18.4 C
Zaragoza
19 C
Huesca
15.3 C
Teruel
16 octubre 2021

Natalia Chueca : “Un engagement comme celui de Saragosse pour électrifier les transports publics est inédit dans d’autres villes espagnoles”

La conseillère en charge des services publics et de la mobilité de la ville de Saragosse, Natalia Chueca, s’efforce de faire de Saragosse une ville climatiquement neutre d’ici 2030. Comme Madrid, elle s’est engagée dans l’électrification de la flotte de bus, mais avec un projet très ambitieux. Le conseil municipal progresse dans les projets de reforestation urbaine et d’économie circulaire qui feront de Saragosse un environnement plus sain et attireront les investissements.

Comment Saragosse s’adapte-t-elle à la mobilité durable ? Quels sont les principaux piliers du travail du conseil municipal?

À Saragosse, nous disposons d’un point de départ très positif puisque 50 % des déplacements de la ville se font déjà à pied, ce qui est la mobilité la plus durable qui soit. 28% se font par les transports publics, le reste par les transports privés et 5% par le vélo. La répartition modale est très durable. Le principal changement auquel nous travaillons est de faire en sorte que les transports publics, qui sont durables et efficaces, le soient davantage. Le gouvernement s’est notamment engagé à ne plus acheter de bus hybrides ou à combustion, mais uniquement des flottes électriques à zéro émission.

Que signifie ce changement?

Il s’agit d’une révolution, d’un projet très ambitieux qui permettra d’économiser 620 000 tonnes de CO2 sur la durée de vie des nouvelles flottes. Mais pas seulement. Nous devons continuer à promouvoir la mobilité des piétons et des cyclistes pour qu’elle devienne réellement une mobilité de plus en plus active et que, naturellement et par commodité, les gens décident de laisser leur voiture à la maison pour leurs déplacements urbains. Nous ne voulons pas être agressifs ou imposer des mesures, mais faciliter les alternatives que vous choisissez par choix.

Vous voulez financer l’achat de bus électriques avec des subventions européennes.

Ce que nous avons fait, c’est prendre la décision et nous mettre au travail lorsque nous avons dû commander les nouveaux bus qui devaient être achetés dans le cadre du contrat et selon le contrat actuel, ils étaient hybrides, nous avons décidé de le modifier pour qu’ils soient électriques. Nous avons commencé en novembre 2020, de nombreux mois de travail avec le concessionnaire et le service pour élaborer les projets techniques et d’ingénierie, car il s’agissait d’électrifier tous les dépôts pour que la recharge puisse se faire la nuit. En juillet, nous avons approuvé le projet, tous les contrats ont été signés pour commencer les travaux. Le 23 août, l’appel à propositions MITMA pour les conseils locaux est sorti, et nous avons vu que ce qu’ils demandent dans les bases de financement européennes correspond parfaitement à notre stratégie et aux décisions que nous avions déjà prises. Avec l’appel à propositions, nous pouvons convenir que la moitié de l’investissement sera subventionnée par des fonds européens. Si nous n’avions pas pris la décision en décembre 2020, nous pourrions avoir accès à zéro euro de subvention.

Natalia Chueca, en compagnie du maire de Saragosse, Jorge Azcón, présentant les bus électriques. (Photo : Conseil municipal de Saragosse)
Comment cet engagement en faveur du bus électrique positionne-t-il Saragosse par rapport aux autres villes espagnoles et européennes?

Nous sommes à l’avant-garde de la transformation des flottes de transports publics en transports à émissions nulles. Notre surprise a été que, pour l’instant, seule Madrid mise beaucoup sur la transformation de toutes ses flottes de transport urbain et que le reste des villes se montre plus prudent, car il s’agit d’une opération qui comporte des risques et des incertitudes. Nous avons un avantage.

Seules Madrid et Saragosse sont engagées dans un modèle de transport public durable?

Pour l’instant, oui. Il y a peut-être d’autres villes qui ont des projets pilotes comme nous jusqu’à présent, où nous avions quatre bus électriques en circulation. Jusqu’à présent, ce que l’on nous a dit, c’est que seuls Madrid et Saragosse prennent un engagement aussi fort. On nous dit aussi que c’est à cause du projet d’électrification des dépôts de bus. Une ligne à haute tension a été mise en place et une nouvelle ligne à moyenne tension doit être introduite pour transformer l’énergie et avoir la capacité de charger 70 bus en batteries pour le moment, mais aussi les 320 bus que comptera la flotte à l’avenir. Un engagement aussi fort n’est pas connu dans d’autres villes d’Espagne.

Comment gérez-vous les autres nouvelles formes de mobilité, telles que l’autopartage, le motopartage, les scooters électriques, etc.

