13.8 C
Zaragoza
15.4 C
Huesca
9.1 C
Teruel
16 octubre 2021

Pilar Fernández (Chambre de commerce de Saragosse) : “Nous sommes plus préoccupés par le fait que les entreprises reconnaissent les femmes afin de les former que par l’organisation d’activités exclusivement destinées aux femmes”

Pilar Fernández Llera est directrice de la formation et de l'emploi à la Chambre de commerce de Saragosse. Bien que biologiste formatrice, elle se consacre corps et âme depuis 1990 à la conception de services de formation sur mesure pour les entreprises de Saragosse et de la province. Nous avons parlé de formation et de leadership féminin.

Quel a été votre rôle pendant toutes ces années à la Chambre de commerce de Saragosse?

Je suis membre de la Chambre de commerce de Saragosse depuis 1990. Je suis originaire de Madrid et peu de temps après avoir déménagé à Saragosse, j’ai rejoint la zone de formation. J’ai grandi professionnellement et personnellement au sein de la Chambre, et je suis très fier de le dire. Je suis arrivé avec mon diplôme de biologie et une série de cours de formation que j’ai apportés avec moi de Madrid. J’y suis entrée en tant qu’assistante administrative, ce qui m’a permis d’apprendre le fonctionnement d’un processus de formation sous tous ses aspects et de passer par toutes les étapes, du technicien au chef de service jusqu’à atteindre la direction de la zone il y a un peu plus de 10 ans. Je suis passé des opérations à la stratégie de manière très naturelle. Je suis capable de gérer la zone en comprenant ce qui arrive à tous les collaborateurs que j’ai en son sein.

Quel rôle joue la formation au sein de la Chambre?

La formation a toujours été un pilier au sein des Chambres depuis leur naissance, nous avons maintenant 135 ans. Depuis le début, il y a eu un service de formation qui s’est développé jusqu’à ce que nous créions un secteur qui a évolué vers ce que nous sommes, à savoir fournir des services aux entreprises. Ma principale fonction est de gérer cet espace, qui comporte deux services : la formation et l’emploi.

Vous avez de nombreuses années d’expérience, de nombreuses années consacrées à la formation. Comment l’offre de formation de la Chambre a-t-elle évolué?

Il y a toujours eu des activités de formation à la Chambre de commerce de Saragosse, activités qui ont été adaptées aux besoins en compétences des personnes dans les entreprises et des professionnels indépendants ou à la recherche d’un emploi. Selon les périodes, nous avons travaillé en collaboration avec des administrations publiques, jusqu’à aujourd’hui, où notre principal atout est la formation privée liée à la formation des chefs d’entreprise.

Quand ce changement a-t-il eu lieu?

Ce changement a pris sa forme la plus claire il y a 13 ans, lorsque nous avons commencé à être le partenaire de l’ESADE en Aragon avec notre propre produit et avec des liens avec les autres activités qui ont lieu sur les campus de Madrid et de Barcelone. Cela ne signifie pas qu’au sein de la Chambre, nous n’offrons pas de formation aux autres niveaux des organisations, et nous le faisons normalement en collaboration avec les administrations locales, nationales ou internationales, car la formation est assurée par d’autres secteurs de la Chambre tels que la compétitivité, l’internationalisation, etc. Notre objectif est de promouvoir, dans le domaine de la formation, la population de notre territoire. Nous nous concentrons avant tout sur la formation des cadres intermédiaires et des dirigeants des entreprises de notre territoire.

Pilar Fernández, directrice de la formation et de l’emploi de la Chambre de commerce de Saragosse
A quoi les formez-vous?

Nous les formons d’un point de vue stratégique pour qu’ils aient la capacité de prendre des décisions et d’avoir une vision présent-futur, afin qu’ils puissent stimuler la compétitivité de leurs organisations et ainsi renforcer également leur profil professionnel.

En dehors d’ESADE, quels sont les autres programmes?

