8 C
Zaragoza
5 C
Huesca
0.6 C
Teruel
23 abril 2024

Daniel Aquillué : “Au XIXe siècle, un monde s’est écroulé et un nouveau s’est construit”

Dans une interview accordée à Go Aragón, cet historien de Saragosse évoque son dernier ouvrage, le livre "España con Honra" (L'Espagne avec honneur), un ouvrage de vulgarisation qui vise à justifier l'importance du XIXe siècle et à bannir les mythes liés aux personnages et aux événements de cette époque.

Daniel Aquillué (Saragosse, 1989) nous dit que le XIXe siècle n’a pas été le désastre inexplicable qui semble souvent gravé dans l’imaginaire collectif, mais une période convulsive d’une grande importance pour l’avenir du pays. Dans le but de dissiper les faux mythes associés à ce siècle et de justifier son poids historique, il vient de publier aux éditions La Esfera de los Libros “España con honra. Une histoire du XIXe siècle espagnol. 1793-1923′.

Ce docteur en histoire, actuellement chargé de cours à l’université Isabel I de Burgos, passe en revue les événements qui se sont déroulés et leurs principaux protagonistes dans cette œuvre populaire, même si d’autres personnages retiennent l’attention, comme El Chorizo ou La fiera aragonesa, chefs de bandes à Saragosse à l’époque, mais qui ont des implications dans la politique du pays.

Dans le prologue, vous dites que “Guerra y cuchillo” est le livre que vous avez toujours voulu écrire, alors que “España con honra” est celui que vous auriez dû écrire, pourquoi ?

Guerra y cuchillo”, sur les sièges de Saragosse, est un livre que j’ai toujours voulu écrire parce que mon lien avec le sujet de 1808 remonte à loin, depuis que j’ai découvert ce qui s’était passé dans la ville lorsque j’étais adolescent, à l’âge de 15 ans. Le sujet m’intéressait, mais je n’avais jamais eu le temps ni l’occasion de l’écrire, jusqu’à ce que, finalement, grâce à La Esfera de Libros, je puisse le concrétiser.

D’autre part, “España con honra”, qui est une vision actualisée, synthétisée et très vulgarisée du XIXe siècle, et bien que je sois évidemment aussi passionné par cette histoire, c’est un livre que j’aurais dû écrire il y a longtemps. Il y a des années, lorsque je faisais mon doctorat, je parlais à mes collègues de la nécessité de bannir tous les clichés et les visions dépassées de cette période historique. Mais, pour une raison ou pour une autre, j’ai continué à repousser ce projet ; l’idée n’a fait son chemin que lorsque, une fois de plus, grâce à la maison d’édition, j’ai pu l’écrire. C’est un livre qui donne raison à l’histoire du XIXe siècle, qui montre qu’il faut la comprendre et qu’elle n’est pas le désastre inexplicable que l’on croit souvent.

Pourquoi ces clichés et cette vision existent-ils, alors qu’il ne s’agit pas d’une période étrangère, mais qu’elle est, par exemple, étudiée dans les programmes de l’enseignement secondaire ?

C’est précisément pour cette raison qu’une partie de la mauvaise réputation du XIXe siècle espagnol lui est due. La deuxième année du Bachiller est confrontée à un problème fondamental, partagé avec d’autres matières, qui est l’épée de Damoclès, la pression de l’examen d’entrée à l’université. Les étudiants ingurgitent les contenus, les professeurs font ce qu’ils peuvent avec les ratios et la bureaucratie éducative qu’ils doivent gérer, et le XIXe siècle est expliqué du mieux qu’ils peuvent. Et, souvent, la chose la plus facile ou la plus pratique à faire est de concevoir un XIXe siècle plein de données, de dates, de noms, de changements constitutionnels, de changements de gouvernement, de pronunciamientos, de révolutions… et ainsi personne ne comprend rien et tout le monde déteste cela parce qu’ils disent “mais qu’est-ce que c’est que ça ?

Le fait est que le XIXe siècle n’a pas été un siècle de paix en Espagne…

Le XIXe siècle, en général, dans toute l’Europe et l’Amérique, est extrêmement convulsif. L’Espagne ne fait pas exception à la règle. Au cours de ce siècle, un monde s’est écroulé et un autre s’est construit ; l’Ancien Régime s’est écroulé et les États-nations tels que nous les connaissons aujourd’hui se sont construits. Ce qui n’a pas été inventé au cours de ce siècle a été réinventé, et il est rare que certains des problèmes que nous connaissons aujourd’hui n’aient pas été expérimentés au XIXe siècle, car tout s’est passé.

Interview avec Daniel Aquillué.
Foto: Marcos Díaz

Vous avez parlé tout à l’heure de mythes, comme celui de Godoy, amant de la reine María Luisa, ou de la signification réelle de la bataille de Trafalgar.

