26.6 C
Zaragoza
25 C
Huesca
23.2 C
Teruel
13 junio 2024

Oboria Digital et la Las Vegas Sphere : l’intelligence artificielle au service de la conception architecturale

Le projet le plus connu de l’entreprise technologique aragonaise est la sphère de Las Vegas, mais elle a également participé à la construction de bâtiments uniques tels que l’hôtel Hard Rock en Floride.

L’entreprise de Saragosse se consacre au développement d’outils et de modules d’intelligence artificielle pour la conception d’architecture, l’ingénierie et la construction.

Oboria Digital est devenu célèbre dans le monde entier après la présentation de MGS Sphere, plus connue sous le nom de sphère de Las Vegas, l’un des derniers grands projets de ce studio unique basé à Saragosse et fondé par l’architecte Miguel Fontgivell (Saragosse, 1981). L’une des premières entreprises à participer à The Wave, l’exposition technologique du gouvernement d’Aragon qui se tient aujourd’hui et demain au Palais des congrès de Saragosse, l’utilisation de la programmation et de l’intelligence artificielle par l’entreprise est à la base de sa méthode de travail unique, efficace, agile et flexible, à l’échelle internationale. Fontgivell, PDG et fondateur d’Oboria Digital et directeur général de Saco Technologies en Espagne, a mené avec son studio des projets tels que les façades numériques du Burj Khalifa (Dubaï, le bâtiment le plus haut du monde), du Hard Rock Hotel en Floride (un bâtiment en forme de guitare) et du stade des Rams de Los Angeles aux États-Unis.

Site web de MSG Sphere. Photo : https://www.thesphere.com/

Miguel Fontgivell parlera aujourd’hui à La Vague des technologies numériques clés dans le développement actuel et futur des entreprises et de la société, telles que l’IoT (Internet des objets), la cybersécurité, le cloud computing, la blockchain et l’intelligence artificielle, des technologies qui sont “la clé qui nous permet d’être là où nous sommes”, explique-t-il. Sans surprise, l’entreprise utilise l’IA dans ses processus de conception depuis près d’une décennie, avec une première approche en 2017 dans la conception de la façade numérique de la Burj Khalifa, en 2017. Dans ce cas, l’équipe d’Oboria Digital a utilisé “des algorithmes évolutionnaires ou des algorithmes génétiques pour l’optimisation de la conception : pas tellement pour que l’algorithme fasse la conception dans son ensemble, mais pour optimiser certaines parties du processus de conception”. Avant cela, en 2014, dans le cadre d’un projet pour la Coupe du monde de football au Qatar, nous avons commencé à changer la méthodologie de travail pour nous baser davantage sur la programmation et moins sur la conception conventionnelle. Deux ans et demi après le projet du Qatar, en 2017, comme nous travaillions sur la programmation, nous avons pensé à ajouter une autre couche d’intelligence artificielle et à la laisser optimiser les conceptions. Résultat : en deux semaines de travail, nous avons réussi à économiser 80 000 dollars de coûts, sans être des spécialistes de l’IA à l’époque.”

Façade LED de l’hôtel Hard Rock Café en Floride. Photo : https://casino.hardrock.com/hollywood/hotel/the-guitar-hotel

Le troisième langage, la programmation

L’évolution d’Oboria Digital vers l’utilisation de l’intelligence artificielle pour l’optimisation des processus de travail dans la conception architecturale en fait un “rara avis, même au niveau international, nous faisons quelque chose de très niche“, explique le PDG et fondateur. “Si nous avions dû réaliser le projet de la sphère de manière conventionnelle, nous n’aurions pas pu le faire. Car dans un tel projet, il faut pouvoir travailler vite et sans erreur. Les erreurs disparaissent lorsque vous travaillez avec une base de données à laquelle tout le monde s’attaque, ce que l’on appelle la “source unique de vérité“. Lorsque vous disposez d’une base de données à laquelle tout le monde s’attaque, vous pouvez être sûr que les données seront correctes et cohérentes, parce que tout le monde travaille avec elle. Et si quelqu’un trouve quelque chose d’erroné, il le signale. Le fait que vingt personnes travaillent sur la même base de données vous permet de débusquer des erreurs que vous ne pourriez pas débusquer si vous aviez quatre-vingts personnes, chacune travaillant à la main, parce que vous ne mettez pas en commun, ne recoupez pas et ne vérifiez pas ces informations. Non seulement nous sommes quatre fois plus productifs et efficaces, mais nous pouvons faire des choses que nous ne pourrions pas faire avec les méthodes conventionnelles”, explique-t-il. À titre d’exemple, voici un bouton. “Bien que nous ayons généré 15 000 plans pour la sphère, grâce à l’intelligence artificielle, il n’y a pas eu une seule erreur. Car, dit-il, “une fois que la machine apprend, elle ne fait plus d’erreurs. C’est cela le saut qualitatif”.

