35.5 C
Zaragoza
35.5 C
Huesca
22.4 C
Teruel
13 agosto 2022

Ana María Farré : “J’aime parler du féminisme du point de vue d’un leadership féminin non conflictuel”

Ana María Farré Gaudier est directrice du Campus Ibercaja pour le développement des entreprises à la Fundación Ibercaja. Elle travaille à la promotion du leadership féminin par le biais de différentes associations en Espagne et en Afrique, comme Mujeres Influyentes de Aragón, Business Professional Women ou la NGDO Harambee. Elle s'est maintenant lancée dans le projet "Women leaders in education in the 21st century".

Ana, tu parles toujours de leadership partagé entre les hommes et les femmes ?

J’aime vraiment mettre l’accent sur la richesse de la diversité. Les hommes et les femmes se complètent. L’égalité, c’est la diversité. J’aime parler du féminisme du point de vue d’un leadership féminin qui s’additionne, et non qui se confronte. Il est important de ne pas se perdre dans des discussions qui passent à côté de l’essentiel.

J’ai décidé de m’engager dans cette cause du leadership féminin précisément pour envoyer un message de leadership partagé. Le leadership des femmes n’est pas exclusif, les femmes et les hommes se complètent dans leur façon de gérer et de résoudre les problèmes. Nous sommes absolument complémentaires : pour que la société soit plus égalitaire, elle a besoin des deux perspectives.

Les femmes sont-elles trop préoccupées de prouver qu’elles peuvent faire la même chose que les hommes ?

Il est important de se concentrer davantage sur la mise en évidence de ce que nous sommes positifs et de ce que nous pouvons apporter que de se perdre dans la confrontation. Je crois en l’égalité des chances et des droits, mais aussi en la différence des rôles, que l’incorporation des femmes sert à enrichir la société. Les femmes sont différentes en termes de rôles, de sensibilités… Tout ce qui se réfère à des compétences de pouvoir, parce que les femmes les ont comme une évidence.

Quels sont les ingrédients du leadership ?

Nous sommes confrontés à une période de changement sans précédent et cela signifie qu’un nouveau leadership est nécessaire. L’autre jour, j’ai entendu une définition que j’ai adorée. Il a dit que le leader était un hôte, une personne accueillante, qui est capable d’avoir cette intelligence collective. La pandémie a montré que nous ne pouvons avancer qu’ensemble, il est maintenant important d’additionner et de collaborer. Tout cela est normal pour les femmes, avec une attitude ouverte et plurielle, sachant compter sur l’équipe, sans préjugés… Il est essentiel d’avoir la capacité de s’adapter, car c’est celui qui s’adapte le mieux, et non le plus fort, qui survit.

“LE LEADER EST UN HÔTE, UNE PERSONNE ACCUEILLANTE, QUI EST CAPABLE D’AVOIR CETTE INTELLIGENCE COLLECTIVE”.

Celle-ci doit également être formée.

Oui, dans les petites occasions qui se présentent au cours de la journée. Je dis toujours que le leadership a une part génétique, mais il y a beaucoup d’attitude et de choix.

J’aimerais citer une de vos phrases : “Oubliez l’Inde, oubliez la Chine, oubliez l’internet, la véritable révolution qui stimulera la croissance économique est juste à côté et ce sont les femmes”.

Je pense qu’il est très important d’avoir des femmes à tous les postes de la société. A l’heure du transhumanisme, de la numérisation et où l’entrée de l’intelligence artificielle dans la société joue un rôle très important, je pense qu’il est essentiel d’inclure les femmes dans la conception de la technologie afin que ces conceptions soient faites du point de vue des hommes et des femmes. Le faire à partir d’une seule perspective, la perspective masculine, nous appauvrit en tant que société. C’est pourquoi j’encourage les femmes à s’impliquer dans le développement technologique et la programmation.

Vous êtes très engagée en faveur du rôle des femmes dans la société et participez activement à des associations et à des événements pour cette cause. L’associationnisme est-il le seul moyen d’atteindre vos objectifs ?

Vous devez faire un pas dans cette direction. Lorsque l’on a déjà une carrière professionnelle, il est très important de s’engager en tant que femme pour donner de la visibilité au leadership féminin, pour créer des réseaux et pour gravir les échelons. Nous devons être capables de nous entraider et de donner aux autres femmes la possibilité de se distinguer. En tant que directeur du Campus Ibercaja pour le développement des entreprises de la Fondation Ibercaja, je suis très heureux de pouvoir contribuer à cet objectif de différentes manières, par exemple, avec le programme LiderA pour les pré-managers, les managers et les membres du conseil d’administration, en collaboration avec Directivas de Aragón.

