11 C
Zaragoza
9.4 C
Huesca
6 C
Teruel
13 noviembre 2022

La collection permanente du Musée Goya de la Fondation Ibercaja s’enrichit de cinq nouvelles œuvres

Le musée Goya est l’un des musées que vous devez visiter si vous venez à Saragosse. Si vous voulez en savoir plus sur son travail et son influence sur les peintres ultérieurs, ce musée est un must.
Elle a récemment ajouté cinq œuvres supplémentaires à sa collection déjà très étendue. Provenant de collections privées, elles seront placées à côté d’œuvres des XIXe et XXe siècles au troisième étage consacré à l’héritage de Goya, qui reflète la trace permanente du peintre aragonais dans l’art ultérieur.

De Francisco Pradilla, Odalisca, une huile sur toile, et Penitente, une aquarelle sur papier, seront exposées, ainsi que les peintures Marquesa de Luján, de Pedro Kuntz y Valentini ; Fiesta de Disfraces, d’Emilio Sala, et Sol y luna, de Mariano Alonso Pérez y Villagrosa.

Cinq œuvres de Francisco Pradilla, Pedro Kuntz y Valentini, Emilio Sala et Mariano Alonso Pérez y Villagrosa, provenant de collections privées, ont été ajoutées à la collection permanente du Musée Goya de la Fundación Ibercaja. Ils seront situés dans la troisième salle, consacrée à l’héritage du peintre aragonais et à son influence sur l’art, qui rassemble des peintures et des sculptures d’artistes des XIXe et XXe siècles.

La présentation des tableaux s’est déroulée en présence de José Luis Rodrigo, directeur général de la Fondation Ibercaja, et de Rosario Añaños, directeur du Musée Goya.

Les œuvres de Francisco Pradilla, Odalisca, une huile sur toile, et Penitente, une aquarelle sur papier, seront exposées. De Pedro Kuntz y Valentini, le portrait Marquesa de Luján ; d’Emilio Sala, Fiesta de Disfraces, et de Mariano Alonso Pérez y Villagrosa, Sol y luna, tous des huiles sur toile.

Cinq tableaux encadrés à la fin du XIXe et au début du XXe siècle

Le tournant du siècle marque une transition pour la peinture espagnole qui se forge une nouvelle personnalité artistique et introduit un éventail de genres picturaux qui apportent de la fraîcheur à la péninsule grâce à des artistes comme Pradilla, Barbasán et Fortuny.

De la sobriété non polluée des portraits de Pedro Kuntz et Valentini au goût pour la mythologie classique que l’on retrouve dans l’œuvre d’Alonso Pérez, la peinture espagnole a connu un processus dans lequel elle s’est nourrie d’autres cultures, l’Europe s’ouvrant aux influences étrangères qui porteront leurs fruits comme l’Odalisque de Pradilla et d’autres artistes qui trouveront dans l’orientalisme une fraîcheur inédite dans le contexte espagnol. Avec la fluidité plastique offerte par les coups de pinceau vibrants introduits par Goya au siècle précédent, cela a donné naissance au nouvel art plastique espagnol du XXe siècle.

Parmi les cinq œuvres figure Odalisca, exécutée en 1876 par le peintre Francisco Pradilla, l’un des meilleurs peintres aragonais après la mort de Goya, qui s’est fait remarquer pour ses tableaux historiques, ainsi que pour ses paysages et ses scènes de genre, encadrés dans son style pré-impressionniste personnel. Il s’agit d’une huile sur toile de 112 sur 89 centimètres qui a été acquise par la Fondation Ibercaja auprès d’une collection privée. Il est lié à d’autres tableaux d’inspiration orientale, notamment Danza de odaliscas (“Danse des odalisques”), peint la même année. Dans ce tableau, une odalisque est représentée dans un décor nocturne. Parée de bracelets, d’esclaves, de bracelets de cheville, de boucles d’oreille et de bijoux dans les cheveux, elle est représentée assise sur un manteau d’herbe couleur paille, le torse nu, versant un liquide ou un onguent d’un récipient en céramique à un autre. Il s’agit d’une scène unique, car les instruments de musique représentés sont inhabituels dans la peinture européenne de l’époque.

Le tableau Pénitent, également signé par Pradilla en 1901, est une aquarelle sur papier mesurant 73 sur 52 centimètres. Elle fait partie d’une collection personnelle qui avait pour but de rassembler des tableaux montrant l’habileté du peintre à utiliser d’autres techniques que la peinture à l’huile. Cette aquarelle représente le profil d’un vieil homme vêtu d’une tunique usée, tenant son chapeau d’une main et tâtant les perles de son chapelet de l’autre. Pradilla capte magnifiquement les traits physiques tout en faisant une pénétration psychologique surprenante.

L’huile sur toile de Pedro Kuntz y Valentini représentant la Marquise de Luján, peinte en 1852, mesurant 212 sur 113,5 centimètres, est incluse. Le peintre italien était célèbre pour ses perspectives architecturales et intérieures, notamment celles qu’il a peintes dans le monastère de l’Escorial. Dans cette œuvre, on peut voir l’aristocrate espagnole en pied dans une sobre robe de soie noire au corsage serré et à la large jupe évasée, ornée d’un col et de manches en dentelle blanche. Il s’agit de l’un des nombreux portraits peints pour l’aristocratie à cette époque.


Le tableau Costume Party a été peint en 1876 par Emilio Sala. Il s’agit d’une huile sur toile mesurant 122 sur 190 centimètres. Elle fait partie d’une longue série de peintures que l’artiste d’Alicante a développées dans le cadre d’un genre qui englobait la décoration murale de résidences privées et de bâtiments publics. Ce type d’œuvre fait preuve d’originalité, d’efficacité, de simplicité décorative et d’une intonation brillante.

L’ensemble de ces cinq œuvres est complété par le tableau Soleil et Lune, du peintre de Saragosse Mariano Alonso Pérez y Villagrosa. Il s’agit d’une huile sur toile mesurant 163 sur 118 centimètres et datant de 1906. Elle représente la caresse entre Hélios (dieu du soleil ; un char accompagné de brillants rayons de soleil en coups de pinceau légers) et Séléné (déesse de la lune ; à côté d’un quartier de lune qui l’identifie sur son char tiré par des nymphes ailées, qui portent un voile sombre, semblable à une nuit étoilée) et qui a lieu à une aube dorée, le seul moment où ces deux figures pouvaient être vues.

Avec l’ajout de ces cinq tableaux, le Musée Goya dispose désormais d’un corpus de 521 œuvres exposées au public, répondant ainsi à sa vocation de musée vivant, destiné à faciliter la connaissance et la diffusion de la culture et de l’art, ainsi que de l’œuvre du génie de Fuendetodos et de ses antécédents et précédents dans l’histoire de la peinture.

Plus d’informations à l’adresse suivante Musée Goya. Collection Ibercaja – Musée Camón Aznar

ARTICLES CONNEXES

Subscribe
Notify of
guest
0 Comments
Inline Feedbacks
View all comments

VOUS POURRIEZ ÊTRE INTÉRESSÉ PAR

0
Would love your thoughts, please comment.x
()
x