35.5 C
Zaragoza
35.5 C
Huesca
22.4 C
Teruel
13 agosto 2022

Jorge Valera (DSV) : “Toute entreprise aragonaise qui investit en Chine prend la bonne décision”

Jorge Valera est responsable du trafic avec la Chine pour la multinationale danoise DSV Air & Sea. Cet Aragonais a été l’un des responsables du lancement de la liaison ferroviaire entre Saragosse et la Chine via le terminal maritime de Saragosse.

Comment est née votre passion pour la Chine ?

J’aimais beaucoup lire sur l’URSS, je voulais aller en Russie, mais ce n’était pas possible. Je suis allé en Chine pour la première fois à l’âge de 18 ans pour travailler en tant que freelance ; je cherchais des produits en Chine pour les vendre en Espagne. Mon oncle avait une société commerciale, qui importait des produits en Chine. Comme j’étais dans son bureau et que c’était l’époque où la Chine commençait à faire des pages web pour ses produits, et que de manière relativement facile vous pouviez contacter les entreprises pour obtenir leurs produits, je me suis dit, pourquoi n’irais-je pas parler directement avec les usines ? Je suis allé à Foshan, dans le sud de la Chine. C’est une ville très connue car c’est le principal fabricant chinois de céramiques, de salles de bains, de robinets et de meubles. J’ai d’abord commencé par l’industrie dentaire, où travaillait mon oncle. Très vite, je suis entré dans le secteur de la construction lié à ces produits, qui était à l’époque le boom, c’était juste avant la crise.

C’est pour cela que vous êtes revenu en Espagne ?

Non, parce que je me suis inscrit à des études de commerce à l’université de Saragosse. Je combinais cela avec la recherche de produits en Chine. Dans notre université, il y avait plusieurs entreprises avec lesquelles on pouvait faire des stages, mais seulement deux qui pouvaient m’envoyer en Chine : Imaginarium, qui m’a rejeté lors de l’entretien que j’ai passé à cause de mon niveau d’anglais ; et Pikolin, où ils m’ont dit qu’ils n’avaient personne en rapport avec les achats dans le département. J’ai poursuivi le responsable des RH dans les salons de l’emploi. Au deuxième salon de l’emploi, je l’ai convaincu de me proposer un stage et j’ai pu entrer dans l’entreprise.

Comment s’est passé votre travail chez Pikolin ?

J’y ai passé trois ou quatre mois, à m’occuper des produits qu’ils importaient de Chine, des douanes, puis j’ai commencé à examiner les factures et à négocier avec les transitaires, ce que je fais maintenant. Un jour, le directeur général d’une de ces sociétés de transitaires à Valence m’a dit qu’il voulait voir mon patron à Saragosse, mais qu’il ne pouvait pas l’accompagner et m’a envoyé à la réunion. Juste avant la réunion, il m’a dit qu’ils allaient fermer le bureau en Chine et qu’il était désolé car il savait que j’y étais allé pour aller en Chine.

Comment s’est déroulée cette réunion ?

Quand je lui ai donné la carte de visite, comme on le fait en Chine, il m’a dit : “Êtes-vous allé en Chine ? Quand j’ai répondu oui, il m’a dit qu’ils cherchaient quelqu’un pour aller en Chine. À ce moment-là, je lui ai dit qu’ils venaient de m’annoncer qu’ils fermaient le bureau en Chine. Le directeur général de Transped, comme s’appelait la société, m’a dit que je pouvais commencer la semaine suivante. J’ai passé six mois à Valence et de là, je suis allé en Chine où j’ai passé presque 10 ans.

Quel était votre rôle chez Transped ?

J’étais à Xiamen pour développer les affaires avec l’Espagne et l’Amérique latine et me concentrer sur le secteur maritime. Pendant mon séjour en Chine, j’ai rejoint DSV, une entreprise danoise. J’y suis depuis 10 ans et j’ai occupé 9 postes différents. J’ai d’abord été impliqué dans les relations commerciales entre l’Espagne et l’Amérique latine, puis dans les denrées périssables, et enfin dans le fret aérien, ce qui était ce qui me plaisait le plus. J’ai été le responsable des négociations de DSV en Chine pour les marchandises. Je me suis spécialisé dans les aéroports secondaires de la Chine, ce que serait Zaragoza ici en Espagne. Dans les petites villes, avec des aéroports secondaires, ce sont des villes où le train s’arrête aussi. C’est là que j’ai commencé à apprendre la logistique des trains. Ce sont des villes qui se sont développées sur le plan logistique.

