12.8 C
Zaragoza
15.4 C
Huesca
8.4 C
Teruel
12 noviembre 2022

José Amoretti-Córdova : “La compétence professionnelle que je vois le plus en Aragon est l’esprit de résilience, les gens n’abandonnent jamais”.

José Amoretti-Córdova est vice-président des ressources humaines du groupe BMW en Europe depuis 2015 et est lié au groupe depuis plus de 17 ans. Galicien de naissance (Vigo, 1976), il est Saragosse d’adoption depuis l’âge de sept ans. Il a travaillé sur les cinq continents et bien que sa vie soit hors d’Aragon, ses liens avec cette communauté sont énormes.

José, vous êtes né à Vigo mais vous vous considérez également aragonais.

Je suis né à Vigo et quand j’avais sept ans, nous avons déménagé à Saragosse, où la plupart de ma famille vit encore. Je dis toujours que j’ai beaucoup de chance car j’ai deux endroits en Espagne où je me sens chez moi à des moments très particuliers : Noël à Saragosse, l’été à Vigo. C’est un luxe.

Je viens d’une famille nombreuse qui est formidable et mes meilleurs amis sont de Saragosse. C’est le principal attrait pour moi de toujours revenir à Saragosse avec le sourire.

Quand avez-vous quitté Saragosse ?

J’ai passé toutes mes années d’école et d’université à Saragosse, jusqu’en 1998, lorsque j’ai quitté la ville pour étudier en Erasmus. Avant, partir en Erasmus n’était pas si courant, maintenant c’est heureusement beaucoup plus le cas. Je suis allé à Belfast, à un moment délicat car l’IRA était encore active à cette époque. Après, mon idée était de travailler à Madrid pendant un certain temps, puis de retourner à Saragosse. Mes amis aussi. Ils sont tous revenus, sauf moi.

Depuis, je n’y suis presque jamais retourné, car j’ai ensuite étudié pour ma maîtrise à Madrid, et j’ai également vécu à Munich et à Londres. Maintenant, je vis entre Madrid et Munich.

Avez-vous toujours cette relation avec l’Aragon ?

Bien sûr que oui. Je suis marié et j’ai cinq enfants et, bien que la vie internationale ait été merveilleuse, nous avons toujours visité Saragosse régulièrement.

Dans l’ère pré-covide, je prenais environ 80 vols par an et bien que je sois passionné par ce que je fais, en janvier 2020, nous avons décidé que la famille resterait en Espagne pour vivre et voyager à partir de là. Tout a changé quelques mois plus tard avec la pandémie, mais l’intention était déjà de donner ce lieu, ces racines à nos enfants.

foto de José Amoretti para GoAragón Go Aragon

Jose Amoretti-Cordova Vice President HR Europe en BMW Group 3

Avez-vous pensé à Saragosse lorsque vous avez décidé de rentrer définitivement en Espagne ?

Quand j’ai commencé à travailler à Madrid, je rentrais presque tous les week-ends pour voir ma famille et mes amis. Mais maintenant, pour être honnête, l’idée de vivre à Saragosse ne nous a jamais traversé l’esprit car nous avons trouvé notre place dans le monde, à San Lorenzo del Escorial (Madrid).

Aviez-vous un profil international pendant vos études ?

Pas du tout, j’étais assez mauvais en langues et j’étais un mauvais élève, donc je n’ai jamais pensé que je serais aussi international. J’ai eu de la chance et, surtout, j’ai eu l’occasion d’aller à l’étranger. Je pense donc avoir suffisamment de recul pour être convaincu de l’attrait de l’Aragon.

Quelles en sont les raisons ?

Pour de nombreuses raisons. Je crois en son potentiel humain, en son potentiel de talents professionnels et universitaires. Je sais ce qui est proposé, car les ressources humaines sont mon secteur. Mais il n’y a pas que du potentiel. L’Aragon est très puissant en raison de sa situation géographique entre Madrid, Valence, Barcelone et le Pays basque ; en raison du niveau des infrastructures logistiques… Et en termes de tourisme. Lorsque les gens viennent à Saragosse, ils sont étonnés, ou surpris lorsqu’ils visitent les Pyrénées ou lorsqu’ils découvrent des endroits comme Teruel ou la Sierra de Albarracín, qui sont pour beaucoup des coins cachés de l’Espagne.

L’expérience que je vis lorsque je parle de l’Aragon à des personnes originaires d’autres régions d’Espagne est très similaire à celle que je vis lorsque je parle de l’Espagne à des personnes originaires d’autres pays. C’est-à-dire qu’elle n’est pas assez connue (valorisée), seules quelques choses sont connues. L’Aragon devrait être positionné plus haut dans l’imaginaire espagnol.

De quelle manière ?

Je vais l’expliquer avec un humble exemple. Comme je l’ai dit, pour moi, l’Aragon est comme l’Espagne dans le monde. Nous ne croyons pas tout à fait à notre valeur, à ce que nous avons à apporter et à offrir, nous sommes très critiques envers nous-mêmes et nous nous comparons beaucoup à ceux de l’extérieur. Nous devons savoir comment mieux nous “vendre”. Quand quelqu’un vient de New York ou de Londres, nous croyons toujours à sa qualité et à son potentiel grâce à l’endroit ou à l’entité qui le soutient, et nous avons un certain “complexe” alors qu’en réalité nous sommes des personnes aux racines merveilleuses et aussi bien préparées que les autres.

Qu’avons-nous de si spécial ?

