12.4 C
Zaragoza
10.6 C
Huesca
10.1 C
Teruel
16 abril 2024

SoNna : le festival de Huesca où les lieux sont aussi importants que la programmation

Ce cycle estival du Conseil provincial de Huesca revient pour la quatrième année consécutive avec 29 événements dans toutes les régions de Huesca. Des événements de qualité en plein air dans des lieux aussi uniques que la chartreuse de Nuestra Señora de las Fuentes, à Sariñena, la gare d'Anzánigo ou les ensembles sculpturaux d'Abiego et de Piracés. Car, comme l'affirme Begoña Puértolas, technicienne de la culture du DPH, dans ce cycle, "les lieux sont aussi importants que la programmation".

L’expérience d’écouter un concert dans l’Ermita de la Virgen de la Piedad, dans la commune de La Almunia de San Juan à Huesca, est très différente de celle d’assister à un concert dans le cadre idyllique des Llanos de Planduviar, dans la vallée de Broto, ou de regarder le soleil se coucher, lors d’une soirée musicale, devant l’imposante Cartuja de Nuestra Señora de las Fuentes, à Sariñena.

Mais s’il est une chose que ces enclaves ont en commun, c’est qu’il s’agit de lieux d’une beauté naturelle ou patrimoniale singulière. Une caractéristique partagée par les sites du festival Sounds in Nature, plus connu sous l’abréviation SoNna. Un engagement de la Diputación Foral de Huesca (DPH) qui en est à sa quatrième édition avec des propositions aussi suggestives que Los Secretos, Rodrigo Cuevas et, ensemble, Ariel Rot et Kiko Veneno.

Les concerts de ces grands artistes, qui clôtureront le festival les 7, 8 et 9 septembre à la chartreuse de Sariñena, sont les seuls à faire l’objet d’un billet d’entrée, les autres n’ayant qu’un prix symbolique d’un ou trois euros, en fonction de la capacité, afin que les personnes qui réservent s’engagent à y assister. Les billets peuvent être demandés à partir du 15 mai sur le site web de la Diputación de Huesca.

Rodrigo Cuevas, Los Secretos, Ariel Rot et Kiko Veneno, les grands noms de SoNna 2023

L’Asturien Rodrigo Cuevas ouvrira la puissante scène de la Cartuja de Nuestra Señora de las Fuentes, le 7 septembre à 19h30, avec un spectacle qui reprend certaines des chansons qui composeront sa nouvelle œuvre et dans lequel ne manquent pas “l’humour, la critique, la mise en scène, les costumes et les jeux”. Le 8 septembre, à la même heure, ce sera au tour de Los secretos, l’incombustible groupe madrilène qui fait chanter à plusieurs générations lors de ses concerts des slogans tels que “Déjame”, “Pero a tu lado” ou “La calle del olvido”.

Le 9 septembre, Ariel Rot et Kiko Veneno, qui relèvent le défi de transposer sur scène l’esprit de l’émission télévisée “Un país para escucharlo”, clôtureront le concert du 9 septembre.

Sélection de concerts dans le monde rural pour les petites salles

Outre les groupes qui se produiront dans la chartreuse, d’une capacité de 2 000 personnes, l’essentiel de la programmation est constitué d’autres événements moins connus mais tout aussi qualitatifs, qui se dérouleront dans des coins magiques de la nature ou sur des places charmantes qui se remplissent de monde chaque été. Dans ces derniers lieux, la capacité moyenne est d’environ 250 personnes, certains événements plus intimes étant réservés à 50 personnes.

“Les espaces sont aussi importants que la programmation”. C’est ainsi que Begoña Puértolas, technicienne de la culture au DPH, résume la raison d’être de cette initiative à Go Aragón, qui rappelle que ce cycle est né en pleine pandémie, comme alternative à l’année où Pirineos Sur n’a pas pu avoir lieu. Interrogé sur les moments les plus emblématiques de l’histoire du festival, M. Puértolas a hésité quelques secondes avant d’en citer deux. Le premier est l’hommage rendu par les musiciens de Jarabe de Palo et d’autres artistes à Pau Donés à Montanuy, la ville de la Ribagorza aragonaise où il revenait pour renouer avec ses racines et son père. La seconde est dédiée à l’un des nombreux moments magiques créés dans la chartreuse: “Juan Perro jouant seul devant le monastère est une chose bouleversante et magnifique”.

“Ce que nous voulons, c’est faire connaître notre territoire: une province qui possède de nombreux espaces naturels, très variés entre la partie nord des Pyrénées et les Monegros. Dans certains spectacles, nous ne montons même pas de scène, les artistes sont dans l’espace naturel et il y a une très grande proximité”.

Il poursuit en expliquant un autre des piliers de ce festival, qui apporte non seulement la musique au monde rural, mais aussi le théâtre et le cirque. “Nous essayons d’honorer le travail et la qualité des artistes. Nous voulons intervenir dans le monde rural de la meilleure façon possible, et le programme est très éclectique et varié en termes de styles: il peut aller de la musique classique à la musique populaire, ce qui nous intéresse beaucoup”, poursuit M. Puértolas. En fait, la première proposition annoncée par le DPH va dans ce sens: “Enredadas : Coplas y Alalás”.

Une exposition qui réunit Martirio, Carmen París et les galiciens Uxía et Ugia Pedreira.

