6.1 C
Zaragoza
2.8 C
Huesca
4.9 C
Teruel
3 diciembre 2022

Nacho Ares: “Nous savons toujours la même chose sur Toutankhamon qu’il y a cent ans, c’est-à-dire rien”

Cet expert en égyptologie, vulgarisateur et auteur de plusieurs livres sur l'Égypte ancienne sera à Saragosse le 10 novembre à l'occasion de la session inaugurale d'Ocultura. Elle aura lieu à 19 heures et sa participation portera sur la plus grande découverte archéologique de l'histoire, le tombeau de Toutankhamon

Nacho Ares (León, 1970), se définit comme un “egiptofou”, c’est-à-dire un amoureux de la culture égyptienne ancienne. Sa passion l’a amené à se spécialiser dans son étude, à devenir un vulgarisateur et à diriger le programme “SER Historia”, sur Cadena Ser, ainsi que le podcast et la chaîne Youtube “Dentro de la pirámide” (L’intérieur de la pyramide).

Le 10 novembre, cet expert sera à Saragosse, à l’occasion de la 5e rencontre internationale d’Ocultura que la ville accueille de ce jour au 13 novembre. Dans son exposé, Ares abordera la plus grande découverte de l’histoire de l’archéologie, celle du tombeau de Toutankhamon, qui aura un siècle cette année.

Vous vous définissez comme un “égyptologue”, d’où vient votre passion pour l’Égypte ancienne?

Quand j’avais 13-14 ans, je suis tombé sur un livre qui est un classique de l’histoire de l’archéologie, “Dieux, tombeaux et sages”, de C. W. Ceram. Et à partir de là, j’ai été captivé par la partie sur l’Égypte, j’ai adoré. À partir de ce moment-là, je suis devenu accro à l’égyptologie. J’ai ensuite étudié l’histoire ancienne à l’université de Valladolid et, plus tard, l’égyptologie à l’université de Manchester, au Royaume-Uni. Et la vérité est que j’ai toujours travaillé dans les médias, j’ai été lié à la vulgarisation, j’ai aussi fait de la recherche et j’ai collaboré à des missions archéologiques.

C’est 25 ans consacrés à cet univers…

Plus de 25, presque 40. J’ai beaucoup voyagé en Egypte. Heureusement, ma passion est devenue ma vie et ma façon de travailler.

L’égyptologie est-elle vraiment inépuisable?

Oui, nous sommes sur le point de célébrer les 100 ans de la découverte du tombeau de Toutankhamon et nous savons toujours la même chose à son sujet qu’il y a 100 ans, c’est-à-dire rien. C’est comme si nous avions un bouillon dans lequel nous avons ajouté des morceaux de choses et des ingrédients, mais que nous ne savions toujours pas quel goût il avait. Nous n’avons pas une idée concrète de la figure de Toutankhamon, car il a vécu à une époque très agitée de l’histoire égyptienne. Nous savons très peu de choses sur lui, et c’est ce qui le rend si excitant. Si on savait vraiment tout sur l’Égypte, pas seulement Toutankhamon, l’Égypte ne serait pas drôle. Ce sont précisément les lacunes et les mystères qui en font une civilisation si passionnante.

En fait, si je vous dis une référence, la tombe KV62 (tombeau de Toutankhamon), qu’est-ce qui vous vient à l’esprit?

C’est, pour moi, la plus grande découverte de l’histoire de l’archéologie. Il n’y a pas de parallèle, il n’y a pas de comparaison. Nous parlons des guerriers du Siam, du Seigneur de Sipan… il n’y a aucun parallèle. Non seulement par la quantité de matériel et son importance, mais aussi par l’histoire qui entoure la découverte. La réalité est comme un film. Et l’histoire de Howard Carter – son découvreur – et de Lord Carnarvon derrière la tombe de Toutankhamon est captivante, c’est comme un roman. Le KV62 est une référence. D’un point de vue esthétique, typologique et architectural, ce n’est peut-être pas la plus belle tombe de la Vallée des Rois, mais l’histoire qui se cache derrière elle dépasse de loin les tombes bien plus belles qui s’y trouvent.

C’est également le 200e anniversaire de la découverte de la pierre de Rosette. On peut dire que 2022 est une année importante pour l’égyptologie?

Oui, le 27 septembre, nous avons célébré le deuxième centenaire du déchiffrement de la pierre de Rosette, qui a marqué la naissance de l’égyptologie en tant que science. A partir de là, vous pouviez lire les textes. Jusqu’à cette année-là, en 1822, les seules références dont on disposait pour connaître l’Égypte ancienne étaient l’Ancien Testament et les auteurs classiques tels que Hérodote, Pline, Diodore, Strabon… qui donnaient de bonnes informations, mais rien à voir avec le récit à la première personne des anciens Égyptiens.

nacho ares 5e rencontre internationale d'Ocultura

On dit souvent que l’Occident est façonné par le droit romain, la religion judéo-chrétienne et la culture grecque. Mais quel est le poids de l’Égypte?

