9.1 C
Zaragoza
0.4 C
Huesca
1.7 C
Teruel
29 febrero 2024

Nacho Royo: “Nous voulons que Saragosse soit la capitale ibéro-américaine de la culture musicale en Europe”

Depuis l’ouverture de la mythique Sala En Bruto à Saragosse jusqu’à la deuxième édition de Vive Latino dans la ville, il y a un parcours qui approche maintenant les quatre décennies. C’est la trajectoire du directeur du festival en Espagne, Nacho Royo.

Dans une interview accordée à Go Aragón, ce promoteur musical qui a fait venir des noms comme les Rolling Stones ou Metallica dans la capitale aragonaise fait le point sur le déroulement de la première édition de ce festival, né au Mexique et qui, à partir de 2022, s’arrêtera également dans la capitale aragonaise, en septembre dernier.

“Nous voulons faire de Saragosse, culturellement, la capitale ibéro-américaine de la culture musicale en Europe”, souligne-t-il à propos de l’objectif qu’ils poursuivent avec le Vive Latino dans sa ville, dont le conseil municipal l’a nommé l’an dernier fils préféré.

Le Vive Latino de Saragosse est-il appelé à durer?

Oui, en fait il y a déjà une deuxième édition, nous avons commencé beaucoup plus fort que la dernière. Il faut aussi tenir compte du fait que la première a dû être reportée à cause de la pandémie, puis annulée, puis recommencée et, juste au moment de la mise en vente, quatre ou cinq jours plus tard, l’omicron a frappé, ce qui a également provoqué un grand contretemps. Disons que la première édition du festival ne s’est imposée que près de trois ans après son lancement mais, heureusement, ce fut un succès spectaculaire, il n’y avait jamais rien eu de tel dans la ville. Et nous, dès le premier instant, nous sommes venus avec la conviction que l’endroit était idéal et que nous voulions rester à Saragosse. Heureusement, cela s’est très bien passé, tout s’est à nouveau bien passé pour cette deuxième édition et nous y travaillons, avec enthousiasme. Nous voyons également que, du point de vue du public, ce sera un succès similaire, voire supérieur, à celui de l’année dernière.

L’idée est de rester et de l’établir dans la ville pour de nombreuses années. Nous ne renouvelons pas la licence chaque année, mais la licence reste établie, à moins que nous ne la refusions ou qu’il y ait un problème qui nous échappe, que pour une raison quelconque nous ne puissions pas le faire. Mais, en ce qui concerne l’organisation, nous sommes convaincus que nous allons être là pour longtemps.

Le festival réserve-t-il des surprises pour cette année?

Si je vous le disais, ce ne serait pas une surprise. Mais, en ce qui concerne les nouveaux artistes, je peux vous dire qu’il n’y en a pas. Le line-up est fermé, que peut-il se passer ? Peut-être y aura-t-il une collaboration… et il reste encore beaucoup de temps. Pour vous donner un exemple, l’année dernière, en raison de circonstances que nous connaissons tous, Bunbury ne pouvait pas être là ; nous avons rapidement cherché quelque chose et dix jours plus tard, nous avions Amaral. C’est la seule chose qui puisse arriver pour que le plateau change ; croisons les doigts pour ne pas avoir à chercher quelqu’un d’autre, car cela signifierait qu’il est arrivé quelque chose à quelqu’un d’autre. Quant aux surprises, il y aura des activités, comme la lutte mexicaine de l’année dernière, les Mexicráneos… une série d’interventions artistiques, tout cela sera inclus. Il reste huit mois et nous sommes dans la phase de définition des lieux, mais bien sûr il n’y aura pas que de la musique.

Le directeur de Vive Latino en Espagne, Nacho Royo. PHOTO : Marcos Díaz

Comment l’organisation a-t-elle réagi à cette première édition?

Eh bien, pour répéter, imaginez un peu. Si la première édition ne s’était pas déroulée comme elle l’a fait et après tous les problèmes que nous avons rencontrés, nous aurions probablement mis un frein et c’est tout. Mais cela s’est avéré encore mieux que nous ne le pensions, et le public, les institutions, les sponsors et les artistes nous ont tous poussés à poursuivre le projet. Par ailleurs, comme il s’agit de synergies avec le festival latino-américain, des artistes espagnols se rendent également au Mexique pour se produire au Vive Latino. Parmi ceux qui ont participé au festival en Espagne, Kase.O, Leiva, Sidonie, Miss Cafeína… il y a environ une demi-douzaine de groupes rien que d’Espagne qui vont jouer au Vive Latino parce qu’ils ont joué ici.

