8 C
Zaragoza
5 C
Huesca
0.6 C
Teruel
23 abril 2024

Lorena Orduna : “Nous voulons mettre Huesca sur la carte”

Dans une interview accordée à Go Aragón, la mairesse de Huesca dresse le bilan des premières étapes de son mandat et analyse les futurs défis qu’elle devra relever à la tête de la ville. Le tourisme, le développement urbain et la création du campus biosanitaire sont les trois axes que la maire a définis dans sa feuille de route.

Le 17 juin dernier, Lorena Orduna (Huesca, 1976) a prêté serment en tant que mairesse de la capitale de Huesca. Quatre mois se sont déjà écoulés depuis, avec les fêtes de San Lorenzo juste après son arrivée, au cours desquels la conseillère municipale a déjà pu prendre contact avec la réalité de la ville et le poste qu’elle occupe actuellement.

Dans une interview accordée à Go Aragón, Mme Orduna dresse le bilan de ces premières étapes de son mandat et expose les grandes lignes de son administration, dans laquelle le tourisme, le développement urbain et la création d’un campus biosanitaire sont des priorités.

Les premiers mois du mandat sont déjà passés, quel est votre sentiment après ces quatre mois ?

Les sentiments sont très bons, très intenses, et la vérité est que cela a été un défi passionnant. J’ai dit au début, lorsque j’ai été élue par les habitants de Huesca et que nous avons eu le processus d’investiture, que cela semblait être un défi passionnant, et c’est le cas. Pour moi, c’est un honneur d’être la mairesse de ma ville. Beaucoup de travail nous attend et nous avons un grand défi à relever pour la ville. Je suis très heureuse, très satisfaite et, avec mon équipe, phénoménale.

En quelques mots, quel est l’état actuel de la ville, ses atouts et ses besoins?

La ville a de nombreux atouts. Commençons par le positif, car j’aime toujours parler de manière positive ; vu la situation actuelle, nous méritons aussi un peu de positivité. Huesca est une ville merveilleuse, qui a beaucoup d’années d’histoire, et nous avons un patrimoine que, peut-être, nous n’avons pas été capables de montrer comme la ville le mérite. Et nous avons beaucoup d’autres choses. C’est une ville que l’on peut admirer en 20 minutes ; nous avons une gastronomie spectaculaire, nous avons des pâtisseries et nous avons aussi beaucoup de culture. C’est une ville que tout le monde peut venir visiter pendant 3 ou 4 jours avant de se rendre dans les Pyrénées, qui constituent la principale attraction touristique de la province.

Mais nous ne pouvons pas oublier Huesca, la capitale, qui est l’une des grandes villes oubliées, et c’est la situation que j’ai trouvée dans ma ville. Nous pensons tous que ce que nous avons fait ces dernières années, ou ce qui n’a pas été fait, pour justifier la position de la ville en tant que capitale provinciale, avec tous les avantages et la qualité de vie que nous avons, est très demandé par les hôteliers et les commerçants, ainsi que par les institutions. Tous ceux qui souhaitent développer leur avenir professionnel ou familial trouveront ici une ville idéale pour le faire.

La mairesse de Huesca, Lorena Orduna, lors d’une interview avec Go Aragón. PHOTO : Marcos Díaz

Vous venez du monde de l’entreprise, quelles relations allez-vous établir avec le réseau d’entreprises de Huesca ?

Comme le monde des affaires est mon point fort, en raison des 25 années que j’ai passées dans le secteur privé, la vérité est que cela a été, peut-être, la chose la plus facile à faire. Huesca est une ville d’une telle taille que nous nous connaissons pratiquement tous et que nous avons travaillé main dans la main avec le commerce et les entreprises locales. Avec la confédération, avec le Ceos, avec la CEOE et avec l’Amephu, nous continuons à travailler pour développer ces lignes stratégiques que possède Huesca. De plus, nous ne pouvons pas oublier que 50 % des terrains industriels sont libres. Nous sommes une capitale provinciale et nous allons dérouler le tapis rouge à tous ceux qui veulent s’installer ici.

