12.8 C
Zaragoza
15.4 C
Huesca
8.4 C
Teruel
12 noviembre 2022

Cristina Llop : “Mon plus grand mérite a été de choisir les personnes que j’ai emmenées avec moi dans ce voyage”

Cristina Llop (Saragosse, 1978) est diplômée en droit de l’université de Saragosse et titulaire d’un master en pratique juridique de la même université. Elle a été considérée comme l’une des 20 femmes les plus influentes de la profession juridique espagnole. Elle est actuellement associée dans les domaines de la résolution des litiges et du contentieux d’Écija, un cabinet d’avocats multidisciplinaire international.

Elle pratique le droit depuis plus de 15 ans et a participé aux institutions de la profession juridique. Elle est l’ancienne présidente de la Confédération espagnole des jeunes avocats (CEAJ), conseillère du Conseil général des avocats espagnols (CGAE) et également secrétaire adjointe de la communication et du marketing.

Avez-vous étudié le droit par vocation et est-ce une tradition familiale ?

Mon père était avocat, mais il a pris sa retraite avant que je ne termine mes études. J’observais mon père, qui avait son bureau à la maison, et je ne voulais pas être comme lui. Les séances de téléphone, les appels à des heures indues, les peines de cœur. Quand je pensais aux études, je disais : tout sauf avocat. Finalement, la vie vous prend et vous regarde. Ce n’était pas professionnel, j’ai étudié à l’université de Saragosse. Ça m’a coûté cher et ça ne m’a pas plu du tout, parce que ce n’était pas abordé d’un point de vue pratique et la beauté du droit, c’est justement ça, savoir gérer les conflits des gens. C’est là que j’ai compris le sens de la profession.

Pourquoi avez-vous décidé de rejoindre des institutions liées aux jeunes avocats ?

À l’époque, je n’avais pas vraiment de vie institutionnelle. Un de mes collègues voulait se présenter à la présidence de l’Association des jeunes avocats de Saragosse et j’ai adhéré en tant que membre pour soutenir un ami. Je n’avais aucune aspiration à l’époque. Chaque fois que nous y pensons maintenant, nous en rions.

J’ai assisté aux réunions régulières des conseils espagnols. Et j’ai commencé à aimer ça et à m’intéresser de plus en plus à la vie institutionnelle, parce que je me suis rendu compte qu’il y a des choses qui ne peuvent être changées que par le biais des associations. À cette époque, David Díez, président de la Confédération espagnole des jeunes avocats, m’a proposé d’en devenir membre. Après deux ans, il est parti et je me suis présenté comme président national, et j’ai eu la chance d’être élu. Je suis resté deux ans, ce à quoi je m’étais engagé. À cette époque, j’avais déjà 38 ans et je ne me voyais pas capable de représenter de jeunes avocats. En outre, j’ai été lié à l’Association des jeunes entrepreneurs de Saragosse (AJE), puisque j’ai fait partie du conseil d’administration et que je continue à collaborer avec de jeunes entrepreneurs et avocats.

Comment êtes-vous devenu membre du Consejo General de la Abogacía Española (CGAE) ?

L’organe suprême de la profession d’avocat en Espagne est l’assemblée plénière, composée des doyens de chaque barreau d’Espagne (83), des présidents des conseils régionaux de la profession d’avocat et de 12 conseillers élus par les premiers parmi des juristes au prestige reconnu. J’ai été élu en tant que tel quelques mois après avoir quitté le CEAJ. En outre, la présidente choisit parmi eux tous ceux qu’elle considère comme occupant des postes de responsabilité particulière, et dans mon cas, j’ai occupé le poste de secrétaire adjoint à la communication et au marketing du Conseil au cours des quatre dernières années.

Qu’avez-vous appris pendant cette période dans le monde institutionnel ?

Les grandes réformes ne se font pas de chez soi et nécessitent une institutionnalisation. Ce n’est pas un travail agréable, car les succès semblent souvent être donnés comme des cadeaux, et les échecs sont le résultat d’une culpabilité personnelle. Tant sur le plan institutionnel que professionnel, la première leçon que j’ai apprise est que nous devons tous tirer dans la même direction, sinon les choses ne marchent pas. Par ailleurs, j’ai également appris que lorsqu’on s’associe professionnellement ou qu’on s’implique dans la vie institutionnelle, il faut le faire avec humilité et générosité. L’humilité pour reconnaître les réussites des autres, et la générosité pour faire des concessions à son propre détriment pour le bien commun.

