8 C
Zaragoza
5 C
Huesca
0.6 C
Teruel
23 abril 2024

Yasushi Sato : “À Saragosse, on m’a vu comme un ami, pas comme un étranger, et j’en suis ravi”

Yasushi Sato est consul général du Japon à Barcelone depuis trois ans. Depuis cette ville, il exerce ses fonctions en Catalogne, à Valence et dans les îles Baléares. Cependant, ce diplomate conserve un lien particulier avec l’Aragon, puisqu’il a vécu à Saragosse pendant deux ans, de 1985 à 1987.

Dans une interview accordée à Go Aragón, M. Sato se souvient avec nostalgie de son séjour dans la capitale aragonaise, analyse la réalité de son travail et souligne les opportunités commerciales qui peuvent exister entre l’Espagne et le Japon, d’autant plus que l’accord de partenariat économique entre l’Union européenne et le Japon a été lancé en 2018.

Vous êtes consul général du Japon à Barcelone et votre zone de travail comprend la Catalogne, Valence et les îles Baléares, que signifie occuper ce poste?

Nous sommes une équipe de six diplomates, deux employés de soutien envoyés de Tokyo et douze personnes employées localement. Au total, nous sommes une équipe de vingt personnes et j’en suis le responsable. Nous travaillons dans ces trois communautés autonomes et notre tâche principale est d’offrir des services consulaires aux résidents japonais dans cette région et de renforcer les liens entre l’Espagne et le Japon dans les domaines qui nous concernent.

Quels sont vos objectifs actuels ?

Depuis mon arrivée à Barcelone il y a trois ans, j’ai constaté un intérêt croissant pour le Japon et la culture japonaise. Il est évident que Barcelone est l’une des villes les plus importantes d’Espagne, mais l’Espagne ne se résume pas à ses grandes villes. Barcelone et Valence ont un poids important dans notre travail, mais je souhaite étendre nos activités géographiquement, en particulier nos activités culturelles. Barcelone est très importante, mais nous allons aussi en dehors de la ville. Nous avons collaboré avec des villes de seulement 1 500 habitants, où nous avons organisé des festivals de culture japonaise, et je veux être présent partout où il y a une demande pour cette culture, quelle que soit la taille de la municipalité.

Vous êtes arrivée à un moment compliqué, en juillet 2020, en pleine pandémie, était-ce difficile de relever ce défi ?

Les premiers mois, je venais au bureau, je rentrais chez moi, je sortais peut-être pour acheter quelques trucs et c’était tout. Je pense que la première année, nous n’avons pas pu faire grand-chose. Je connaissais très peu de gens et ne pas pouvoir sortir et rencontrer des gens, nouer des contacts, est très difficile pour un diplomate. Nos liens sont notre trésor et ne pas pouvoir rencontrer les gens est très difficile. C’était une période difficile, je pense, pour tout le monde.

Au printemps 2021, les restrictions de mobilité ont été levées et j’ai même pu voyager en dehors de la Catalogne. Le travail était alors déjà plus facile ; je pouvais me rendre à Valence, qui est l’une des régions que je couvre. Le plus important, c’est que le sentiment de danger devant le covid a beaucoup diminué avec la levée des restrictions ; il était plus facile de faire des événements. Au milieu de l’année 2022, nous avons pu commencer à organiser des choses plus ou moins bien. Cette année, en 2023, nous avons organisé pour la première fois la réception de la fête nationale, qui correspond à l’anniversaire de l’empereur, un événement important pour nous. Ce qui était important pour moi, c’est qu’il n’y ait pas eu de cas de contagion à l’intérieur du consulat. Nous avons pris les mesures nécessaires et, heureusement, il n’y en a pas eu.

Sato, en clin d’œil à Saragosse, portant une cravate de la Vierge du Pilar. PHOTO : Marcos Díaz

Barcelone est très proche de Saragosse, où vous avez vécu de 1985 à 1987. Comment vous souvenez-vous de ces années ?

Je m’en souviens très bien. Ce que je ressens pour Saragosse et ce que je ressens pour ces deux années ne peut s’exprimer en deux mots, cela va au-delà. Je vivais seul, je ne parlais pas encore bien l’espagnol, il y a eu un choc culturel au début et il n’y avait pas beaucoup de Japonais ; peut-être que la première année, j’étais le seul Japonais de la ville. Le Japon était pratiquement inconnu à Saragosse et je dois avouer qu’il y a eu des moments difficiles. Cependant, les personnes que j’ai rencontrées à Saragosse, les amis et les professeurs de l’université, les voisins de l’immeuble Kasan (dans le quartier d’Actur), les propriétaires des magasins que je fréquentais… m’ont très bien traité. Ce qui est bien, c’est qu’ils ne m’ont pas traité comme un étranger, mais comme leur propre personne. Et, en tant qu’étranger, j’ai senti que je faisais partie de cette ville. C’est ce que j’ai ressenti et, après trois décennies sans communiquer avec tous ces gens que j’ai rencontrés, je leur parle et je comprends mieux maintenant comment ils me voyaient. Ils m’ont vu comme un ami, pas comme un Japonais ou un étranger. Cela me fascine et m’enthousiasme beaucoup. Ces deux années occupent une place très importante dans ma vie.