Beaucoup plus que nous ne le pensons. Je suis actuellement commissaire d’une exposition à Madrid intitulée “Filles du Nil” et nous avons une section consacrée à la déesse Isis. La référence archétypale du point de vue religieux de la déesse Isis, non seulement du point de vue de la pensée de ce qu’implique cette déesse mère, mais aussi du point de vue esthétique, est la même que celle que nous avons aujourd’hui avec la Vierge Marie. C’est la même représentation. Les Égyptiens la représentaient assise avec l’enfant Horus, son fils, sur ses genoux ; la Vierge Marie est avec l’enfant Jésus sur ses genoux. Horus est le représentant du futur roi du cosmos, tout comme Jésus, le roi des rois. Ce sont exactement les mêmes idées qui sont parvenues jusqu’à nous.

Il y a d’innombrables choses. Par exemple, le calendrier de 365 jours est égyptien, la bière est une invention égyptienne, il y a des jeux de société comme l’oie qui ont leurs origines dans l’Égypte ancienne… il y a beaucoup de choses qui aujourd’hui sont tellement diluées dans notre vie quotidienne qu’elles passent inaperçues ; nous ne nous demandons pas d’où elles viennent et elles viennent des anciens Égyptiens. Le fait de laisser des fleurs sur la tombe, ce que nous faisons aujourd’hui comme un geste de beauté, dans l’Égypte ancienne était d’abord fait avec une signification magique. Le “bouquet de fleurs”, dans la langue des anciens Égyptiens, s’appelait “Ankh”, qui signifie vie. Ils faisaient une offrande de vie aux défunts pour qu’ils puissent vivre dans l’au-delà.

Pour en revenir à Toutankhamon, vous avez déjà abordé sa figure dans deux ouvrages, “La tombe perdue” et “Le dernier fils du soleil”, qu’est-ce qui vous fascine le plus chez ce roi?

Je viens de sortir une version actualisée de “The Last Son of the Sun” il y a un mois, intitulée “Wonderful Things”. 100 ans après la découverte de Toutankhamon”. Il est publié par DeBolsillo. Il n’a rien à voir avec le livre que j’ai publié il y a 20 ans, il est complètement réécrit. J’ai toujours eu un lien très fort avec Toutankhamon, je l’ai découvert avec le livre “Dioses, Tumbas y Sabios” et il est peut-être un peu naïf de dire que son pharaon préféré est Toutankhamon, mais dans mon cas, il y a de bonnes raisons de le justifier.

Surtout, la figure d’Howard Carter, qui a été mon père archéologique d’outre-tombe, pour ainsi dire. J’ai toujours suivi ses traces, je connais les maisons où il a vécu à Londres et en Égypte, chaque fois que je vais à Londres chaque année, je vais au cimetière de Putney Vale, où se trouve sa tombe. Il y a un lien très étroit à cause d’Howard Carter.

C’est un garçon qui arrive à l’âge de 17 ans (en Égypte). Il est né à Londres en 1874 et en 1891 il travaillait déjà comme aquarelliste, il était un dessinateur extraordinaire, en Egypte, accompagnant une mission archéologique à Beni Hassam. Son patron, Percy Newberry, avait 8 ans de plus que lui, il avait 25 ans. C’était une équipe très jeune. Et il a été très séduit par l’Égypte et sa culture. C’était une personne très renfermée, avec peu d’amis et certaines personnes disaient qu’il était un peu bourru, il avait un caractère très spécial. Mais ensuite, on voit des vidéos de lui datant des années 1920, après la découverte du tombeau de Toutankhamon, et on se rend compte que c’était un grand farceur, il plaisante devant la caméra, il rit, il s’amuse avec d’autres collègues, il fait des blagues… il devait être un personnage très spécial.

nacho ares 5e rencontre internationale d'Ocultura

Quels sont les principaux mystères qui subsistent autour de la figure de Toutankhamon?

La mort, peut-être. On a toujours dit qu’il était mort d’un coup à la tête. Ensuite, le scanner réalisé en 2005 a montré que la cause du décès était peut-être une infection du genou gauche, mais, bien sûr, nous ne savons pas quelle était la cause de cette infection. Peut-être est-il tombé de la voiture, dans les escaliers, ou peut-être a-t-il été frappé en ouvrant le réfrigérateur, comme je l’ai dit une fois en plaisantant. Nous ne le savons pas. Et on ne sait rien de sa vie, on ne sait pas ce qu’il a fait.

