26.6 C
Zaragoza
25 C
Huesca
23.2 C
Teruel
13 junio 2024

Verónica García, directrice de Mobility City : “Nous voulons que Mobility City soit une référence internationale pour les projets liés à la mobilité”

Verónica García (Madrid, 1977) est l’actuelle directrice du projet Mobility City de la Fundación Ibercaja. Diplômée en marketing de l’université autonome de Madrid et en gestion commerciale et marketing de l’ESIC Business & Marketing School, Verónica García a plus de vingt ans d’expérience dans la gestion d’entreprises des secteurs du textile et de l’automobile, et a notamment fondé sa propre entreprise.

La directrice de Mobility City fait le point sur un projet unique au monde qui, huit mois seulement après sa création, a reçu 165 000 visites, dont 8,5 % de visiteurs professionnels de haut niveau. Une initiative qui vise à montrer la mobilité du futur à partir d’un bâtiment unique, le Bridge Pavilion (œuvre de l’architecte irakienne Zaha Hadid, malheureusement décédée), un luxueux conteneur pour un vaste écosystème de contenus qui englobe ce qu’il y a de plus innovant dans le domaine de la mobilité à l’heure actuelle. Un espace qui fait office de musée, de lieu de rencontre pour les professionnels, les entreprises, les universités et les startups, et de promoteur et diffuseur des dernières nouveautés en matière de mobilité.

Que signifie ce nouveau défi professionnel pour votre carrière dans le monde de la gestion d’entreprise?

Diriger ce projet est un défi passionnant et passionné, comme je pense que les défis doivent l’être, et je dois d’abord remercier la Fondation Ibercaja, et en particulier son directeur général José Luis Rodrigo, de m’avoir fait confiance pour le mener à bien.

Verónica García devant l’entrée de la Cité de la mobilité. Photo : N.M.

Quels sont les défis auxquels vous êtes confrontée en tant que directrice du projet Mobility City?

En tant que projet, nous avons un objectif clair : faire de cet espace un point de référence pour la mobilité du futur. Cet objectif repose sur les domaines dans lesquels Mobility City est organisé. D’une part, la partie musée. D’autre part, la zone de l’écosystème commercial. Et d’autre part, la zone liée aux événements et aux activités d’information. En tant que projet, nous cherchons à montrer la mobilité du futur à partir de différentes zones. Mon objectif est d’en faire un projet de référence au niveau national et international, et de continuer à montrer les dernières innovations et les nouvelles tendances en matière de mobilité. Avec le défi que cela implique, car lorsqu’on parle de mobilité, avec les variables de l’innovation et des nouvelles tendances, le projet n’est jamais statique.

NOUS DEVONS REPENSER L’ENSEMBLE DE L’ÉCOSYSTÈME DU TRANSPORT, TANT POUR LES PERSONNES QUE POUR LES MARCHANDISES.

Mobility City est un projet d’avant-garde situé à l’intérieur d’un bâtiment singulier, œuvre de l’architecte irakienne Zaha Hadid, malheureusement décédée, première femme lauréate du prix Pritzker d’architecture et auteur d’œuvres telles que le Galaxy Soho à Pékin et l’Opéra de Guangzhou. Qu’est-ce que cela signifie pour vous de développer ce projet à l’intérieur d’un bâtiment aussi avant-gardiste?

L’espace est une merveille. Récemment, ACES Europe était présent à Mobility City pour une conférence de presse avec la mairesse de Saragosse, Natalia Chueca, au cours de laquelle a été évaluée la candidature de Saragosse comme capitale du sport pour l’année 2026. Lors d’une conversation avec le président de l’entité, Gian Francesco Lupattelli, je lui ai dit que nous avions perdu notre capacité d’émerveillement dans la société d’aujourd’hui. Et je lui ai dit que, malgré cela, lorsque j’ai visité Mobility City pour la première fois, le bâtiment m’a donné cet effet de surprise absolu, parce que, même si vous en voyez des images sur Internet, vous n’êtes pas en mesure d’avoir une vision spatiale de ce qu’est cet endroit, il a toujours cette qualité d’étonnement.

Verónica García à l’entrée de Mobility City. Photo : N.M.

Zaha était une femme dotée d’une personnalité hors du commun, qui a su se frayer un chemin dans un environnement extrêmement masculin et qui a pu briller. Pour moi, travailler ici est un luxe. Parfois, je plaisante, surtout avec les personnes qui viennent ici pour la première fois, en disant que mon bureau se trouve dans une feuille de glaïeul avec des écailles de requin, ce qui est l’idée sur laquelle Zaha a travaillé. C’est une image très forte qui fait comprendre aux gens qui ne connaissent pas Mobility City que ce n’est pas seulement important ce que nous avons comme contenu, mais que le conteneur lui-même est exceptionnel.