Je sais que c’est un stéréotype, mais je suis un grand fan des compétences et pas tellement des connaissances. D’un point de vue commercial, je fais référence à des compétences telles que le travail en équipe, les capacités de communication, les capacités de persuasion… Et il y a une compétence très caractéristique de Saragosse et de l’Aragon en général, c’est celle qui se résume à l’esprit de résilience ou ce qu’on appellerait en anglais “never give up”. L’Aragon est un peuple où les gens sont durs et c’est une des compétences qui ressort toujours quand on rencontre quelqu’un de cette terre, où que l’on soit.

foto de José Amoretti para GoAragón Go Aragon
Jose Amoretti-Cordova Vice President HR Europe  BMW Group

Les entreprises recherchent de plus en plus ces compétences acquises.

C’est vrai, je dirais même que ce qui fait vraiment la différence lorsqu’il s’agit d’embaucher des gens de nos jours, ce sont bien plus les compétences que les connaissances. Le savoir est à portée de clic. Les compétences ne le sont pas.

Par exemple, la dernière personne que j’ai recrutée pour mon équipe en Europe, une Allemande diplômée en commerce, je l’ai engagée parce que ce qui la différenciait des autres candidats, c’était qu’elle avait pris une année sabbatique et était partie avec un sac à dos au Cambodge pour travailler dans des orphelinats. Vous devez être capable d’identifier ce type de talent, avec des compétences non seulement professionnelles mais aussi humaines. Qu’est-ce que cette personne ne sera pas capable de faire dans une entreprise ?

Les profils qui combinent des connaissances techniques et professionnelles mais aussi des compétences humaines sont utilisés pour gérer (et résoudre) des problèmes, des situations inattendues, traiter avec des personnes de profils et de mentalités différents, etc. Des problèmes qui sont sans doute beaucoup plus difficiles qu’un Powerpoint. Ces profils ont donc un avantage dans le monde de l’entreprise.

José, vous êtes également étroitement lié à ces expériences de volontariat, tant sur le plan personnel que professionnel.

Je porte le volontariat dans mon cœur car je l’ai appris et vécu à la maison et à l’école. Ce qui me donne la plus grande satisfaction, c’est de combiner ce que j’aime, le volontariat, avec mon travail, les ressources humaines.

L’un des moments les plus heureux de ces dernières années s’est produit il y a quelques semaines lorsque BMW San Rafael – une concession de Cordoue – a fait un don pour aider à mettre en place un centre de traitement interdisciplinaire pour l’Association de paralysie cérébrale de Cordoue (Acpacys). Nous faisons beaucoup de choses dans lesquelles nous lions la charité, le développement de l’esprit d’équipe et la performance. Nous recherchons toujours un objectif, ce “but” que doivent avoir les bonnes entreprises, celles qui en valent vraiment la peine.

Nous avons également collaboré à des campagnes avec la Banque alimentaire, Movember, Fundación Hogar, entre autres. Chaque fois que je le peux, j’essaie de mettre en contact des organisations ayant de bonnes causes avec mon Groupe afin de soutenir ce genre d’initiatives.

Autre exemple, j’ai joué dans le Club Deportivo Universitario Rugby de Zaragoza (je ne me suis pas vraiment distingué, mais je me suis bien amusé !). C’est l’une des raisons pour lesquelles, en plus de soutenir les valeurs du sport, Goya Automoción, le concessionnaire de Saragosse, a soutenu l’équipe de rugby. C’est une situation gagnant-gagnant. C’est bon pour les jeunes, bon pour la concession qui s’implique dans sa ville, dans ses habitants.

Qu’est-ce qui vous manque à Saragosse ?

Beaucoup de choses, mais par exemple, avant le covid, lorsque nous avons déménagé à Madrid, je voulais que mes enfants reviennent pour vivre la Semaine Sainte à Saragosse, car cela faisait de nombreuses années que nous ne l’avions pas vue. La Semaine sainte à Saragosse est spectaculaire. À cause du coronavirus, j’en suis privé, mais seulement pour le moment.

Quels souvenirs gardez-vous de votre Saragosse ?

Beaucoup et de très bons souvenirs. L’un des plus évidents est mon séjour à l’école et à l’université, dont j’ai joui à 150 %. Saragosse a une vie universitaire brutale et c’est précisément pour cela que c’est un très bon endroit.

Saragosse est une ville typique parce que c’est une ville de taille moyenne avec de grandes infrastructures. C’est pourquoi elle est utilisée comme ville pilote pour de nombreuses industries. Un exemple mineur mais curieux : lorsque je travaillais comme serveur chez McDonald’s pendant mes études, les frites ” Deluxe ” ont été testées pour la première fois en Espagne uniquement dans les restaurants de Saragosse. On peut dire la même chose de l’ouverture de centres commerciaux et d’autres initiatives où différentes industries utilisent Saragosse comme “ville pilote” pour voir si certains produits ou tendances vont marcher (ou pas) ; cet aspect devrait être davantage promu pour que, en plus d’être une ville pilote, il devienne un moteur en Espagne !

Un restaurant où manger en Aragon ?

Il y a un endroit où je me sens vraiment chez moi. Le restaurant “La Bocca” à Saragosse, l’emplacement, la nourriture purement méditerranéenne et surtout le personnel sont excellents !

Quel musée visiteriez-vous en Aragon ?

Je vais vous en dire trois que j’aime en famille, tous trois différents mais spéciaux à leur manière. À Saragosse, le musée Goya. À Teruel, Dinopolis. Et à Huesca, dans le paradis d’Ainsa pour être précis, l’écomusée de la faune.

Où emmèneriez-vous vos enfants pour une escapade d’un week-end ?

Dans les Pyrénées, sans aucun doute. Ordesa, Monte Perdido, Jaca, Benasque… mille lieux à choisir !

ARTICLES CONNEXES

Subscribe
Notify of
guest
0 Comments
Inline Feedbacks
View all comments

VOUS POURRIEZ ÊTRE INTÉRESSÉ PAR

0
Would love your thoughts, please comment.x
()
x