aspects très visibles du changement en Espagne.

BIEN SÛR, IL Y A PLUSIEURS ASPECTS QUE LES ESPAGNOLS CONSERVENT, COMME L’HOSPITALITÉ, LA GENTILLESSE DES GENS… CE SONT DES VALEURS TRÈS APPRÉCIÉES.

Personnellement, qu’est-ce qui vous plaît le plus en Espagne?

C’est une question très difficile (rires). Ce que j’aime maintenant, c’est découvrir l’histoire du pays en visitant des monuments et des lieux historiques tels que des châteaux, des monastères et en lisant des ouvrages sur l’histoire.

L’Espagne est un pays surprenant. Lorsque l’on voyage en voiture dans un village inconnu, on voit soudain apparaître un château majestueux qui ne figure pas dans le guide touristique. J’aime me plonger dans cet environnement et je voyage généralement sans guide.

Le Japon et l’Espagne sont très éloignés l’un de l’autre, mais sommes-nous très différents ou y a-t-il des similitudes entre les Japonais et les Espagnols?

C’est une question que j’aimerais également vous poser (rires). Bien que la réponse ne soit pas directe, je ne pense pas qu’il faille s’inquiéter de la différence : nous sommes différents. Nous sommes différents en raison de notre contexte historique, mais l’Espagne et le Japon ont établi un échange culturel depuis plus de 400 ans, de sorte que l’Espagne est pour nous un peuple avec lequel nous avons un grand sentiment de sympathie.

Une chose que nous avons en commun est le sens de l’histoire, nous partageons le sens de l’histoire comme notre propre héritage. Sur cette base, nous pourrions interagir intellectuellement ou culturellement et, en ce sens, il y a beaucoup d’espace à explorer.

On dit que le Japon est un pays à l’histoire millénaire, mais c’est aussi le cas de l’Espagne. D’une certaine manière, nous partageons cette expérience.

ARTICLES CONNEXES

Subscribe
Notify of
guest
0 Comments
Inline Feedbacks
View all comments

ARTICLES CONNEXES

0
Would love your thoughts, please comment.x
()
x