10.8 C
Zaragoza
10 C
Huesca
6.6 C
Teruel
11 noviembre 2022

Quand la nature devient une salle de classe et la terre des livres pour les étudiants en formation professionnelle

L'école San Gabriel de Zuera, à Saragosse, intègre des techniques telles que la "classe inversée" dans sa méthode d'étude. Chaque année, environ 80 étudiants suivent leurs formations liées à l'environnement.

Mettez les livres de côté et apprenez en expérimentant. En bref, c’est l’essence même de l’école San Gabriel de Zuera. Ce centre, qui forme plus de 500 étudiants chaque année, dispose d’un terrain de 64 hectares où les étudiants peuvent effectuer des travaux pratiques et vérifier la réalité de ce qui leur est enseigné en classe. Cela présente un intérêt particulier pour les étudiants en formation professionnelle.

Concrètement, deux cycles de formation professionnelle sont dispensés chaque année à San Gabriel: “Technicien en exploitation et conservation du milieu naturel” et “Technicien supérieur en gestion forestière et du milieu naturel”. Ces cours de deux ans sont idéaux pour les amoureux de la nature. “Au début, beaucoup de gens hésitent, ils ne savent pas s’ils vont aimer ça, et puis ils finissent tous par adorer”, raconte la directrice des cours, Sandra Cuende.

Les possibilités d’emploi offertes par ces formations sont variées. Il peut s’agir de gardes forestiers, de gardiens du feu ou d’agents de protection de la nature. Chaque année, 40 étudiants de l’école San Gabriel quittent les salles de classe, diplôme en main, et s’immergent dans le marché du travail. “C’est un secteur très demandé, de plus en plus, car il y a beaucoup d’investissements dans l’environnement et il y a un besoin de main d’œuvre. Soixante-dix pour cent des personnes qui effectuent des stages dans des entreprises privées continuent à travailler”, explique M. Cuende, qui donne l’exemple suivant : pour maîtriser un incendie moyen, il faut un contremaître et vingt ouvriers. “Il est nécessaire de disposer d’une main-d’œuvre professionnellement formée”, insiste-t-il. Toutefois, il est également possible de poursuivre ses études et d’obtenir un diplôme universitaire, par exemple en biologie, en sciences de l’environnement ou en ingénierie agricole.

Et aussi large que soit l’éventail des possibilités offertes par ces formations, le profil du corps étudiant l’est tout autant. Actuellement, des élèves âgés de 16 à 43 ans sont inscrits dans les cycles de formation professionnelle. La plupart d’entre eux viennent de Saragosse ou des villes voisines de Huesca. Mais ni l’âge ni la distance ne sont un problème pour ces étudiants grâce à la méthodologie de la “classe inversée”, qui consiste à privilégier la pratique en classe et à laisser la théorie à la maison. “Nous mettons le contenu théorique sur une plateforme, avec des vidéos explicatives, qu’ils peuvent regarder au travail ou à la maison. Chaque jour en classe, nous demandons s’il y a des questions, et s’il n’y en a pas, nous passons directement à la pratique”, explique le responsable des cycles.

En fait, l’école San Grabriel de Zuera est la première école à “classe inversée” d’Espagne. “C’est un modèle qui facilite l’accompagnement individualisé des élèves”, explique la directrice de l’école, Sofía Temprado, qui précise également qu’il s’agit d’une école bilingue à forte capacité numérique. “Les gens sont surpris du niveau des enfants lorsque nous sortons. Surtout, lorsqu’il s’agit de parler, nous mettons l’accent sur la partie vocale et nous commençons à nous concentrer sur la grammaire à partir de la troisième année de l’école primaire”, explique-t-elle.

La seule chose qui manque à Cuende et Temprado dans les diplômes de formation professionnelle de cette école, ce sont les femmes. Cette année, il n’y a qu’une seule fille inscrite dans les cycles intermédiaire et supérieur. Un chiffre qui, selon Sandra Cuende, “n’est pas normal”. En général, il y a environ quatre femmes par classe. “Les filles qui s’inscrivent sont généralement les meilleures de la classe. En outre, ils peuvent travailler comme manœuvres ou contremaîtres. Nous n’avons jamais vu de femmes déplacées dans ce secteur”, dit-elle. Selon le directeur, le manque d’étudiantes dans ces diplômes est dû à la désinformation : “On a toujours enseigné que la montagne était pour les garçons, mais ce n’est pas le cas. Il y a encore beaucoup de chemin à parcourir. Fait curieux, à l’école San Gabriel de Zuera, les quatre cinquièmes des professeurs qui enseignent ces cycles sont des femmes.

Pépinières, cours à bord d’un tracteur ou avec une tronçonneuse

Outre l’extinction des incendies, ces diplômes permettent de travailler dans le secteur forestier ou dans les plantations. Parmi eux, la truffe. Et c’est dans ces zones que les élèves de l’école tirent le meilleur parti des 64 hectares qui composent les installations. Ils ont des arbres à couper, des cultures à replanter, des pépinières dans lesquelles travailler et même des terrains pour apprendre à conduire un tracteur sous supervision. “Nous passons généralement 60 à 70 % des cours à l’extérieur avec des formations pratiques. En fin de compte, il est plus facile de comprendre un sujet quand on le voit en direct”, explique M. Cuende. De cette façon, les enfants se rendent compte que la théorie leur est utile. “Dans le livre, on vous parle d’un terrain parfait, mais ensuite, quand vous allez couper l’arbre, par exemple, vous voyez qu’il n’est pas droit”, explique-t-il. Et toute cette expérience est valorisée lorsqu’il s’agit de trouver un emploi. Pour reprendre les mots du directeur du cycle : “Les entreprises sont généralement ravies”.

Le côté plus créatif de la campagne de Tik Tok

L’école Saint-Gabriel cherche à s’adapter aux temps nouveaux et à profiter de l’intérêt de ses élèves pour transmettre de plus en plus de connaissances sur la nature. Pour cette raison, l’une des activités qui a complété le programme éducatif cette année a été de réaliser une vidéo Tik Tok. “Je leur ai demandé de se filmer en train de réaliser une sorte de court-métrage et ils devaient me le présenter en Tik Tok. Cela faisait partie de la pratique sur laquelle j’allais les évaluer. Au final, c’est exactement la même chose, mais c’est plus drôle”, dit Cuende. Grâce à cette plateforme, les étudiants ne pratiquent pas seulement la coupe, mais développent également d’autres aspects tels que la créativité et l’utilisation des nouvelles technologies. “Ils ont des idées impressionnantes”, souligne le directeur, qui conclut que le secteur forestier “ne se résume pas à couper du bois”.

ARTICLES CONNEXES

Subscribe
Notify of
guest
0 Comments
Inline Feedbacks
View all comments

VOUS POURRIEZ ÊTRE INTÉRESSÉ PAR

0
Would love your thoughts, please comment.x
()
x