Miguel Fontgivell dans les bureaux d’Oboria Digital. Photo : N.M

Oboria Digital est composée d’une équipe de 22 architectes, ingénieurs et programmeurs qui se forment et mettent à jour leurs compétences en permanence. “Nous sommes une petite entreprise et nous sommes guidés par des questions non techniques lorsque nous interviewons quelqu’un. Bien sûr, nous demandons qu’ils aient un profil technique (architecture, ingénierie, ingénierie informatique), car ils doivent connaître les mathématiques, l’algèbre… des questions de base pour les opérations que nous réalisons ici. Mais après cela, comme nous travaillons avec de nouvelles technologies, nous n’attendons pas d’eux qu’ils soient formés par l’université, nous les formons nous-mêmes. Nous les formons nous-mêmes à la manière d’une “start-up”, nous voyons ce qui est nouveau, ce qui peut être intégré dans notre processus de conception. Tout le monde apporte sa contribution ici”, déclare Miguel Fongivell. “Je suis architecte et maintenant je programme des réseaux neuronaux”, note-t-il, tout en faisant remarquer que “la troisième langue aurait dû être la programmation il y a des années”.

Un avis éclairé dans son domaine

L’entreprise de Saragosse se consacre au “développement d’outils et de modules d’intelligence artificielle pour la conception d’architecture, d’ingénierie et de construction“. Un saut qualitatif dans lequel l’entreprise est parvenue à se hisser parmi les premières au monde. “De la façon dont l’architecture conventionnelle est faite jusqu’à nous, il y a plusieurs sauts évolutifs à faire. L’un des premiers consiste à travailler sur une méthodologie utilisée depuis quinze ans, mais qui a connu un véritable essor au cours des huit dernières années, à savoir le Building Information Modelling (BIM) ou modélisation des données du bâtiment, dont l’Union européenne exige la mise en œuvre dans les administrations publiques. L’Espagne est en retard. À Saragosse, les cabinets d’architectes ou les entreprises qui travaillent avec cette méthodologie (alors qu’elle aurait dû être mise en œuvre il y a deux ans) représentent probablement 20 % des bureaux. C’est l’un des sauts, et il en reste encore deux autres à faire pour adopter notre façon de travailler”, commente-t-il. C’est pourquoi, chez Oboria Digital, “nous sommes plus orientés vers des marchés comme les États-Unis, où c’est déjà une réalité, ou comme les grands projets, avec de grands cabinets d’architectes, où c’est aussi une réalité : Foster and Partners, Zaha Hadid… ils travaillent tous de cette manière”, affirme-t-il. Le BIM est le premier saut évolutif, affirme M. Fontgivell, et les deux autres qui restent pour approcher sa façon de travailler seraient l’utilisation de la programmation et de l’intelligence artificielle. “Nous sommes encore en avance dans ce domaine”, explique-t-il.

La plupart des projets auxquels Oboria Digital s’attaque sont internationaux, même si l’entreprise travaille actuellement en Espagne. “Nous sommes très heureux d’avoir enfin pu signer un projet en Espagne. Nous sommes maintenant à l’arrêt pour voir où nous voulons aller, où les circonstances nous mènent, et essayer de décider de la meilleure option pour l’entreprise afin de continuer dans cette atmosphère. Avec le projet de sphère, beaucoup de gens nous appellent, mais je veux en profiter pour être maître de notre destin et décider où nous voulons aller. Parce que je ne veux pas d’une entreprise de 200 personnes, je préfère une entreprise solvable et amicale, où l’on s’amuse, à une entreprise de 100 ou 200 personnes où l’on passe la journée à regarder les comptes“, explique le fondateur de l’entreprise, qui s’est engagé à “réaliser un chiffre d’affaires par personne, en améliorant le revenu par employé, et non pas tant en termes absolus”.

Les bureaux d’Oboria Digital. Photo : N.M

La Sphère : 15 000 plans et pas une seule erreur

Miguel Fontgivell considère qu’en Aragon, dans son domaine, “il y a des synergies possibles“. En fait, le boom de la sphère de Las Vegas m’a permis de rencontrer des gens d’ici. En effet, comme nous travaillons tous à l’étranger, nous ne nous connaissons pas. The Wave et d’autres événements m’ont permis de rencontrer des entreprises assez puissantes. Il est vrai qu’il n’y a pas grand-chose dans notre domaine, nous sommes un rara avis, même au niveau international, nous faisons quelque chose de très niche, mais il y a des gens qui font des choses tangentielles avec qui nous pouvons collaborer”, commente-t-il. Lors de l’événement d’aujourd’hui et de demain, M. Fontgivell évoque des cas réels dans lesquels les technologies débattues lors du congrès, comme l’intelligence artificielle, ont joué un rôle important. Par exemple, “les seuls incidents que nous avons eus dans la conception de la sphère ont été que, parmi les paramètres d’entrée, les contraintes ou les prémisses que nous avions utilisés, certains, à un moment donné, avaient été incorrects. Lorsque nous les avons ajustés et que nous avons appuyé à nouveau sur le bouton, ils ont été redessinés à nouveau”, dit-il, bien que, comme il le souligne, “malgré les 15 000 plans générés pour le cadran, il n’y a pas eu une seule erreur“.

