18.4 C
Zaragoza
19 C
Huesca
15.3 C
Teruel
16 octubre 2021

María Lanzón : “Aragón est bien positionnée sur la carte de l’automobile grâce à la qualité de ses installations”

. Depuis 2003, elle s’efforce de rendre plus visible le rôle des femmes dans ce sport masculinisé. Nous avons parlé de sa carrière, du rôle d’Aragon dans ce sport, une terre par laquelle sont passés de grands pilotes.

Comment s’est déroulée votre carrière dans le journalisme?

Ma passion a toujours été le sport et la communication, ce qui a sans aucun doute marqué l’ensemble de ma carrière. J’ai commencé à El Periódico de Aragón et j’ai ensuite travaillé dans le département marketing d’une multinationale. Ces deux expériences antérieures, même si cela fait maintenant 18 ans que je travaille à la Fédération Royale Espagnole de l’automobile (RFEA. Real Federación Española de Automovilismo), m’ont beaucoup aidé à forger les bases de ce que je suis professionnellement. Ma trajectoire a été comme ça, j’ai commencé par le journalisme, puis je suis passé au marketing et enfin au sport pour finir à la fédération.

Votre passion était le sport, mais lequel?

C’était en général, j’ai pratiqué tous les sports qu’on m’a proposés et ceux que j’ai expressément recherchés. Quand je suis arrivé à Madrid, la personne qui s’occupait de la presse à la RFEA venait de partir et ce fut l’occasion d’entrer en contact avec le sport et la communication de manière professionnelle. C’est cet alignement d’étoiles qui m’a permis de rejoindre le département de la communication de la Fédération du sport automobile en 2003.

Aviez-vous une passion pour la course automobile?

Ce n’était pas une passion expresse pour la course automobile, qui est un sport que j’ai aimé au fil des ans.

A-t-il fallu s’adapter rapidement à un secteur aussi spécifique?

Vous apprenez rapidement. Dès que vous faites de ce métier votre vie, il est facile de le comprendre, même s’il est aussi complexe que l’est notre sport, en raison des aspects techniques, il y a les véhicules, l’ingénierie de fond… Les premières années ont été très intéressantes du côté de la communication, j’ai eu l’occasion de rencontrer de nombreuses personnes que je n’aurais pas rencontrées autrement. Non seulement des pilotes comme Fernando Alonso, Carlos Sainz, mais aussi des organisateurs de courses de toute l’Espagne, des femmes qui se frayaient un chemin dans un monde aussi masculin que celui-ci et aussi des journalistes, mon univers était aussi d’entrer en relation avec eux et j’ai beaucoup appris d’eux. Les premières années, vous avez l’intensité de ce qui se passe quand vous commencez quelque chose de nouveau.

Vous êtes arrivé à un moment clé pour le sport automobile espagnol, en juin 2003.

J’ai rejoint l’entreprise lorsque Fernando Alonso a remporté sa première course, deux ans plus tard son premier championnat du monde, Carlos Sainz senior courait encore dans le championnat du monde des rallyes, le karting espagnol était une référence internationale… c’était une très bonne époque.

Est-ce que beaucoup de choses ont changé?

L’Espagne continue à se positionner internationalement à un très haut niveau dans le sport automobile, il est rare que nous n’ayons pas 20 ou 30 participants en compétition en dehors de nos frontières. Il y a eu une évolution, tout comme les courses et les championnats ont évolué, mais le niveau reste très élevé. Nous avons également d’autres points positifs : il y a plus de femmes qui participent à des compétitions, qui organisent des courses, qui agissent en tant qu’officielles… Oui, il y a eu une évolution, mais à mon avis, elle est positive. Même les mauvaises années nous ont appris à chercher des moyens d’aller de l’avant.

Avant d’aborder la question des femmes …. Quelle est la présence d’Aragon dans le monde de la course automobile, comment se positionne-t-elle?

L’Aragon est très bien positionné sur la carte des courses automobiles, surtout en raison de la qualité de ses installations et de ses organisateurs ; c’est une communauté autonome forte en termes de courses. Ce week-end, il y avait une course tout-terrain à Zuera, puis bien sûr la Baja Aragón qui est une institution en Aragon, il y a Motorland, le circuit international de karting à Zuera, le circuit d’autocross à Esplús, et il y a des organisateurs très puissants au niveau national et international.

