8 C
Zaragoza
5 C
Huesca
0.6 C
Teruel
23 abril 2024

La chartreuse de Las Fuentes, un joyau du baroque dans la région des Monegros

Dans les Monegros, entre les champs de Lanaja, Sariñena et d’autres localités de la région, se trouve l’un des joyaux les plus importants de l’architecture baroque aragonaise. Il s’agit de la chartreuse de Nuestra Señora de Las Fuentes, qui occupe une superficie de pas moins de 60 000 mètres carrés et dont la richesse patrimoniale a conduit le gouvernement d’Aragon à la déclarer Bien d’intérêt culturel en 2002. Les peintures de Manuel Bayeu, les sculptures de Carlos Salas et l’ensemble architectural de style baroque tardif, influencé par Ventura Rodríguez, sont ses principaux atouts.

“Il s’agit de l’un des ensembles baroques les plus importants d’Aragon, tant pour son plan architectural et l’œuvre du sculpteur Salas que pour la grande masse des peintures de Manuel Bayeu”, affirme José Manuel Pesqué, coordinateur de la restauration d’une chartreuse commencée en 1717 et qui, grâce au mécénat des frères Comenge, qui ont encouragé les travaux, a été achevée 60 ans plus tard, en 1777.

Vue extérieure de la chartreuse de Monegros. PHOTO : Marcos Díaz

Le résultat est un ensemble formidable qui accumule plus de 2 000 mètres carrés de peintures murales réalisées par Fray Manuel Bayeu, frère de Francisco Bayeu, qui fut également peintre de la chambre du roi et beau-frère de Francisco de Goya. En raison de ses dimensions, elle est considérée comme l’un des trois ensembles picturaux les plus importants de la Communauté, avec la basilique du Pilar et la chartreuse de l’Aula Dei, à Peñaflor.

Détail de la voûte de la chartreuse de Nuestra Señora de Las Fuentes. PHOTO : Marcos Díaz

Au monastère de Montserrat, le frère Manuel Bayeu a représenté des épisodes de la vie de la Vierge Marie dans la voûte, tandis qu’il a consacré les peintures des murs du périmètre à la Passion du Christ. Son œuvre à la chartreuse comprend également un cycle de peintures à l’huile sur toile sur la vie de saint Bruno et la décoration du cloître des chapelles, où il a également peint des autoportraits.

L’un des ensembles picturaux les plus importants d’Aragon

La beauté des peintures murales, pleines de mouvement et d’expressivité baroque, est l’un des principaux attraits de la chartreuse, qui surprend le visiteur dès l’entrée par sa voûte.

Chartreuse de Nuestra Señora de Las Fuentes. PHOTO : Marcos Díaz

À propos de l’auteur, Pesqué nous dit qu’il est entré dans l’ordre le 6 décembre 1760 en tant qu’aspirant don, “le plus bas des grades de la carrière ecclésiastique”. De son arrivée, il note que beaucoup d’aspirants avaient déjà un métier, comme c’était le cas de Bayeu, car la communauté “s’intéressait non seulement aux vocations, mais aussi à leur utilité”.

“C’était un chartreux un peu anarchiste, car il lui fallait généralement un an et demi pour atteindre le rang de frère à partir du moment où il entrait comme aspirant ; il lui a fallu 12 ans”, précise-t-il. Mais que faisait-il entre-temps ? “Il peignait cette chartreuse, la chartreuse de Valldemosa (à Majorque), la chartreuse de San Pedro Arbués, la cathédrale de Jaca, beaucoup de peinture de chevalet…”, explique l’expert.

Le tabernacle offert

La richesse picturale de l’ensemble est liée à la richesse sculpturale, qui a trouvé dans le tabernacle l’un de ses principaux représentants. Cette pièce de style baroque classique, œuvre de Carlos Salas et de Pedro Gutiérrez comme doreur, ne se trouve plus dans la chartreuse, car elle a été donnée dans la seconde moitié du XIXe siècle à la basilique du Pilar par Bernabé Romeo y Belloc, alors propriétaire de l’espace, en échange d’une messe qui serait célébrée chaque année pour son âme.

Couloirs du cloître de la chartreuse de Las Fuentes. PHOTO : Marcos Díaz

Ce fait met en évidence les difficultés que la chartreuse a subies tout au long de son histoire. Ainsi, pendant la guerre d’indépendance, elle a dû être abandonnée et, jusqu’à sa désaffectation en 1835, elle a été inhabitée à deux reprises et a fait l’objet de pillages et de saccages dont elle a souffert lors de l’invasion française.

Abandon et spoliation

Après quelque temps, la plupart des propriétés furent acquises par Francisco Romeo Martínez de Bengoa, et c’est en 1876 que Romeo y Belloc acheta la chartreuse. Romeo y Belloc voulut transformer le monastère en station thermale, une idée qui échoua, et la chartreuse passa aux mains de Mariano Bastarás, qui l’utilisa à des fins agricoles.

Le monastère a également souffert de la guerre civile, les milices républicaines et l’armée nationale l’ayant utilisé, ce qui a entraîné d’importants dégâts. Les différentes inscriptions des uns et des autres, que l’on peut voir dans différentes pièces du monastère, en sont la preuve.

Inscription de la colonne Durruti, dans la chartreuse de Monegros. PHOTO : Marcos Díaz

Des décennies plus tard, en 2002, le gouvernement d’Aragon a déclaré le monastère bien d’intérêt culturel, tandis que le conseil provincial de Huesca l’a acquis 13 ans plus tard, en 2015. Depuis lors, la chartreuse fait l’objet de travaux de restauration, notamment le remplacement ou le remplacement et la restauration des toitures, ainsi que des travaux sur la loge du portier, qui a été transformée en centre d’accueil des visiteurs et ne demande plus qu’à être meublée.

La restauration en cours

“La restauration de l’église a commencé par l’atrium, puis par la restauration des peintures de la nef. Aujourd’hui, la tribune est sur le point d’être achevée et nous allons restaurer sept scènes dans le transept et le chœur”, explique M. Pesqué.

Ces travaux comprennent également les travaux du cloître, dont le coût s’élève à 550 000 euros, tandis que les travaux de la toiture du bâtiment de l’obédience sont à l’étude, avec un coût estimé à 400 000 euros.

L’une des coupoles de la Chartreuse de Nuestra Señora de Las Fuentes, peinte par Manuel Bayeu. PHOTO : Marcos Díaz

La chartreuse peut désormais être visitée les samedis, dimanches et jours fériés de 11h00 à 14h00, bien qu’il soit possible de demander une visite en dehors de ces horaires. De plus, ce monastère fait partie du circuit qui comprend les deux autres chartreuses aragonaises, celles d’Aula Dei et de Peñaflor.

“Pour une visite guidée standardisée d’une heure et demie ou de deux heures, nous disposons d’un itinéraire parfaitement valable. Nous ajouterons des espaces au fur et à mesure que nous les restaurerons, mais nous devrons renoncer à certaines choses, car cette chartreuse est immense”, conclut M. Pesqué.

ARTICLES CONNEXES

Subscribe
Notify of
guest
0 Comments
Inline Feedbacks
View all comments

ARTICLES CONNEXES

0
Would love your thoughts, please comment.x
()
x