10 C
Zaragoza
5 C
Huesca
6.7 C
Teruel
25 febrero 2024

Aragon, le patrimoine total

De l'art rupestre de l'arc méditerranéen aux environnements modernes tels que l'Expo de Saragosse, la région possède une richesse historique et monumentale qui s'ajoute à sa vaste étendue et aux différents paysages qu'elle recèle. Quatre sites de son territoire ont d'ailleurs été déclarés patrimoine mondial de l'humanité.

Il y en a près de 50. Cette équation, l’espace et le temps, ainsi que les efforts de conservation de ses trésors, permettent à l’Aragon de jouir d’un patrimoine très étendu et varié, réparti sur l’ensemble de son territoire, qui comprend quatre sites déclarés patrimoine mondial par l’UNESCO : Le mudéjar aragonais, le chemin de Saint-Jacques, l’art rupestre de l’arc méditerranéen et les Pyrénées-Monte Perdido.

“Je ne suis pas aveuglé par la passion et je pense que c’est spectaculaire, ce n’est pas comparable à d’autres endroits”, déclare Carlos Millán, directeur de l’agence de tourisme de Gozarte, à propos de ce patrimoine. L’expert met en avant, au premier abord, les villages monumentaux répartis dans la géographie de la Communauté, le roman de Huesca, l’art mudéjar et l’héritage de Goya, “qui est essentiel”, souligne-t-il. “Les choses sont nombreuses et variées. Et elles sont également réparties sur l’ensemble du territoire, ce qui est important”, résume M. Millán.

“Les églises mudéjares les plus spectaculaires d’Espagne ne se trouvent pas à Séville ou à Tolède, mais dans la région de Calatayud, il n’y a rien de comparable”, explique le spécialiste des monuments de Torralba de Ribota, Cervera de la Cañada, Tobed, Aluenda ou Aniñón.

Un voyage à travers les trois provinces

En raison de sa taille et de sa richesse, il est difficile de résumer tout ce que l’Aragon peut offrir dans ce domaine. Cependant, dans cet exercice difficile, et lorsqu’on lui demande quels endroits il recommanderait à quelqu’un qui ne connaîtrait pas du tout l’offre de la région, le gérant de Gozarte mentionne en premier lieu l’architecture romane autour de la Cour de Jaca.

“Je ne parle pas de Jaca, de Loarre, de San Juan de la Peña, d’Agüero… de tout ce qui se trouve dans les environs, y compris le musée diocésain de Jaca, qui est un joyau exceptionnel”, explique-t-il. “Et surtout, nous avons l’église de Bagüés, qui est la plus grande collection de peinture romane d’Espagne”, souligne-t-il.

FOTO: Turismo de Aragón

Il poursuit sa visite avec l’art mudéjar, celui de Teruel et, bien sûr, celui de la région de Calatayud. “C’est étonnant et très bien communiqué”, dit-il à propos de ce style que l’on peut apprécier dans différentes parties de la région de Saragosse.

Le meilleur ambassadeur: Goya

Le point suivant de son tour du patrimoine aragonais est la capitale de Saragosse, sa richesse et l’influence de Goya. En fait, M. Millán estime que l’influence du peintre sur la ville n’est pas suffisamment valorisée, ce qu’il résume de la manière suivante : “Il y a beaucoup plus de Goya à Saragosse que de Velázquez à Séville”. En fait, il considère que le génie de Fuendetodos est le meilleur ambassadeur de l’Aragon dans le monde et que “tout ce qui se fera autour de sa figure sera peu de chose”.

Depuis la capitale aragonaise, ce circuit se poursuit dans la province de Teruel, dans la région de Matarraña, où se trouve “l’ensemble de beaux villages le plus impressionnant” de la région. Ces villages s’intègrent également au paysage de la région et ajoutent leur bon état de conservation à tous les services hôteliers et touristiques qu’ils offrent au visiteur.

