11.2 C
Zaragoza
8.4 C
Huesca
1.8 C
Teruel
29 noviembre 2022

Raúl Benito : “En Espagne, nous apprenons à boire du bon café”

Le président d'Eboca, dans une interview accordée à Go Aragón, fait le point sur la trajectoire d'une entreprise aragonaise leader dans le secteur de la distribution automatique et qui mise sur la qualité de ses produits. L'homme d'affaires analyse également la situation de Huesca et de ses environs et l'importance des infrastructures telles qu'un train de banlieue vers Saragosse.

Raúl Benito est le fondateur et président d’Eboca, une entreprise qui existe depuis 40 ans. Acteur fort du secteur de la distribution automatique, il s’engage à offrir un produit qui se distingue par sa qualité, comme en témoigne le fait qu’il possède, par exemple, sa propre torréfaction de café.

Cet entrepreneur de Huesca maintient les installations de l’entreprise à Huesca, ville qu’il analyse dans cette interview, dans laquelle il souligne l’importance d’améliorer la liaison entre la ville et Saragosse au moyen d’un réseau de trains locaux.

Comment se présente l’année à venir pour Eboca?

Je te le dirai quand ce sera fini. Il y a toujours de l’incertitude, mais en ce moment, il y a une incertitude particulière. Je pense que ça va bien se passer, nous allons travailler pour que ça se passe bien, mais nous verrons comment ça se passe. Il y a beaucoup d’instabilité, les prix ne sont pas stabilisés, il semble que nous allons avoir une saison avec peu de croissance économique… mais nous allons nous en sortir. Nous sommes infiniment pessimistes, alors nous regardons les petites bosses sur la route avec beaucoup de recul.

Et prévoyez-vous de nouveaux développements pour cette période?

Nous innovons constamment, nous avons la vocation de servir et de rendre nos clients satisfaits et heureux de ce que nous faisons, nous aspirons à être mutuellement fiers, ce qui signifie nous adapter continuellement à ce qu’ils demandent, veulent ou ont besoin. De plus, nous aimons proposer et surprendre, donc tout est changeant et implique de donner toujours une nouvelle réponse. C’est un continuum.

D’ailleurs, avec le recul, comment est né Eboca?

Cette entreprise existe depuis de nombreuses années. Lorsque nous avons commencé, il n’était pas question d’entrepreneurs ou de quoi que ce soit d’autre. J’avais 17 ans, et certaines personnes disent: “17 ans, quel outrage ! Eh bien, c’était une autre époque, il y a plus de 40 ans. Ma famille a toujours été impliquée dans le commerce, mon père, ma grand-mère, mon arrière-grand-père… J’avais toujours expérimenté à la maison ce qu’est la gestion d’une petite entreprise, ce que sont les clients, leur importance, et c’était un processus assez naturel. Les enseignements et l’exemple de mon père ont été et restent déterminants.

J’ai donné un coup de main dans l’entreprise de mon père, parce que c’était normal à l’époque, et j’ai étudié pour mon baccalauréat le soir, ce qui me libérait la journée pour pouvoir travailler. Lorsque j’ai terminé mes études de baccalauréat, j’ai décidé de mettre fin à mes engagements ; à l’époque, je devais passer un certain temps dans l’armée, ce que j’ai fait, et une fois que j’ai tout terminé, je me suis dit : “Je vais créer mon entreprise”. Je ne suis pas allé à l’université et j’ai lancé mon propre projet.

Raúl Benito, au siège d’Eboca à Huesca.

Était-ce directement Eboca ou y avait-il d’autres projets auparavant ?

Au début, j’ai développé l’activité individuellement. Peu de temps après, j’ai commencé à avoir des collègues et des travailleurs. L’entreprise a été créée au milieu des années 80 du siècle dernier. Le moment est venu où il était logique de doter le projet d’un instrument commercial approprié et la société a été créée, et elle l’est encore aujourd’hui.

Les Aragonais ont-ils un bon café ?