Le projet est divisé en plusieurs espaces. L’un d’entre eux, l’espace d’innovation, est situé dans le passage central du pont et est librement accessible. Cet espace est destiné à présenter la vision et les propositions pour l’avenir des marques les plus importantes dédiées à l’écosystème de la mobilité. Quelles sont les propositions que vous avez conçues pour cet espace pour l’avenir?

Notre feuille de route comprend la présentation de l’innovation en matière de mobilité sous tous ses aspects et dans toutes ses variantes : mobilité spatiale, aérienne, terrestre… ainsi que la présentation de l’inclusivité, de la connectivité et de l’autonomie. Au sein de ces piliers, nous recherchons les projets les plus innovants ou ceux qui intègrent le plus d’innovations. Il s’agit d’un espace en constante évolution qui exige de l’équipe qu’elle soit très attentive aux tendances, pour lesquelles elle doit être en contact avec le marché. Par exemple, en ce qui concerne la mobilité autonome, nous voyons aujourd’hui l’impact important qu’elle a sur la société, mais elle fait l’objet de recherches depuis longtemps, même si ce n’est que maintenant que l’innovation est mise en œuvre, et c’est là que nous devons être plus vigilants.

Par mobilité autonome, entendez-vous les voitures autonomes?

Quand on parle de mobilité autonome, on a tendance à penser au véhicule. Mais, par exemple, dans le domaine de l’innovation, nous avons un drone autonome qui vient d’obtenir une licence de taxi aérien en Chine. Ce véhicule peut déjà transporter des personnes sans chauffeur dans des villes de cinquante millions d’habitants.

Des joyaux de l’automobile sont exposés dans l’espace muséal. Photo : N.M.

Saragosse, par exemple, lance actuellement un projet de bus autonome en mode test. Saragosse a toujours servi de ville modèle pour tester tout type de produit. L’innovation doit être testée et vérifiée avec des utilisateurs et des environnements réels pour voir si l’idée est appropriée ou correcte. Ce ne serait pas la première fois qu’un produit est lancé sur le marché et qu’il s’avère qu’il ne répond pas aux besoins du marché ou de la société.

LA VILLE DE LA MOBILITÉ EXIGE QUE L’ÉQUIPE SOIT AU COURANT DES TENDANCES, NOUS DEVONS DONC ÊTRE EN CONTACT AVEC LE MARCHÉ.

Je me souviens d’une anecdote qui s’est produite aux États-Unis dans les années 1950. Ils ont sorti une génoise qu’il suffisait de cuire, ce fut un échec absolu, ils ont pensé uniquement à l’aspect pratique, mais les personnes à qui le produit était destiné, à l’époque les femmes au foyer, ont eu l’impression de ne rien faire. Pour que le produit fonctionne, il a donc fallu analyser le pourquoi, l’interaction était nécessaire. Ils ont modifié la formule pour que des œufs soient ajoutés au mélange, afin que le client ait l’impression d’apporter quelque chose de valeur au produit, et ce fut un succès.

Verónica García à côté de l’autogire Aviation exposé dans la zone d’accès public. Photo : N.M.

Lors du développement d’un produit ou d’une innovation, il arrive que la variable marché ne soit pas prise en compte. L’idée peut être perturbatrice, unique au monde, mais si vous n’avez pas de marché pour l’acheter, ou si elle n’est pas adaptée au marché, elle ne sera pas viable.

Une autre zone du complexe, l’Experience Space, est un espace où l’on peut utiliser des technologies audiovisuelles avancées, dans lequel la gamification des contenus est le protagoniste. Comment cet espace, plein d’expériences liées à la mobilité, a-t-il été reçu par vos visiteurs?

L’équilibre est un succès absolu, nous sommes une référence absolue en termes de mobilité. La partie expérience est importante car nous essayons de donner au grand public la capacité de comprendre où va la tendance en matière de mobilité. Dans la zone du musée, des écrans tactiles expliquent ce qu’est la mobilité et permettent de concevoir le véhicule idéal en fonction d’une série de paramètres. Il est curieux de voir comment les réponses ont évolué. Au début, lorsqu’on demandait aux gens quel type de conduite ils préféraient, autonome ou non, ils avaient tendance à répondre qu’ils préféraient conduire eux-mêmes. Mais au cours de cette période, nous avons constaté que de plus en plus de personnes optent pour l’option autonome. Dans ce laps de temps très court, au niveau social, nous prenons déjà conscience que la conduite autonome existe aussi.