Un autre exemple de l’efficacité de la méthode de travail d’Oboria Digital, que le PDG de l’entreprise met en avant, est celui d’un client qui s’est rendu compte d’une erreur dans les données fournies à l’entreprise de Saragosse “trois ou quatre semaines après l’installation de la façade extérieure”. Tout a été conçu selon des critères qui n’ont pas été respectés. Nous avons redessiné le projet de façade extérieure au cours d’un processus de six semaines, mais deux semaines plus tard, nous leur fournissions déjà des données pour qu’ils puissent travailler et ne pas interrompre les travaux. Les 4 000 plans de cette façade ont été redessinés au cours de ces six semaines. Nous avons pu le faire parce que nous avions automatisé tous les processus”, se souvient-il.

Une méthode de travail qui leur permet de se connecter de manière beaucoup plus agile et efficace aux outils utilisés dans la phase de fabrication. “Vous pouvez vous connecter avec d’autres systèmes, avec des ERP pour la fabrication, la logistique… vous avez déjà la base de données, vous n’avez pas besoin de transmettre un fichier, de sorte que le client doit ensuite le programmer pour le mettre dans une API… vous travaillez déjà tout de manière numérique, ce qui signifie que nous sommes plus proches de l’industrie. Nous ne leur donnons pas un dessin pour qu’ils aient à prendre les données et à les introduire dans leur machine à commande numérique. Nous leur donnons un fichier qu’ils peuvent programmer pour leur machine à commande numérique. Nous leur donnons les données, pas des dessins qu’ils doivent interpréter”, explique-t-il.

Miguel Fontgivell dans les bureaux d’Oboria Digital. Photo : N.M

Vuvari Global, l’origine

Oboria Digital est née de la division, suite au projet MSG Sphere, de l’entreprise fondatrice, Vuvari Global, en deux sociétés : Oboria Digital et le siège européen de Saco Techologies. “Lorsque Madison Square Garden décide de confier le projet à Saco Technologies, il souhaite devenir actionnaire. Et l’une des conditions pour devenir actionnaire était que toute la verticale de l’entreprise fasse partie de Saco”, se souvient-il.

L’entreprise aragonaise a réalisé des projets tels que le musée Goya, pour l’ancienne Ibercaja Obra Social (aujourd’hui Fondation Ibercaja) et la façade numérique du club de football de Cincinnati. Comme l’explique M. Fontgivell, seules certaines entreprises se lancent dans ce type de projet, et la plupart d’entre elles viennent des États-Unis, du Moyen-Orient et de l’Asie du Sud-Est. Ce sont des marchés auxquels ils accèdent depuis leur siège de Saragosse. “En tant qu’entreprise, nous aurions plus de succès aux États-Unis en termes de clients, de financement… il suffit de regarder les données macroéconomiques. D’un point de vue économique, nous serions mieux lotis”, explique-t-il pour justifier sa décision de maintenir son siège en Aragon. Cependant, “aux États-Unis, il serait plus difficile, par exemple, d’embaucher du personnel. Je dirige certains départements de Saco Canada, qui a un marché similaire, et le défi consiste à trouver des personnes compétentes, à les retenir, à gérer les coûts de l’entreprise… Le succès est plus garanti sur un marché en plein essor comme le leur, mais à Saragosse, en travaillant à l’étranger, nous nous en sortons très bien. En effet, si vous êtes en mesure de rivaliser avec ces marchés sur le plan technologique, à une fraction du coût, l’aspect commercial est plus facile à mettre en œuvre. Il y a beaucoup de talents ici, mais il faut travailler dur pour les obtenir. Tout a des avantages et des inconvénients. C’est très bien ici, les gens sont satisfaits de l’environnement de travail que nous leur offrons. Si vous êtes ici et que vous avez un emploi à l’extérieur, vous pouvez avoir le meilleur des deux mondes”, conclut-il.

ARTICLES CONNEXES

Subscribe
Notify of
guest
0 Comments
Inline Feedbacks
View all comments

ARTICLES CONNEXES

0
Would love your thoughts, please comment.x
()
x