Il y a un peu de tout. Certaines personnes pensent que nous, les Aragonais, avons mauvais caractère, mais la vérité est que nous sommes bons. Nous avons parfois tendance à être un peu impulsifs, transparents et sains, et parfois cela peut être perçu comme brusque. C’est par rapport au lait, qui est très important, remarquez. Et en ce qui concerne le café, en Espagne, nous apprenons à boire du bon café, mais les choses vont lentement. Le café, en général, reste assez moyen. Les entreprises du monde du café qui s’engagent fermement en faveur de la qualité sont encore peu nombreuses, mais elles augmentent peu à peu. Les clients, les Aragonais, sur lesquels vous m’interrogez, sont de plus en plus sensibles à la qualité. De plus en plus de choses sont recherchées et exigées, mais il y a encore beaucoup de chemin à parcourir.

Vous connaissez bien le tissu commercial de Huesca, comment le voyez-vous ?

L’Aragon est une région prospère et active, qui entreprend des projets, les défend et travaille dur. La province de Huesca, avec les particularités de chaque zone, suit ce modèle. Nous avons des régions prospères en termes d’agriculture, d’élevage, d’agroalimentaire, de tourisme, de services et d’industrie. La technologie progresse également. Dans le cas de la ville de Huesca, qui est une petite ville, le fait d’être la capitale et d’avoir une certaine inertie économique en conséquence nous a beaucoup conditionnés et paralysés. Peut-être est-ce l’une des villes d’Aragon où nous aurions besoin d’un bon coup de pied au cul.

Et voyez-vous des aspects positifs ?

Bien sûr, il a des aspects positifs. C’est une ville agréable à vivre, de taille très confortable, il y a tout, on peut très bien vivre en famille, on mange bien, et si vous voulez un peu plus d’agitation, vous avez Saragosse tout près. C’est une ville où il fait bon vivre, mais en ce qui concerne l’activité commerciale, je pense qu’elle est un peu trop confortable.

Huesca compte également des entreprises très intéressantes qui occupent des positions très importantes dans leur secteur. Nombre d’entre eux font partie du forum d’affaires Huesca Excelente. Nous avons beaucoup à apprendre, mais nous savons comment bien faire les choses. Avec un petit coup de pouce, une période de développement passionnante peut commencer.

Grains de café dans la torréfaction d’Eboca.

Pensez-vous que l’augmentation des connexions améliorerait cette fonctionnalité?

C’est la clé. Pour que la ville de Huesca se développe, elle a besoin d’un bon service de train de banlieue. Et elle constituerait également une bonne colonne vertébrale pour l’axe Huesca-Zaragoza, qui est un axe très important, dans lequel nous avons Zuera et Villanueva de Gállego. Cet axe aurait un très bon développement avec un train de banlieue qui se connecterait au réseau de tramway de Saragosse. De plus, aujourd’hui, techniquement, il existe des solutions fantastiques grâce auxquelles le train de banlieue peut même entrer dans Saragosse en utilisant le réseau de tramway lui-même, ce que l’on appelle le train-tram.

Entre Huesca et Saragosse, il y a un trafic de 15 000 véhicules par jour de personnes qui habitent à Saragosse et travaillent à Huesca, qui habitent à Huesca et travaillent à Saragosse, des fonctionnaires, des étudiants, des activités de toutes sortes, avec l’empreinte environnementale que cela laisse et le manque de confort, de sécurité, le coût… le grand pari pour l’avenir de cet axe et de la ville de Huesca est le train de banlieue; un train de banlieue de qualité, avec de bonnes fréquences. Cela changerait beaucoup de choses. Huesca a la même population depuis 30 ans. Trois décennies avec 50 000 habitants, ça n’a pas reculé, mais ça n’a pas avancé non plus. Et dans le monde dans lequel nous vivons, ne pas avancer, c’est reculer. La clé pour que la ville ait un développement raisonnable et se positionne comme une ville un peu plus grande, ce qui serait bon pour elle, serait que les gens puissent travailler à Saragosse et vivre à Huesca, qu’ils puissent étudier à Saragosse et vivre à Huesca, et vice versa. C’est ce qui protégerait vraiment le bon développement de la ville.

Huesca doit aborder la proximité de Saragosse comme une grande opportunité sans complexe. Le train de banlieue Saragosse-Huesca formerait une grande zone métropolitaine, ce qui serait très bénéfique pour tout l’axe et, bien sûr, pour l’Aragon.