Ces synergies de groupes et les échanges culturels entre l’Amérique latine et l’Espagne sont essentiels pour nous. En un an, environ 80 groupes vont passer. Dans deux ans, vous aurez près de 40 groupes, car c’est l’idée, de croître de quelques groupes chaque année. Vous allez arriver à une centaine de groupes qui ont joué en deux ans à Saragosse, des groupes de toute l’Amérique latine et de toute l’Espagne parce que, en plus, le festival ne se répète pas. Dans ce line-up, il n’y a pas un seul artiste qui était là l’année dernière, il y a cette politique selon laquelle ” si vous avez joué cette année, vous ne jouerez plus au Vive Latino pendant trois ans “. Nous pensons que c’est très important car cela donne une grande vitrine à de nombreux groupes.

L’année dernière, par exemple, en se concentrant sur Aragón, les grands étaient là ; Enrique -Bunbury- a manqué, mais Amaral était là, Kase.O était là, R de Rumba était là… cette année, bien sûr, les grands ne peuvent pas répéter, mais Los Bengala, Calavera, Tachenko, Gran Bob, Los Santos Inocentes sont là… il y a déjà cinq groupes. Et ils ne joueront plus l’année prochaine, il y en aura cinq autres différents. Notre idée est de donner de l’espace à absolument tous les groupes et d’en faire un échantillon de la culture musicale ibéro-américaine qui existe actuellement et qui existe depuis de très nombreuses années. Absurdement, en Espagne, nous avons vécu, je pense, culturellement en tournant le dos à l’Amérique latine, alors que nous devrions lui faire totalement face.

Ce lien avec l’Amérique latine est-il ce qui distingue Vive Latino de tous les autres festivals proposés en Espagne?

Nous recherchons quelque chose de différent. D’abord, nous cherchons le confort du public; bien sûr, celui des artistes, mais le confort du public est aussi très important. Et cela implique une série de questions dont il faut s’occuper, des toilettes à la nourriture, en passant par l’eau gratuite dans les fontaines… il y a mille détails qui passent inaperçus et qui font que l’on se sent bien dans un festival. Il ne faut pas oublier qu’on y passe 24 heures sur 24, 12 heures sur 12, et qu’il faut avoir des zones d’ombre, des zones d’allègement climatique, il faut pouvoir bien manger, aller aux toilettes… il y a une série de facteurs de conditionnement qui sont très importants.

Nous nous concentrons beaucoup sur cette question, de la même manière que nous nous concentrons sur le fait que Vive Latino a l’esprit de ne pas répéter les groupes avant trois ou quatre ans, et de créer ces synergies avec l’Amérique latine et, surtout, une principale, qui est la musique en espagnol. C’est ce qui nous distingue, je pense, et le fait d’avoir des synergies avec le Mexique, c’est-à-dire “tu viens et je pars”. Et, bien sûr, l’espace est imbattable.

Il est vrai que dans un festival, si l’on se concentre uniquement sur l’aspect économique, au lieu d’installer des toilettes à aspiration et qu’à chaque fois que quelqu’un en sort, une personne va les nettoyer, on peut installer quatre toilettes chimiques et le problème est réglé. L’eau, vous la coupez et la vendez et, si vous voulez, vous passez par la caisse. Comme ça, il y a beaucoup de choses qui, si vous en prenez soin, rendent le public heureux, se répètent et le festival s’installe. Nous ne sommes pas là pour un seul jour. C’est ce qui nous différencie, je pense, des autres festivals qui vont et viennent. Il y en a d’autres qui sont surpeuplés et nous ne recherchons pas cela non plus.

Nous allons rester à 22 000 personnes par jour et c’est tout, même si nous avons une capacité donnée par la protection civile de plus de 45 000 par jour. Mais nous serions au coude à coude pendant tout le festival et c’est insupportable. Nous ne voulons pas cela. Nous voulons faire de Saragosse, culturellement, la capitale ibéro-américaine de la culture musicale en Europe, tout comme Mexico l’est avec le Vive Latino au Mexique, et cela ne peut pas se faire en un an, ou deux, ou trois. Il faut que ce soit un voyage que l’on apprécie pendant le trajet. Nous verrons jusqu’où nous irons.

Le directeur de Vive Latino en Espagne, Nacho Royo. PHOTO : Marcos Díaz

Vous avez évoqué l’exclusivité de la musique hispanophone, n’est-il pas envisagé que lors des prochaines éditions, comme dans le cas du festival mexicain, des groupes du monde anglo-saxon ou d’ailleurs se produisent?