Verónica García montre le fonctionnement de l’un des écrans tactiles sur lesquels les utilisateurs peuvent concevoir un véhicule du futur. Photo : N.M.

Parfois, les gens me disent que ce que nous avons dans la zone d’accès libre est extrêmement précieux, et ils me demandent pourquoi nous ne l’exposons pas dans la zone du musée. Nous venons de la Fondation Ibercaja et c’est bien d’avoir cette partie qui nous relie au travail social avec le concept de rendre la connaissance à la société, de mettre cette connaissance au grand jour, de sorte que tous ceux qui veulent la visiter puissent la comprendre.

Quelle est votre évaluation du projet Mobility City depuis son ouverture le 20 février dernier?

C’est un bilan très positif, nous avons eu 165 000 visites, dont 8,5 % de visiteurs professionnels. Cette année, nous avons accueilli les Impulse Awards, un événement auquel ont participé 200 PDG et cadres supérieurs des plus grandes entreprises nationales liées à l’industrie automobile. L’ANFAC, Sernauto et Faconauto, qui représentent les constructeurs automobiles, les fabricants de composants et le secteur de la distribution, les concessionnaires, ont assisté à la remise des prix. Le ministre de l’industrie, Héctor Gómez, était également présent. Le profil des professionnels qui nous rendent visite est de haut niveau, attirés par l’importante valeur différentielle que nous offrons.

MON BUREAU SE TROUVE DANS UNE FEUILLE DE GLAÏEUL AVEC DES ÉCAILLES DE REQUIN, QUI EST L’IDÉE SUR LAQUELLE A TRAVAILLÉ ZAHA HADID.

Quelles activités envisagez-vous de développer dans le cadre de Mobility City à court et à moyen terme?

Nous sommes en train de boucler l’agenda 2024, et il y a beaucoup de nouveaux congrès, des activités de haut niveau, avec des intervenants exceptionnels, et de nouveaux projets dans les domaines de l’innovation, des expériences et des expositions. J’invite tout le monde à consulter nos publications sur les réseaux sociaux et à s’inscrire à notre newsletter pour rester informé des dernières nouveautés.

Mobility City est un projet d’avant-garde au sein de la ville de Saragosse, quelle place souhaitez-vous donner à ce projet dans la vie économique et culturelle de la ville et de la communauté autonome?

L’une des choses que le projet Mobility City nous facilite, c’est d’accueillir de nombreux événements. En ce sens, Saragosse a des projets très intéressants et la ville peut en être fière. Nous nous efforçons de faire de la Cité de la mobilité un lieu de référence pour les entreprises et les projets liés à la mobilité. Notre intention est d’en faire un lieu de référence non seulement pour Saragosse et l’Aragon, mais aussi au niveau national et international.

Mobility City est située dans un bâtiment ultramoderne qui est également disponible pour l’organisation d’événements et de réunions d’affaires.

La plupart des événements que nous organisons sont des événements propres à Mobility City, que nous organisons ou co-organisons, dans le but de valoriser les entreprises de notre écosystème et la société. Cependant, après avoir reçu un très grand nombre de demandes pour des événements d’entreprise, nous avons finalement décidé d’offrir l’alternative de partager l’espace avec des entreprises ou des organisations afin qu’elles puissent organiser des événements, à condition qu’elles respectent une série d’exigences pour que leur demande soit acceptée. Tant en termes de sécurité qu’en termes de sujet ou d’objet.

Simulateurs de conduite de la Cité de la mobilité. Photo : N.M.

La Cité de la mobilité réunit des entrepreneurs et des entreprises dans le cadre de ses Journées de l’innovation. Quelle est votre évaluation de ces événements visant à promouvoir l’esprit d’entreprise?

À Mobility City, nous avons plusieurs actions liées aux startups et à l’entrepreneuriat. Par exemple, au sein de la Fondation Ibercaja, nous avons un programme appelé Salta, qui fonctionne comme un accélérateur de projet, où les entrepreneurs sont encadrés et nous les aidons à 360º. Vous pouvez avoir une idée géniale, mais si vous n’avez pas la capacité de vous connecter au marché, vous serez frustré, vous ne pourrez pas monétiser votre idée. Avec des programmes comme celui-ci, nous voulons que les startups et les entrepreneurs puissent rendre leurs projets visibles et recevoir un retour d’information de la part des entreprises, et même faire des rencontres. L’esprit d’entreprise est généralement associé à la jeunesse, mais ce n’est pas une fatalité : on peut avoir de bonnes idées à tout âge. Nous devons soutenir le talent et l’esprit d’entreprise à tous les stades de la vie.

