34.1 C
Zaragoza
31.1 C
Huesca
27.8 C
Teruel
14 julio 2024

Cynthia Gálvez: “Les technologies doivent avoir une raison d’être au-delà du divertissement”

Cynthia Gálvez, originaire de Saragosse, est ingénieur informaticien et graphiste, spécialisée dans l’environnement de la réalité étendue. Il s’agit d’un univers qui englobe les réalités augmentée, virtuelle et mixte, dans lequel elle travaille en tant que responsable de la technologie créative pour une grande multinationale.

Elle a également été l’une des organisatrices de la rencontre Descubre XR, un événement qui s’est tenu le 18 novembre et qui a transformé la capitale aragonaise en centre névralgique espagnol des technologies de réalité étendue le temps d’une journée.

Dans une interview accordée à Go Aragón, M. Gálvez revient sur une carrière qui l’a amené à développer des projets dans le domaine de l’éducation et de la santé et à remporter des prix tels que le Women Techmakers in the 5G Challenge 2021 ou la meilleure application espagnole de réalité étendue en 2017.

Descubre XR vient de se tenir ce week-end à Saragosse, quelle est votre évaluation de l’événement?

La vérité est qu’après Descubre XR, toute l’équipe a terminé avec un bilan très positif. Nous avons passé une journée au cours de laquelle nous nous sommes sentis très à l’aise avec la communauté, avec toutes les personnes qui sont venues. Nous savons donc que nous avons atteint un public qui n’est pas seulement local, mais beaucoup plus national. Nous sommes restés avec un bon goût dans la bouche, avec une gueule de bois émotionnelle. Il y a des points d’amélioration, mais aussi des découvertes, des retours d’expérience et des idées que nous avons perçues et nous sommes prêts pour une nouvelle édition en 2024.

Combien de visiteurs avez-vous attirés?

Nous avions une capacité de plus de 200 personnes, entre l’organisation, les intervenants, les différents invités et les personnes qui voulaient venir. Nous avons réuni vingt intervenants, douze sponsors et collaborateurs. Au final, c’était une journée bien remplie.

Quels sont les présentations et les ateliers qui ont suscité le plus d’intérêt?

La vérité est que nous avons créé un événement où il y avait de la place pour tout le monde, très diversifié, puisqu’il y avait de grandes sociétés de conseil et d’autres projets beaucoup plus indépendants, des startups, des créateurs de contenu… Je dirais que tous ont suscité un grand intérêt parce que nous avions deux pistes parallèles. Nous nous attendions à ce que l’une des deux pistes soit plus technique et moins fréquentée, mais nous avons eu la surprise de constater un équilibre très positif, 50/50. J’ai reçu des commentaires très positifs de la part de tous les participants.

Bien que l’événement soit axé sur la réalité étendue et que plusieurs spécialistes y aient participé, Descubre XR était également ouvert au grand public, quelle a été la réaction de ces visiteurs moins spécialisés?

Après avoir créé Descubre XR et vu qu’ils nous suivent à partir de différents profils, nous avons constaté que le public plus professionnel a fait beaucoup de réseautage, mais le grand public a découvert que Saragosse a une très grande communauté XR à laquelle ils ne s’attendaient pas. J’aime beaucoup la diversité et vous avez vu, par exemple, des étudiants en formation professionnelle et des étudiants universitaires. Et vous avez vu qu’ils ont été laissés avec des attentes professionnelles sur la façon dont ils pourraient aller plus loin ou dans quelles entreprises ils pourraient travailler. Pour cette contribution générale, cela a été un tournant de voir que Saragosse est sur la carte des communautés XR et qu’il y a beaucoup d’emplois futurs.

Les démonstrations de produits tels que les lunettes Meta ont été l’une des attractions pour le public moins familiarisé avec la réalité étendue, ont-elles surpris les curieux?

Dans le cadre de l’événement, en plus des conférences, nous avions une série de stands avec différentes entreprises qui faisaient la promotion de leurs produits. L’une d’entre elles était représentée par nos collègues de Deusens et Infinitum Fest. Il y avait des tests de lunettes ; ce sont des “stands de démonstration” qui attirent beaucoup d’attention parce que tout le monde peut essayer une technologie qui n’est souvent pas accessible. Il y avait beaucoup de monde autour de ces tables, parce qu’en plus, ce qu’ils proposaient était très ludique, très gamifié, très amusant. C’était le côté ludique de la tenue de ces stands et beaucoup de gens étaient étonnés de ce que l’on peut faire aujourd’hui avec ce type de lunettes.