Avec Godoy, il se trouve que, sans en être conscients, nous avons mangé l’histoire de Ferdinand VII. Tout le monde dira que c’était un mauvais roi, mais nous assumons l’histoire de la fête de Ferdinand de 1808. Or, les recherches d’Emilio La Parra et d’Antonio Calvo Maturana, qui ont étudié l’époque, la figure de Godoy et la reine Maria Luisa de Parme, certifient que Godoy n’était manifestement pas l’amant de la reine. De plus, il était un homme d’État éclairé, fidèle serviteur des deux monarques, Charles IV et Marie-Louise.

Pourquoi ce document a-t-il survécu ? Tout d’abord, à cause de la propagande du parti fidèle à Ferdinand VII en 1808 qui, pour discréditer la monarchie qu’ils avaient renversée, en a fait la cause de tous les maux et de la corruption politique et morale. Et aussi, en raison d’un préjugé sexiste, pour avoir rendu María Luisa responsable du désastre de 1808 ; quelle mauvaise reine elle était et qui, de surcroît, trompait son mari. Et puis, le récit libéral qui a été construit au XIXe siècle ; comme le libéralisme s’oppose à la monarchie traditionnelle, ils utilisent ce même récit pour discréditer tout ce qui a précédé. C’est l’histoire que nous avons souvent ingurgitée sans esprit critique.

Godoy, Pepe Botella, María Luisa de Parma… ces calomnies et ces canulars ne sont pas l’apanage de notre époque, n’est-ce pas ?

Cela remonte à loin. La propagande et les fausses nouvelles ont toujours existé. Ce n’est pas quelque chose de nouveau. Nous pensons que c’est quelque chose de nouveau aujourd’hui, avec les réseaux sociaux et les médias dans un monde plus globalisé. Mais elles ont toujours existé, d’une manière ou d’une autre.

Un autre aspect frappant du livre est la référence aux Espagnols qui ont combattu aux côtés des Français pendant la guerre d’indépendance…

Les Français francisés sont mentionnés, mais l’armée espagnole du roi Joseph Ier reste inconnue, bien que les recherches d’un autre Aragonais, Luis Sorando, l’aient mise en lumière il y a quelques années. Il est également important de garder cela à l’esprit et de considérer la guerre d’indépendance comme un conflit beaucoup plus complexe que ce qui est généralement présenté. Elle avait aussi la nuance d’une guerre civile entre Espagnols.

Mais il y a toujours eu un aspect romantique ou transcendantal à cette guerre…

La guerre d’indépendance est le moment emblématique de l’entrée dans la contemporanéité pour de nombreux récits sur l’État-nation espagnol. Elle est donc destinée à mythifier et à adoucir ce récit. Le 2 mai, l’émeute, parce qu’il s’agissait d’une émeute populaire, au 19ème siècle, on a même essayé d’en faire un jour férié. Cela n’a pas fonctionné plus tard pour d’autres raisons, mais cela s’arrête là.

Vous mentionnez également des personnages presque romanesques dans le livre, comme Melchor Luna, alias “Chorizo”, ou “La fiera aragonesa”, Andrés Puyans, une sorte de “Gangs de New York”, comme vous les appelez, mais originaires de Saragosse…

Bien qu’ils aient été traités dans des livres aragonais sur les bandits, je les ai abordés, à partir de ma thèse de doctorat, comme des éléments démontrant la politisation de la société ; parce que non seulement ils étaient des contrebandiers et avaient leurs bandes avec lesquelles ils se défiaient en duel et au couteau à Saragosse et dans la moitié du pays, mais ils avaient aussi des implications politiques très actuelles. Ils sont l’exemple parfait d’une société qui n’est ni stupide ni apathique, mais qui a ses motivations, prend parti et met sa vie en jeu. J’ai pensé qu’ils devaient figurer dans le livre parce que ces Aragonais, qui étaient si présents dans le film, devaient être connus au niveau national.

Même dans votre œuvre, on voit qu’ils étaient redevables de faveurs dans les plus hautes sphères, n’est-ce pas ?

Oui, parce qu’ils étaient liés. Ils n’étaient pas seulement chez eux ou apparentés, dans le cas de Chorizo, à ceux de San Pablo et, dans le cas de Puyans, à ceux d’Arrabal (deux quartiers de Saragosse). Ils avaient des relations en dehors de Saragosse, jusqu’au général Espartero, par l’intermédiaire d’hommes politiques et de militaires de l’époque avec lesquels ils avaient combattu, leur avaient fourni une sécurité privée, avaient aidé à maintenir l’ordre ou à défendre la ville contre les carlistes.

Selon l’histoire, Puyans et ses deux acolytes ont fait des bêtises à Madrid, dans une taverne, parce qu’ils se sont mêlés de son accent…

Quand j’ai lu la nouvelle dans la presse de l’époque, j’ai dit “mon Dieu, comme ils ont fait des bêtises dans une taverne” (il rit). Ce sont des disputes qui, en d’autres temps, auraient pu être résolues d’une autre manière, mais au XIXe siècle, alors que les armes étaient très présentes et que les esprits s’échauffaient, elles se sont terminées à l’arme blanche et avec quelques pertes du côté des Madrilènes (17 morts ou blessés, selon la chronique de l’époque, tandis que les trois Saragossiens ont été légèrement blessés. Ils furent graciés par Espartero peu de temps après).