Lorsque vous êtes retourné en Espagne, étiez-vous heureux d’être près de Saragosse ?

Heureusement, je suis à Barcelone, à trois heures de Saragosse. J’ai beaucoup de chance et je vais souvent à Saragosse. L’autre jour, je comptais le nombre de fois où je suis retourné dans cette ville. Et, après l’arrivée à Barcelone, j’y suis allé pour la première fois en juin 2021. J’ai pu y retrouver des amis et je suis également allée à Tarazona, où travaille une autre de mes amies. Ce fut un voyage de quatre jours très agréable.

Le dernier jour, je suis allé avec ma femme à la Sainte Chapelle – de la Basilique de Notre Dame du Pilar – et je me suis souvenu de tout ce qui s’était passé au cours de ces quatre jours. J’ai regardé la Vierge, j’ai vu la voûte, les piliers… et j’ai pensé : “Tout ce que je vois n’a pas changé”. Soudain, quelque chose est venu d’en haut et m’a remplie. Et j’ai commencé à pleurer. Et je disais : “J’étais là !”. Je pense que c’était une rencontre avec le moi d’il y a 30 ans. C’était plus qu’excitant. Bien sûr, quand on m’a dit que j’allais à Barcelone, c’était une grande nouvelle pour moi, mais je ne pensais pas que j’allais retrouver mes amis ou le moi d’il y a 30 ans. Je suis allé huit fois à Saragosse et quatorze fois en Aragon, alors vous pouvez voir à quel point j’aime cette région.

Sato, dans le bâtiment qui abrite le consulat de Barcelone. PHOTO : Marcos Díaz

Qu’est-ce qui vous a le plus frappé en Aragon ?

Lorsque je suis arrivé ici, Saragosse était une très grande ville, mais elle restait un village. C’est pourquoi les gens m’ont traité comme leur propre personne, c’est très accueillant. J’ai une anecdote concernant mes voisins : la voisine, Ana, m’invitait de temps en temps à prendre un café dans son appartement et, parfois, à manger. Une fois, au retour des vacances d’été, elle et son mari, Tomás, m’ont dit: “Nous avons vu beaucoup d’étrangers… et ils mangent des oursins ! Je lui ai alors dit: “Ana, moi aussi je suis étranger et je mange aussi des hérissons”. Et elle m’a répondu: “Mais tu parles espagnol” (rires). Sur le moment, je n’ai pas compris, mais c’est la preuve qu’elle me traitait comme un garçon, rien de plus.

J’ai aussi été invité une fois à passer une journée dans sa finca à la campagne, à Samper de Calanda. Elle avait préparé une paella, elle m’en a versé une quantité que je n’ai apparemment pas pu finir, mais j’ai dû tout manger. Je pensais que c’était la seule chose qu’elle m’offrait, mais après la paella est venue la viande, le ternasco. Je ne pouvais plus manger et même son mari ne pouvait plus et il m’a dit: “Donne-le à Sato” (rires). J’ai pris deux morceaux de viande et je lui ai dit: “Ana, je suis vraiment désolé, mais je suis rassasié, je ne peux plus manger”. Elle m’a répondu: “Cette viande vient du village”. Et quand Ana dit “ça vient du village”, on ne peut pas dire “je ne peux pas”. Aujourd’hui, je lui suis très reconnaissante parce qu’elle a voulu me donner ce qu’elle avait de mieux. Cette gentillesse, cette attention, cette affection sont les choses que j’aime en Aragon.

À Saragosse, comme dans le reste du pays, le Japon suscite beaucoup d’intérêt. Dans la ville, par exemple, il existe l’association Aragon-Japon, qui se consacre à la diffusion de la culture japonaise. Cet intérêt est-il réciproque ?

Bien sûr. Je dois dire qu’il y a 30 ans, le Japon était pratiquement inconnu à Saragosse. Et pour moi, c’est une surprise très agréable qu’il existe une association entre l’Aragon et le Japon dirigée par Kumiko Fujimura, qui est une de mes amies. Et à l’université, il y a le groupe de recherche sur le Japon, dirigé par Carmen Tirado, qui est professeur à la faculté de droit. Il y a aussi des professeurs spécialisés dans l’art japonais, comme Elena Barlés, doyenne de la faculté de philosophie et d’arts, Alejandra Rodríguez est également experte, tout comme David Almazán. Ce développement des études japonaises à Saragosse est une agréable surprise pour moi et il est impressionnant. Je suis très heureux que la ville devienne l’un des principaux centres d’études japonaises en Espagne.

