35.5 C
Zaragoza
35.5 C
Huesca
22.4 C
Teruel
13 agosto 2022

Interview de Carlos Pauner, alpiniste international aux 14 huit-mille: “L’immédiateté nuit à la haute montagne car il n’y a pas de raccourcis”

Carlos Pauner (Jaca, 1964) a débuté dans l'alpinisme grâce à un livre. Il appartient à une génération éloignée de l'immédiateté, c'est sans doute pour cela qu'il s'est intéressé à la solitude des montagnes et qu'il a tenté de réaliser l'un des défis les plus complexes qui soit : atteindre les 14 huit mille, les plus hauts sommets de la planète. Il est le quatrième alpiniste espagnol à y parvenir.

Jaca est votre ville natale. C’est là qu’est née votre passion pour l’alpinisme?

J’ai grandi à Jaca, mais seulement jusqu’à l’âge de huit ans, lorsque nous sommes venus à Saragosse. Mais comme ma grand-mère était toujours à Jaca, nous y avons passé toutes les vacances d’été, de Pâques et de Noël. La passion de la montagne a commencé dans les camps, mais la passion de l’escalade a commencé à Jaca, dans une librairie, un matin de Pâques 1980, lorsque j’ai vu un livre d’un alpiniste français, Hielo, Nieve y Roca de Gaston Rebuffat. La couverture est spectaculaire car on y voit un alpiniste suspendu à un toit dans les Alpes et j’ai acheté le livre parce qu’il a attiré mon attention. Je l’ai feuilleté et je me suis rendu compte que ce que je voulais vraiment faire, ce n’était pas marcher dans les montagnes mais escalader des montagnes, ce qui est deux choses bien différentes. Ce même mois de mai, je suis devenu membre de Montañeros de Aragón et je me suis inscrit à des cours d’escalade et j’ai appris à connaître les techniques et les personnes avec lesquelles j’ai commencé à sortir tous les week-ends, à partir de 15 ans, à Morata, à Riglos.

Vous vous décrivez toujours comme un fier Aragonais, cela a-t-il toujours été votre drapeau?

Oui, la vérité est que pour une série de raisons professionnelles liées à la montagne, j’ai voyagé pratiquement dans le monde entier. Et vous vous rendez compte que nous avons un territoire qui n’a rien à envier à aucun autre. Si je devais voyager dans le monde entier et choisir un endroit où vivre, je vivrais en Aragon, je n’ai aucun doute là-dessus. Nous avons tout: nous avons des paysages, nous avons de bonnes personnes, de l’espace, des montagnes, des rivières… être aragonais est une fierté pour moi et encore plus étant un pays de montagnes. L’Aragon est un territoire montagneux, au sein d’un pays montagneux comme l’Espagne, qui est le deuxième plus montagneux d’Europe. Je suis donc très fier d’avoir les montagnes à portée de main et d’être originaire de cette terre.

Des Pyrénées à Teruel ? Quelles montagnes choisissez-vous?

Si je devais choisir une des montagnes de notre pays, je dirais qu’il y en a une qui est spectaculaire dans la partie française des Pyrénées, mais bon, les Pyrénées sont une unité géomorphologique qui ne comprend pas les frontières. C’est le Midi d’Ossau. C’est la meilleure région de toutes les Pyrénées pour l’escalade. Ensuite, comme haute montagne, je choisirais le Posets, qui est une montagne solitaire comme j’aime, et c’est une vallée, la vallée de Gistaín, qui a été peu transformée et on se sent comme quand on avait 12 ans, et j’aime ça. Je choisirais aussi le Tozal de Mallo, cette paroi de 400 mètres de haut à Ordesa où nous grimpons depuis notre enfance et où nous avons vécu des aventures d’escalade extraordinaires. Ce sont les trois icônes des Pyrénées et les endroits où j’ai probablement été le plus souvent.

Vous parlez de la transformation des montagnes, pensez-vous qu’elles ont été trop transformées en Aragon?

Nous avons encore la chance d’avoir un environnement qui n’a pas été beaucoup transformé. Il existe de nombreux endroits dans les Alpes où la transformation a été radicale. Ici, en Aragon, elles ont été partiellement transformées, les glaciers ont également été réduits et cela a transformé l’aspect des montagnes, mais elles n’ont pas été beaucoup plus humanisées, et de grandes infrastructures n’ont pas été construites. Disons qu’elles ont un peu changé mais elles ont toujours des valeurs naturelles extraordinaires et si vous voulez être seul, vous pouvez trouver des milliers d’endroits si vous vous éloignez de la vallée d’Ordesa et de l’Aneto, plus classiques.