Celui de l’ESADE est le vaisseau amiral et nous donne 5 programmes, mais nous avons plus de 20 programmes sous la marque de la Chambre que nous concevons dans le domaine de la formation en fonction de ce que nous avons entendu au contact des entreprises et qui n’existent d’aucune autre manière sur aucun autre territoire ou même sur notre territoire. Nous ne nous contentons pas d’acheter des projets et de les transférer, nous les créons absolument sur mesure, c’est ce qui nous différencie des autres centres de formation. Un autre moyen d’atteindre les entreprises est la formation adaptée à l’entreprise. Il s’agit d’identifier le type de besoin ou de lacune d’une organisation et d’y répondre sous forme de formation. C’est peut-être là que nous sommes le plus fiers de notre travail, car il s’agit d’un travail très artisanal.

Les cours de formation de Cámara Zaragoza visent à répondre aux besoins des entreprises, petites et grandes.
Vous vous adaptez à ce que les entreprises demandent, mais êtes-vous des visionnaires, qui anticipent les tendances et ce dont elles auront besoin pour former leurs travailleurs?

Oui, comme je l’ai dit, nous avons plusieurs programmes que nous appelons des programmes en marque blanche qui ne sont pas des formations opérationnelles, mais des formations stratégiques et qui montrent cette vision, et cette procédure ordonnée pour être aussi compétitif que possible. Nous travaillons à la conception de produits de formation en fonction de ce dont ils auront besoin sur le plan stratégique, et la stratégie est toujours tournée vers l’avenir. Dans ce sens, oui, nous concevons et modifions et nous nous distinguons dans ce sens.

Puisque vous connaissez si bien les entreprises, quels profils ou compétences les entreprises exigent-elles aujourd’hui de leurs employés?

Ce que les entreprises demandent aujourd’hui aux profils de cadres moyens et supérieurs, c’est un haut niveau de compétence en matière de numérisation. Selon le poste, ils doivent avoir une connaissance de ce que signifie une stratégie numérique, de ce qui affecte leurs domaines d’activité en raison des changements technologiques. C’est une question de culture numérique pour avancer, et c’est une nécessité, aussi pour la vie naturelle comme on l’a vu avec la pandémie.

En outre, on leur demande d’avoir une capacité de polyvalence et de flexibilité qui les rend viables dans n’importe quel poste. On leur demande d’avoir une intelligence émotionnelle, la capacité de réagir à toute situation de crise et une stratégie…

Quel type d’entreprise demande votre formation?

Nous travaillons avec tous les types d’entreprises. Selon la loi, les chambres de commerce fournissent des services à toutes les entreprises. Nous travaillons avec de grandes entreprises comme BSH ou de petites entreprises de 8 ou 10 personnes auxquelles nous proposons également des formations sur mesure. Nous ne travaillons pas seulement avec les grandes entreprises, mais encore plus avec un tissu d’entreprises comme celui que nous avons à Saragosse et dans la province, où les PME sont majoritaires et sont aussi celles qui mobilisent l’économie de notre territoire. Nous n’avons pas de limite, nous adaptons le produit.

La Chambre de commerce de Saragosse s’attache à rendre visibles les femmes chefs d’entreprise et à les référencer.
Les petites entreprises sont-elles intéressées par ces formations ? Il semble que les grandes entreprises soient celles qui organisent des macro-formations et investissent le plus dans la formation.

Il peut s’agir d’un paradigme parce que les grandes entreprises ont un grand nombre de personnel à former et, souvent, des aspects qu’elles doivent former sur une base annuelle. C’est pourquoi il semble y avoir un volume élevé d’activités de formation. Mais en réalité, tous, à leur taille, répondent à notre appel pour savoir ce que nous pouvons leur apporter. Nous nous adaptons également à ce qu’ils peuvent se permettre.

Vous êtes très impliquée dans le leadership féminin et à la Chambre de Saragosse, vous vous préoccupez de la formation des femmes dirigeantes. La formation est-elle la clé pour atteindre l’égalité entre les hommes et les femmes dans l’entreprise?