Comment imaginez-vous que ces technologies seront présentes dans la vie de tous les jours dans une décennie?

La vérité est qu’il est difficile de prédire l’avenir, surtout lorsqu’il s’agit de technologie. Même les grandes entreprises échouent avec leurs produits. Nous sommes en train de développer des technologies immersives parce que c’est un défi ; c’est un défi pour la création de contenu, le développement de matériel, les cas d’utilisation… dans 10 ans, elles seront beaucoup plus présentes qu’aujourd’hui et je suis convaincu que ce sera une technologie transparente, nous l’utiliserons dans notre vie quotidienne sans nous en rendre compte. Aurons-nous des lunettes, une Vision Pro ou une Quest, dans nos maisons ou les utiliserons-nous dans la rue ? Je pense que c’est un produit qui doit encore évoluer, mais il sera certainement présent dans notre vie quotidienne avec l’intelligence artificielle et beaucoup d’autres technologies sans que l’on s’en rende compte, parce que c’est déjà le cas, notamment grâce à l’utilisation des smartphones. Donc oui, dans 10 ans, nous aurons tous cette technologie dans nos poches sans nous en rendre compte.

Quels sont les domaines où la capacité de croissance est la plus grande?

Ces technologies peuvent être utilisées dans de nombreux domaines. Ceux qui bougent le plus actuellement sont l’éducation, la médecine, l’industrie et le marketing. Il ne fait aucun doute qu’elles ont un grand avenir dans ces domaines, chacun avec ses propres cas d’utilisation, avantages, bénéfices… elles auront un grand avenir dans tous ces domaines. En ce qui me concerne, et en balayant un peu ce que j’aime, je crois que les technologies doivent avoir une bonne raison d’être au-delà du divertissement. Nous voyons des cas spectaculaires en médecine ; à Discover XR, l’une des entreprises, Singular, a montré comment elle utilise les technologies immersives dans des opérations sur de vrais patients. De même, à l’Altavoz, nous avons vu un cas d’utilisation de la réalité virtuelle pour des enfants ayant de longs séjours à l’hôpital. Pour moi, l’un des plus beaux cas, où la technologie a le plus de sens, est celui des soins de santé. J’espère donc qu’à l’avenir, elle sera très axée sur la médecine.

Le citoyen moyen est-il vraiment conscient du potentiel de la réalité étendue?

De notre point de vue, la réalité étendue est encore un défi. Lorsqu’il lit des articles sur des sujets tels que le métavers, qui est devenu un peu à la mode il y a quelques années, le citoyen moyen considère que c’est encore loin. Si nous nous concentrons sur de gros appareils, il est plus difficile de la voir, mais par exemple, la génération Z utilise les réseaux sociaux, tels que Tik Tok, SnapChat ou Instagram, et ils ont un outil de réalité augmentée, ils l’utilisent au quotidien, même pour vendre des produits. Nous l’utilisons, mais nous ne savons pas encore comment cela fonctionne.

Le fait que nous l’utilisions sans nous en rendre compte est très positif, car nous constatons que la technologie est transparente. Nous ne sommes pas encore conscients de son potentiel, le changement fait souvent peur, mais nous y travaillons. Nous organisons des conférences telles que Descubre XR pour que tout ce contenu parvienne aux utilisateurs ordinaires, pour qu’ils soient informés et voient qu’il n’y a pas lieu d’avoir peur, qu’il y a des objectifs très positifs et que la technologie est en marche.

Participants à Descubre XR, le 18 novembre, à Saragosse.

Pourquoi des projets comme les Google Glass sont-ils tombés dans l’oreille d’un sourd, ou pourquoi d’autres, comme le métavers de Facebook, semblent-ils ne pas avoir encore décollé ?

Les technologies représentent un défi à multiples facettes. D’une part, il y a le matériel, qui est encore très cher et qui doit être confortable à utiliser. Il y a aussi les défis de la création de contenu et de logiciels. Et nous constatons que les projets des grandes entreprises ont échoué. Parfois, il est bon de voir que les grandes entreprises échouent aussi. Par exemple, les Google Glasses étaient un projet très perturbateur, mais nous étions à une époque où le citoyen moyen était un peu curieux de voir quelqu’un porter des lunettes avec une caméra pour des raisons de protection de la vie privée. Ils se sentaient envahis. Pour moi, ces projets n’ont pas fonctionné parce qu’ils sont arrivés trop tôt, dans une société qui n’était pas prête. Avec les Google Glasses, ils ont relancé le projet des années plus tard, mais en se concentrant davantage sur les questions médicales. Ce sont les deux points : nous sommes confrontés à un défi difficile et les gens ont du mal à changer.