Mais ce sont des endroits qui nous ont mis sur la carte.

Oui, et c’est tout à fait normal. C’est pourquoi je ne suis pas un grand fan des règlements. À l’époque où nous vivons, on a tendance à vouloir tout réglementer. Bientôt, nous devrons essayer de sortir dans la rue avec un manuel de contrôle comme celui des avions. Je pense qu’il y a des endroits qui attirent les gens, et ce sera toujours le cas, comme Ordesa parce que c’est un parc national et Aneto parce que c’est la plus haute montagne. Il y aura toujours plus de gens que dans d’autres endroits. C’est ce qui se passe dans l’Himalaya avec l’Everest, il attire toujours plus de monde car c’est le toit du monde, alors qu’il y a d’autres montagnes himalayennes comme l’Annapurna ou le K2 où il y a peu de monde. C’est un mal intrinsèque de l’être humain : nous sommes attirés par les mêmes choses et les gens sont libres d’aller sur la montagne qu’ils veulent quand ils veulent.

Le K2 était votre premier huit-mille. Quel souvenir gardez-vous de cette expédition?

C’était en 2001. J’avais déjà l’expérience des huit mille, je n’avais pas encore gravi de sommet mais j’étais allé au Kanchenjunga, qui est la troisième plus haute montagne du monde, à l’Everest sur la face nord, au Broad Peak et le premier sommet était le K2. Je m’en souviens très bien car c’était l’expédition parfaite et depuis lors, il y a toujours eu des problèmes. Nous étions quatre amis d’ici qui se connaissaient très bien, c’était une montagne difficile, nous étions pratiquement seuls, nous avons dû travailler dur mais à la fin nous avons obtenu la récompense d’un sommet mythique. Je pense que le K2 est la plus belle montagne qui existe parmi toutes les montagnes.

Elle vous a donné beaucoup de joies mais aussi quelques peines…

C’est beaucoup d’années. Pour gravir les 14 huit-mille de la fin, il y a eu environ 30 expéditions, plus de mille jours de vie sur les glaciers ou sur la glace. Il y a des bons moments et des mauvais moments… c’est inévitable. J’ai perdu des personnes très proches de moi, il y a des moments de joie, de satisfaction, de collaboration… la balance s’équilibre toujours car sinon je n’y retournerais pas. Ce sont des mauvais moments qui ne ternissent pas les grands moments.

Quelle est la situation de l’alpinisme aragonais?

Je pense que l’alpinisme aragonais est actuellement très bien doté en termes d’escalade et d’escalade sportive, également en termes de difficulté… En termes d’escalade en grande montagne, c’est un peu boiteux ; je pense qu’il n’y a pas beaucoup de changement de génération, je suis peut-être l’un des derniers d’une génération qui ne se gênait pas pour passer deux mois loin de chez elle en montagne, dans des conditions un peu plus difficiles et je pense que maintenant les jeunes n’ont pas envie, ils veulent des choses plus immédiates. Nous sommes dans une période d’immédiateté, je veux faire les choses rapidement, je n’ai pas la patience de m’entraîner, de me déplacer et de devoir ensuite subir des privations. Heureusement, j’ai un coéquipier d’Aragon qui est jeune et cette année j’ai pu sortir avec lui et je peux voir qu’il a ce qu’il faut et qu’il peut faire des choses dans le monde de la haute montagne, c’est Andrés Vilalta, de Monzón. Il est extraordinaire et l’un des rares relais, parce qu’il n’est pas facile de trouver des gens qui sont prêts à le faire.

L’immédiateté a-t-elle remplacé la culture de l’effort?

Dans les conférences que je donne aux plus jeunes, je me rends compte qu’ils ne comprennent pas la culture du travail acharné, de la réalisation de défis très difficiles qui demandent beaucoup de préparation. J’ai toujours été à l’aise dans l’effort, dans l’effort pour atteindre un objectif difficile, j’ai apprécié ce moment où vous êtes sur le chemin. Il ne m’a pas été difficile de m’entraîner, il ne m’a pas été difficile d’être froid parce qu’au fond, c’était ce que je voulais et la satisfaction d’y parvenir m’a complètement rempli. Aujourd’hui, la situation a changé et les gens veulent que tout soit plus rapide. Les gens ne lisent plus et ne regardent plus de longues vidéos, tout doit être court et cela s’est également répercuté sur l’effort. Les personnes qui n’ont jamais couru auparavant veulent courir un 5 km le mois suivant. Tout doit être rapide et cela se fait au détriment des personnes qui veulent aller en haute montagne car il n’y a pas de raccourcis, c’est une longue route avec des conditions difficiles.