Une autre de ses activités principales est la chaire avec l’université de Saragosse et l’université de San Jorge, qui se matérialise sous la forme de conférences dans lesquelles les défis de la mobilité durable sont analysés, en particulier dans les domaines de la connectivité et des données.

Pour moi, le bilan est positif car c’est une autre des verticales que nous avons ici, qui nous soutient et fait vivre l’écosystème de Mobility City. Nous essayons de puiser dans différentes sources de connaissances qui nous apportent une vision innovante, ce qui est également le cas des chaires avec l’université de Saragosse et l’université de San Jorge, et qui complète les connaissances que nous recevons des entreprises, des startups… Il s’agit de connaissances différentes et complémentaires. Il existe différents points de vue sur la même idée si vous l’examinez d’un point de vue académique, du point de vue d’une entreprise ou du point de vue d’un entrepreneur. Ces trois verticales s’enrichissent mutuellement et nous offrent une vision à 360°. Un exemple de cela est le congrès I Mobility – Zaragoza – octobre 2023 (mobilitycity.es) que nous avons accueilli, qui était très intéressant et a été co-organisé par la Fondation Ibercaja avec notre projet Mobility City, l’Université de Saragosse, l’Université San Jorge et le Conseil national espagnol de la recherche (CSIC).

DANS LES JOURNÉES DE L’INNOVATION ET LE PROGRAMME SALTA, NOUS CHERCHONS À RENDRE LES PROJETS VISIBLES ET À OFFRIR UN RETOUR D’INFORMATION DE LA PART DES ENTREPRISES.

La promotion des systèmes de mobilité durable est l’un des axes de Mobility City. Quels sont les défis auxquels nous sommes confrontés en tant que société en termes de mobilité durable?

La mobilité durable est l’un des axes, mais pas le seul. Nous parlons de mobilité durable, autonome, connectée et accessible. Si nous parlons spécifiquement de mobilité durable, nous pouvons dire que nous sommes de plus en plus conscients de l’empreinte environnementale, d’où l’émergence des véhicules électriques et des technologies vertes. C’est ce qui ouvre la voie à des villes plus saines et au concept de villes intelligentes. C’est tellement important que sept des principales marques automobiles se sont engagées à ce que 100 % de leur offre soit électrique d’ici 2030, et pour certaines d’entre elles d’ici 2035. C’est une réalité qui est là pour durer. La mobilité en termes de durabilité ne consiste pas seulement à réduire les émissions, mais aussi à repenser l’ensemble de l’écosystème du transport, tant pour les personnes que pour les marchandises. Ici, par exemple, il y a eu un événement européen sur le projet Neutralpath, qui traite de différents piliers tels que l’efficacité énergétique, la mobilité, la consommation durable, tout est lié.

À quoi ressemblerait votre ville durable idéale?

C’est assez subjectif, tout le monde n’a pas les mêmes paramètres pour la définir. Dans Mobility City, nous avons des tables tactiles interactives où les visiteurs, en fonction d’une série de paramètres, choisissent leur ville idéale. Il y a dix paramètres qui concernent la durabilité, la taille de la ville, le type de mobilité à pied, à vélo ou en voiture… Et nous leur parlons toujours des paramètres qu’ils ont sélectionnés et de la manière dont leurs décisions influencent la configuration de leur ville idéale. Une fois l’expérience terminée, l’algorithme vous montre une ville réelle sur la planète qui correspond à vos préférences. Nous avons actuellement trois tables, et si vous mettez trois frères et sœurs sur chaque table, ils obtiennent chacun une ville différente.

Des entreprises liées à la mobilité présentent leurs dernières innovations à Mobility City. Photo : N.M.

Vous avez développé une carrière de plus de vingt ans dans le monde de la gestion d’entreprise, dans des secteurs aussi divers que les fournitures, le textile, l’industrie automobile et les relations institutionnelles. Une expérience qui inclut l’esprit d’entreprise et qui vous a amené à développer non seulement des compétences dites “dures”, mais aussi des compétences “douces” (soft skills) pertinentes pour votre poste actuel.