Vous avez évolué en tant qu’ingénieur informatique et graphiste pour vous spécialiser dans la réalité augmentée, pourquoi avez-vous choisi ce domaine?

Je suis impliqué dans la réalité étendue et la réalité augmentée depuis plus de 10 ans. J’ai commencé très jeune, lorsque j’étais à l’université. À la fin de mes études, je devais réaliser un projet final et j’ai décidé de combiner mes deux diplômes et de créer un projet unique un peu plus complet. À l’époque, j’aimais beaucoup la réalité augmentée ; elle n’était pas du tout connue, car je parle de 2012. Mais il y avait quelques exemples publiés par de grandes entreprises et je me suis dit : “C’est vraiment cool et nous devons faire des recherches à ce sujet”. Quand j’ai vu ce que je pouvais faire, j’ai trouvé des articles universitaires dans lesquels on utilisait la réalité augmentée pour le jeu symbolique chez les enfants autistes et je me suis dit que ce serait génial de pouvoir créer une technologie pour aider les gens. C’est ce que j’ai fait, j’ai commencé par un projet dans lequel j’ai créé une application de réalité augmentée pour les enfants présentant une diversité fonctionnelle et des besoins éducatifs spéciaux. À l’époque, l’université de Saragosse a lancé son premier programme Spinup pour soutenir l’esprit d’entreprise des groupes de recherche et des étudiants ; je me suis inscrit, ils m’ont choisi et c’est ainsi qu’a commencé mon parcours entrepreneurial. J’ai commencé avec ces technologies et, dix ans plus tard, je suis toujours avec elles.

Vous faites référence au projet JUGLAR, en quoi consistait-il ?

Il s’agissait d’un projet dans lequel nous utilisions la réalité augmentée sur une tablette pour promouvoir différents domaines d’attention précoce chez les enfants présentant une diversité fonctionnelle, tels que le développement de la mémoire, de l’attention, de la perception… Nous avons transposé les exercices traditionnels effectués à l’école ou dans le cadre d’une thérapie à des technologies immersives. L’enfant n’interagissait pas avec la tablette, mais disposait d’une série de cartes avec lesquelles il interagissait et était confronté à des défis. Ce que nous avons obtenu en thérapie réelle, c’est que des enfants qui ne voulaient pas faire de thérapie, avec ce type d’application, l’ont fait sans se plaindre, ils ont été divertis et motivés.

Ce projet n’était pas seulement destiné aux enfants, il a également été testé auprès d’adultes présentant une diversité fonctionnelle et les résultats ont également été très positifs. En jouant à un jeu collaboratif, ils s’entraidaient, applaudissaient lorsqu’ils atteignaient leurs objectifs et, surtout, ils se sentaient spéciaux lorsqu’ils l’utilisaient, car pour eux c’était comme de la magie ; c’est-à-dire qu’il y a certains groupes qui n’utilisent pas de téléphones portables ou n’ont pas d’ordinateurs et le fait de pouvoir faire ce type d’exercices plus technologiques avec eux était excitant. En tant que professionnel, quand on voit cela, on est fier et on éprouve un sentiment très positif de savoir que l’on peut aider.

Un autre de vos projets, Holosurg, a remporté en 2017 le prix de la meilleure application espagnole de réalité étendue. Au-delà de cette reconnaissance, êtes-vous satisfait des résultats ?

C’est un autre projet qui a marqué un tournant dans ma carrière professionnelle. C’est un projet que j’ai réalisé alors que j’étais dans une start-up aragonaise, en tant que responsable de la R&D. Il s’agissait d’une expérience de réalité mixte, comme Hololens, dans le domaine de la santé, pour l’ablation d’une tumeur maligne chez un patient en oncologie. Elle a été appliquée à l’hôpital Gregorio Marañón en 2017 comme première approximation, rien de similaire n’avait été fait en Espagne, de la façon d’apporter ce type de dispositif dans un cadre chirurgical. Le résultat a été extrêmement positif ; nous sommes allés nous familiariser avec l’environnement, discuter avec les chirurgiens pour voir comment nous pouvions les aider à répondre à leurs besoins. Le jour de l’opération, où le système a été utilisé, j’étais avec le patient et toute l’équipe médicale. Il est passionnant de voir sa technologie utilisée pour aider les gens. Nous avons gagné des prix, mais, en fin de compte, ce ne sont pas les prix qui sont importants, c’est le résultat du projet et ses prolongements. Pour moi, c’est l’un des meilleurs moments professionnels de ma vie.

Gálvez, en arrière-plan.