Nous soutenons également le commerce local, car il est important. Mais pour que le commerce local se développe et que l’hôtellerie, la restauration et la confiserie se maintiennent au même niveau, il faut que les gens viennent ici. C’est pourquoi je suis si obsédé par l’idée d’attirer des gens et un tourisme de qualité, pour que ce soit une ville que tout le monde veuille visiter et qu’ils repartent avec une bonne impression de ce qu’est Huesca.

J’ai cru comprendre qu’en raison de sa position sur la carte, vous ne cherchiez pas seulement à promouvoir le tourisme national, mais aussi le tourisme international…

C’est exact. Pendant les fêtes de San Lorenzo, au mois d’août, nous constatons que beaucoup de Français viennent dans la ville. Les mois de juillet et d’août sont les périodes où le tourisme français est le plus important. Et nous devons le stimuler, l’étendre dans le temps, pour qu’il atteigne les longs week-ends d’octobre et de novembre. De plus, comme nous avons maintenant un très bon temps, presque en octobre, nous avons certains aspects de la ville qui peuvent être visités, nous avons beaucoup d’histoire que nous voulons mettre en valeur et que nous voulons reprendre, ce qui n’a peut-être pas été fait au cours des dernières années.

Nous avons beaucoup de sujets historiques qui peuvent être mis en valeur pour attirer toutes sortes de touristes, en particulier les Français, qui sont à côté, mais pas seulement les Français, mais aussi beaucoup d’Aragonais. Je voyage beaucoup à Saragosse et beaucoup de gens ne sont pas allés à Huesca. Je leur dis : “Nous sommes à 50 minutes, comment se fait-il que vous n’y soyez pas allés ? Il faut que vous veniez”. Des Aragonais, des Navarrais, des Catalans, des Basques et des Madrilènes, bien sûr. Les pistes de ski sont pleines tous les hivers, les étés nous avons aussi les Pyrénées pleines et je vais les convaincre de venir à Huesca (il rit).

Orduna pose dans l’ancien bureau du maire de l’hôtel de ville de Huesca. PHOTO : Marcos Díaz

L’un des premiers temps forts du mandat dès votre arrivée a été les fêtes de San Lorenzo, quel est votre bilan ?

Vous entrez en fonction le 17 juin, vous obtenez la San Lorenzo et vous pouvez gouverner pendant 20 ans (il rit à nouveau). Derrière les fêtes, les journées sont si intenses, on apprend, on normalise tant de situations et on travaille si dur… L’équilibre des fêtes est très bon. Il s’agissait de fêtes héritées, nous avons eu le temps de changer certaines nuances et, surtout, nous avons dû fermer pratiquement tout parce que, malgré ce qu’ils disent, ils avaient été laissés dans un état dans lequel cette équipe gouvernementale devait se mettre au travail. Mais tout s’est très bien passé, l’expérience a été très bonne, malgré les quelques problèmes qui surviennent toujours. Et maintenant, nous nous préparons pour les fêtes de l’année prochaine.

Les prochaines fêtes seront-elles différentes ?

Oui, les habitants de Huesca étaient très mécontents parce qu’ils n’avaient pas été écoutés au cours des huit dernières années. Nous faisons le contraire ; ici, nous accueillons tout entrepreneur, voisin ou association qui veut me parler, me présenter un projet, une plainte ou un problème pour lequel nous pouvons l’aider. Et c’est ce que nous faisons, les agendas s’envolent parce que nous recevons tout le monde. Mais je pense que les habitants de Huesca le méritent et que les entreprises qui veulent s’installer ici le méritent bien sûr.

Il n’y a pas longtemps, l’Association des voisins de Santo Domingo et San Martín a nommé son premier mainate, comment le voyez-vous depuis la mairie ?

Je le vois bien. Nous en avons déjà discuté avec l’équipe gouvernementale. Tant que les quartiers, les associations de quartier et les peñas sont d’accord et proposent une transition logique, comme cela a été fait avec l’incorporation des danseurs, qui cette année en ont incorporé deux, si les mainates doivent arriver, nous l’accepterons. Mais comme une réalisation logique. Le temps évolue et le conseil municipal n’y voit aucun inconvénient.

Le conseiller municipal de Huesca, lors de l’entretien avec Go Aragón. PHOTO : Marcos Díaz

Pour en revenir au monde de l’entreprise, vous avez de l’expérience dans ce domaine, que pouvez-vous apporter à la mairie grâce à cette expérience ?

