33.3 C
Zaragoza
31.6 C
Huesca
27.2 C
Teruel
12 septiembre 2022

Vos pas sur la route vous donneront la réponse

Fran Lucas Herrero, pèlerin, zaragozano, blogueur et collaborateur de divers médias. Il fait le Camino de Santiago depuis plus de 15 ans (il grimpe environ 7 ou 8 fois par an).

Et là, au centre des Pyrénées, dans le même Summus Portus, comme l’ont baptisé les Romains, et qui, depuis le Xe siècle, était déjà emprunté par les pèlerins du sud de l’Europe, le long du Chemin d’Arles ou de la Via Tolosana, l’une des voies de pèlerinage médiévales les plus populaires, lorsque vos sens semblent s’épuiser et que vos yeux ne savent pas où regarder le paysage qui s’ouvre dans la vallée entre des montagnes abruptes et accidentées, quelque chose que vous saviez être là, mais qui s’offre maintenant à vous et vous commencez à ressentir ce quelque chose en vous que vous ne connaissiez peut-être pas encore, cet esprit libre, observateur, désireux de découvrir chaque détail des terres des Pyrénées, Quelque chose que vous saviez être là, mais qui vous est maintenant offert et vous commencez à ressentir ce quelque chose que vous portez en vous mais que vous ne connaissiez peut-être pas encore, cet esprit libre, observateur, désireux de découvrir chaque détail des terres que vous allez traverser, chaque pont, chaque église, chaque endroit où la sensibilité a été créée dans la pierre et dans chaque prière un lieu propice à la méditation.


Vous commencez à descendre tranquillement par un chemin de pierre en escalier, et la première chose que vous rencontrez sont les ruines de l’ancien Hospital de Santa Cristina, une institution charitable créée pour soutenir les pèlerins sur le Camino, et que déjà le Codex Calixtinus, considéré en partie comme le premier guide de voyage de l’histoire, considérait le complexe hospitalier comme l’un des plus importants : “lieux saints, temples de Dieu, lieu de rétablissement pour les pèlerins bénis, de repos pour les nécessiteux, de secours pour les malades, de salut pour les morts et de secours pour les vivants”. L’un des trois plus importants hôpitaux du monde, à l’égal de ceux de Jérusalem et de Mont-Joux, sur le passage du Grand Saint Bernard…”.

Après avoir laissé derrière nous les gisements de ce qui fut un lieu si important, nous continuerons à descendre, toujours accompagnés par le fleuve Aragon, épine dorsale qui, il y a des siècles, a donné naissance à l’un des royaumes les plus importants de la péninsule, celui d’Aragon.

Et presque sans nous en rendre compte, nous arriverons à Canfranc Estación, une ville pleine de vie et avec tous les services pour le promeneur, où si vous avez le temps, et je suis sûr que vous l’aurez, vous ne devez pas manquer de visiter son emblématique et belle Gare Internationale. Cela vaut la peine, et en plus, le Camino passe devant, donc vous n’avez aucune excuse.

Après la visite et, après avoir repris des forces dans l’un des établissements situés en face de la gare, le chemin aragonais vous conduira à Canfranc, vous passerez sur le pont appelé Puente de los Peregrinos, puis continuerez jusqu’à Villanúa et sa Cueva de las Güixas, une grotte qui peut être visitée et l’un des plus beaux paysages spéléologiques des Pyrénées aragonaises. Presque sans nous en apercevoir, nous atteindrons Castiello de Jaca, puis nos pas nous mèneront à Jaca, où nous pourrons admirer la belle cathédrale de San Pedro, sa citadelle et de nombreux autres lieux d’intérêt.
Peut-être qu’à ce stade, vous vous souvenez déjà de la beauté des paysages et de l’art roman prédominant, qui a certainement été introduit principalement en Espagne par le Camino de Santiago, mais il nous reste le plat principal, comme on pourrait l’appeler, sous la forme d’un monastère historique merveilleux et magique, Le monastère de San Juan de la Peña, auquel nous accéderons par une variante du chemin aragonais, ou par tout autre moyen permettant d’y accéder, car bien qu’il soit légèrement à l’écart du chemin de pèlerinage, les pèlerins des siècles passés n’hésitaient pas à faire ce détour pour le visiter étant donné son importance à tous égards.

À ce stade, il y a encore tant à découvrir dans les kilomètres à venir: Artieda, Ruesta, Undués de Lerda et en Navarre, Sanguesa, Monreal, l’ermitage de Santa María de Eunate et enfin Puente La Reina, où notre Chemin aragonais se confondra avec le Chemin français venant de Roncevaux.

Ce qui est important et ce que vous devez retenir, c’est tout ce que vous percevez et assimilez lorsque vous découvrez où réside la magie du Camino, que vous la trouvez à chaque étape, dans les nombreux moments de solitude paisible, de recueillement, juste vous et le Camino, en passant par des endroits charmants que vous ne visiteriez pas autrement, en découvrant des paysages débordant d’histoire, dans chaque lever de soleil, dans les légendes de nombreux lieux, dans les histoires des villes traversées par la route et de leurs habitants, dans chaque église, chapelle, monastère ou autre lieu, dans chaque flèche jaune qui vous indique le chemin à suivre, et bien sûr dans l’essence invisible de ces millions de pas qui, avant les vôtres, pendant des siècles, ont marqué la route vers la même destination…

C’est peut-être à ce moment-là que vous comprendrez, bien que vous l’ayez sûrement déjà pressenti, que c’est à travers vos pas sur le Chemin d’Aragon que vous ressentirez vraiment la magie de contempler l’histoire vivante de cette terre millénaire, d’un art roman conservé village par village, une proclamation de beauté et de vie qui vous criera qu’elle est toujours vivante, comme il l’a fait jusqu’à présent, à la lumière de vos yeux, en marchant pas à pas, l’âme ouverte à vos sens, dans un lieu marqué par l’histoire vivante de ce qu’il a été, est et continuera d’être, car comme nous l’a dit Lao-Tse : “Soyez satisfaits de ce que vous avez et soyez heureux des choses telles qu’elles sont, car lorsque vous vous rendez compte que RIEN ne manque, le monde entier vous appartient”.

Sentiment, nature, art, tourisme, tranquillité et aventure. La voie aragonaise a tout pour elle et, bien qu’elle ne soit pas un chemin facile, elle sait aussi être reconnaissante envers ceux qui comprennent sa place et son héritage. Qu’attendez-vous ou que vous reste-t-il à faire ? Il suffit de faire le premier pas, vous savez, un long voyage commence par un seul pas, le reste vient après.

Fran Lucas Herrero, pèlerin et propriétaire du site esmicamino.es

 

 

ARTICLES CONNEXES

Subscribe
Notify of
guest
0 Comments
Inline Feedbacks
View all comments

ARTICLES CONNEXES

0
Would love your thoughts, please comment.x
()
x