L’itinéraire se termine dans la province de Saragosse, dans la région de Tarazona et Moncayo. “Là aussi, tout est réuni”, dit-il à propos d’une région qui compte “une merveilleuse cathédrale”, des monuments comme la mairie de Tarazona et, en définitive, une région qui “s’améliore sans cesse”. Mais aussi, tout près, la richesse naturelle de Moncayo et des espaces comme le monastère de Veruela, chargé d’histoire avec le passage de Gustavo Adolfo Bécquer ou de légendes comme les sorcières de Trasmoz.

Au-delà de ce petit “tour” de l’Aragon, M. Millán évoque d’autres lieux uniques du territoire, comme la chaîne de montagnes de l’Albarracín ou les villages monumentaux disséminés sur toute la carte : “Nous avons plus que quiconque, dans n’importe quelle liste des plus beaux villages d’Espagne, l’Aragon l’emporte haut la main”, déclare-t-il.

FOTO: Turismo de Aragón

Sites du patrimoine mondial dans plusieurs régions d’Aragon

Il considère également comme “importantes” les quatre reconnaissances du patrimoine mondial accordées par l’Unesco, qui se reflètent dans différentes zones de la Communauté. À Saragosse, par exemple, trois bâtiments sont classés au titre du mudéjar aragonais : l’Aljafería, l’église de San Pablo et la cathédrale de La Seo. “Il devrait y avoir des panneaux partout”, dit-il.

À Teruel, ce style compte quatre espaces, la cathédrale de Santa María et les églises de San Pedro, San Martín et San Salvador. Dans la province de Saragosse, outre celles déjà mentionnées dans la capitale, la collégiale de Santa María la Mayor à Calatayud, l’église de La Asunción, à Cervera de la Cañada, et l’église de Santa María, à Tobed, portent le sceau de l’Unesco.

Quant au chemin de Saint-Jacques, l’entrée de la péninsule du Somport, à Huesca, ouvre également la voie à quatre étapes en Aragon qui permettent d’apprécier l’architecture romane mentionnée par Millán.

De l’autre côté de la province, dans le Sobrarbe, la région des Pyrénées-Monte Perdido allie sa richesse naturelle, avec le massif calcaire le plus haut d’Europe, à sa richesse culturelle, dans une zone qui compte des villes uniques comme Torla, Bielsa, Broto, Fanlo et Torla.

FOTO: Turismo de Aragón

Enfin, les peintures des grottes d’Alcañiz et des parcs culturels d’Albarracín et de la rivière Martín, à Teruel, ainsi que du parc naturel de la rivière Vero, à Huesca, font partie de l’art rupestre de l’arc méditerranéen.

Millán travaille tous les jours avec cette matière première et explique que les personnes qui viennent de l’extérieur de l’Aragon et qui contactent Gozarte le font avant tout pour connaître la ville de Saragosse. Une phrase qu’il entend souvent est le “je ne m’y attendais pas” que les visiteurs expriment lorsqu’ils découvrent la ville. “Ce n’est pas une bonne nouvelle, c’est une très mauvaise nouvelle”, souligne-t-il, car s’ils ne s’y attendaient pas, explique-t-il, c’est qu’ils sont venus “par hasard”. “Je ne veux pas qu’ils ne s’y attendent pas, je veux qu’ils s’y attendent parce que, sinon, ils ne viendront pas”, résume-t-il.

En ce sens, et bien qu’il reconnaisse que la Communauté a restauré “beaucoup et bien”, et qu’elle continue à le faire, il considère que davantage d’efforts sont nécessaires pour promouvoir et communiquer le trésor historique et artistique du territoire. “Le dicton selon lequel un bon tissu dans l’arche se vend de lui-même date du XIXe siècle, il est dépassé, et nos concurrents disposent de moyens de promotion incomparables”, prévient-il.

ARTICLES CONNEXES

Subscribe
Notify of
guest
0 Comments
Inline Feedbacks
View all comments

ARTICLES CONNEXES

0
Would love your thoughts, please comment.x
()
x