MARÍA LANZÓN : “MOTORLAND EST L’UNE DES INSTALLATIONS LES PLUS COMPLÈTES, PROBABLEMENT LA PLUS COMPLÈTE D’ESPAGNE”.

Et tout ce qui bouge économiquement.

Pour donner un exemple, chaque fois qu’il y a un événement de karting dans le championnat espagnol, plus de 150 pilotes se réunissent, qui ont entre 7 et 20 ans en moyenne. Ils sont tous accompagnés de leur famille, parents, frères et sœurs, mais aussi de mécaniciens… C’est un chiffre qui se traduit par une occupation et une consommation hôtelière dans toute la zone d’influence. À Alcañiz, chaque fois qu’il y a des courses au Motorland, les hôtels sont pleins et il y a une vie très spéciale.

Quelle est votre présence à Motorland?

Nous allons à Motorland chaque année parce que nous courons sur le grand circuit ainsi que sur le circuit de karting et sur l’autocross. Il est vrai que Motorland est l’une des installations les plus complètes, probablement la plus complète d’Espagne ; dans le même espace, vous pouvez faire plusieurs spécialités de course automobile.

Malgré le fait qu’il s’agisse d’un investissement très critiqué.

Lorsque les investissements sont durables, qu’ils génèrent des affaires et qu’il y a de l’emploi, leur création est positive.

Quelle est votre discipline de sport automobile préférée?

Ce que j’aime le plus, c’est le karting, c’est la base du sport, c’est là que les jeunes promesses commencent, vous êtes en contact avec les pilotes et leurs familles et c’est un environnement qui est très gratifiant pour moi. En Aragon, Karting Zuera et Motorland Aragon sont les points de référence et tous deux organisent des courses chaque année. Depuis leur création il y a plus de dix ans, tous deux ont accueilli des compétitions internationales de haut niveau. Carlos Sainz a couru à Zuera et à Alcañiz, et aussi Max Verstappen, George Russell… Tout jeune pilote de la génération de Carlos Sainz qui concourt en F1 a couru à Zuera. C’est très important.

MARÍA LANZÓN : “TOUT JEUNE PILOTE DE LA GÉNÉRATION DE CARLOS SAINZ QUI PARTICIPE À LA F1 A COURU À ZUERA”.

Pendant cette période, il y a eu deux présidents à la RFEA. Je suppose que cette question vous a été posée de nombreuses fois mais… comment une femme peut-elle s’affirmer dans ce secteur ?

Vous donnez de l’importance à votre travail par votre travail quotidien, en gagnant le respect des gens, en donnant des résultats, en étant décisif… Bien que la majorité des gens soient des hommes, vous gagnez la confiance par votre travail quotidien. J’attache une grande importance aux relations personnelles.

Combien de femmes travaillent dans le sport automobile ?

En ce qui concerne les femmes fédérées, fin 2019, nous avions 1 800 femmes dans le sport automobile entre les athlètes et les officiels. Un peu plus de 800 sont des officiels, c’est-à-dire ceux qui font office d’arbitres, de techniciens, de commissaires, d’organisateurs de courses, de questions médicales… Sur le total, les femmes représentent entre 11 et 12%, ce qui est un motif de satisfaction car la tendance est à la hausse, il y a 15 ans, elles étaient 5%.

La présence des femmes dans le monde du sport automobile a évolué. De la quasi inexistence à l’occupation de postes de direction en passant par le rôle de mannequin, comment cela a-t-il évolué?

Oui, en plus, ces hôtesses n’avaient pas de licence de course automobile et ne représentaient pas une participation féminine. Il y avait autrefois quelques femmes qui organisaient des courses, ou des pilotes et des copilotes dans certains clubs, mais elles se comptaient sur les doigts d’une main. Il est vrai que ces dernières années, le sport s’est professionnalisé et il y a quelque chose de très important, ce n’est pas seulement de voir des officiels ou des femmes pilotes et copilotes, il y a de plus en plus de femmes ingénieurs et mécaniciens. C’est intéressant car c’est une source d’inspiration pour les filles qui ont besoin de se voir reflétées dans l’avenir.

La fédération travaille-t-elle sur ce point?

