8.2 C
Zaragoza
3.9 C
Huesca
4.6 C
Teruel
25 febrero 2024

Conférence “Découvrez comment la durabilité stimule la croissance de votre entreprise” à Huesca

Eboca a accueilli ce mardi 26 septembre un forum organisé par GoAragón, CEOE Huesca et Huesca Excelente avec la collaboration de la Chambre de commerce, avec la participation de Teresa Berdié, directrice du marketing et de la communication d’ARPA Equipos Móviles de Campaña ; Juan Royo Abenia, économiste spécialisé dans la durabilité, et Miguel Luis Lapeña, ambassadeur européen du Pacte climatique.

Le mardi 26 septembre, Eboca a accueilli la table ronde “Découvrez comment la durabilité stimule la croissance de votre entreprise”, organisée par GoAragón, CEOE Huesca et Huesca Excelente avec la collaboration de la Chambre de commerce, et à laquelle ont assisté des agents sociaux et des représentants des institutions pour écouter les trois intervenants : Teresa Berdié, directrice du marketing et de la communication d’ARPA Equipos Móviles de Campaña ; Juan Royo Abenia, économiste spécialisé dans la durabilité, et Miguel Luis Lapeña, ambassadeur européen du Pacte climatique, sous la coordination d’Alfredo Cortés, directeur et associé fondateur de GoAragón.

La conférence a débuté par une intervention de Celsa Rufas, vice-présidente de la Diputación Foral de Huesca, qui a souligné “l’implication” de cette institution dans les domaines de l’entreprise et de la durabilité, qui “peuvent et doivent aller de pair” afin d’obtenir “un bénéfice social et environnemental dont nous pouvons tous profiter”. Ensuite, Belén Almudévar, conseillère municipale de Huesca, a défini la durabilité comme un objectif “urgent” qui va au-delà de l’identité de l’entreprise et qui vise à créer un “monde meilleur pour nos enfants”.

Avelina Bellostas, présidente de la commission Durabilité et économie circulaire de CEOE Aragón, a salué le travail “impliqué” des entreprises d’Aragón engagées dans les piliers environnemental, social et économique, une “grande vitrine pour le travail en faveur de la durabilité à voir tous les jours”. Manuel Rodríguez Chesa, président de la chambre de commerce de Huesca, considère la durabilité comme “une voie urgente sur laquelle il n’y a pas de retour en arrière possible”. Jorge Pascual, président de Huesca Excelente, est “convaincu de la rentabilité de la durabilité pour les petites et grandes entreprises, ainsi que pour les travailleurs indépendants”.


L’ARPA a pris conscience de l’importance de la durabilité, selon les termes de Teresa Berdié, lorsqu’elle a été certifiée comme vivant sous le double aspect de l'”internationalisation” et de la “créativité” en communiquant sur la durabilité “d’une manière catalytique”. Juan Royo a évoqué les concepts d'”impact, de risque et d’opportunités”, une nouvelle directive européenne aidant les entreprises à rédiger des rapports de durabilité. “Les entreprises sont déjà responsables de ce qu’elles génèrent et de leur chaîne de valeur”, a-t-il souligné, avant de définir la durabilité comme une “logique d’entreprise”. Il a également appelé à la responsabilité sociale des entreprises.

“NOUS SOMMES CONSCIENTS QU’IL FAUT FAIRE DE PETITS GESTES QUI FONT BEAUCOUP” TERESA BERDIE

Miguel Luis Lapeña a développé le concept de développement durable dans un cadre de “polycrise”, des crises qui se poursuivent dans le temps avec la pandémie et la guerre en Ukraine, ainsi que le changement climatique. Dans ce contexte, les entreprises doivent jouer un “rôle conscient en générant des alliances et des défis dans le domaine de la durabilité, de la transparence, de l’éthique et du leadership”. Il est nécessaire d’évoluer vers une union entre “le public, les acteurs sociaux et les entreprises”.

M. Berdié a souligné que pour l’ARPA, “le leadership vient en premier et ensuite la sensibilisation”. Un premier jalon pour cette entreprise a été la “décarbonisation”, l’engagement dans la “Business Ambition for 1.5º” ou l’économie d’eau au travail : “Nous sommes conscients que nous devons faire ces petits gestes qui font beaucoup”, a-t-il déclaré, expliquant d’autres initiatives en cours pour économiser l’énergie et éliminer les déchets en promouvant des fournisseurs “qui ont cette durabilité”.