Le secteur de la logistique est l’un des plus florissants de la région et Huesca dispose de la plateforme PLHUS, pourrait-elle être un bon moteur de croissance pour la ville?

Nous avons le PLHUS, qui se développe depuis de nombreuses années, lentement mais sûrement. Aujourd’hui, la surface utilisée par Amazon Web Services (AWS) a connu une forte croissance. Mais pour l’instant, elle a peu d’impact sur l’emploi. Nous avons la zone industrielle de Walqa, qui a été le premier parc technologique d’Aragon, avec un bon impact sur la ville de Huesca et qui a encore beaucoup de développement à faire. En fin de compte, ce que je disais à propos de nos 30 ans avec 50 000 habitants est la ” photo finish ” de ce qui se passe avec nos plates-formes, car leur croissance ne parvient pas à compenser la diminution des autres zones industrielles de la ville.

Eboca est une société de distribution automatique située à Huesca.

Espérons que les choses s’améliorent…

Eh bien, on dit que tout peut empirer. Mais nous ne le méritons pas et nous ne le permettrons pas. Ces dernières années, on a assisté à un certain réveil de la société civile qui pousse à la prise de conscience et à l’action. La plateforme citoyenne Huesca Suena en est un bon exemple. Je suis optimiste pour l’avenir.

Il y a toujours eu des entrepreneurs reconnus à Huesca, n’est-ce pas?

Huesca compte de très bons entrepreneurs qui sont des exemples à suivre. Et les entreprises de Huesca qui sont nées à Huesca et ont insisté pour rester à Huesca. Nous avons, par exemple, des activités en Aragon, à Valence et à Lérida et, pour l’instant, nous avons décidé de maintenir notre siège à Huesca. Peut-être que, d’un point de vue économique, il serait plus logique que nous l’organisions à Saragosse. En fin de compte, la décision a une composante émotionnelle.

Vous avez mentionné précédemment l’importance de l’axe Saragosse-Huesca, qu’en est-il de celui entre Huesca et Lérida?

Il s’agit d’un axe doté d’une force économique impressionnante. Barbastro, Monzón, Binéfar, Lérida, y compris Fraga, est la zone économiquement la plus prospère de la province. C’est la grande zone de développement de l’Aragon avec Saragosse et sa zone métropolitaine. Ces dernières années, nous avons eu une autoroute presque terminée, mais elle le méritait depuis de très nombreuses années. Toute la région est spectaculairement florissante, avec de magnifiques exemples d’entreprises.

Eboca envisage-t-elle de se développer en dehors d’Aragon ?

Il y a quelques projets dans lesquels nous avons une activité en dehors de Huesca, et dans ce qui est notre activité principale, qui est la prestation de services aux entreprises, nous avons un projet, qui est très naissant, qui est le développement avec la formule de franchise. Cela signifie faire ce que nous faisons ici, mais en s’associant avec les franchisés. Nous avons un premier franchisé, qui a été un pilote dans la région de Valence, qui a très bien fonctionné, et l’idée est de reproduire dans une certaine mesure ce que nous faisons ici avec ces partenaires locaux.

Il y a quelques projets dans lesquels nous sommes actifs en dehors d’Aragon et, dans ce qui est notre activité principale, qui est la prestation de services aux entreprises, nous avons un projet très naissant en développement avec la formule de la franchise. Cela signifie faire ce que nous faisons, mais en partenariat avec les franchisés. Nous avons un premier franchisé, qui a été un pilote dans la région de Valence, qui fonctionne très bien, et l’idée est de reproduire ce que nous faisons avec des partenaires locaux dans d’autres régions d’Espagne.

Hors caméra

Un restaurant pour manger à Huesca…

El Martín Viejo. Prix moyen. Une bonne cuisine de saison à la portée de tous.

Votre endroit préféré dans la province…

La Almunia del Romeral.

 

ARTICLES CONNEXES

Subscribe
Notify of
guest
0 Comments
Inline Feedbacks
View all comments

ARTICLES CONNEXES

0
Would love your thoughts, please comment.x
()
x