6.1 C
Zaragoza
2.8 C
Huesca
4.9 C
Teruel
3 diciembre 2022

Le Quebrantahuesos est de retour, l’événement cycliste au cœur des Pyrénées qui captive des milliers de personnes de près de 50 pays

Cet itinéraire de cyclotourisme qui débute à Sabiñánigo est considéré comme la meilleure course de longue distance d'Espagne. Il allie les exigences du parcours, la beauté des lieux, qui traversent deux pays, et la magie de franchir des cols mythiques qui ont fait partie du Tour de France.

Quebrantahuesos, son nom le suggère et les chiffres le confirment : 200 kilomètres de parcours et 3 500 mètres de dénivelé pour un itinéraire qui comprend quatre cols de montagne dans les Pyrénées, à travers l’Espagne et la France. Ce serait la version courte d’un événement cyclotouristique que beaucoup considèrent comme la meilleure course longue distance du pays ; cependant, il y a beaucoup plus derrière. Preuve en est les 9 000 participants – 11 500 si l’on ajoute les 2 500 des Treparriscos, son parcours le plus court de 85 kilomètres – qui ont été captivés en 2019, issus de 47 nationalités différentes. Tout cela, dans un environnement naturel tel que les Pyrénées, ce qui fait de cet événement une véritable attraction touristique pour le territoire, qui se remplit pendant les jours où il se déroule.

En 2022, la météo n’était pas en faveur de l’événement exigeant. Prévu en juin, il a dû être reporté en septembre à cause de la canicule. Ainsi, ce samedi, à 8 heures, les coureurs qui participeront à la trente et unième édition des Quebrantahuesos s’élanceront de Sabiñánigo (Huesca). Trois quarts d’heure plus tard, les participants du Treparriscos, sa “petite sœur”, feront de même. Une fois de plus, la météo n’est pas clémente, puisque de la pluie est attendue et même un orage n’est pas exclu, ce qui n’a pas découragé les quelque 5 500 participants qui prendront part à cette occasion.

“C’est l’un des cyclotouristes sur lesquels il faut mettre un X”, affirme Rubén Sorolla, de Saragosse, qui y a participé à cinq reprises. “En Espagne, c’est une référence parmi toutes les courses de cyclotourisme, je dirais même que c’est la plus prestigieuse“, dit-il.

Ce cycliste expérimenté souligne toutefois l’importance de tenir compte de la météo lorsqu’il s’agit de faire du vélo. “On parle d’être dans les Pyrénées, en automne, et ce n’est pas la même chose quand on y va en juin”, prévient-il. C’est pourquoi il recommande de prendre le bon équipement pour une zone de montagne où le ciel peut changer rapidement: “Il faut le respecter”, dit-il.

L’année dernière, en effet, l’eau a également fait une apparition insistante. À cette occasion, près de 2 000 âmes courageuses ont bravé le parcours exigeant et les conditions météorologiques défavorables.

Une route mythique

Dans sa version Gran Fondo, les deux cents kilomètres du Quebrantahuesos traversent quatre cols de montagne, dont certains sont des classiques du Tour de France. Concrètement, les coureurs doivent franchir les cols du Somport, de Marie Blanque, du Portalet et de Hoz de Jaca. Sur son parcours court, le Treparriscos, qui en est à sa 18e édition, les chiffres ne sont pas aussi exigeants, même s’il ne faut pas les sous-estimer: 85 kilomètres de long et 1 350 mètres de dénivelé, avec deux cols de montagne comme Potefablo et Petralva.

Le long du parcours, deux postes de ravitaillement en liquide et six postes mixtes – un et trois, respectivement, dans les Treparriscos – seront à la disposition des coureurs, y compris des options sans gluten. Il y aura également différents points d’assistance mécanique et l’aide d’une équipe de bénévoles.

La course est organisée par la Peña Ciclista Edelweiss, dont le président est l’un des plus grands noms du cyclisme espagnol de ces dernières décennies, Fernando Escartín. Il n’est pas le seul sportif illustre associé à ce parcours, puisque lors des éditions précédentes, des légendes du cyclisme comme le quintuple vainqueur du Tour, Miguel Induráin, et d’autres géants comme Alberto Contador, Edurne Pasabán et Purito Rodríguez ont été présents. Et pas seulement des cyclistes, puisque le pilote de Moto GP Aleix Espargaró a également été vu sur son vélo.

En dehors des célébrités, le profil moyen du participant à Quebrantahuesos est un homme, âgé de 35 à 42 ans. Par pays, les trois nationalités les plus répandues sont l’espagnol, le français et le britannique et, en Espagne, Valence, l’Aragon, le Pays basque et la Catalogne sont les régions les plus représentées.

La popularité de la Quebrantahuesos, la valeur naturelle de son parcours et la sécurité des participants ont conduit les organisateurs à tirer au sort les places finales (lors des éditions précédentes, l’événement a reçu plus de 14 000 demandes), pour lesquelles il est nécessaire de disposer d’une licence cycliste de la fédération nationale affiliée à l’Union cycliste internationale (UCI), avec une couverture d’assurance qui inclut l’Espagne et la France.

En outre, pour participer au Quebrantahuesos Gran Fondo, il est obligatoire d’avoir un certificat médical valide qui atteste que le participant est apte à ce type d’épreuve.

Cette exigence physique est soulignée par Sorolla, qui affirme qu’il s’agit d’un événement pour lequel il faut ” se préparer pendant plusieurs mois “, au moins ” 16 semaines “, ajoute-t-il.

“Il est exigeant, il a cette distance mythique de 200 kilomètres, des cols qui ont été passés dans le Tour… il a un peu de tout qui lui donne une mystique qui, avec de la préparation, est réalisable”, dit-il du parcours.

Pas seulement le vélo : 30 000 visiteurs dans la région

Bien que l’attrait du point de vue sportif soit évident, le Quebrantahuesos va au-delà des deux roues et constitue un événement majeur pour le tourisme dans la région. Les organisateurs eux-mêmes estiment qu’en plus des 11 500 participants qui ont pris part à l’édition 2019, 30 000 autres personnes, accompagnateurs et organisateurs compris, ont également traversé les rues de Sabiñánigo (9 200 habitants).

La même chose est visible dans les magasins, même dans la capitale aragonaise. Rubén, également propriétaire du magasin Velocípedos Sorolla à Saragosse, en est un bon exemple : “Cela se voit dans les affaires, et pas mal”, dit-il. Il observe comment les clients, des semaines avant la course, viennent dans son magasin pour acheter des produits tels que des bouteilles d’eau, des barres énergétiques et des gels, ou pour faire réviser leur vélo. En Aragon, le “Quebrantahuesos” est très populaire”, souligne-t-il.

Cet expert du monde du cyclisme estime également qu’il n’est pas nécessaire d’avoir une machine spécifique pour participer. “Elle n’est pas limitative”, affirme-t-il. “Pour commencer, n’importe quel type de vélo fait l’affaire, à condition d’avoir le bon braquet pour vos caractéristiques cyclistes”, explique-t-il.

Avant que tout ne commence ce samedi, les participants pourront retirer leurs dossards ce vendredi de 10h00 à 20h30. Ils pourront également le faire le jour de la course. Ils pourront également le faire le jour même de la course, de 6h15 à une heure avant le départ de la Quebrantahuesos.

ARTICLES CONNEXES

Subscribe
Notify of
guest
0 Comments
Inline Feedbacks
View all comments

ARTICLES CONNEXES

0
Would love your thoughts, please comment.x
()
x