8 C
Zaragoza
5 C
Huesca
0.6 C
Teruel
23 abril 2024

Les salles de concert de Saragosse, une attraction sonore pour l’élite nationale

Saragosse n’est pas une grande ville. Elle compte environ 700 000 habitants, loin des chiffres des grandes capitales, comme les 3,2 millions de Madrilènes. Cependant, sans être Londres, Paris ou Barcelone, la ville a réussi à se positionner comme une référence nationale et européenne grâce à son circuit de salles de concert, dont la programmation lui permet d’être à la hauteur des centres urbains les plus importants. À titre d’exemple, il suffit de regarder les chiffres de l’association Aragón en Vivo, dont 16 des 19 établissements membres sont situés sur les rives de l’Èbre. En 2023, ces lieux ont accueilli plus de 120 000 spectateurs et programmé 1 200 concerts.

“Je pense que nous vivons un moment absolument incroyable pour les salles, et nous espérons que cela durera longtemps”, déclare Patxi Cano, responsable de Rock and Blues, une salle axée sur les sonorités américaines, comme son nom l’indique. Ce natif de Bilbao, qui vit à Saragosse depuis deux décennies et connaît bien la scène de la ville, observe que la capitale aragonaise, bien qu’elle n’ait pas été en mesure d’accueillir de grands concerts dans des stades comme par le passé, tels que ceux de Michael Jackson ou de Bruce Springsteen, entre autres, offre une variété de tailles et de styles avec ses salles, ce qui permet à une grande partie des tournées de deuxième et de troisième niveau de venir dans la ville.

Nous avons profité du fait que la ville est très bien située”, explique-t-il, car Saragosse se trouve à mi-chemin entre Madrid, Bilbao, Barcelone et Valence, “et pour les groupes de passage, elle est devenue un point de référence”.

L’importance de l’emplacement

Son point de vue est similaire à celui du promoteur Chema Fernández, qui considère que la situation “est plutôt bonne”. “Les salles programment de plus en plus et les gens réagissent bien”, décrit-il. Il ajoute qu'”en général, toutes les salles de Saragosse ont fait l’effort de s’équiper plus ou moins bien” et de faire leurs devoirs en termes de programmation.

Un concert à La Campana Underground. PHOTO : Aragón en Vivo

Comme Cano, il estime évident que la situation de la ville sur la carte a contribué à ce positionnement. “Les tournées doivent avoir une logique géographique”, dit-il, de sorte que pour “un pourcentage très élevé d’artistes venant de l’étranger, tant nationaux qu’internationaux, les arrêts à Saragosse font partie d’une tournée”.

À cet égard, il fait également valoir que “plus de la moitié des tournées ont lieu, fondamentalement, dans le nord-est de l’Espagne”, dont la capitale aragonaise occupe le centre. “Nous en profitons, bien sûr, mais ce qui est fondamental pour la qualité du programme, c’est la continuité”, précise-t-il.

Ainsi, outre cette bonne position sur la carte, pour Fernández, ce bon moment trouve également sa réponse dans le fait que “du bon travail a été fait et il a été réalisé”. “Les choses ne se font pas du jour au lendemain”, souligne-t-il à propos du travail réalisé par les lieux au fil des ans.

Représentation au Teatro de las Esquinas. PHOTO : Teatro de las Esquinas

Pour illustrer cette bonne réponse et donner des exemples nationaux, vendredi dernier, le Rock and Blues lui-même a accroché le panneau “pas de billets disponibles” pour la représentation de La Perra Blanco, une situation qui s’est répétée un mois plus tôt au Teatro de las Esquinas avec le concert de Soziedad Alkoholika.

Cette programmation proposée par la ville, précise le promoteur, peut donner lieu à 40 ou 50 concerts à Saragosse lors d’un bon week-end, “ce qui n’est pas très éloigné de ce qui se fait à Madrid et qui est supérieur à la capitale Barcelone”. Cano voit les choses de la même manière, en citant les 15 à 20 concerts que Rock and Blues programme chaque mois, “ce qui est pratiquement le même programme qu’à Madrid ou Barcelone”.