Pourquoi revenez-vous définitivement en Espagne ?

J’ai quitté la Chine il y a 5 ans à cause d’une pneumonie qui m’a laissé très affecté. Je suis le fan numéro un de Saragosse et quand j’ai revu cette ville, j’y suis resté et j’ai récupéré très vite. J’ai continué à travailler pour DSV à partir d’ici, j’ai commencé à développer la partie Chine-Espagne et je me suis rapidement lancé dans la logistique ferroviaire. J’ai vu que les connexions entre ces deux pays étaient très faibles et nous avons travaillé pour amener les premiers trains de Chine en Espagne.

Jorge Valera et la délégation chinoise de DSV avec la délégation de Saragosse, le maire de Saragosse de l’époque, Pedro Santisteve, à Wuhan.
Comment les premiers trains sont-ils arrivés à Saragosse ?

En Chine, j’ai beaucoup travaillé avec l’Allemagne et la Pologne, mais ces trains ne descendaient pas de Chine en Espagne. Quand je suis revenu en Espagne, nous avons travaillé sur cette connexion et, comme je suis tellement “maño”, au lieu de les amener à Madrid et Barcelone, je les ai emmenés à Saragosse. Nous avons commencé une très bonne relation avec TMZ, une relation qui est très bonne aujourd’hui. Nous avons fait les premières consolidations, un conteneur où nous mettons les cargaisons de nombreux clients. En 2017, le maire Pedro Santisteve et la conseillère Marta Gastón se sont rendus à TMZ pour voir les produits consolidés qui étaient arrivés de Chine, et en 2018 nous avons refait la même chose pour le premier train d’exportation Saragosse-Chine, qui est arrivé dans une ville très éloignée en Chine, Hami.

Vous avez également pu vous rendre à Wuhan dans le cadre d’un projet avec la ville de Saragosse.

En 2019, nous nous sommes rendus à Wuhan avec le maire en Chine pour développer la connexion aérienne et ferroviaire entre la Chine et Saragosse. C’était un événement très cool, nous avons signé un accord avec le maire de Wuhan pour mettre en place des avions et des trains avec la ville. Nous avons commencé à fabriquer des conteneurs et certains ont été envoyés par avion, mais avec le train nous n’avons pas réussi à faire des trajets. Six mois plus tard, le covid est arrivé.

Fermeture de la liaison ferroviaire et aérienne Saragosse-Chine à Wuhan quelques mois avant la pandémie de coronavirus.
Quel type d’entreprises utilise cette connexion ?

Principalement l’automobile et le textile.

En 2020, DSV était chargé de gérer la grande majorité des masques importés de Chine en Espagne, notamment l’importation d’équipements sanitaires pour le ministère espagnol. Comment était ce travail ?

Horrible. C’était la plus grande pression de travail que j’ai connue dans ma vie, ainsi que celle de mon patron et de tous mes collègues. Nous ne nous reposions pas un jour, nous travaillions de 5 heures du matin à 11 heures du soir. Nous nous relayions pour dormir. Nous nous relayions pour dormir, la Chine changeait les règles chaque semaine… Nous avons déplacé plus de 100 avions et 7 ou 8 trains. Il faut tenir compte du fait que 40 conteneurs tiennent dans un train et 9 dans un gros avion. L’un des trains que nous avons chargés est inscrit au Guinness World Records. Il a parcouru 14 133 kilomètres en train jusqu’à Madrid avec près de 60 millions de masques.

La gestion de l’importation depuis la Chine a été très critiquée.

Selon certains rapports, le produit n’arrivait pas correctement, mais ce que j’ai vu dans d’autres pays était identique ou bien pire. L’Espagne est l’un des pays qui a commencé à fournir le produit le plus rapidement, quoi qu’on en dise. La gestion du ministère de la Santé ne m’a pas semblé mauvaise, elle était bien gérée et elle a réussi à fournir suffisamment de produits par rapport aux autres pays.

Vous avez également apporté des masques pour la mairie de Saragosse.

Il y a eu une commande que nous avons apportée à la mairie de Saragosse. Je dois dire qu’Azcón s’y connaît en affaires et m’a appelé personnellement par téléphone pour gérer la question des masques. Il m’a invité dans son bureau pour parler de la Chine, de la manière dont Saragosse peut être plus présente, etc.

Quels projets d’amélioration des relations avec la Chine avez-vous explorés ensemble ?