Interview avec Daniel Aquillué

Quelle a été l’importance de l’Aragon en tant que territoire au XIXe siècle dans l’histoire de l’Espagne ?

Il a joué un rôle très important ; l’Aragon a été présent du début à la fin. Dans la guerre d’indépendance elle-même, c’est une zone inoccupée qui sera au centre de la résistance anti-napoléonienne. Ensuite, Saragosse a créé le mythe qui sera transféré dans le récit national espagnol tout au long du XIXe siècle et qui aura une empreinte très forte. Ainsi, lors de la première guerre carliste, Bilbao, qui a subi un siège carliste et a résisté, a été appelée la deuxième Saragosse, en référence à la résistance de la ville en 1808. Mais l’Aragon, lors des guerres carlistes, fut également divisé en deux et devint un front de bataille entre carlistes et libéraux, comme ce fut le cas lors de la guerre civile du XXe siècle.

Mais l’Aragon allait aussi être très important pour les deux camps. Du côté carliste, parce que le Maestrazgo à Teruel allait être l’un des principaux points de convergence sous la direction de Ramón Cabrera, qui avait établi sa capitale à Cantavieja et qui allait être l’un des derniers endroits à tomber aux mains des libéraux en 1840. Du côté libéral, l’Aragon est le fer de lance de la révolution libérale et, plus tard, de la révolution démocratique.

Saragosse, par exemple, fut l’une des premières villes à rejoindre la révolution de 1836 et devait être un bastion fidèle à Espartero, subissant même un siège en 1843. Le Haut-Aragon est également important et Huesca est prise en 1848 par un parti républicain, celui de Manuel Abad. À Teruel, en revanche, Víctor Pruneda sera l’un des premiers hommes politiques démocratiques d’Espagne à défendre le suffrage universel et l’extension des droits. Et plus tard, au XXe siècle, Saragosse sera l’une des villes les plus révolutionnaires du pays, avec la CNT, avec le plus grand nombre de grèves, et la journée de travail de huit heures sera obtenue.

Ce travail et “España y cuchillo” font partie d’une diffusion plus habituelle, par le biais d’un livre, mais vous êtes très actif sur les réseaux sociaux, quelle est l’importance de la diffusion dans ce domaine ?

Je dis toujours que je vais diffuser l’histoire par tous les moyens à ma disposition. J’utilise évidemment l’écriture, le haut niveau de diffusion des livres. Mais aussi les conférences, les interviews, les reconstitutions historiques et les réseaux sociaux, dans mon cas et, fondamentalement, Twitter. C’est un réseau qui peut être très toxique ou qui peut être utilisé, qui peut être agréable et qui peut être utilisé pour diffuser l’histoire. Sur Twitter, j’ai trouvé un réseau de gens, de vulgarisateurs, d’historiens et de gens de toutes sortes, avec lesquels je suis très heureux.

J’ai moi-même été surpris de l’accueil que mes fils et mes tweets ont reçu. Je suis donc très heureux et je vais continuer, car Twitter peut être utilisé pour diffuser l’histoire, sans aucun doute.

Au fait, en tant que professeur d’université, voyez-vous l’intérêt des étudiants pour l’histoire du 19e siècle ?

Je vais porter une médaille ici et je vais me sentir un peu fier, parce que j’ai des amis qui enseignent l’histoire dans différentes universités et qui me disent qu’ils ont des étudiants qui s’intéressent au XIXe siècle parce qu’ils me suivent sur Twitter. Quand ils me disent ça, je me dis que ça sert à quelque chose et je suis content. Et quand je vois l’accueil que reçoivent ces livres, je me dis qu’on arrive à quelque chose, même si ce n’est pas grand-chose. Et je le dis à la première personne du pluriel parce que c’est moi qui ai écrit ce livre, mais il doit beaucoup à de nombreux collègues qui ont fait des recherches sur l’histoire du XIXe siècle, nous avons débattu et parlé. Et c’est aussi comme cela que se construit la connaissance. Nous travaillons tous ensemble, petit à petit, pour améliorer notre compréhension de l’histoire, en l’occurrence du 19e siècle.

Et quels sont les mythes sur cette période que vous aimeriez voir disparaître dans quelques années ?

Si nous pouvions cesser de considérer l’Espagne comme un pays qui a toujours échoué et d’idéaliser tous les autres pays qui nous entourent, cela suffirait. Il y a un moment où ce catastrophisme auto-flagellant de l’histoire contemporaine espagnole, que nous avons aussi, en partie, à cause du traumatisme du XXe siècle, nous empêche parfois de voir le passé et le présent, et d’imaginer un avenir. Ce n’était pas une catastrophe à l’époque, ce n’en est pas une non plus aujourd’hui, et nous ne devons pas nous résigner au fait que les choses ne fonctionnent pas ; nous devons chercher des moyens d’améliorer la société, le pays et nos vies.

Lire d’autres interviews de GoAragon ici

ARTICLES CONNEXES

Subscribe
Notify of
guest
0 Comments
Inline Feedbacks
View all comments

ARTICLES CONNEXES

0
Would love your thoughts, please comment.x
()
x