Un circuit parmi les meilleurs d’Espagne et d’Europe

C’est pourquoi, interrogé sur la position du circuit de salles de Saragosse, Fernández est catégorique : “Parmi les meilleurs d’Espagne, sans aucun doute, mais je dirais aussi parmi les meilleurs d’Europe”.

Cette programmation s’ajoute à d’autres avantages de la ville, qui en font un lieu idéal pour attirer les visiteurs. En ce sens, M. Cano a constaté que, semaine après semaine, des personnes venant d’autres villes, comme Madrid, Bilbao, Valence ou Lérida, se rendent dans sa salle pour assister à un concert et passer le week-end à Saragosse. À cet égard, il note que les prix des hôtels et des restaurants ne sont pas élevés par rapport à d’autres villes comme Barcelone.

De l’autre côté de la scène, il souligne que les groupes considèrent la capitale aragonaise “comme une ville très facile, très confortable”. “Une fois qu’un groupe s’est fait connaître à Saragosse, il a toujours envie de recommencer”, ajoute-t-il.

Une pépinière de groupes

Outre le fait de pouvoir profiter d’un large éventail de musique en direct, une autre des vertus d’une programmation de pointe est que le fait de voir de la musique en direct favorise la création d’une scène locale de musiciens. Pour deux raisons”, explique M. Fernández, “d’une part, parce que les gens veulent former des groupes en regardant et en écoutant des groupes. D’autre part, comme il s’agit d’un objectif réaliste – jouer sur scène dans une salle – nous soutenons souvent la scène locale en programmant des groupes locaux”.

La Casa del Loco. PHOTO : Aragón en Vivo/Cintax StaFe

La liste des musiciens de Saragosse qui ont connu le succès comprend des noms comme Héroes del Silencio, Amaral et Kase.O. D’autres, qui n’ont peut-être pas atteint un niveau de popularité aussi élevé que les exemples susmentionnés, mais avec de grandes chansons derrière eux et qui ont été une référence pour les futurs professionnels, comme Mauricio Aznar, aujourd’hui honoré dans le long métrage “La estrella azul” (L’Étoile bleue). Dans ce film, il apparaît d’ailleurs en train de jouer sur la scène de l’une des salles les plus traditionnelles de la ville, La Campana Underground (anciennement La Campana de Los Perdidos).

Mike Ramón, propriétaire de la Sala Creedence, spécialisée dans le rock, est l’une des salles les plus axées sur la programmation de nouveaux groupes locaux, bien que son agenda comprenne également des artistes nationaux et internationaux. En ce sens, il considère qu’il est nécessaire et “urgent” d’attirer les jeunes aux concerts. “Nous sommes des animaux en voie d’extinction, bien que nous soyons dans une bonne période”, prévient-il à propos de l’avenir possible des salles de concert.

Cependant, il est conscient des chiffres et de la situation que traverse le circuit des salles, et en fait, il pense que les institutions ne prêtent pas plus d’attention à cette circonstance et que la musique live dans ces salles n’est pas l’un des projets touristiques de la ville. “Ils devraient nous soutenir”, dit-il.

À ce sujet, M. Cano observe également que, parfois, les administrations ne se concentrent que sur le retour des grandes tournées, “mais si l’on commence à regarder le nombre de concerts, avec le public des salles de Saragosse et d’Aragon, on arrive à de très bons chiffres”.

Des chiffres comme ceux que les salles de Saragosse atteindront probablement ce week-end avec des spectacles comme Lendakaris Muertos, vendredi, au Teatro de las Esquinas, dont toutes les places en arène sont déjà vendues. Ou encore Demetrio à La Lata de Bombillas et Reverend Shawn Amos à Rock and Blues, jeudi. Calibre 91 et Sigilosa Baby, à La Ley Seca, Sr Isasi, à Las Armas, Daniel Higiénico, à El Refugio del Crápula, et Skinny Flex, au López, sont d’autres propositions à venir le vendredi. Samedi, Joe Crepúsculo et The Violet Cluster seront les têtes d’affiche à La Casa del Loco et Creedence.

ARTICLES CONNEXES

Subscribe
Notify of
guest
0 Comments
Inline Feedbacks
View all comments

ARTICLES CONNEXES

0
Would love your thoughts, please comment.x
()
x