Je pense que quiconque veut être maire de sa ville doit avoir travaillé dans la gestion privée, avoir travaillé dans les affaires, savoir comment travailler. Parce que cela semblait plus compliqué et beaucoup de gens, qui n’avaient aucune expérience de la politique, m’ont dit : “Vous allez trouver quelque chose de trop grand pour vous, vous ne saurez pas comment le gérer, l’époque est différente, la bureaucratie est énorme…”. J’ai la chance de parler à de nombreux maires en Espagne qui sont dans la même situation, ils viennent de l’entreprise et sont maintenant maires. Et nous trouvons tous qu’il est facile de gérer parce que nous avons beaucoup d’expérience dans ce domaine. Il s’agit avant tout de gérer des équipes, de parler aux gens, d’établir des feuilles de route, d’atteindre des objectifs… en fin de compte, il s’agit de travailler, d’avoir un objectif, de planifier et de diriger son équipe afin d’atteindre cet objectif.

Nous avons plusieurs objectifs pour Huesca et il s’agit de planifier pour les atteindre. J’aime laisser les gens faire les choses, mais quand quelqu’un est distrait ou ralenti, je l’aide à accélérer ou à diriger. C’est l’expérience que j’ai dans le monde des affaires, 25 ans, ce qui n’est pas rien et, pour moi, toute personne qui entre en politique doit d’abord avoir travaillé dans le secteur privé. C’est important.

D’ailleurs, Natalia Chueca, à Saragosse, venait elle aussi du secteur privé lorsqu’elle est entrée au conseil municipal lors de la précédente législature et, dans l’actuelle, il y a trois femmes maires du même parti dans les trois capitales provinciales d’Aragon, en plus de Jorge Azcón au sein du gouvernement.

C’est très important, bien sûr. L’expérience des trois femmes maires, tant sur le plan politique que personnel, a été très bonne parce que j’ai deux très bonnes collègues, deux amies, qui peuvent s’appeler à tout moment et partager leurs problèmes. En outre, la nouvelle venue, pour ainsi dire, c’était moi, parce qu’Emma est une mairesse incroyable qui est aussi très aimée, et ce depuis de nombreuses années ; Natalia a été conseillère municipale pendant quatre ans, elle avait plus de connaissances politiques, mais elle vient du monde de l’entreprise privée, tout comme moi. La vérité, c’est que j’ai deux alliés et deux amis. Avec Jorge Azcón, évidemment, qui a été maire et qui est maintenant président. C’est une personne formidable et nous formons une très bonne équipe.

Les relations que nous entretenons sont excellentes et, bien sûr, cela représentera un changement pour Huesca d’avoir tous ces sens alignés, y compris avec le conseil provincial. N’oublions pas Issac (Claver, président de la Diputación Foral de Huesca), qui vient lui aussi du secteur privé, est très actif, très intelligent et, à nous tous, je pense que nous allons donner à Huesca le “punch” dont elle a besoin.

Dans le cas de Saragosse, allez-vous essayer d’encourager les relations ?

Oui, en fait nous travaillons déjà avec Natalia et Emma sur un accord de collaboration dans le secteur du tourisme pour pouvoir aligner les trois capitales provinciales. Et, concrètement, avec Saragosse, qui est une ville de 700 000 habitants et qui se trouve à 50 minutes de distance, nous avons plusieurs questions en suspens. Évidemment, l’entreprise, évidemment, la projection ; la décentralisation, sur laquelle Jorge Azcón est très clair. Et nous venons de commencer, nous sommes ici depuis quatre mois, mais nous avons déjà beaucoup de sujets sur la table et nous y travaillons déjà, non seulement avec Jorge, mais aussi avec ses conseillers, qui sont tous venus ici. J’insiste sur le fait que les relations sont très bonnes entre eux.

La mobilité entre Saragosse et Huesca est-elle un sujet à l’ordre du jour ?

Bien sûr, le train de banlieue que nous devons promouvoir entre les deux capitales provinciales parce que, de plus, nous sommes tous les deux d’accord et nous le voyons très clairement. Jorge Azcón, lorsqu’il était maire de Saragosse, était également très clair à ce sujet. Il y a un énorme flux de circulation entre les deux capitales et nous pensons qu’il est nécessaire d’avoir un plus grand nombre de trains de banlieue pour que les personnes qui veulent vivre à Huesca ou à Saragosse puissent venir travailler, étudier, aller chez le médecin ou faire des achats dans les deux capitales. Beaucoup de gens viennent ici de Saragosse pour manger ; ils me disent que lorsqu’ils veulent bien manger, ils vont à Huesca.