C’est possible, pour une raison très simple. Le festival mexicain Vive Latino va fêter sa 25e édition l’année prochaine. Ils ont commencé à introduire des groupes anglo-saxons, je crois, lors de la sixième ou septième édition. Mais parce que s’ils ne peuvent pas répéter, comme c’est la philosophie du festival et c’est là où nous ne voulons pas descendre, et que chaque année vous faites 40 groupes différents, il y a un moment où vous en manquez. Éventuellement, je suppose que oui, mais nous parlons d’un long moment. L’idée est, pour l’instant et pour longtemps encore, de n’avoir que des artistes latino-américains.

Comment se matérialise un Vive Latino à Saragosse?

Le directeur et fondateur de Vive Latino Mexico, Jordi Puig, est un de mes partenaires en Amérique, principalement par l’intermédiaire d’Enrique (Bunbury), depuis 24 ans. Et, il y a des années, en voyant le Vive Latino là-bas, où Bunbury a été la tête d’affiche trois ou quatre fois et l’un des artistes les plus populaires du festival, je suis tombé amoureux de ce festival parce qu’il a une atmosphère différente des autres festivals. Et je me suis dit, il y a neuf ou dix ans, pourquoi pas à Saragosse ? Pendant tout ce temps, comme je travaillais entre-temps, je passais plus de temps à l’étranger qu’ici en Espagne, je n’arrêtais pas d’y penser. Et chaque fois que je suis venu ici, j’ai réfléchi à la manière de mettre tout cela en place. Parce que c’est une question dans laquelle il faut que beaucoup d’acteurs sociaux soient impliqués, sinon c’est impossible.

Je l’ai proposé aux institutions à chaque nouvelle législature. Parce que, bien sûr, chacun a sa façon de faire de la politique et elles sont toutes respectables. Il y a des gens qui m’ont dit ‘je ne vois ça nulle part’ et il faut attendre quatre ans. Ou d’autres qui me disaient “oui, c’est clair”, mais comme le site appartient pour moitié à la mairie, pour moitié au gouvernement d’Aragon… c’était très difficile, mais je l’avais toujours en tête. Et finalement, l’année précédant la pandémie, il s’est cristallisé, les étoiles se sont alignées et c’est à partir de là que nous avons commencé. Et, en voyant comment ça a commencé, et en voyant comment les institutions et les sponsors locaux ont compris la philosophie du festival, ils ont dit “ça ne peut pas disparaître”. Si maintenant, soudainement, il y a un changement de politique culturelle dans la ville, l’année prochaine il n’y aura pas de Vive Latino parce que le soutien des institutions est absolument essentiel.

En raison de toutes ces circonstances, nous avons été “oui, non” pendant neuf ans ; à la fin, lorsque le projet est sorti, la pandémie a eu l’idée de dire “eh bien, pas maintenant non plus”. Mais, finalement, comme de bons “maños”, au bout du compte, nous l’avons fait. Ce n’est pas que nous, les Aragonais, sommes têtus, c’est que nous avons raison (rires).

D’ailleurs, bien que vous veniez du Mexique, le Vive Latino a également compté sur le talent d’ici?

Absolument. De plus en plus, nous voulons l’enraciner à Saragosse. Nous nous sommes montrés, les autres ont pris le relais et nous sommes toujours là. Le jour où les acteurs sociaux ne prendront pas le relais, ce jour-là, avec regret, nous devrons partir. Mais nous avons bien l’intention de rester ici et nous savons que, pour rester ici, il faut être local. Et cela signifie que les investissements économiques restent ici, que les travailleurs sont d’ici, que les plus grandes entreprises qui peuvent participer sont d’ici, que les gangs, dans la mesure du possible, doivent avoir leur espace. Notre intention est de poursuivre dans cette voie pour que le festival reste à Saragosse. D’ailleurs, la lutte va être de plus en plus forte pour qu’il reste, car il y a d’autres villes qui veulent le Vive Latino, ce festival est une friandise. Par exemple, à Séville, si l’année colombienne arrive, quoi de mieux que le Vive Latino. Cet échange culturel, la vérité est que nous l’aimons. Et je crois aussi que la ville ne peut pas se permettre de perdre cela, je le pense sincèrement. Juste à cause du retour économique, ce serait ridicule, puisque nous avons réussi à l’amener ici.