Ils inaugureront le parcours unique de SoNna la nuit du 1er juillet au Centro de Arte y Naturaleza (CDAN) de Huesca pour partager “la créativité et l’engagement pour la musique”. Comme le soulignent les organisateurs, les quatre compositeurs ont beaucoup en commun, car ils ont tous lutté pour le renouveau de la chanson populaire espagnole. “On pourrait dire qu’il s’agit d’âmes sœurs issues d’univers culturels différents“, soulignent-ils à propos de ces quatre femmes “parolières et en même temps amoureuses de la poésie, des chansons d’hier et d’aujourd’hui, et qui s’entourent de grands musiciens pour s’abreuver directement au grand livre de la chanson latino-américaine”.

Elles seront suivies par le talentueux duo Pol Battle et Rita Payés à l’Espacio Vicente Baldellou d’Alquézar le 2 juillet. Abraham Cupeiro (8 juillet, dans le parc forestier de La Sierra à Ballobar), Bladimir Ros (9 juillet, Ermita de San Antón à Zaidín), Nuei (16 juillet, sur l’éperon du barrage d’Arguis) et Joan Garriga y el Mariachi Galáctico (22 juillet, Centro de Arte Rupestre à Colungo) sont les noms de la scène nationale qui complètent le programme du premier mois du festival.

En août, les événements musicaux incluent Sheila Blanco (5, dans la chênaie de Larredán), Amorante (6, ravin de Gabasa, à Peralta de Calasanz), Paul Vallvé (12, au château de Benabarre), Jordi Fornells et Mario Mas (13, sur le sentier du mirador d’Isábena), Vicente Navarro (25, chapelle de San Isidro à San Esteban de Litera) et Arnau Obiols (27 août, sentier El Cornato à Bielsa). En septembre, les concerts à petite capacité se terminent avec Flores & Mcewen (2 septembre, Espacio de Arte y Naturaleza à Berdún) et La cara B de Uesca (3 septembre, Ermita de Santa María, à Chalamera).

Musique de Turquie, d’Argentine, de Pologne, du Sénégal et du Brésil

6 noms, 5 pays et 3 continents résument le côté international de SoNna. Il s’agit d’Ali Dogan Gonultas (Turquie), référence mondiale en matière de folklore anatolien et mésopotamien; de l’Argentine Sofía Viola, chanteuse, actrice et compositrice aux racines latines, andines et jazz; de l’ensemble d’alto, d’accordéon et de contrebasse Kroke (Pologne); du Sénégalais Momi Maiga, qui utilise la kora et la voix pour transmettre des réflexions sur les valeurs humaines, comme le fait sa famille de génération en génération; la multi-instrumentiste, chanteuse, compositrice, arrangeuse, productrice de musique et activiste brésilienne Bia Ferreira, et Diana Baroni (Argentine), l’une des flûtistes les plus renommées d’Amérique latine, qui présentera son œuvre “Mujeres” en trio.

La Bodegas Enate sera le théâtre de la performance de Bia Ferreira le 19 août et les ensembles sculpturaux d’Abiego et de Piracés accueilleront les propositions de Diana Baroni, le 20 août, et d’Ali Dogan Gonultas, le 15 juillet. Le 23 juillet, ce sera au tour de Sofía Viola, qui se produira dans l’ermitage de la Virgen de la Piedad, à Almunia de San Juan. Le 29 juillet, Kroke se produira au Rincón del Olivar, à Alberuela de Tubo, et le 4 août, Momi Maiga clôturera la liste des noms internationaux, à Llanos de Planduviar (Broto).

Le cirque et le théâtre surprennent le petit public

Si SoNna est un festival éminemment musical, le cirque et le théâtre font partie de son ADN depuis la deuxième édition. Cette année, le premier rendez-vous sera avec le jongleur catalan Jordi Querol (Kerol), ancien collaborateur du Crazy Horse Paris ou du Cirque du Soleil, à la Balsa de la Culada d’Almudévar le 30 juillet. Il présentera son spectacle “Welcome to my head”, “un solo de jonglerie excentrique et de beatboxing bouffon” qui a été primé lors de festivals à Paris et au Japon. Le 5 août, la Magic Factory de la compagnie Civi-Civiac se produira au Pueyo de Santa Cruz devant la plus petite capacité du festival: 50 personnes seulement. Un autre des moments les plus spéciaux de cette quatrième édition de SoNna aura lieu sur la Plaza de la Iglesia de Benasque, le 11 août, avec le spectacle du Catalan Jordi Mestre, “Soul Mountain”, qui combine musique, alpinisme et production audiovisuelle.

Le 18 août, la caravane du festival se rendra dans la ville de Fonz pour accueillir le gala de cirque SoNna Huesca 2023, qui se tiendra dans les jardins de la Casa Ric-Otal avec une distribution d’artistes issus des disciplines du cirque contemporain et dirigée par Encarni Corrales (Teatro Indigesto).

Le 27 août, le spectacle “Meñique”, de l’orchestre de pouls et de plectre Atenea et du Habana Teatro dans le parc de l’ermitage de San Bartolomé, à Altorricón, et “Golondrinas”, de la compagnie Violeta Borruel, se succéderont le 27 août. Leur proposition de danse contemporaine, qu’elles présenteront à la gare d’Anzánigo, rend hommage aux femmes des Pyrénées qui ont émigré dans le sud de la France aux XIXe et XXe siècles pour y travailler pendant l’hiver et rentrer chez elles au printemps.

ARTICLES CONNEXES

Subscribe
Notify of
guest
0 Comments
Inline Feedbacks
View all comments

ARTICLES CONNEXES

0
Would love your thoughts, please comment.x
()
x