Nous sommes en train d’organiser une micro-mobilité qui, en réalité, est née au cours des cinq dernières années et qui a connu un moment d’effervescence et nous devons trouver son espace au sein de la mobilité de la ville. Avant l’été, des autorisations ont été accordées pour le partage de vélos et de motos qui permettront aux entreprises qui viendront s’installer d’offrir le service, mais de manière ordonnée ; en d’autres termes, il leur est interdit de se garer sur les trottoirs et elles ne peuvent le faire que dans les râteliers à vélos et les places de stationnement sur la chaussée. Ce désordre et ce chaos que nous avons connus les années précédentes vont disparaître. Ce que nous avons également fait, c’est de donner la priorité, dans l’appel d’offres, au fait que le prix soit compétitif et que les utilisateurs de la mobilité partagée, qui est durable, puissent bénéficier de ce prix. Nous allons maintenant établir un nouveau cahier des charges pour les scooters afin de les commander sur les mêmes bases : commande en ville et prix compétitifs, principalement.

Le Conseil municipal avait lancé un projet pilote d’autopartage. Quel stade a-t-il atteint?

Nous voulons continuer à promouvoir la mobilité partagée, nous pensons qu’elle est très efficace car elle occupe moins d’espace public puisqu’elle n’est utilisée qu’avec des véhicules en mouvement. Avec l’entreprise Alma, nous travaillons sur un projet pilote de mobilité partagée et collaborative. L’idée est que les utilisateurs peuvent recharger eux-mêmes leur voiture, ce qui réduit les coûts d’exploitation et rend ce modèle plus compétitif. Pour les villes de taille moyenne, de moins d’un million et demi ou deux millions d’habitants, il est vraiment plus difficile pour les entreprises de faire des bénéfices. Ce modèle partagé peut contribuer, s’il fonctionne, et c’est pourquoi il est testé à Saragosse, à fournir une solution optimale pour une ville de cette taille et pour plus de 100 villes de cette taille en Europe. Voyons si, à partir de 2022, nous pourrons tirer des conclusions des pilotes.

Natalia Chueca, together with the mayor of Zaragoza, Jorge Azcón
Natalia Chueca, avec le maire de Saragosse, Jorge Azcón..Les projets de mobilité durable, tels que le projet pilote d’autopartage avec la société Alma, sont des piliers stratégiques pour le gouvernement de Saragosse. (Photo : Conseil municipal de Saragosse)
Un autre environnement de test dont dispose Zaragoza est Hera Dron HUB.

Nous disposons du premier espace d’essai pour la mobilité aérienne urbaine en Europe. À l’avenir, ils pourront fonctionner dans les villes et feront partie de la mobilité pour certains usages, mais ils doivent d’abord être testés et la législation doit être établie. Il existe différentes entreprises, notamment des entreprises de logistique, qui travaillent avec différentes certifications.

Il en va de même pour la logistique du dernier kilomètre.

C’est vrai. DHL réalise un couloir de test pour pouvoir créer un couloir entre le Plaza, où se trouve son entrepôt, et le HUB de Hera Dron dans le parking sud. Le projet pilote est de pouvoir avoir une distribution dans le centre ville, et ils veulent d’abord le tester et le valider. Nous devons mesurer les délais, les coûts, etc., pour voir si ces modèles du dernier kilomètre sont viables. Nous voulions que Saragosse soit le facilitateur de ces essais et que des entreprises de Saragosse, d’Espagne et d’Europe, comme DHL et Airbus, viennent ici faire leurs essais.

Qu’est-ce que la forêt de Saragosse?

C’est l’un des projets qui nous enthousiasment vraiment au sein du gouvernement. Il s’agit d’un projet qui va aider Saragosse à devenir une ville climatiquement neutre d’ici 2030, bien avant 2050, qui est l’objectif de l’Union européenne. Nous nous efforçons de réduire les émissions avec des décisions telles que l’électrification de la flotte de bus et, d’autre part, nous travaillons avec des projets tels que la forêt de Saragosse, où nous améliorons la capacité d’absorption du CO2. Il s’agira du projet de reforestation le plus ambitieux de l’histoire de la ville. Nous voulons planter 700 000 arbres au cours des dix prochaines années sur 1 200 hectares. Nous aimons beaucoup le projet parce que c’est un projet des habitants de Saragosse, il se fait avec l’aide des associations de quartier, des écoliers, des entreprises, des commerces, des familles… tout le monde peut aller planter son arbre, donner de l’argent pour accélérer la plantation et contribuer à rendre la ville plus verte et plus durable ; et finalement plus saine, ce qui, si c’était déjà important avant, maintenant nous sommes conscients que la santé est essentielle.

À quel stade en est le projet?

