8.2 C
Zaragoza
3.9 C
Huesca
4.6 C
Teruel
25 febrero 2024

Fran Lucas Herrero: “Sans le Chemin aragonais de Saint-Jacques, l’Aragon ne serait pas ce qu’il est aujourd’hui”

C’est l’une des nombreuses routes que Fran a empruntées pour se rendre à Santiago à plusieurs reprises au cours des presque 16 années qu’il a passées sur le chemin de Saint-Jacques. Ce n’est peut-être pas le plus connu, mais c’est sans aucun doute l’un des plus anciens et l’un de ceux qui ont le plus d’histoire. Il commence au port de Somport, dans la province de Huesca, et se divise en 6 étapes totalisant 179 km, rejoignant le Camino de Santiago français à Puente la Reina, dans la province de Navarre.

En outre, en novembre dernier, il a publié son premier livre, In Itinerae Stellae : Caminando por el Camino de Santiago Aragonés (En Itinerae Stellae: marcher sur le chemin aragonais de Saint-Jacques). Il s’agit d’une série d’expériences autobiographiques qui, combinées en grande partie à l’histoire et à la culture du Chemin de Saint-Jacques, sont capables de transmettre le charme des terres aragonaises et du Chemin de Saint-Jacques.

Comment est né votre intérêt pour le pèlerinage et les longues marches le long de la péninsule?

Mon intérêt pour le principe est né il y a 16 ans, un peu par curiosité, parce que lorsque j’allais faire du tourisme normal en Galice, je voyais des gens qui allaient avec le sac à dos, qui marchaient, etc. et j’ai commencé à m’y intéresser. Même si je savais déjà ce qu’était le Camino de Santiago, j’ai décidé un jour de faire ma première marche, de Sarria à Santiago, soit 115 km, ce qui était assez court. Puis, lors de ma deuxième marche, j’ai parcouru les 800 km, de Roncevaux à Saint-Jacques, et j’ai été accroché, totalement accro au Camino.

Qu’est-ce qui vous a poussé à partager votre expérience de pèlerin pour la première fois ? Quels ont été vos débuts?

Je voulais essayer de faire connaître aux gens ce qu’est vraiment le Camino, et leur faire perdre la peur que beaucoup ont de le faire parce qu’ils pensent qu’ils ne seront pas capables de le faire, que c’est quelque chose qui va les dépasser, ou qu’ils ne savent pas dans quoi ils vont s’embarquer. Il s’agit simplement de leur donner une petite idée pour qu’ils puissent faire le premier pas et découvrir la beauté du chemin.

Parlez-nous un peu de l’importance historique du Camino de Santiago Aragonés …

Le Camino de Santiago Aragonés a une immense importance historique, plus que les gens ne l’imaginent et plus que beaucoup de gens ne le pensent. Je suis de ceux qui pensent que sans le chemin aragonais de Saint-Jacques, l’Aragon ne serait pas aujourd’hui tel que nous le connaissons, parce que c’est lui qui a donné de la force à Jaca, à toutes les petites localités du Royaume, au repeuplement et à la venue de personnes de l’extérieur…

Et grâce à ces gens qui venaient de l’extérieur, le Royaume d’Aragon s’est renforcé et a pu s’étendre et se faire connaître. Et puis, toute la beauté reçue le long du chemin, avec tout l’art roman et ainsi de suite, est aussi très importante.

Au cours du parcours, diriez-vous que la figure de la Vierge du Pilar est présente dans tous les lieux ? De quelle manière l’avez-vous perçue?

Non, elle n’est pas entièrement présente. Elle est présente lorsque vous commencez le parcours à Somport, par exemple. Au sommet, lorsque vous faites le premier pas, il y a une petite chapelle et une image de la Virgen del Pilar. Ensuite, on ne la voit pratiquement plus. Peut-être dans une église où il y a une chapelle, mais la Virgen del Pilar n’est pas très présente tout au long de l’itinéraire.

Quel(s) lieu(x) de cette route aragonaise vous a (ont) frappé(s) par ses (leurs) mythes, légendes ou coutumes?

