-1 C
Zaragoza
-4.4 C
Huesca
-6 C
Teruel
30 enero 2023

Joaquín Olona : “La chose la plus importante que nous avons, ce sont les agriculteurs”

Le ministre de l'agriculture, de l'élevage et de l'environnement du gouvernement d'Aragon réfléchit dans une interview à la situation du monde rural, à ses défis et à l'avenir qui l'attend. Il souligne également l'importance du secteur agroalimentaire dans le développement de l'économie aragonaise, notamment au niveau des exportations.

Joaquín Olona (Saragosse, 1959) dirige le département de l’agriculture, de l’élevage et de l’environnement du gouvernement d’Aragon depuis 2019. Au cours de la législature précédente, il était chargé du développement rural et de la durabilité, une autre appellation sous laquelle il couvrait également les compétences liées à la campagne aragonaise.

En bref, il a passé près de huit ans en tant que ministre du portefeuille lié à l’un des secteurs les plus importants pour l’économie de la Communauté, comme il l’indique clairement dans une interview accordée à Go Aragón, dans laquelle il souligne également le rôle des professionnels dans les campagnes : “Ce qui est le plus important pour nous, ce sont les agriculteurs”, souligne-t-il.

Nous sommes presque à la fin de la législature, êtes-vous satisfait du travail de ces quatre années?

Il s’agit d’une question qui peut être trompeuse. D’une part, je ne suis pas satisfait parce qu’il y a beaucoup de choses que j’aurais voulu réaliser et qui ne l’ont pas été, à commencer par une réforme en profondeur de la PAC et, d’autre part, que le secteur aurait reçu beaucoup plus d’aides et d’impulsions économiques. De ce point de vue, je ne suis pas satisfait car l’ambition et les besoins sont là.

D’autre part, du point de vue de la gestion de ce gouvernement dans son ensemble, je pense qu’au cours de cette législature et de la précédente, nous avons été ambitieux et nous avons relevé des défis importants. Du point de vue du gouvernement, en termes d’ambitions et de défis à relever, en ce sens, je suis très satisfait.

Après deux mandats consécutifs, cela fait maintenant presque huit ans que vous êtes en charge de la région. Avec ce bilan, quelle est votre appréciation de la campagne aragonaise?

Il s’agit d’un secteur très professionnel, très technique, avec une grande capacité et que, peut-être, ce qui n’est pas conforme, c’est la politique agricole, la PAC, qui ne soutient pas pleinement ce professionnalisme, cette capacité technologique qui existe et, tout cela, dans le cadre du modèle familial, ce que nous défendons depuis le gouvernement d’Aragon.

En ce qui concerne ce modèle familial, quelles initiatives existent pour le protéger et le promouvoir, et quand seront-elles prêtes?

Nous avons la loi pour la protection de l’agriculture familiale, qui est devant les Cortes depuis un an. Tout indique qu’il va sortir, il doit sortir de manière imminente car il reste très peu de temps à la législature. Je suis sûr qu’elle sera adoptée. Je tiens à souligner que c’est le principal défi que nous avons relevé en tant que gouvernement, cet engagement envers le modèle familial et la réussite dans la mesure où cette loi est définitivement approuvée par les Cortes. En bref, il ne s’agit pas seulement de soutenir l’agriculture, l’agriculture dans l’abstrait n’a peut-être pas besoin d’être soutenue, ce qui a besoin d’être soutenu c’est le modèle familial, ce type particulier d’agriculture qui est fondamental, parmi beaucoup d’autres choses, pour le maintien du territoire.

Par exemple, pour fixer la population?

En effet, pour fixer la population, pour que les villages puissent continuer à être des villages tels que nous les connaissons, parce que le poids économique et social de l’agriculture est tellement important que, de mon point de vue, si ce modèle est finalement remplacé par d’autres qui sont déjà de nature corporative, peut-être que le système alimentaire ne souffrira pas tant, mais le modèle territorial souffrira sérieusement.

Et dans le domaine de l’élevage, de la gestion du lisier, l’Aragon est-il sur la bonne voie?

