8 C
Zaragoza
5 C
Huesca
0.6 C
Teruel
23 abril 2024

Ernesto Caccavale : “Toute entreprise qui pense à l’avenir doit être en Asie, quoi qu’il arrive”

Le fondateur et PDG de la société SChina, spécialisée dans l'introduction et le positionnement d'entreprises en Chine, souligne dans une interview accordée à Go Aragón l'importance de faire partie du marché du géant asiatique et ses principales caractéristiques. Mercredi, il interviendra dans le cadre du Cycle des opportunités d'affaires en Asie, organisé par ce journal.

Ernesto Caccavale (Naples, 1963) est le fondateur et le PDG de SChina. Cette société propose aux entreprises européennes un ensemble de services complets pour pénétrer et se positionner sur l’immense marché chinois du commerce électronique. Sa société apporte son soutien avec une vision à 360 degrés, de la création de la boutique en ligne elle-même à la facturation, au marketing, à la logistique et au service à la clientèle, afin de vendre directement au consommateur final dans le géant asiatique.

Avant de fonder SChina, ce consultant en stratégie de marque était directeur du développement commercial en Espagne et au Portugal pour le groupe Alibaba et, auparavant, il faisait partie de Mediaset. Auparavant, il a fait partie de Mediaset. Son parcours comprend un passage dans la politique européenne, en tant que membre du Parlement européen.

M. Caccavale sera l’un des intervenants qui participeront ce mercredi à la première journée du cycle d’opportunités d’affaires en Asie, organisé par Go Aragón. L’événement aura lieu au Patio de l’Infante, à partir de 16h30.

Entretien avec Ernesto Caccavale, président de Schina

-Que peut offrir le marché asiatique à l’homme d’affaires européen?

-À mon avis, pour une entreprise européenne qui a une vision internationale, il est essentiel d’être présent sur le marché asiatique à l’heure actuelle. Actuellement, la consommation de produits augmente en Asie et diminue en Europe, ce qui signifie que toute entreprise qui pense à l’avenir doit être présente en Asie. C’est un marché qui se développe beaucoup, et pas seulement en Chine ; nous parlons de l’Inde, de l’Asie du Sud-Est…

-Et que peut offrir l’homme d’affaires européen au marché chinois?

-L’opportunité réside dans le fait qu’à l’heure actuelle, les produits européens sont considérés comme des produits de qualité. C’est pourquoi le consommateur, en général, achète le produit européen, parce qu’il le considère plus fiable, plus attrayant, plus sûr, plus contrôlé, plus à la mode… bref, avec plus de qualité.

Sommes-nous conscients en Europe du poids réel de la Chine et de l’Asie dans l’économie mondiale?

-Je vois beaucoup d’entreprises qui n’ont pas conscience de cette importance. Je dis qu’il est essentiel à l’heure actuelle d’être présent sur le marché asiatique, c’est un must. Cela demande du temps, des ressources, de l’énergie, des investissements… Cela coûte, au sens de l’approche de l’entreprise. Il est beaucoup plus facile de vendre à des Espagnols ou à des Italiens, mais, je le répète, je pense que c’est essentiel. Et les entreprises qui ne le comprennent pas, c’est parce qu’elles n’ont pas de vision. Si les entrepreneurs d’aujourd’hui veulent laisser leur entreprise à leurs enfants et la rendre rentable à l’avenir, ils doivent investir aujourd’hui et non demain. Et cela passe par un positionnement sur les marchés asiatiques.

-Quelle est la caractéristique du commerce avec la Chine que vous mettriez le plus en avant?

-La vente de produits destinés à la classe moyenne augmente. Et la vente de produits européens se développe parce que les Asiatiques recherchent la qualité, surtout les Chinois. Ils ne manquent pas de produits, ils en ont beaucoup, mais ils savent très bien que, pour acheter des produits de qualité, il vaut mieux que le produit soit européen.

Site web de SChina.

-Quels sont les produits les plus attractifs sur ce marché?

