3.9 C
Zaragoza
1.4 C
Huesca
3.3 C
Teruel
3 diciembre 2022

Marche de la Gare Canfranc a villanua

Je continue mon pèlerinage particulier. En ce deuxième jour de marche entre Canfranc Estación et Villanua, je voudrais vous donner des détails sur les endroits que nous allons visiter, comme la Torreta de Fusileros, l'église de l'Asunción et le pont des pèlerins : Torreta de Fusileros, Iglesia de la Asunción ou le pont des Pèlerins.

Nous arrivons à Canfranc-Estación, où se trouve la gare internationale de Canfranc, un bâtiment unique et même splendide construit en 1928 et qui a fonctionné jusqu’en 1970, année de la fermeture de la liaison ferroviaire avec la France lorsqu’un train de marchandises a déraillé en France et que, à partir de ce moment-là, la communication des personnes et des marchandises s’est faite par la route, de sorte que la gare a été progressivement abandonnée. Son style est basé sur diverses influences architecturales, le marbre, le ciment, le fer et le verre étant utilisés dans sa construction. À l’époque, il a été conçu comme une grande vitrine de l’Espagne pour les autres pays, dans le cadre du projet de création d’un passage frontalier à travers les Pyrénées qui ferait communiquer l’Espagne avec la France et le reste de l’Europe.
Des visites guidées sont proposées, mais selon les travaux de restauration et de remise en état, le contenu et l’itinéraire peuvent varier.

GARE INTERNATIONALE DE CANFRANC

L’endroit, bien qu’il ne compte qu’un peu plus de 200 habitants, offre aux pèlerins, aux visiteurs et aux touristes des bars, des restaurants et des boutiques, car le lieu est reconnu comme une destination touristique, outre la station, pour son environnement naturel varié et magnifique.
La commune elle-même est composée de deux centres urbains : le Canfrac historique, situé à moins de quatre kilomètres, qui a conservé toute l’essence d’un petit village de montagne, et le Canfranc-Estación moderne, qui a été construit autour de la gare ferroviaire et dans lequel, après l’incendie dévastateur qui a ravagé Canfranc en 1944, la mairie, la capitale de la commune et d’autres services ont été transférés.

Outre la gare, il serait bon de visiter l’église paroissiale de Nuestra Señora del Pilar à Canfranc-Estación, construite en 1965. Son étrange beauté, mélange de tradition et de modernité, s’intègre harmonieusement au paysage pyrénéen environnant, et son plan en éventail sur sa façade principale ressemble à un tracé sinueux évoquant symboliquement la coquille du pèlerin, peut-être en hommage au chemin aragonais de Saint-Jacques-de-Compostelle, qui passe devant ses portes. L’église a été déclarée bien d’intérêt culturel en 2007 par le gouvernement d’Aragon.

L’ÉGLISE DE NUESTRA SEÑORA DEL PILAR

Après avoir pris un verre dans ses bars pour reprendre des forces, avoir visité la gare et l’église, et à moins que vous ne souhaitiez continuer à vous promener dans la zone, nous quittons Canfranc-Estación en suivant le trottoir d’un des côtés d’accès au tunnel de la route nationale, nous traversons une petite galerie, nous traversons un pont sur la rivière Aragón un peu plus tard jusqu’à prendre un chemin agréable.

La distance entre Canfranc Estación et Canfranc Pueblo sur le parcours du Chemin d’Aragon est d’un peu moins de quatre kilomètres. Après avoir traversé le pont, si vous regardez sur votre droite, vous verrez de l’autre côté de la route la Torreta de Fusileros, datant du 19e siècle. Si vous voulez la visiter, vous devrez revenir en arrière et faire un détour, bien que la route historique soit en fait parallèle à la route, ou à son époque, le Camino Real, à côté de la Torreta susmentionnée.

TOURELLE DE FUSILIERS

Et si vous arrêtez de regarder vers la Tourelle et que vous continuez, vous tomberez sur les restes de la Tour d’Espelunca, érigée en 1592 pour servir de protection dans la défense du col.

Il est curieux de voir à la fois la Torreta de Fusileros et les ruines de la Torre de la Espelunca, car bien que leurs dates de construction soient différentes, leur fonction était la même, à savoir défendre l’entrée de l’Espagne contre la France. Il y en a un de chaque côté de la route vers Canfranc, à quelques mètres de là, mais ils sont toujours là, pour rappeler ce qu’était la région à cette époque.

TORRE DE LA ESPELUNCA

Nous arrivons à Canfranc, une ville dans laquelle le chemin aragonais de Saint-Jacques a eu une influence fondamentale et déterminante sur son développement, étant également liée par son emplacement au trafic douanier officiel des personnes et des marchandises de et vers la France. Au Moyen-Âge, elle disposait également d’un hôpital pour les pèlerins, car il s’agissait d’une enclave assez peuplée et importante, un lieu d’accueil pour les voyageurs et les pèlerins, du fait que, par décret royal, ses habitants étaient exemptés de nombreux impôts, entre autres, toujours en échange de la prise en charge du nettoyage et de l’entretien du chemin de pèlerinage et de l’offre de sécurité, de logement, de nourriture et de soins aux pèlerins et aux voyageurs.

Et bien qu’il compte aujourd’hui un peu moins de 100 habitants, le village reste un lieu hospitalier, puisqu’il possède l’Albergue de Peregrinos de Canfranc – Elías Valiña, un endroit luxueux, parfaitement équipé et géré.

Aujourd’hui, c’est un village tranquille qui reçoit beaucoup moins de visiteurs que Canfranc-Estación, mais on ne peut passer sans admirer l’église paroissiale de l’Assomption, qui existait déjà en 1202 et qui est une survivante, puisque tout au long de son histoire, elle a été détruite et reconstruite à plusieurs reprises, la dernière fois après l’incendie dévastateur qui a ravagé la ville en 1944, détruisant les trois quarts du village.

L’ÉGLISE DE LA ASUNCION

Vous pourrez également voir la façade de la tour d’Aznar Palacín (XIVe siècle) et les ruines de l’ensemble église-monument de La Trinidad, fondé au XVIe siècle pour prendre soin des pauvres et des pèlerins.

LES RUINES DE L’ENSEMBLE ÉGLISE-MONUMENTS DE LA TRINIDAD

Nous laissons ensuite Canfranc derrière nous, en traversant à nouveau la rivière Aragón par le pont dit des pèlerins, qui est assez beau, même si les habitants l’appelaient aussi “Pon Nou” (nouveau pont).

PONT DES PÈLERINS

Peu après, la vallée se rétrécit et le chemin nous fait traverser une gorge étroite, où nous trouverons également quelques tronçons pierreux et mal conditionnés qui seraient bons pour les pèlerins ainsi que pour tout marcheur ou touriste de passage dans le lieu.
Nous nous dirigeons vers Villanúa, nous y arriverons bientôt, et là nous attendent, sur les pentes mêmes du pic de la Collarada, ses dolmens de pierre et la Cueva de las Guixas, où les sorcières, il y a des siècles, faisaient leurs cercles sous les nuits étoilées…

 

Un article de Fran Lucas Herrero. Lisez ses autres articles ici

ARTICLES CONNEXES

Subscribe
Notify of
guest
0 Comments
Inline Feedbacks
View all comments

ARTICLES CONNEXES

0
Would love your thoughts, please comment.x
()
x