27.7 C
Zaragoza
22.3 C
Huesca
17.2 C
Teruel
28 junio 2022

La Fundación Ibercaja présente à Saragosse une exposition des grands maîtres du réalisme espagnol

Les pièces de peinture, de sculpture et de dessin montrent l'évolution et le changement pictural que l'école figurative a développé au cours des 60 dernières années, à travers des natures mortes, des figures humaines et des extérieurs et intérieurs. La Fundación Ibercaja organise cette exposition qui réunit cinquante œuvres d'Antonio López, María Moreno, Cristóbal Toral, Carmen Laffón, Julio López, Esperanza Parada, Francisco López, Isabel Quintanilla, José Hernández et Amalia Avia.

La peinture réaliste d’Antonio López et d’autres grandes références de cette école espagnole sont réunies dans l’exposition “Réalité infinie”, organisée par la Fondation Ibercaja et qui peut être visitée jusqu’au 18 septembre au Musée Goya. L’exposition réunit un total de 47 pièces de peinture, sculpture et dessin d’Antonio López, avec deux œuvres inédites de sa production, María Moreno, Cristóbal Toral, Carmen Laffón, Julio López, Esperanza Parada, Francisco López, Isabel Quintanilla, José Hernández et Amalia Avia.

La cérémonie de présentation s’est déroulée en présence de José Luis Rodrigo, directeur général de la Fondation Ibercaja, de Rosario Añaños, directrice du musée Goya, et de María Toral, docteur en beaux-arts et commissaire de l’exposition.

Le corpus artistique offre un voyage à travers plus de 60 ans, avec des œuvres de 1959 à 2021. Ce large éventail permet à l’exposition de montrer l’évolution de l’école figurative en Espagne et les différents changements picturaux, tout en soulignant la validité et la modernité de ce style artistique.

Un autre aspect qui rend l’exposition “Réalité infinie” spéciale est la provenance des œuvres. La plupart d’entre elles appartiennent à des collections privées, des collections familiales et des collections appartenant aux artistes eux-mêmes, ainsi qu’à des institutions de premier plan telles que la Fondation Ibercaja, la Fondation Orphée, la Fondation Sorigué et la Fondation Azcona. Pour cette raison, ce sont des pièces qui sont rarement exposées au grand public.

Natures mortes, extérieurs et intérieurs et figures humaines

Toutes les œuvres sont regroupées autour de trois thèmes principaux : d’une part, il y a la nature morte ou la nature morte, dont les éléments de la vie quotidienne sont les protagonistes incontestés. Parmi ces œuvres figure la série Rosas rosas 1 et 2, peinte en 2021 par Antonio López, deux pièces inédites exposées au public pour la première fois, après avoir quitté l’atelier de l’artiste. À côté de ces tableaux, on trouve la peinture Mesilla de noche de Carmen Laffón, qui fait partie de la collection d’art de la Fondation Ibercaja, ainsi que la peinture à l’huile Composición con tazas de Cristóbal Toral, entre autres.

D’autre part, l’exposition réunit plusieurs pièces sur les extérieurs et les intérieurs, avec des scènes urbaines de Barcelone, Paris ou Madrid, comme Estación de Atocha, d’Amalia Avia, et des paysages comme El campo del Moro, d’Antonio López, un tableau qui a quelque chose de magique et d’irréel, avec la forêt qui commence au pied et finit au loin, reliant le Campo del Moro à la Casa de Campo de Madrid. Une œuvre à la symétrie la plus absolue entre deux zones urbaines qui se répètent comme dans un miroir.

Quant aux intérieurs, ils comprennent des peintures telles que Interior. Paco écrit, par Isabel Quintanilla et Large Window par Antonio López.

Liens familiaux

Le dernier grand thème est celui des figures humaines, qui prennent encore plus d’importance en raison des liens familiaux entre ce groupe de peintres, qui n’étaient pas seulement des contemporains mais aussi des amis et, dans de nombreux cas, des parents. Les frères Julio et Francisco López étaient mariés à Esperanza Parada et Isabel Quintanilla, respectivement. Atonio López et María Moreno étaient également mariés, comme l’artiste l’a représenté dans son œuvre Mari y Antonio. Parmi les autres œuvres dans lesquelles la figure humaine occupe une place centrale, citons l’huile d’Isabel Quintanilla intitulée Portrait d’Anabela, dans laquelle elle représente sa fille dans l’atelier de son mari, Francisco López. De même, les figures humaines sont représentées dans les différentes sculptures de Francisco López, Antonio López et Julio López que l’on peut voir dans l’exposition.

Les femmes artistes qui ont créé un précédent au siècle dernier

La composante personnelle qui englobe toute l’exposition s’accompagne également du nombre de femmes qui ont signé une grande partie des œuvres exposées, toutes très respectées et prestigieuses. Sur les dix artistes de l’exposition, cinq sont des femmes : María Moreno, Carmen Laffón, Esperanza Parada, Isabel Quintanilla et Amalia Avia. Ils regardent vers l’extérieur, vers ceux qui les entourent, ils sont redevables de la précision d’une méthode longue et laborieuse.

Elles ont réalisé un grand exploit et créé un précédent important, déjà au siècle dernier, en se consacrant au monde de l’art, dans un domaine où la plupart des références étaient jusqu’alors des hommes.

Parallèlement à l’exposition, qui peut être visitée jusqu’au 18 septembre, la Fundación Ibercaja a organisé un programme complet d’activités complémentaires pour tous les publics, notamment des visites guidées pour les adultes et un atelier pour les familles intitulé “Voyage vers une nouvelle réalité”.

En outre, après les mois d’été, le cycle de conférences “Miradas realistas” (Perspectives réalistes) commencera, et Antonio López y participera à l’une des conférences.

La sélection spéciale et, dans de nombreux cas, exclusive d’œuvres qui composent “Réalité infinie” réunit à Saragosse les références incontestées de la peinture réaliste en Espagne, qui ont également exercé une influence manifeste sur les générations d’artistes suivantes.

La Fondation Ibercaja confirme son engagement social et son attachement à l’art et à la culture avec l’organisation de cette exposition, à travers laquelle elle souhaite offrir aux Saragossais et aux visiteurs de la ville l’occasion de connaître de première main le réalisme espagnol et les grandes figures qui l’ont développé, avec des œuvres inédites qui sont mises en lumière pour la première fois au Musée Goya.

ARTICLES CONNEXES

Subscribe
Notify of
guest
0 Comments
Inline Feedbacks
View all comments

VOUS POURRIEZ ÊTRE INTÉRESSÉ PAR

0
Would love your thoughts, please comment.x
()
x