3.9 C
Zaragoza
1.4 C
Huesca
3.3 C
Teruel
3 diciembre 2022

La voie verte du Val de Zafán, la seule destination touristique espagnole à être reconnue par “The Guardian” en 2020.

L’ancienne ligne ferroviaire convertie en sentier traverse trois régions de Teruel et parcourt 130 kilomètres entre falaises, tunnels, viaducs et avec la nature méditerranéenne comme protagoniste.

Saviez-vous que l’une des meilleures destinations pour voyager se trouve dans la province de Teruel ? C’est ce qu’a reconnu le prestigieux journal britannique The Guardian, qui a désigné la voie verte de Val de Zafán comme l’une des 20 meilleures découvertes de voyage de 2020. Les autres destinations figurant dans la liste appartiennent pour la plupart au Royaume-Uni et sont des lieux tels que Salisbury, le sud de l’Angleterre, le Dorset, les îles Scilly, le Somerset, les marais du Suffolk, le Herefordshire, la petite réserve naturelle des Chilterns, le quartier des pêcheurs d’Aberdeen, Powys, Richmond Park (Londres), Cumbria, la vallée de la Loire, le Kent, la Carinthie (Autriche), Bratislava, Berwick-upon-Tweed, la rivière Tirino (Italie) et la ville de Londres.

La Vía Verde del Val de Zafán est une ancienne voie ferrée convertie en voie verte et en piste cyclable reliant Puebla de Híjar (Aragon) à Tortosa (Catalogne). Ce parcours de 130 kilomètres (la deuxième voie verte la plus longue d’Espagne) suit des cours d’eau limpides jusqu’au grand fleuve Ebro, en passant par les régions de Teruel, Bajo Martín, Bajo Aragón et Matarraña, jusqu’à ce qu’il atteigne la Catalogne. Cette route est très populaire auprès des cyclistes et leur permet de suivre des itinéraires à travers des zones naturelles protégées et l’histoire. La route est un mélange de paysages spectaculaires pleins de viaducs et de tunnels avec des gares restaurées avec de nouveaux usages, comme des cafés.
Lois Pryce, l’auteur de l’article du Guardian et d’autres publications et livres tels que Revolutionary Ride, a fait le voyage entre janvier et février 2020 (juste avant le début de la pandémie) et a été “époustouflée” par le paysage. De l’itinéraire, elle fait l’éloge de la conversion de certaines gares en zones de repos et de loisirs, dont certaines avec des cafés et des cafés, qui sont selon elle “très bienvenus”. Il souligne également la présence de rivières et de piscines naturelles dans lesquelles on peut se baigner “quand la chaleur devient trop forte”.

Depuis l’itinéraire, on peut voir les Ports de Beceite et dans la partie catalane d’Els Ports, Pryce apprécie “ses falaises et ses cascades calcaires, qui offrent un décor rappelant l’Ouest américain”, auquel s’ajoute la végétation de la pinède et du maquis méditerranéens entrecoupés de grandes étendues d’oliviers, d’amandiers et de vignes ; et des infrastructures telles que des tunnels, des viaducs surélevés et des ermitages médiévaux. Plus précisément, la piste passe par le tunnel de l’équinoxe, long de deux kilomètres, où se produisent les équinoxes de printemps et d’automne, lorsque le soleil traverse le tunnel de part en part. Cet événement, qui a lieu deux fois par an (le 26 mars et le 17 septembre), suscite l’intérêt de nombreux visiteurs, bien que le tunnel ne puisse être traversé pour des raisons de sécurité.

Le parcours depuis Valderrobres est pratiquement en descente, ce qui en fait une activité parfaite pour tous. Les personnes qui le font sont au nombre de 70%, du moins dans la partie catalane, et ce n’est pas surprenant, car ces dernières années, les entreprises de location de vélos se sont multipliées dans la région (Cretas, Valdealgorfa, Alcañiz…) qui proposent également un service de ramassage en camionnette à Tortosa pour éviter d’avoir à faire la montée du retour.

L’histoire d’une panne de chemin de fer
Vía Verde

Le chemin de fer de Val de Zafán est un projet qui ne s’est jamais concrétisé. Les premiers efforts pour construire un chemin de fer reliant le port de San Carlos de la Rápita (Catalogne) à Puebla de Híjar, à Teruel, remontent à 1863. L’intérêt des Aragonais était d’avoir un accès facile à un port maritime d’où ils pourraient exporter leurs produits.
Le premier tronçon de 32 kilomètres entre Puebla de Híjar et Alcañiz a été inauguré en 1895 et l’extension jusqu’à Tortosa n’a été réalisée que près de 50 ans plus tard, en 1942. Seule la guerre civile a pu accélérer la construction de ce tronçon en raison des besoins de guerre du camp de Franco, puisque la ligne ferroviaire a joué un rôle clé dans la bataille de l’Ebre. En fait, les ouvriers qui ont réalisé la dernière phase des travaux étaient eux-mêmes des prisonniers républicains.

Le “sarmentero”, nom sous lequel était connu ce train qui traversait une zone plantée de vignes, n’a duré que 31 ans, pendant lesquels le tronçon allant de Tortosa au port de San Carlos de la Rápita n’a même pas été achevé. En 1973, il a été définitivement fermé et la reconversion en voie verte a commencé avec le démantèlement et l’enlèvement des rails en 1995. Ce Sentier Naturel-Voie Verte a été réalisé dans le cadre du Programme de Sentiers Naturels du Ministère de l’Environnement, avec l’aide des conseils généraux et municipaux.

ARTICLES CONNEXES

Subscribe
Notify of
guest
0 Comments
Inline Feedbacks
View all comments

ARTICLES CONNEXES

0
Would love your thoughts, please comment.x
()
x