Vous êtes membre d’Ecija Zaragoza depuis cinq ans. Quels sont les objectifs d’Ecija pour 2021 ?

Nous avons pris un engagement fort pour l’expansion en Amérique latine, et nous aspirons à continuer à croître, en maintenant la stabilité de ce que nous avons déjà réalisé. Nous avons beaucoup grandi ces dernières années, avec des prix internationaux qui ont reconnu notre bon travail. Maintenant, nous nous concentrons sur l’expansion et le maintien de ce dans quoi nous excellons déjà.

Vous êtes considérée comme l’une des femmes les plus influentes de la profession juridique espagnole 2020. Qu’est-ce que cela vous fait ?

J’ai beaucoup de chance. Je connais beaucoup de collègues féminines qui le méritent plus que moi, le mauvais côté des classements est qu’ils ne sont jamais à la hauteur. Je n’aurais pas réussi ce que j’ai fait si je n’avais pas été entourée de personnes bien meilleures que moi, grâce au travail d’équipe. Mon plus grand mérite a été de choisir les personnes que j’ai emmenées avec moi dans ce voyage.

La liste des femmes influentes dont elle fait partie n’est pas mixte. Bien qu’il y ait eu une augmentation du nombre de femmes dans la profession, le fossé entre les sexes et les plafonds de verre sont toujours évidents. Seules 19 % d’entre elles occupent le poste d’associé dans les grands cabinets.

Il y a encore très peu de femmes associées à des postes de direction, soit à cause de décisions de tiers, soit à cause de leurs propres décisions. Il y a des femmes qui n’obtiennent pas de promotion parce qu’elles décident elles-mêmes de le faire, afin de s’occuper de leur famille. Personnellement, je pense que c’est une décision aussi valable qu’une autre, mais à condition qu’elle ne soit pas prise par convention sociale mais par conviction. Nous avons un problème d’éducation sur lequel nous devons travailler.

Comment contribuez-vous à rendre plus visible le rôle des femmes dans la profession d’avocat ?

Je ne sais pas si je contribue ou non à le rendre visible mais, sans aucun doute, le positionnement des femmes à des postes de direction au sein de nos institutions ou de nos cabinets d’avocats sert à démontrer notre capacité à le faire. Je n’ai pas eu de grandes difficultés à atteindre les postes que j’ai occupés, mais je sais que d’autres femmes en ont eu. C’est un problème qui se pose dans tous les domaines, et pas seulement dans la profession juridique. Je sais qu’il y a des collègues femmes qui consacrent de nombreuses heures à leur bureau, mais qui n’ont pas la possibilité d’être promues parce qu’on pense que lorsqu’elles doivent choisir entre le client et la famille, elles donnent la priorité à cette dernière. J’ai l’impression que c’est pour cela et non pour d’autres critères, comme la valeur professionnelle des femmes, qui est largement reconnue.

Quel est votre rôle dans l’association Women in a Legal World ?

Il s’agit d’une association visant à promouvoir les talents féminins dans le secteur juridique. Nous organisons de nombreuses sessions pour rendre plus visible le rôle des femmes managers, pour favoriser les relations entre nous afin d’encourager le soutien que nous devons nous apporter. Nous sommes parfois nos propres méchantes, et cette association tend au jumelage des femmes du secteur. C’est une association extrêmement active avec laquelle je ne peux pas travailler autant que je le voudrais.

Y a-t-il beaucoup de concurrence entre les femmes du secteur ?

Les femmes sont compétitives en elles-mêmes et nous sommes souvent celles qui se mettent en travers de leur chemin. Ce n’est pas seulement le sexe masculin qui nous freine et nous devons en être conscients. Nous avons un problème d’éducation que nous devons surmonter ensemble.

ARTICLES CONNEXES

Subscribe
Notify of
guest
0 Comments
Inline Feedbacks
View all comments

VOUS POURRIEZ ÊTRE INTÉRESSÉ PAR

0
Would love your thoughts, please comment.x
()
x