“LE CONCEPT DE PLACER LES PERSONNES ET LES ÉQUIPES AU CENTRE EST NÉ ET ELLES SONT ESSENTIELLES, TOUT COMME LA SOCIÉTÉ À UNE ÉPOQUE OÙ L’INFORMATION EST PLUS GRANDE” JUAN ROYO

Afin de combiner durabilité et rentabilité, M. Royo a réfléchi au fait que “les entreprises sont aujourd’hui confrontées à davantage de risques et que la clé est la transparence”. Il faut étudier l’impact de l’entreprise à l’intérieur et à l’extérieur de ses murs et savoir comment gérer les risques. Une position partagée par Lapeña, qui voit des “opportunités” s’ouvrir face à ces risques : “Nous sommes en relation avec des actionnaires et des institutions financières, des fournisseurs et des clients. Aujourd’hui, le concept de placer les personnes et les équipes au centre est né et elles sont essentielles, tout comme la société à une époque où l’information est plus grande”.

Les entreprises dépendent d’une “bonne réputation” basée sur “la transparence et le bon sens”, a déclaré M. Berdié, pour qui “il faut mettre l’employé au centre”. La réputation, c’est aussi, selon M. Royo, “donner raison à ce qui est local”, et une entreprise n’a pas de sens “si elle n’est pas rentable et durable”. Lapeña estime qu’il est nécessaire d'”aligner la stratégie sur l’Agenda 2030″, et que “toutes les entreprises travaillent sur des actions d’égalité et de formation”. Une stratégie qui doit être “alignée, communiquée et mise en commun”.

M. Royo a souligné la nécessité d’une “nouvelle culture de la confrontation aux risques et de la transparence”, et M. Berdié a ajouté qu’il fallait “une formation constante”. M. Berdié a plaidé en faveur d’une “étude constante de la direction à prendre”, la situation évoluant vers une “optimisation rentable des ressources pour l’entreprise”. La clé réside dans “la capacité à faire face aux risques dans un monde où l’on fait face à des risques et où l’on est entouré de concurrence”. “L’information, c’est le pouvoir”, a déclaré M. Berdié, pour qui “la communication interne est un enjeu majeur, ce qui se répercute sur le consommateur externe, qui est informé d’une manière différente. Si vous communiquez bien, que vous êtes transparent et que vous avez de la qualité, la réputation vient avec”.

L’économie circulaire, dont Aragón est l’une des communautés autonomes les mieux placées, va de pair avec les agents sociaux et le dialogue, avec environ 200 entreprises adhérant au sceau circulaire d’Aragón promu par l’exécutif régional, a déclaré M. Lapeña. “Un nouveau concept est né, celui de la réparation”, a déclaré l’ambassadeur européen pour le changement climatique, pour qui l’économie circulaire stimule “la collaboration et le talent”. Le partage de biens matériels mais aussi de “connaissances”, a déclaré M. Royo, pour qui “le partage de bonnes pratiques est une autre clé de l’économie circulaire et de la responsabilité sociale des entreprises”.

Tous les objectifs de développement durable sont “pertinents”, en particulier le numéro 17, qui fait référence aux “alliances pour atteindre les objectifs”, et M. Royo a commenté qu’il y a eu un changement de la “concurrence exacerbée à la collaboration” et qu’il préfère “partager le talent” en optant pour la “sérendipité”. Berdié a généré un objectif de “communication responsable”. Lapeña a appelé à une “collaboration publique et privée”, et Berdié à “travailler de manière coopérative”.

En guise de dernier conseil aux entrepreneurs présents à ce forum, Royo a lancé l’objectif “travailler de manière logique”. Teresa Berdié a proposé d'”impliquer les équipes” et Miguel Luis Lapeña a suggéré de “compiler les idées” pour en faire bon usage.

ARTICLES CONNEXES

Subscribe
Notify of
guest
0 Comments
Inline Feedbacks
View all comments

ARTICLES CONNEXES

0
Would love your thoughts, please comment.x
()
x