Nous travaillons à l’organisation des premières plantations, qui auront lieu lorsque le temps le permettra ; nous devons attendre le mois de novembre en raison de la température. Nous travaillons du côté municipal, éducatif et institutionnel avec différentes entreprises qui se joignent au projet pour planter des arbres. À la mi-septembre, nous serons en mesure de donner une première idée du nombre d’entreprises qui nous rejoignent et du nombre d’endroits où nous pourrons planter des arbres cette année. Il s’agit d’un projet ouvert à toutes les entreprises et institutions nationales et internationales.

Chueca à côté d’un conteneur de recyclage du verre à Saragosse. (Photo : Conseil municipal de Saragosse)
Comment Saragosse travaille-t-elle avec l’économie circulaire?

Le Bosque de los Zaragozanos se distingue des autres projets de reboisement et de création de forêts urbaines menés à bien dans d’autres communautés autonomes ou dans d’autres villes par le fait que la préparation du terrain se fait avec du compost fabriqué à partir de la matière organique que nous avons recyclée, ce qui en fait un exemple d’économie circulaire. Avec les déchets organiques qui ont été collectés et triés, du compost a été fabriqué. En plus de cet exemple, à Saragosse, nous avons atteint en 2020 l’objectif fixé par l’Union européenne de trier et de recycler 50 % de nos déchets. À titre de référence, la moyenne espagnole est de 33 % et la moyenne européenne de 45 %. Saragosse fait bien son travail depuis longtemps avec des campagnes de sensibilisation, nous devons continuer à augmenter encore plus ces ratios et continuer à contribuer à l’économie circulaire.

Saragosse accueillera la première bioraffinerie urbaine d’Europe à l’échelle industrielle pour obtenir de nouveaux matériaux à partir de déchets organiques. En quoi consiste le projet?

Circular Biocarbon est également un projet très ambitieux. La première bioraffinerie va être construite avec des fonds européens pour pouvoir récupérer, dans ce cas, le plastique qui a été recyclé, afin qu’il puisse avoir une seconde vie avec une valeur plus élevée. Au final, elle contribuera à améliorer la qualité des déchets et à promouvoir l’économie circulaire. Il s’agit de la première bioraffinerie au niveau national et l’une des rares au niveau européen.

Présentation du projet Circular Biocarbon. Natalia Chueca, en compagnie du maire de Saragosse, Jorge Azcón(Photo : Conseil municipal de Saragosse)
Comment avez-vous réussi à entrer dans ce projet?

Cela s’est fait par le biais du concessionnaire Urbaser, qui est la société qui gère le centre de recyclage municipal, et grâce aux fonds européens qui ont été demandés l’année dernière. Le conseil municipal de Saragosse a soutenu ce projet et Urbaser a également soutenu le fait que c’est à Saragosse que cet investissement est réalisé. Une étroite collaboration entre le secteur public et le secteur privé est fondamentale pour pouvoir développer de tels projets stratégiques. Cela permettra de générer une plus grande valeur autour de Saragosse que si elle était allée dans une autre ville.

Faire de Saragosse une ville attrayante, verte et durable a-t-il des conséquences directes sur l’attraction des entreprises et des investissements?

La durabilité et la lutte contre le changement climatique sont des axes stratégiques dans notre société. Je crois qu’il ne s’agit plus d’une vision utopique comme il y a dix ans, mais d’une urgence. C’est pourquoi la société exige des entreprises et des institutions engagées. Elle peut être un axe, non seulement pour attirer de nouveaux investissements et des entreprises qui ont ces valeurs et préfèrent être dans une ville durable qui améliore la qualité de vie de ses employés et de ses voisins, mais aussi pour contribuer à générer un écosystème de nouvelles technologies et une nouvelle façon de travailler qui soit durable pour notre planète. L’économie de l’avenir sera verte et cela rendra Saragosse plus populaire auprès des jeunes, des habitants et des personnes sensibles à la durabilité, ce qui, nous le constatons, est déjà majoritaire ; c’est une demande sociale importante.

Natalia, vous avez un rôle important en tant que femme à la tête de votre département, mais aussi en tant que femme manager. Comment contribuez-vous à rendre les autres femmes visibles?

Je crois que se battre et travailler pour l’égalité des chances dans les postes de direction est une conquête qui se fait petit à petit. Nous devons soutenir les talents féminins, offrir l’égalité des chances et continuer à encourager davantage de femmes à évoluer et à opter pour ces postes qui étaient souvent réservés aux hommes, peut-être en raison de la difficulté de combiner vie professionnelle et vie privée. Je continue à travailler au sein de l’Association des femmes administrateurs d’Aragon, où nous œuvrons depuis de nombreuses années pour générer des talents féminins et faire en sorte que les femmes continuent à opter pour des postes à responsabilité.

ARTICLES CONNEXES

Subscribe
Notify of
guest
0 Comments
Inline Feedbacks
View all comments

VOUS POURRIEZ ÊTRE INTÉRESSÉ PAR

0
Would love your thoughts, please comment.x
()
x