Vive latino España Zaragoza Foto: Tw Vivelatino
Vive latino España Zaragoza Foto: Tw Vivelatino

Outre le festival, vous avez reçu l’année dernière le titre de Fils préféré de Saragosse, que signifie cette reconnaissance?

Tout d’abord, c’était une surprise. On ne s’y attend jamais. Être reconnu dans sa ville pour son travail professionnel est très agréable, et être reconnu à l’unanimité lors d’un événement comme celui-ci est incroyable, surtout compte tenu de mon parcours professionnel (rires). C’est pratiquement un miracle. La vérité, c’est que c’était une surprise, une joie et une grande fierté. J’ai commencé avec ça dès mon plus jeune âge, j’étais comme le reclus, celui qui avait les cheveux longs… et être reconnu comme Fils préféré par ceux qui fermaient la salle, c’est agréable.

De la salle En Bruto à la Vive Latino, le chemin a été long…

Très long car j’ai ouvert En Bruto à l’âge de 21 ans, il y a 37 ans. Au début, c’était très difficile ici aussi, parce que la salle a toujours été absolument en avance sur la société de Saragosse ; c’est de là que vient la clé de son succès. C’était une lutte énorme, il n’y avait aucune chance qu’ils vous donnent des licences, les voisins, les gens, la rue, la nuit… et 37 ans plus tard, ils vous font un fils préféré, et vous dites, “au moins j’ai dû faire quelque chose de bien”.

Cela a dû aider de faire appel à des noms comme Rolling Stones et Metallica comme promoteurs, non?

Bien sûr que ça a dû aider. En fait, la liste des artistes qui sont venus est spectaculaire. La vérité est que, en tant que promoteur, j’ai toujours eu Zaragoza en tête, sauf pour Bunbury, bien sûr, qui est autre chose. Pourquoi ? Tout d’abord, parce que ce n’est pas un endroit facile, et que se passe-t-il quand ce n’est pas facile ? Il n’y a pas de concurrence. Et ce qui se passe quand il n’y a pas de concurrence, c’est qu’il y a beaucoup de choses pour lesquelles vous ne pouvez pas vous battre, mais quand ça tombe, ça tombe fort. Vous devez utiliser toute cette énergie et ces efforts, être très attentif à tous ces artistes pour voir quand ils ont un créneau et y entrer, parce que vous ne serez jamais en mesure de rivaliser avec Madrid ou Barcelone, jamais de votre vie.

Avec les Rolling Stones, il se trouve qu’ils avaient une date libre en Europe. Je ne sais pas quelle ville est tombée, je ne me souviens pas, c’était peut-être Amsterdam, et ils avaient une date libre. Un mois et demi plus tard, ils m’ont appelé pour me dire : “Nous avons un jour de libre, est-ce que tu le veux ? J’étais en Amérique avec Enrique en tournée. J’ai rapidement pris l’avion, je suis venu ici et nous l’avons monté à la Feria de Muestras, car il n’y avait pas de place à La Romareda. Et cela s’est fait en un temps record, en un mois et demi. Parce qu’on ne peut pas aller se battre dans les villes où se produisent les grands artistes.

Avec Metallica, c’était trois quarts de la même chose. Ils allaient de Porto ou Lisbonne à Paris et passaient par ici. Quand je l’ai su, je leur ai fait une offre économique bien inférieure à ce qu’ils facturent. Et c’est tombé à l’eau ; le seul concert en Espagne. En trois jours, il y a eu 45 000 billets vendus. C’est comme ça qu’on les obtient, il n’y a pas d’autre moyen.

Vive latino España Zaragoza Foto: Tw Vivelatino

Et comment est-ce de travailler avec des artistes de cette envergure ?

Si vous êtes professionnel, c’est facile ; si vous ne l’êtes pas, c’est l’enfer. Vous devez être aussi professionnel qu’eux, et être aussi professionnel que les Rolling Stones signifie être le meilleur professionnel. Si vous ne l’êtes pas, vous n’avez même pas une chance d’être accepté. Vous devez avoir un CV ; ils savent parfaitement qui vous êtes, comment vous vous comportez, quels artistes vous avez fait auparavant, ce que vous allez faire ensuite, comment vous êtes connecté, avec qui vous travaillez, comment vous travaillez… et ensuite ils vous donnent confiance. Et si vous êtes un professionnel, pas de problème.

 

ARTICLES CONNEXES

Subscribe
Notify of
guest
0 Comments
Inline Feedbacks
View all comments

ARTICLES CONNEXES

0
Would love your thoughts, please comment.x
()
x