Je travaille sur un projet que je ne peux pas encore nommer, une ligne de train d’exportation avec une célèbre ville chinoise.

Canton ?

Non, une autre. Pour de nombreuses entreprises aragonaises, la ligne ferroviaire d’exportation sur laquelle nous travaillons peut être très utile.

Saragosse a récemment signé des accords avec Canton, mais il est vrai que chaque trimestre, la ville signe un accord avec une ville chinoise différente… Comment cela affecte-t-il les exportations et le commerce ?

Je pense que les villes sur lesquelles il faut se concentrer sont celles qui peuvent ouvrir des voies aériennes ou ferroviaires, qui sont celles qui peuvent ouvrir le commerce. C’est la première fois qu’un accord est signé avec une ville qui a un visage et des yeux. C’est très bénéfique. Je pense que je connais bien la mentalité chinoise, les Chinois aiment le thème du jumelage et cela aide. C’est la première fois qu’il y a une ville importante derrière, en fait c’est la première zone où j’ai vécu quand je suis allé en Chine. Canton, c’est bien, mais je préférerais conclure des accords ou un jumelage avec la ville que j’ai mentionnée, avec laquelle nous travaillons pour faire une route en train. Je vais le proposer au maire.

Quels sont les projets d’exportation ouverts actuellement entre la Chine et l’Aragon ?

Nous nous concentrons sur les exportations avec des connexions très fortes avec Saragosse. L’Aragon a un très fort potentiel : porc, luzerne, entre autres produits ; et nous voulons mettre en place une route ferroviaire pour aller vers des points en Chine qui sont un peu éloignés des ports maritimes pour donner aux entreprises un avantage compétitif. Il est important de développer le marché intérieur, la classe moyenne croît beaucoup en Chine et c’est une zone que les Américains vont mettre plus de temps à atteindre.

Combien de temps faut-il pour aller d’Aragon ?

En moyenne, l’exportation vers le centre de la Chine, à Chongqing, par train prend 30 jours, tandis que par voie maritime, il faut compter 50 ou 60 jours. Si, à un moment donné, un pays d’Asie centrale commence à avoir besoin de matériaux, nous pouvons également arrêter le train à mi-chemin. Une liaison ferroviaire Aragon-Chine ouvre une connexion avec l’Asie centrale, qui n’est pas un marché aussi intéressant que la Chine, mais qui l’est aussi. Le principal point de différenciation de l’Aragon est l’exportation, une entreprise située en Aragon a les ports les plus importants à portée de main. Le meilleur aéroport de fret d’Espagne se trouve à Saragosse.

Est-ce une bonne période pour la logistique à Saragosse ?

Un des meilleurs. Nous vivons une période de grande activité et les plans de croissance sont très optimistes.

Il y a des entreprises qui ont déjà des usines en Chine depuis de nombreuses années. Dans quelle mesure pensez-vous qu’il est positif de combiner l’exportation et la délégation à l’heure actuelle ?

Toute entreprise aragonaise qui investit en Chine prend la bonne décision. Avoir sa propre présence sur place, avec une usine ou un bureau, est une bonne idée. J’ai été désolé de voir Pikolin fermer son bureau là-bas. Par exemple, Grupo Jorge y est présent et est l’un des principaux exportateurs mondiaux de viande vers la Chine.

Qu’est-ce que la Chine représente pour vous après une si longue période liée à ce pays ?

Une partie de la Chine est restée avec moi. Pas une semaine ne passe sans que j’aille dans un restaurant chinois. Les Chinois sont très solidaires de leur pays, c’est un pays très uni, ils sont très honnêtes. Contrairement à la croyance populaire, une chose que j’aime vraiment en Chine est qu’ils n’essaient pas de vous tromper, mais qu’ils sont un peuple non violent et respectueux. Ils ont le sens des affaires et sont intelligents, ils ont la culture des affaires dans le sang, la réussite sociale y est très importante. J’aime cette culture ancrée de l’effort et en Europe, nous ne sommes pas à la traîne en termes d’éducation qu’ils acquièrent. Je me suis fait de nombreux amis chinois ici.

À votre avis, quels sont les meilleurs restaurants chinois de Saragosse ?

Sans aucun doute, ils sont à Las Delicias. Hui Femg, sur Paseo Calanda et Wu Ming.

ARTICLES CONNEXES

Subscribe
Notify of
guest
0 Comments
Inline Feedbacks
View all comments

VOUS POURRIEZ ÊTRE INTÉRESSÉ PAR

0
Would love your thoughts, please comment.x
()
x