Vous avez également remporté le prix Women Techmakers au 5G Challenge 2021 d’Orange. Le domaine technologique est-il égalitaire ou certaines choses doivent-elles encore changer?

Dans ce secteur technologique, nous commençons à surmonter les barrières qui existent en termes de diversité, en particulier en termes de genre. Lorsque j’ai commencé mes études, il y avait très peu de filles et ce que l’on constate au fil des années, c’est que le ratio s’aggrave encore. Dans la sphère professionnelle, on trouve des équipes de travail formidables, mais il y a aussi d’autres aspects moins positifs et nous devons nous efforcer de rendre les femmes plus visibles dans le domaine de la technologie. J’ai réalisé, lorsque je débutais, toutes les difficultés que rencontraient les femmes et cela m’a donné la force et l’énergie de m’impliquer dans la question de la diversité dans ce domaine. Je suis ambassadrice des femmes techmakers et cofondatrice de l’association Muyeres Tech, qui se consacre à la visibilité des femmes dans les technologies, également en Aragon. Nous devons être présentes, nous montrer, pour que nos collègues puissent voir que nous avons aussi de la force, de bonnes idées et que nous pouvons proposer des projets et des produits.

Quel conseil donneriez-vous à une jeune fille qui s’intéresse à la technologie?

Le conseil que je donnerais à toutes les jeunes filles qui aiment la technologie, mais qui ne s’y reconnaissent pas encore, c’est de suivre leur passion. Si elles aiment quelque chose, c’est que cela existe. Elles trouveront des obstacles, des moments où elles auront l’impression de ne pas être douées. Mais il est normal de ressentir cela, nous l’appelons souvent le syndrome de l’imposteur. Et il faut être là, parce qu’il y a des mauvais jours, il y a des bons jours, et il est important, pour se sentir en confiance, de s’entourer de gens qui vous ressemblent. Par exemple, des mentors qui vous accompagnent. Et les réseaux, les communautés ; il y a beaucoup d’initiatives pour les filles dans la technologie. Cela vous permet de vous voir reflétée et de savoir que vous êtes l’une d’entre elles. Ne vous mettez pas de barrières, vous en trouverez beaucoup sur votre chemin. Il existe des initiatives telles que Technovation Girls Aragón, des hackathons pour les filles où elles sont accompagnées par un mentor… l’environnement familial est également très important, il faut dire à vos parents de vous emmener à l’atelier de robotique, qui n’est pas réservé aux enfants.

Lorena González et Vicky Vasán, d’Inmersiva XR, ont déclaré il y a quelques jours à Go Aragón que l’Espagne disposait de bons talents dans le domaine de la réalité étendue.

Dans le secteur espagnol de la réalité étendue, quand on y est, on se rend compte qu’il y a beaucoup de talent. Nous sommes une communauté très puissante, la vérité est que les projets qui existent au niveau national sont surprenants, mais il est vrai que nous avons besoin d’un peu plus d’aide. D’une part, financièrement, pour permettre aux petites entreprises ou aux startups de créer des projets à plus long terme avec des équipes plus importantes ; également, des équipes mieux rémunérées. Nous sommes dans un environnement difficile parce que nous avons besoin de beaucoup de profils techniques différents. Ce ne sont pas des projets qui peuvent être menés à bien par une ou deux personnes, mais il faut les développer avec une grande équipe. L’idéal serait d’apporter un peu plus de soutien à l’industrie, ainsi qu’aux entreprises qui ont confiance dans ce type de projets, car il semble que tant qu’ils n’ont pas réussi à l’étranger, il est difficile pour nous, en Espagne, de les adopter.

Qu’en est-il de l’Aragon ? Avons-nous quelque chose à dire sur ces technologies ?

Nous parlons toujours au niveau national, mais en Aragon, nous avons beaucoup de talent. Il y a beaucoup d’entreprises qui se consacrent depuis de nombreuses années, qui ont été des pionnières dans le domaine de la radiologie. Deusens est l’une d’entre elles qui nous a toujours soutenus et qui a remporté de nombreux prix et projets dans différents domaines. Mais nous avons aussi d’autres industries audiovisuelles, qui ne sont peut-être pas aussi connues en Aragon, mais qui le sont dans le monde entier. Nous devons soutenir les entreprises aragonaises. Dans Descubre XR, plusieurs d’entre elles ont été récompensées.

ARTICLES CONNEXES

Subscribe
Notify of
guest
0 Comments
Inline Feedbacks
View all comments

ARTICLES CONNEXES

0
Would love your thoughts, please comment.x
()
x