Orduna, dans son bureau. PHOTO : Marcos Díaz

Et, en regardant vers les Pyrénées, qui sont un atout touristique pour tout l’Aragon, depuis la capitale de Huesca, existe-t-il un plan pour tirer parti de ce potentiel ?

Nous avons un plan stratégique que nous sommes en train de développer. Des milliers de voitures circulent sur l’autoroute en direction des merveilleuses Pyrénées et nous voulons mettre Huesca sur la carte, sous les feux de la rampe, en tant que capitale provinciale. Cela semble facile, mais ce n’est pas si facile. Mais nous pouvons faire quelque chose et, en fait, nous le faisons déjà. Ce long week-end du Pilar a été merveilleux en termes de données à Huesca ; nous n’avons pas eu autant de visiteurs depuis des années. Par conséquent, cette inertie du travail et cette visibilité que nous donnons à Huesca, surtout de ma part, en tant que mairesse et représentante des habitants de Huesca, commencent à être remarquées. Et j’en suis très enthousiaste.

Enfin, quels sont les domaines sur lesquels vous souhaitez concentrer votre attention pendant votre mandat ?

Il y en a trois : le tourisme, c’est-à-dire que les gens viennent à Huesca et mettent la ville sur la carte ; l’urbanisme, le développement de la ville au niveau urbain et la rénovation des espaces du centre historique de Huesca, ce qui signifierait aussi la régénération du patrimoine que nous avons ; et la formation, le campus biosanitaire dont nous avons parlé avec Azcón dans la campagne, la nécessité pour Huesca d’avoir beaucoup de jeunes et de vie dans la ville, qu’ils puissent venir étudier ici avec les campus universitaires que nous avons et qu’ils puissent se développer. Et, en particulier, de les développer dans le secteur de la biomédecine parce que nous comprenons et savons que c’est l’avenir.

Nous avons également un problème majeur dans la province, dû aux effets de la dépopulation, le manque de médecins, de cabinets médicaux et d’infirmières. Le rétablissement de la tradition de Huesca, qui remonte à l’an 1300, de la Salamanque de Huesca, de l’université sertorienne, est l’un des trois piliers pour lesquels je suis prêt à me battre, jusqu’à ce qu’il soit atteint.

Cet engagement en faveur de l’enseignement universitaire vous paraît-il bon? Le gouvernement est-il disposé à le faire ?

Tout à fait. Quelques semaines après avoir prêté serment, notre président est venu me rendre visite officiellement et s’est engagé envers le campus universitaire, à développer les projets qui existaient déjà, qu’il n’y a pas de raison de les arrêter, s’ils sont bons, ils continueront, et à investir dans d’autres. En d’autres termes, la médecine est un fait à Huesca et d’autres choses viendront, plus de spécialisations dans les cours de troisième cycle, dans les masters… il y a une variété de formation technique qui peut être pleinement mise en œuvre à Huesca, c’est nécessaire et cela peut fonctionner de manière phénoménale. En outre, les parents des étudiants étrangers qui vivent à Huesca apprécient la ville pour leurs enfants. Elle est calme et confortable ; nous avons peut-être un petit problème de logement qui doit être résolu, c’est vrai, mais la ville est fantastique pour étudier et vivre.

Comment aimeriez-vous que votre mandat se termine, que faudrait-il qu’il se passe pour que vous soyez fier de vous dans quatre ans ?

Tout d’abord, je ne veux pas que le mandat se termine. Ne me donnez pas quatre ans, c’est trop peu et Huesca a besoin que nous travaillions plus dur pour elle. Je voudrais que les gens soient fiers qu’il y ait eu une mairesse à Huesca qui s’est battue pour les habitants de Huesca, qui a voulu mettre sa ville sur la carte et qui a réussi.

ARTICLES CONNEXES

Subscribe
Notify of
guest
0 Comments
Inline Feedbacks
View all comments

ARTICLES CONNEXES

0
Would love your thoughts, please comment.x
()
x