Le premier objectif, bien qu’il puisse sembler évident, est que le secteur lui-même prenne conscience qu’il s’agit de son principal défi et de son talon d’Achille. Nous devons commencer par nous convaincre qu’il s’agit du problème le plus urgent et, d’un point de vue stratégique, le plus décisif. Je dis cela parce que je suis convaincu que, compte tenu du potentiel du secteur porcin, ce n’est que lorsqu’il s’y mettra vraiment que des solutions commenceront à être trouvées. C’est un secteur qui a déjà apporté des solutions à de nombreux autres aspects de la production, de la santé… La peste porcine africaine a été éradiquée de l’Espagne, qui a été pendant de nombreuses années son talon d’Achille.

La première chose à faire pour résoudre un problème est d’être absolument conscient qu’il existe et que vous voulez le résoudre. À partir de là, qu’est-ce que le gouvernement essaie de faire? Eh bien, supprimer les obstacles réglementaires et institutionnels à l’utilisation du lisier et à la substitution des engrais minéraux par des engrais organiques, y compris le lisier.

De quoi est-ce que je parle? Je ne comprends pas que la directive communautaire sur les nitrates limite l’azote provenant du lisier, du fumier, et ne limite pas l’azote provenant des engrais minéraux. Cela n’a aucun sens d’un point de vue agronomique, cela obéit à d’autres raisons que vous pouvez imaginer et ce n’est pas quelque chose qu’une communauté autonome peut faire, mais je le présente comme l’expression maximale de la suppression des barrières réglementaires et institutionnelles, afin que cela puisse se développer avec la vitesse et, surtout, avec l’intensité dont nous avons besoin.

J’insiste, c’est l’expression maximale de la limitation réglementaire; il y en a d’autres dans lesquelles nous avons déjà un impact et, en fait, un décret du gouvernement d’Aragon sur le lisier a déjà été approuvé en 2018 qui aborde ce que nous pouvons aborder depuis la Communauté. Et, comme pour les dernières initiatives qui ont été promues, avec le récent congrès qui s’est tenu, Renowagro, en bref, pour encourager tant le secteur que le système de recherche et de développement à s’engager réellement dans l’utilisation du lisier comme engrais.

Il y a deux idées fondamentales. Premièrement, le secteur porcin doit être convaincu et engagé dans la solution du problème et ne pas prendre la mauvaise voie. La solution au problème doit venir de l’utilisation des engrais et il faut cesser de tomber dans l’erreur permanente commise au cours des 30 dernières années, qui consiste à considérer le lisier comme une ressource énergétique, ce qu’il n’est pas.

En parlant de porcs, les solutions que la Chine applique à ses problèmes de peste peuvent-elles toucher l’Aragon et le secteur?

Je ne pense pas. Depuis des années, et certains l’affirment, on parle d’une bulle porcine. Je n’ai jamais vu de bulle, ce que nous avons c’est un secteur très avancé, je dirais qu’avec le vin, c’est le secteur qui a fait le plus grand progrès commercial, avec une structure commerciale plus grande et meilleure, ce qui lui a permis d’être présent dans le monde entier. Notre viande de porc se trouve, et ce n’est pas un détail, sur les marchés des pays les plus avancés. Il n’y a pas que la Chine, le secteur exporte aux États-Unis et dans le monde entier, sur les cinq continents et dans les pays les plus développés. Il ne s’agit donc en aucun cas d’un secteur captif d’un marché spécifique et particulier, comme la Chine, ou d’un autre.

En fait, ces dernières années, la Chine a récupéré sa production, qui s’était effondrée pour des raisons sanitaires, et le secteur est toujours là. Elle est suffisamment diversifiée sur le plan commercial pour ne pas dépendre de manière décisive de la Chine. Cela dit, si la Chine s’enrhume, le monde entier s’enrhume. Pour le meilleur ou pour le pire, le monde globalisé, les marchés mondiaux, sont clairement et évidemment dépendants de la Chine, mais pas de l’industrie porcine, mais de toute notre économie.

En parlant du monde extérieur, comment le paysage aragonais contribue-t-il à l’internationalisation de l’Aragon?