En ce qui concerne l’intérêt pour le Japon, je réponds par l’affirmative. En Espagne, j’ai constaté un intérêt croissant et dans les régions que je couvre, il y a des groupes de passionnés de la culture japonaise qui organisent des événements, il y a même des conseils municipaux qui le font. Et au Japon, je pense qu’il y avait déjà un très fort intérêt pour la culture espagnole auparavant. Il n’est pas très difficile de trouver un cours de flamenco ou un restaurant espagnol dans les grandes villes depuis longtemps. Aujourd’hui, il existe de nombreux groupes d’étudiants universitaires qui s’intéressent à l’histoire, à la langue et à la culture espagnoles, non pas dans le cadre d’une carrière, mais en dehors de celle-ci. L’intérêt est totalement réciproque.

La communauté japonaise se sent-elle à l’aise en Espagne ?

Oui, tout à fait. Surtout, depuis mon arrivée à Barcelone, j’ai parlé avec de nombreux Japonais et avec de nombreux hommes d’affaires, qui sont très heureux d’être ici. Ils soulignent le travail des Espagnols, le haut niveau des ingénieurs espagnols et la nourriture, qui est très bonne. Je pense que les résidents japonais en Espagne se sentent très bien accueillis.

Le consul général du Japon à Barcelone, Yasushi Sato, dans son bureau. PHOTO : Marcos Díaz

En ce qui concerne les entrepreneurs, Go Aragón a organisé il y a quelques jours la première conférence du cycle Asia Business Opportunities, qui se concentrera en septembre sur le Japon. Quels sont les atouts du marché japonais pour les entrepreneurs espagnols ?

En février 2019, l’accord de partenariat économique entre l’UE et le Japon est entré en vigueur ; il prévoit une baisse des droits de douane et des règles plus claires en matière d’investissement. Les Espagnols et les Japonais doivent profiter de cette opportunité. L’Espagne exporte actuellement de la viande de porc, par exemple, et je pense qu’elle occupe la troisième ou la quatrième place en termes d’importations de viande de porc. L’importation de vin espagnol a augmenté grâce à l’abaissement des droits de douane. Je sais que le vin est produit en Aragon, à Somontano, Cariñena, Campo de Borja et Calatayud. Je pense que les Espagnols et les Aragonais devraient profiter de cet accord.

En ce qui concerne les investissements, le gouvernement japonais encourage les investisseurs japonais à investir à l’étranger. D’autre part, lorsque l’accord est entré en vigueur, un séminaire a été organisé au cours duquel un représentant de l’ICEX a déclaré que l’on pouvait s’attendre à ce que les Espagnols investissent dans les secteurs de l’automobile, de la science, du textile et de l’alimentation. Le Japon a un avantage, c’est un pays très sûr, il a une infrastructure bien construite, les transports publics sont très ponctuels… ce sont des détails, mais aussi des avantages que nous avons.

Quels conseils donneriez-vous à un entrepreneur aragonais sur ce qu’il devrait ou ne devrait pas faire pour pénétrer le marché japonais ?

Le Japon accueille les investisseurs étrangers, il existe une politique visant à attirer les investissements directs. Si vous recherchez un profit facile et immédiat, le Japon n’est peut-être pas le pays idéal, mais si vous voulez travailler sur la base d’une relation durable et de confiance, c’est aux Japonais qu’il faut s’adresser.

Quels sont les produits aragonais qui pourraient trouver leur place sur le marché japonais ?

À vrai dire, je n’ai aucune idée de ce qui pourrait fonctionner ou non. Mais il est important de créer une marque reconnaissable et différente.

Comment se déroulent actuellement les relations entre l’Espagne et le Japon?

Je pense qu’elles sont très bonnes, peut-être meilleures que jamais. En 2018, le président Sánchez s’est rendu au Japon et, à cette occasion, les deux pays ont décidé d’élever le cadre de leurs relations au rang de partenariat stratégique. Cela signifie que nous ne parlons pas seulement de relations bilatérales, mais que nous allons être des partenaires stratégiques au sein de la communauté internationale, que nous allons travailler ensemble et que nous allons parler de nombreuses questions qui concernent le monde entier. Avec cet accord, je pense que les relations entre l’Espagne et le Japon seront plus larges et plus profondes.

ARTICLES CONNEXES

Subscribe
Notify of
guest
0 Comments
Inline Feedbacks
View all comments

ARTICLES CONNEXES

0
Would love your thoughts, please comment.x
()
x