Eh bien, il y a beaucoup de mythes et de légendes, à commencer par l’hôpital de Santa Cristina, à côté de Candanchú, puis la Cueva de las Güixas, la cathédrale de Jaca, qui a été à l’origine de pratiquement tout l’art roman en Espagne. Et aussi, ce que je dis toujours, c’est mon œil droit, le monastère de San Juan de la Peña, qui est d’une beauté incomparable, il n’y a pas d’autre monastère comme celui-là dans toute l’Espagne. Et Santa Cruz de la Serós, le village abandonné de Ruesta, le village submergé par le barrage de Yesa à Tiermas…

Par exemple, le monastère de San Juan de la Peña est la création de l’ermite qui y vivait et des deux personnes qui ont donné naissance à tout, qui ont trouvé le corps dans l’ermitage. C’est à partir de là que tout a été créé, la légende et le mythe de l’Aragon, c’est à partir de là qu’est née en théorie la porte d’entrée du Royaume d’Aragon, c’est à partir de là qu’est né ce qu’est le Saint Graal…, et pourquoi pas, je vais le dire !

La légende du roi Arthur et du Saint Graal est due à Alfonso I El Batallador, et les Anglo-Saxons ont ensuite repris la légende pour en faire une histoire d’Arthur, mais elle est inspirée d’Alfonso I. En d’autres termes, dans son livre, Perceval a été inspiré parce qu’il a voyagé en Espagne, en Hispanie à l’époque, et a été inspiré par Alfonso I El Batallador pour écrire cette histoire. La seule chose, c’est que plus tard, comme cela s’est produit pour beaucoup de choses, on nous a enlevé le mythe et il a été anglo-saxonisé. Le mythe nous a été enlevé, mais il s’inspire du Saint Graal et d’Alphonse Ier.

Chemin aragonais de Saint-Jacques

Tout au long du voyage, avez-vous remarqué des signes ou des traces d’autres pèlerins ? Avez-vous envisagé de laisser votre propre marque?

Oui, il s’agit surtout de petits autels. Le long du chemin, il y en a de nombreux et assez frappants. Par exemple, il y en a un lorsque vous passez Santa Cilia, avant d’arriver au pont de Puente la Reina. Il s’agit d’une petite zone boisée où sont entassés de petits tumulus de pierres plates, il y en a généralement 100 ou 200. Puis arrivent des gens qui n’aiment pas ça, ils les jettent, d’autres les remettent… C’est un très beau souvenir, même si écologiquement ce n’est pas recommandé parce que ça modifie un peu l’écosystème, mais oui. Ensuite, les gens accrochent des rubans, des images saintes et divers symboles à différents endroits. Il y en a aussi sur le chemin du monastère de San Juan de la Peña, le long de la variante.

Mais je n’aime pas laisser de traces. Je porte les empreintes de mes pas dans mon âme, de tous les pas que j’ai faits, je les garde en moi. J’essaie de ne rien modifier, je ne ramasse même pas une pierre pour la déposer sur les cairns, comme le font beaucoup de gens, non. Il faut le laisser intact pour que les gens qui viendront après moi puissent en profiter.

Quel est l’aspect le plus positif du fait de marcher seul sur le Camino?

Sans aucun doute, le fait de pouvoir se connaître plus intérieurement. La force que cela vous donne, la fermeté…, mais surtout ce que vous avez en vous, cette force que vous avez de vous dépasser, d’aimer être vous-même… Parce que marcher sur le Camino, c’est comme porter sa maison et sa vie avec soi, on n’a besoin de rien d’autre, on porte des baskets, et ce que l’on porte dans son sac à dos, c’est tout ce que l’on a. Et c’est vous, avec vos pensées, vos idées, votre marche et vos efforts. Vous vous dites… “Je ne pourrai pas”, vous pouvez, “aujourd’hui j’ai des ampoules”, peu importe, “je vais continuer !”, et le lendemain vous vous levez. Cela m’arrive, parfois je fais 40 km par jour et si j’ai des ampoules ou des raideurs, je dis demain matin, à 6 ou 7 heures du matin, je marche.

J’aimerais maintenant que vous nous parliez un peu de votre livre. Comment l’idée vous est-elle venue…, pourquoi avez-vous ressenti le besoin d’en faire un livre…?

J’écris depuis longtemps, mais ce livre est né grâce à mon fils. Il m’a dit qu’on m’avait suggéré de faire un livre, et ça me va, je ferai un livre sur tout ce qui est nécessaire. Il m’a dit… sur la voie aragonaise en particulier, et j’ai dit OK, et c’est ce que j’ai fait.

Le problème, c’est que pour moi, c’est un livre court, il aurait fallu 200 pages de plus pour expliquer vraiment ce qu’est le Camino Aragonés, mais c’est un livre qui se base plus sur les expériences de ce dernier Camino Aragonés que j’ai fait l’année dernière, et en plus, j’ai ajouté une partie historique sur quelques pèlerins du XIe siècle. De cette façon, les gens peuvent voir un peu la différence entre la façon dont nous faisons des pèlerinages aujourd’hui et la façon dont les gens faisaient des pèlerinages à l’époque. Si nous avons de la chance, un deuxième livre suivra peut-être.