Nous avons encore un long chemin à parcourir en matière d’égalité, nous devons faire beaucoup de choses et tout en même temps. Dans ce sens, pour la Chambre et depuis le domaine de la formation, nous comprenons que la participation des femmes aux projets de formation doit être au même niveau que celle des hommes. Chacun d’entre nous apporte des caractéristiques précieuses au développement d’une entreprise ou d’un projet. C’est pourquoi, lorsque nous proposons une activité de formation dans une entreprise, nous essayons d’abord de savoir si des femmes occupent des postes dans l’entreprise. Nous sommes davantage préoccupées par le fait que l’entreprise reconnaisse les femmes afin de les former que par le fait de réaliser des activités exclusivement destinées aux femmes, ce que nous faisons également. Mais nous sommes plutôt favorables à l’intégration et à la motivation des entreprises pour qu’elles emmènent les femmes à des cours de formation.

Quels sont les autres outils dont vous disposez pour donner de la visibilité aux femmes dans les affaires?

En tant que Chambre de commerce, nous avons une fonction consultative importante qui nous permet de recueillir les besoins de la communauté des affaires et de les transmettre à l’administration. Nous avons des éléments tels que les commissions et nous avons une commission pour les femmes et les entreprises qui est celle qui éclaire le reste des commissions et des domaines pour indiquer le travail que nous avons à faire.

Grâce à l’initiative #InmersiónTalento du #ClubCámara, les managers sont interrogés sur les aspects liés au développement des talents. A partir de l’espace Formation, il s’agit d’identifier des femmes de référence.
Comment orientez-vous votre formation dans ce sens ? Y a-t-il une formation spécifique sur l’égalité ou est-elle axée sur le développement des compétences de leadership des femmes entrepreneurs?

Nous répondons aux besoins de l’entreprise. Les plans d’égalité dans l’entreprise sont nécessaires, ils sont même obligatoires pour certaines tailles d’entreprises. Nous collaborons avec des associations dont les participants sont exclusivement des femmes, comme Directivas de Aragón, nous faisons partie et nous promouvons ARAME, Mujeres Tech… Dans notre assemblée plénière corporative et notre comité exécutif, nous avons une vice-présidente qui est Berta Lorente et nous avons eu une époque où il y avait deux vice-présidentes, María López était également vice-présidente. En 2018 et 2019, nous avons organisé deux forums de communication et de débat, l’un axé sur le steming des femmes et l’autre sur la science dirigée par des femmes. Nous pensons que l’essentiel est de chercher des références, de les montrer, de les défendre, et lorsque ces références font partie des décisions sociales, économiques et politiques, nous devons tendre la main à d’autres femmes pour que d’autres aient cette visibilité. Rendre visible, référencer, débattre… mais toujours ouvert aux hommes et aux femmes, même si les référents sont des femmes.

Quelle responsabilité ressentez-vous d’être l’un de ces modèles ?

Les femmes de mon époque, je suis une baby boomer, nous avons une grande responsabilité pour que le leadership féminin soit considéré comme le modèle actuel de leadership et nous devons travailler dans cette direction. Il a été prouvé que lorsque les femmes agissent en tant que femmes, dirigent en tant que femmes, nous améliorons la compétitivité des entreprises: nous avons la capacité d’écouter, nous sommes capables de reconnaître le succès des autres, nous rassemblons les équipes, nous sommes émotionnellement intelligentes, nous communiquons très bien… lorsque nous parlons du leadership actuel, c’est le leadership féminin, c’est plus qu’évident. Nous avons besoin de possibilités qui nous permettent d’être, qui nous permettent de choisir où nous voulons être, nous devons montrer des références et avoir conscience d’aider le reste des femmes qui se mettent en avant. Nous avons tous cette obligation de rendre les entreprises plus innovantes, plus compétitives et avec de meilleurs résultats économiques. À la Chambre de Saragosse, nous travaillons sur ce sujet depuis la formation et l’emploi, en incluant ces nuances dans toutes les activités pour que les femmes et les hommes soient conscients que cela est réel, que c’est nécessaire.

ARTICLES CONNEXES

Subscribe
Notify of
guest
0 Comments
Inline Feedbacks
View all comments

VOUS POURRIEZ ÊTRE INTÉRESSÉ PAR

0
Would love your thoughts, please comment.x
()
x