J’ai principalement travaillé dans deux secteurs très puissants, à savoir le secteur textile, avec une part très importante de développement et de technologie, et le secteur automobile. Quel que soit le secteur, la gestion d’entreprise est toujours la même. Le produit et le concept peuvent changer, mais il s’agit d’environnements très changeants et exigeants. Ce niveau d’exigence vous amène, en silence, à vous préparer à l’étape suivante. Tout ce que vous avez vécu de manière inattendue vous prépare à franchir la prochaine étape sur le plan personnel et professionnel. En l’occurrence, le fait d’être dans un environnement aussi exigeant vous amène à vous adapter et à développer une série de compétences. Cela vous apprend à vous adapter, à ne pas être frustré. J’envie aux Américains une chose : ils conçoivent l’échec et la frustration comme un processus de travail personnel et professionnel qui permet de passer à un autre niveau. Ici, l’échec est souvent pris comme quelque chose de négatif, ne pas réussir du premier coup est considéré comme un échec, et ce n’est pas comme ça. Tout nécessite un apprentissage. Parfois, il faut se sentir frustré pour se remettre sur pied, s’élever au-dessus de la situation, saisir les choses avec force et aller de l’avant.

MOBILITY CITY A ACCUEILLI CETTE ANNÉE LE PREMIER CONGRÈS ESPAGNOL SUR LA MOBILITÉ.

J’ai réussi à avoir une façon créative de penser, même si je suis une personne très organisée, j’ai ces deux côtés qui sont très différents, normalement les personnes créatives ne sont pas aussi structurées. Le fait que j’aie trouvé ma place dans le projet Mobility City, et que le projet me convienne, n’est pas le fruit d’une seule raison. Il s’agit d’une combinaison de compétences, d’aptitudes et d’expériences diverses.

Le coup de foudre a-t-il été immédiat ?

Oui, lorsqu’on m’a parlé de Mobility City, je suis tombée amoureuse du projet.

Quels sont les défis auxquels une femme manager est confrontée en matière de gestion d’entreprise et d’équipe dans des secteurs aussi masculinisés ?

Grâce au travail de nombreuses femmes, qui font chaque jour le triple saut périlleux arrière, nous évoluons socialement. Ce n’est pas grâce à une personne, c’est grâce au grain de sable que constituent les efforts de nombreuses femmes. J’ai la chance d’avoir une de mes grands-mères en vie, elle a 98 ans, et c’est merveilleux de l’écouter, parce que parfois on perd ce lien avec notre passé. Beaucoup de choses qu’elle dit sont très pertinentes et ont beaucoup de sens dans le présent. Sur le plan social, nous évoluons et les femmes sont de plus en plus nombreuses à occuper des postes de direction. J’aimerais qu’elles soient de plus en plus nombreuses à occuper des postes de direction. J’ai commencé à travailler très jeune et l’environnement était beaucoup plus masculin qu’aujourd’hui. Il fallait toujours s’investir davantage pour prouver que l’on était capable de faire quelque chose, et même que l’on était meilleur. Je crois fermement en la méritocratie, j’ai des hommes et des femmes de grande valeur dans mon équipe, ce n’est pas une question de sexe ou d’âge, c’est une question de capacité. J’ai dirigé des équipes composées uniquement d’hommes, qui avaient dix ans de plus que moi, et le défi au niveau de la direction a été le même que s’il n’y avait eu que des femmes.

Verónica García dans les espaces uniques offerts par Mobility City. Photo : N.M.

Les deux personnes qui m’ont aidée à devenir ce que je suis, à avoir la confiance que j’ai, sont mon père et mon grand-père. Ils m’ont appris que je pouvais aller où je voulais et que je pouvais être ce que je voulais. C’est un message très simple, mais extrêmement puissant. Nous devons cultiver ces messages et nous les transmettre.

Quels éléments de valeur spécifiques le leadership féminin apporte-t-il au développement de projets et à la gestion d’entreprises et d’équipes ?

Je n’aime pas évaluer en termes de “masculin” ou de “féminin”, c’est plutôt une question de compétences, de capacités, d’aptitudes et de personnalité. Mais il est vrai que le leadership féminin tend à être plus collaboratif, plus empathique, plus orienté vers les objectifs et la résolution de problèmes. Peut-être en raison du “triple saut périlleux en arrière” que nous effectuons quotidiennement, nous avons développé, comme la déesse indienne Shakti, plusieurs bras, chacun soutenant une question différente.

À Mobility City, des événements sont organisés régulièrement. Photo : N.M.

 

ARTICLES CONNEXES

Subscribe
Notify of
guest
0 Comments
Inline Feedbacks
View all comments

ARTICLES CONNEXES

0
Would love your thoughts, please comment.x
()
x