Tout à fait. Je crois que le secteur agroalimentaire dans son ensemble, agriculture, élevage et agro-industrie, a un grand poids dans le bon développement de l’économie. Le système agroalimentaire contribue de manière très notable à la croissance économique et à la bonne évolution des variables de l’économie aragonaise dans son ensemble. Et, en particulier, aux exportations. Nous n’exportons pas seulement du porc, nous exportons du vin, nous exportons de la luzerne, un produit qui, il y a 50 ans, aurait été impensable en raison de ses caractéristiques physiques. Nous avons donc un secteur très internationalisé qui contribue largement aux exportations dans leur ensemble.

Il en va de même pour les produits “gourmets” tels que la truffe noire, n’est-ce pas?

Oui, la truffe est un produit plus symbolique. Il y a une série de produits et peut-être que le principal ou le premier qui devrait être mis sur la carte est la truffe noire comme carte de visite. Ce n’est pas en volume, ce n’est pas parce qu’il a un impact décisif sur les chiffres des exportations comme le porc, par exemple, ou le vin, mais c’est une magnifique carte de visite qui devrait nous aider beaucoup plus à ouvrir de nouveaux marchés et de nouvelles portes dans le monde agroalimentaire. Et, dans ce cas, surtout dans le monde gastronomique international, où l’Espagne est une référence et une puissance mondiale. Nous devons avoir un produit vedette, comme la truffe noire, dont l’Aragon est le premier producteur mondial, en particulier Teruel, dans la région de Sarrión. Tout cela est un grand défi, il faut l’internationaliser et en faire un produit phare pour que tous les autres produits puissent suivre, ouvrant ainsi la voie.

Les truffes sont en passe d’obtenir leur propre Indication Géographique Protégée (IGP), des produits tels que les vins et le jambon ont déjà leurs propres appellations d’origine… Quelle est l’importance de ces labels en matière d’internationalisation?

Dans ce monde de marchés globalisés, où tout tend à s’unifier et où il est si difficile d’être compétitif, je crois que dans le jeu de l’internationalisation et de la globalisation, avoir des produits différenciés est peut-être l’une des clés ou l’une des stratégies les plus efficaces pour pouvoir être compétitif. Nous devons être compétitifs sur les prix, mais pas seulement sur les prix; avoir un élément de qualité différenciée reconnue est le moyen de différencier, en bref, nos produits de la multitude d’autres avec lesquels nous devons être en concurrence dans le monde.

La crise énergétique touche également le secteur agroalimentaire. Comment le gouvernement régional peut-il aider les producteurs?

Comme pour beaucoup d’autres choses, une communauté autonome ne peut pas faire grand-chose face à un problème tel que la hausse des prix de l’énergie; nous ne disposons pas de nos propres outils. La première chose est de collaborer avec l’administration générale pour transmettre les aides et les soutiens qui ont été établis, notamment dans le cas du secteur agricole. Au-delà, de mon point de vue, ce que cette crise énergétique permet de souligner, c’est l’importance et la nécessité d’approfondir et de s’engager dans le développement technologique du secteur. Nous devons optimiser et améliorer l’efficacité dans tous les domaines de l’agriculture où l’énergie est consommée, qui sont nombreux, et cela, indépendamment des mesures à court terme, implique un véritable engagement en faveur du développement technologique ; en particulier, un engagement en faveur des énergies renouvelables, par exemple.

L’un des domaines où elle a l’effet le plus pernicieux et le plus dur, à part le carburant, qui est de nature générale, est l’irrigation. Dans de nombreux systèmes d’irrigation, les économies d’eau réalisées au cours des dernières décennies ont conduit à l’utilisation de systèmes à pression qui nécessitent de l’énergie. Ce que nous soutenons, c’est que les communautés d’irrigants remplacent les systèmes énergétiques conventionnels par des énergies renouvelables.

En matière d’environnement, le budget a augmenté de 82 % par rapport à 2015. Cette augmentation répond-elle aux défis posés par le changement climatique?