“NOUS DEVONS ÊTRE CAPABLES DE NOUS ENTRAIDER ET DE DONNER AUX AUTRES FEMMES LA POSSIBILITÉ D’EXCELLER”.

Dans quelle mesure est-il important de développer ces compétences afin d’atteindre des postes de représentation ?

Il y a un plafond de verre, mais parfois nous mettons un plafond de béton, donc nous devons développer ce genre de compétences que nous n’avons pas formées auparavant afin de les acquérir. Je pense que c’est fondamental, je crois que les femmes doivent atteindre les postes de direction. Les plans d’égalité qui existent dans ces entreprises doivent être réalisés, mais ils doivent l’être grâce à l’excellence professionnelle, pas grâce au quota.

Quel est le travail du réseau “Mujeres Influyentes de Aragón”, dont vous êtes l’un des fondateurs ?

Je suis cofondateur avec plus de vingt autres fondateurs. Il s’agit d’une initiative de la journaliste Beatriz Recio, qui dirige l’entreprise Woman Talent et est la présidente du réseau Mujeres Influyentes de España (Femmes influentes d’Espagne). Nous étions la deuxième région autonome à disposer de ce réseau. Il s’agit d’une plateforme multidisciplinaire, car elle ne s’adresse pas uniquement au secteur des affaires. Il rassemble des journalistes, des femmes d’affaires, des militaires, des hommes politiques… La diversité du réseau fait sa richesse. Son objectif est de rendre les talents féminins visibles et nous avons organisé plusieurs événements à cette fin. Je m’en souviens d’une de manière très particulière, c’était à l’IAACC Pablo Serrano. C’était à mon tour de présenter Esther Borao en tant que jeune talent, bien avant qu’elle ne devienne directrice d’ITAINNOVA.

Le livre “Mujeres lideres en la educación del siglo XXI”, publié après la pandémie, fait partie d’un projet personnel visant à montrer le leadership des femmes dans l’éducation.

Le projet est né de la réunion de mes deux grandes passions, l’éducation et le leadership des femmes. L’éducation est un sujet qui vient de mon enfance car mes parents ont fondé une école et ma carrière professionnelle est étroitement liée à l’éducation et à l’innovation pédagogique. Comme je suis également très impliquée dans la visibilité du leadership féminin, il y a un moment où je réalise qu’il y a beaucoup de publications qui parlent des femmes politiques, des managers, des scientifiques… et je manque l’occasion de parler des femmes leaders dans l’éducation. Le livre est né de cette vocation de justice.

Quand on pense aux grandes références en matière d’éducation, les noms d’hommes apparaissent toujours, tels que Richard Gerber, Ewan McIntosh ou encore José Antonio Marina.

Qu’en est-il des femmes, alors qu’il y a toujours eu et qu’il y a encore de grandes enseignantes ?

Bien sûr. Il y a des femmes qui mènent des projets innovants dans le domaine de l’éducation, mais elles investissent très peu dans le marketing et restent anonymes. Et il y a aussi beaucoup de syndrome de l’imposteur. Lorsque je contacte les 22 femmes leaders dans le domaine de l’éducation pour écrire le livre, certaines d’entre elles sont surprises que je les aie appelées pour participer au projet.

Que voulez-vous que le livre fasse ?

Je veux que le livre serve de débat sur l’éducation. Qu’à travers le livre, un débat s’instaure sur le leadership, l’éducation émotionnelle, les neurosciences, les nouveaux espaces architecturaux, la nature… C’est un regard sur l’éducation, mais à travers les femmes. Je suis heureuse parce que c’est un livre prémonitoire, il arrive à un moment opportun pour que les voix des femmes accréditées, comme celles qui y figurent, mènent le débat.

Le livre fait partie d’un projet plus ambitieux.

Oui, les présentations en personne du livre ont été limitées et la portée du projet a été mise en ligne pour le moment. Des activités de formation ont été développées pour donner une voix à ces femmes. L’étape suivante consiste à former une communauté de femmes leaders dans le domaine de l’éducation afin de partager les expériences, les bonnes pratiques, de rendre les projets visibles, etc.

ARTICLES CONNEXES

Subscribe
Notify of
guest
0 Comments
Inline Feedbacks
View all comments

VOUS POURRIEZ ÊTRE INTÉRESSÉ PAR

0
Would love your thoughts, please comment.x
()
x