Aujourd’hui les jeunes ne lisent pas et vous avez commencé à lire en montagne, quel est le livre qui a accompagné votre vie?

Je n’ai pas lu beaucoup de livres sur la montagne parce qu’étant tellement immergée et passant presque six mois par an dans les montagnes, j’ai envie de me déconnecter. Le livre Glace, neige et roche de Gaston Rebuffat m’a marqué parce qu’il parle du rêve, de l’effort d’aller petit à petit… C’est un livre d’autrefois, qui cherche la technique spirituelle et je suis de cette vieille école. J’ai toujours été guidée par des sensations, des expériences et des rêves. Je suis issu d’une époque de rêveurs de montagne, qui rêvaient de mettre les pieds là où les yeux étaient posés, comme disait Gaston Rebuffat.

Nous réalisons cette interview à l’IAACC Pablo Serrano de Saragosse. Quelle est la relation entre le sport et l’art?

L’art et le sport sont liés car, si l’on regarde les montagnes que l’on aime le plus escalader et celles qui nous attirent le plus, ce sont les plus belles. En fin de compte, ce que recherche un grimpeur, ce sont ces lignes pures et belles, ces arêtes vives, ces parois verticales… ce qui nous attire le plus, ce n’est pas seulement la difficulté, mais aussi la beauté de la montagne. Il y a beaucoup d’art dans les montagnes et leurs environs, les glaciers, les forêts, les vallées… ils sont plastiquement très beaux. La vue du sommet est quelque chose de très beau et vous restez là à la regarder pendant des heures. La beauté des montagnes est un élément à ne pas sous-estimer. Des lignes belles et attrayantes pour marcher, c’est ce que recherche un grimpeur.

Vous êtes plongés dans Descubre tu Tierra, un projet mené en collaboration avec le torero Imanol Sánchez qui veut diffuser les aliments nobles de l’Aragon, de notre terre et de notre peuple, en somme.

Discover your land est un programme spécifique pour les réseaux sociaux qui de manière ludique et étant à la fois prescripteurs d’un produit ou d’un lieu ce que nous faisons est de le faire connaître à la première personne, en nous approchant d’une aventure. Nous avons commencé par Alimentos de Aragón avec un programme de découverte des artisans qui possèdent le label de qualité décerné par le gouvernement d’Aragon, et nous avons poursuivi cette année avec les magasins spécialisés. En chemin, nous avons abordé à la première personne et de manière ludique différents lieux de l’Aragon. Deux d’entre elles ont éveillé ma curiosité : La Muela et l’activité de VTT que l’on peut pratiquer dans cette ville située à 15 kilomètres de Saragosse. A Utrillas aussi, l’enclave minière, les vieilles installations, le vieux train à vapeur qu’ils ont mis en marche une fois bénévolement pour un tour de 3 kilomètres autour du village qui est très agréable….

Recommandez-vous un restaurant à Aragon?

Casa Gervasio à Alquézar, j’aime beaucoup et je pense que c’est dans un endroit incroyable: le Vdeor, le mur d’escalade, le village médiéval lui-même et la nourriture en font un endroit extraordinaire. Un autre que j’aime à Saragosse est Mesón Martín.

Un plan pour le tourisme en Aragon?

Une excursion que j’aime beaucoup et que je monte plusieurs fois est la Peña Oroel à Jaca. C’est une excursion pour toute la famille, un point de vue en retrait des Pyrénées, avec plusieurs sentiers à gravir. Je pense que le chemin d’El Lobo est particulièrement beau parce qu’il traverse toute la forêt et qu’on arrive au sommet et qu’on voit toutes les vues de l’avalanche des Pyrénées en arrière-plan, on s’approche de la croix et on voit toutes les falaises de la face sud et ensuite on descend au point de vue et on peut manger des côtelettes. C’est incroyable!

ARTICLES CONNEXES

Subscribe
Notify of
guest
0 Comments
Inline Feedbacks
View all comments

VOUS POURRIEZ ÊTRE INTÉRESSÉ PAR

0
Would love your thoughts, please comment.x
()
x