Dans sa tombe, des peintures le représentant dans un char de guerre attaquant des Nubiens, des peuples étrangers, sont apparues dans certaines boîtes, et l’on pensait que ces scènes étaient un peu idéalisées et qu’il n’avait jamais pris part à aucune bataille. Mais des reliefs sont apparus à Louxor le montrant dans ces scènes de guerre et représentant des moments précis qui n’ont aucun parallèle dans l’histoire de l’art égyptien, comme un prisonnier dans une cage transportant un navire, qui doit être le chef de l’ennemi. Ces scènes sont suffisamment uniques pour être la représentation d’un événement réel. Ils étaient comme des photographies, pour ainsi dire, de ce moment. Et ce sont des reliefs montrant Toutankhamon en tant que pharaon dirigeant les troupes de l’armée.

Avec les analyses médico-légales qui ont été faites sur la momie, ils ont trouvé 40 ou 50 causes de décès et 40 ou 50 maladies différentes, il y a des études qui vous font mourir de rire des choses qui ont été dites sur lui. La plupart des médecins, lorsqu’ils voient la momie, disent : “Je ne vois rien de spécial ici, qui attire mon attention, pour dire que c’est la cause du décès, je ne vois aucune sorte de déficience, pas de boiterie, pas de pied bot…”.

Au-delà de ce pharaon, quelles autres grandes questions se posent sur l’Égypte ancienne?

Il y en a un classique, qui est la façon dont les pyramides ont été construites. Aujourd’hui, personne ne le sait. Depuis qu’ils ont été construits, il y a près de 4 500 ans, nous avons lancé des possibilités. Hérodote, déjà au 5e siècle avant J.-C., a lancé la première théorie, mais nous continuons à les lancer et peut-être pouvons-nous nous rapprocher un peu plus de la vérité, mais nous ne savons presque rien.

Une autre que j’aime est de savoir où se trouvent les tombes des reines de la 18e dynastie, de la famille de Toutankhamon, qui est la plus importante de l’histoire égyptienne. Nous ne savons pas où sont les tombes des reines, nous n’en avons aucune idée. C’est l’une des grandes énigmes. Il y a aussi d’autres classiques, comme l’endroit où se trouve la tombe de Cléopâtre ou d’Alexandre le Grand. Et à partir de la période suivant Alexandre le Grand, lorsqu’il est arrivé en Égypte au IVe siècle et que son général Ptolémée a hérité du gouvernement, il a fondé une nouvelle dynastie, les Ptolémées, mais nous n’avons pas trouvé une seule tombe de ces rois. Il existe de nombreuses énigmes d’un point de vue archéologique et historique qui restent à élucider.

nacho ares 5e rencontre internationale d'Ocultura

Espérez-vous qu’un jour tous ces mystères seront élucidés?

Je pense qu’ils vont émerger petit à petit, mais j’espère que ce sera un long processus et je suis convaincu qu’au fur et à mesure que les mystères seront résolus, d’autres apparaîtront. Le jour où nous saurons tout sur l’Égypte, elle perdra son charme.

En tant que vulgarisateur, qu’est-ce qui, selon vous, rend l’Égypte ancienne si fascinante pour le public?

On m’a souvent posé cette question, à savoir pourquoi elle est si attrayante. Et c’est vrai, il y a une demande du grand public pour les sujets égyptiens. Ceux d’entre nous qui ont travaillé dans la presse écrite savent qu’une couverture de Toutankhamon se vend dix fois plus que celle d’une amphore ou d’une statue romaine. Peut-être que dans notre inconscient, quelque chose nous rappelle à nos origines. Nous avons de nombreux éléments de la culture pharaonique dans nos jours qui passent inaperçus et nous ne savons pas ce qu’ils sont, mais nous ressentons cet appel d’attention de tout ce qui est égyptien. C’est peut-être l’une des raisons pour lesquelles, au-delà de l’esthétique et du mystère qui entoure absolument tout, je pense qu’il est également très important que nous soyons les héritiers d’une culture égyptienne. Nous oublions souvent que Rome et la Grèce se sont inspirées de l’Égypte. L’art grec ancien, par exemple, est de l’art égyptien, c’est la même position de la jambe gauche en avant, le même hiératisme… c’est absolument égyptien. Et avec Rome, c’est la même chose.

ARTICLES CONNEXES

Subscribe
Notify of
guest
0 Comments
Inline Feedbacks
View all comments

ARTICLES CONNEXES

0
Would love your thoughts, please comment.x
()
x