En partie, oui, car, au final, la réponse au changement climatique du point de vue des politiques européennes est la stratégie adoptée par les institutions européennes. En termes pratiques et immédiats, c’est une conséquence, avant tout, de la mise en œuvre des fonds européens, des MRRF. Ces fonds ont une orientation stratégique claire pour aborder les questions liées au changement climatique et c’est la raison la plus immédiate et la plus concrète.

En somme, et au-delà des crises et des défis auxquels elle est confrontée, la campagne aragonaise a-t-elle un avenir?

Elle a un grand avenir parce que nous avons des facteurs compétitifs, même si parfois les gens insistent, par exemple, sur le fait qu’avec le changement climatique, il n’y aura plus d’eau. Eh bien, le changement climatique va avoir un régime hydrique beaucoup plus irrégulier. Si nous complétons, ce que nous sommes en train de faire, nos capacités de régulation hydraulique, nous avons l’eau, le territoire, la terre, mais, surtout, ce que nous avons de plus important, ce sont les agriculteurs. J’insiste, nous disposons d’une structure agricole très puissante basée sur un modèle familial qui, si nous lui apportons le soutien nécessaire et mérité, a un avenir splendide, à condition qu’elle continue main dans la main avec le processus d’industrialisation qui est en cours.

Je crois que le facteur le plus décisif est que nous avons une agro-industrie qui va comme un météore, une agro-industrie dans laquelle il y a des projets très importants en cours de développement et c’est fondamental pour l’avenir. Pour moi, il y a deux clés, l’une est le modèle familial ; mais ce modèle a besoin de deux choses, un soutien public et d’être lié à une agro-industrie puissante, internationalisée, avec une dimension économique, avec un engagement commercial et, surtout, avec un engagement clair en matière de marketing et de développement commercial. Cela nécessite à la fois l’un et l’autre, l’internationalisation. Il est essentiel que l’agro-industrie continue à piloter des projets pertinents et, derrière cela, les matières premières sont garanties par notre système de production.

Vous avez mentionné l’importance de l’innovation dans le secteur, des centres tels que le CITA et le CIHEAM, quel rôle jouent-ils?

Ils jouent un rôle fondamental. Pour donner un cas spécifique qui est de nature stratégique, nous avons lancé en 2016 ce que nous appelons des projets de coopération. L’idée était que les agriculteurs et les éleveurs eux-mêmes, individuellement ou, de préférence, par le biais de groupes et d’associations, puissent accéder à des projets d’innovation et de développement. C’était une nouveauté, elle a été lancée et, bien sûr, je la qualifierais de succès, elle a eu un écho extraordinaire et le rôle joué par CITA a été absolument décisif. Il aurait été difficile de promouvoir, et encore moins de réussir, une ligne comme celle-ci, qui souligne que les projets de R&D doivent être promus et développés par le secteur lui-même, sans le soutien, l’appui et l’intervention de la CITA.

Ensuite, je pense qu’il y a quelques exemples qui, à mon avis, sont très remarquables et qui devraient aussi nous aider à voir où il est intéressant d’aller et où nous devrions concentrer nos efforts. Pour donner un autre exemple, les meilleures variétés modernes d’amandiers utilisées aujourd’hui en Espagne et dans le reste du monde, aussi incroyable que cela puisse paraître, sont issues de CITA. Et cela a été possible parce qu’il y avait des chercheurs qui s’engageaient à résoudre des problèmes réels. Ils ont observé que les amandiers succombaient au gel et ils ont décidé de s’attaquer au problème en retardant les dates de floraison. Cela montre que lorsque quelqu’un se concentre sur un problème, celui-ci est tôt ou tard résolu. Nous devons nous concentrer sur les grands problèmes, sur les problèmes réels du secteur qui sont stratégiques, qui, s’ils sont résolus, permettront de faire de grands progrès et je crois que c’est un modèle à prendre en compte, pour ne pas dire à suivre.

ARTICLES CONNEXES

Subscribe
Notify of
guest
0 Comments
Inline Feedbacks
View all comments

ARTICLES CONNEXES

0
Would love your thoughts, please comment.x
()
x