En quoi votre livre diffère-t-il des autres livres de pèlerinage?

En ce qu’il est écrit à la première personne, ce n’est pas un guide. Bien que le livre puisse être suivi comme un guide, ce n’est pas un guide, je ne dis pas… dormez ici, mangez ici, buvez là. Ce sont mes errances, c’est ma marche, mes pensées, j’essaie de capter ce que je ressens, et à part cela, ce ne sont pas des conseils, ce sont des contributions. Disons que je le fais pour ceux qui viendront après moi, pour qu’ils puissent voir ce qu’ils peuvent trouver et ce qu’ils peuvent apprécier. Et c’est tout ce que c’est, un livre biographique, disons, ce n’est pas un guide, c’est la différence.

Que pensez-vous que ce livre puisse apporter à ses lecteurs?

Je pense qu’il peut leur apporter beaucoup en leur montrant qu’une personne normale comme moi, avec divers problèmes physiques, est également capable de suivre le chemin, et que si je peux le faire, ils le peuvent aussi. Car il y a beaucoup de gens qui, lorsqu’ils me rencontrent et voient que je fais peut-être 40 ou 50 km par jour, se disent… ce type est un athlète ! Non, je ne suis pas un athlète, je suis une personne normale avec divers problèmes physiques, et pourtant je continue à marcher. Je puise ma force dans le Camino, dans le fait de marcher sur le Camino et… c’est tout, c’est tout.

Quelle résonance le Camino de Santiago a-t-il, selon vous, au niveau international?

L’Aragonais, comme je l’ai dit, a peu de résonance. Par contre, le Camino de Santiago en général a une résonance au niveau international, il est connu dans le monde entier. Il est surtout connu en Europe, en Asie, et en Amérique depuis que Martin Sheen a réalisé le film “The way”, et que les Américains ont commencé à l’apprécier. Les Coréens le connaissent également très bien, car la route est pleine de Coréens au printemps et à l’automne. Le Camino est donc bien connu au niveau international.

Outre le fait que vous êtes originaire d’Aragon, pourquoi recommanderiez-vous cette variante parmi tous les chemins qui mènent à Santiago?

Parce qu’il est important de le promouvoir, c’est un chemin qui pour moi n’est pas assez connu, c’est un beau chemin, beau, bref, c’est un des meilleurs chemins que j’ai parcouru, et j’ai parcouru pratiquement tous les chemins jacquaires à l’exception du chemin d’argent. Mais la route aragonaise est une belle route, elle a de très beaux paysages, elle a un bel art roman. En outre, ses personnages et ses lieux resteront à jamais gravés dans votre mémoire.

Et c’est certainement le cas, non pas parce que c’est aragonais, mais parce que c’est vrai. Je considère toujours que la première étape du Somport à Jaca, ces 30 km que vous faites, est l’une des meilleures étapes. Il n’y a pas d’autres étapes, la beauté de la vallée du fleuve Aragon jusqu’à Jaca, les villages que l’on trouve, les monuments, les paysages… C’est une vraie beauté ! Je recommande toujours d’y aller le dimanche matin, de faire cette étape, de manger, de prendre la voiture et de rentrer chez soi.

J’ai juste l’impression qu’elle n’est pas valorisée, qu’elle a été un peu délaissée, abandonnée, et qu’elle n’est pas assez mise en valeur. Pourtant, ce serait l’occasion de promouvoir le tourisme, d’encourager les gens à le faire. Car dans d’autres endroits, le fait que le Camino de Santiago passe par là, a redonné vie à des villes fantômes qui étaient abandonnées. Beaucoup de gens y vivent grâce aux entreprises qu’ils ont réussi à créer, c’est ce que j’essaie de faire, que le chemin aragonais soit connu un peu plus à l’extérieur.

Hors caméra :

Quel est votre lieu préféré en Aragon ?

San Juan de la Peña.

Citez-nous un restaurant de la région à ne pas manquer.

El Castillo de Bonavia, sur la route de Logroño.

Lire les articles de Fran Lucas ici

ARTICLES CONNEXES

Subscribe
Notify of
guest
0 Comments
Inline Feedbacks
View all comments

ARTICLES CONNEXES

0
Would love your thoughts, please comment.x
()
x