L’un de nos objectifs, notamment dans le domaine des femmes et du sport automobile, est de rendre visible la présence des femmes dans tous les domaines de la course, dans tous les aspects liés à la course automobile. Il existe des écoles d’ingénieurs et de mécaniciens qui, en plus d’avoir leurs propres équipes, ont également leurs propres écoles qui proposent des masters et des cours de troisième cycle liés à l’ingénierie et à la mécanique de course. Ils essaient tous de promouvoir la présence des femmes car il est vrai qu’elles sont minoritaires. Ce que nous encourageons à la RFEA, c’est que les gens, hommes et femmes, participent de plus en plus en tant que fonctionnaires.

Vous êtes aussi au conseil d’administration de la RFEA. Quel est l’intérêt de cette double vision de la communication et des femmes au sein du conseil d’administration?

Je pense que plus vous avez de possibilités de contribuer à différents forums, plus vous les enrichissez. Dans ce cas, je le fais à partir du conseil d’administration, de la commission femmes et conduite, de la commission conduite inclusive ou du département communication. J’aimerais avoir un poste de direction, au-delà de ce que cela peut signifier sur le plan personnel, j’aimerais être une inspiration pour d’autres femmes.

En Aragon, il y a beaucoup de femmes leaders dans le domaine de la communication qui travaillent à l’intérieur et à l’extérieur de la communauté, quelle importance accordez-vous à ce leadership féminin pour faire avancer la société?

C’est très important. Bien souvent, nous sommes excessivement prudents ou circonspects lorsque nous parlons de nous-mêmes ou de notre travail. Nous devons parler de nous à voix haute, nous devons communiquer, nous devons utiliser les haut-parleurs, nous devons dire ce que nous faisons pour que d’autres femmes sachent ce que nous faisons et sachent qu’elles peuvent réaliser leurs aspirations. Il est important que nous n’ayons pas peur de dire ce que nous faisons.

Comment donnez-vous cette voix et cette présence aux femmes dans les courses?

Personnellement, c’est une chose que j’aime faire et à laquelle j’accorde une attention particulière à travers l’espace Femmes et Sport Automobile. La fédération doit rendre visible ces pilotes qui, après de nombreuses années et avec beaucoup d’efforts, obtiennent des résultats importants, sont allés hors d’Espagne pour concourir… La fédération doit rendre ce travail visible et il est important que leurs efforts aient un impact sur la société. Pour moi, le sport est l’environnement idéal pour travailler sur le dépassement de soi, le leadership et la compétitivité.

Est-il lié à l’héritage de María de Villota?

C’est un autre projet qui me passionne personnellement. Son héritage est plus vivant que jamais, et les valeurs que María et son héritage ont défendues contribuent à inspirer les gens dans le sport automobile et au-delà : le désir d’exceller, l’esprit de sacrifice, le travail acharné, le respect… des valeurs fondamentales dans le sport. La fédération a lancé un projet avec l’héritage en 2019 pour aider à sensibiliser la famille de la course automobile aux questions sociales, avec la nécessité de collaborer avec les familles à risque d’exclusion sociale.

Vous avez quitté Saragosse pour faire vos études et vous vous êtes retrouvée à Madrid par amour. Comment avez-vous vécu votre départ de Saragosse?

Saragosse et Aragón sont mes racines et j’en serai toujours fier. J’ai la chance d’être très proche de l’AVE et de la voiture, mais la réalité est que vous vivez loin et que beaucoup de choses vous manquent, surtout le côté humain, comme la famille et les amis… mais aussi les aspects plus banals comme se déplacer dans la ville à pied ou la culture des tapas et des apéritifs, cette vie de rue de Saragosse qui pour moi n’a pas de prix.

Pouvez-vous nous recommander un restaurant où manger à Saragosse?

El Palomeque.

Un plan de week-end à Saragosse

Mon plan idéal à Saragosse est de me promener avec mon père dans le Casco Viejo, car mon père est la meilleure encyclopédie que l’on puisse trouver à Saragosse. J’adore l’écouter raconter l’histoire de Saragosse.

Lieu, histoire…?

Je suis fasciné en regardant le manteau mudéjar de La Seo, je ne sais pas ce qu’il a, mais chaque fois que je vais à Saragosse, j’essaie toujours de passer devant. Et aussi la Torre de la Madalena. J’essaie toujours de faire ce parcours avec mon père.

ARTICLES CONNEXES

Subscribe
Notify of
guest
0 Comments
Inline Feedbacks
View all comments

VOUS POURRIEZ ÊTRE INTÉRESSÉ PAR

0
Would love your thoughts, please comment.x
()
x