-Ceux que nous vendons à la classe moyenne. Les accessoires de mode, parce que la question de la taille est compliquée, mais il n’y a pas de problème avec les accessoires. Tout l’univers des produits pour enfants, car les mères chinoises sont très intéressées par l’achat de produits de qualité pour leurs enfants. Les entreprises espagnoles de cosmétiques se sont très bien positionnées en Chine et toutes ces marques disposent désormais d’un avantage concurrentiel, car les consommateurs chinois ont l’impression que les produits cosmétiques espagnols sont de grande qualité. Le secteur des compléments alimentaires connaît également une forte croissance. Le monde des animaux de compagnie connaît lui aussi une croissance exponentielle, tant en Chine qu’en Europe.

Ce ne sont là que quelques exemples et nous devons penser à la classe moyenne : ce que nous vendons aux Européens est ce que nous vendons aux Chinois, à la grande différence que la classe moyenne chinoise compte à elle seule 500 millions de personnes et qu’en Europe, nous sommes 300 millions, si l’on compte tous les habitants. C’est le grand avantage, si nous atteignons un pourcentage, même petit, des consommateurs potentiels en Chine, c’est un grand succès.

Il existe actuellement des tensions entre les deux géants géopolitiques mondiaux, la Chine et les États-Unis. Dans tous les cas, les investisseurs européens peuvent-ils avoir l’esprit tranquille lorsqu’il s’agit de s’implanter sur le marché chinois?

-C’est une très bonne question, il est difficile de dire ce qui se passera dans un ou dix ans. Cela peut arriver à Taïwan comme en Ukraine ; personne n’aurait pu prévoir ce qui s’est passé en Europe. Il y a des questions qui vous dépassent, qui sont des décisions politiques, et elles ne peuvent pas être prévues. Taïwan est une question sérieuse, mais je ne m’en préoccuperais pas trop pour l’instant, car je considère que c’est un suicide général s’ils entrent en guerre pour Taïwan ; la Chine a également beaucoup à perdre.

Pour l’instant, cela en vaut la peine car la Chine est un marché qui continue à se développer, la classe moyenne continue à se développer et les produits européens se vendent bien car ils intéressent beaucoup la classe moyenne chinoise. Cela ne veut pas dire que tout ne peut pas changer, mais cela vaut aussi pour l’Espagne, l’Italie ou l’Europe. Si nous parlons de politique, nous évoluons à un niveau que nous ne pouvons pas prévoir.

Vous êtes le fondateur de SChina, quels services l’entreprise fournit-elle à ses clients?

-Nous sommes un partenaire d’Alibaba. J’ai été directeur du développement commercial d’Alibaba en Espagne et cette société s’occupe toujours de la location d’un espace pour vendre vos produits sur leur plateforme de commerce électronique, fournit le service logistique et le système de paiement. Mais le reste, c’est-à-dire l’ouverture d’une boutique en ligne et la vente directe au consommateur final, c’est nous qui nous en chargeons. Il comprend la conception de la boutique, le marketing, le service clientèle, la logistique, l’entreposage, l’inventaire, l’administration, la facturation… c’est le service à 360 degrés que nous offrons aux marques européennes qui veulent ouvrir leur propre boutique et vendre leurs produits directement au consommateur final en Chine B2C (Business to Consumer) sans intermédiaire. Toute la plateforme est en chinois, mais vous pouvez vendre le produit original tel qu’il est vendu en Espagne, en Italie ou en France. Vous n’avez rien à changer au produit.

Entretien avec Ernesto Caccavale, président de Schina
Exportations vers la Chine depuis le terminal intermodal Plaza. PHOTO : Luis Correas

Vous avez déjà travaillé avec des marques connues en Espagne, comme Campofrío ou Pikolin Home. Comment se sont déroulées ces expériences avec des entreprises nationales?

-Il est clair qu’il s’agit d’un marché très compétitif, la Chine est le marché le plus compétitif du monde et ce n’est pas un chemin fleuri. En d’autres termes, nous avons besoin d’entreprises qui ont une vision internationale et un budget marketing, car il est clair que pour une entreprise européenne qui veut vendre en Chine, la question la plus importante est le positionnement de la marque. Le principal obstacle pour les entreprises européennes est l’investissement dans le marketing. Les entreprises européennes qui ont cette capacité, qui disposent d’un budget marketing pour positionner la marque et mettre en œuvre des initiatives dans les médias sociaux chinois, ont de bonnes chances de réussir. Dans le cas contraire, il est impossible de vendre en Chine.

Dans de nombreux cas, les marques européennes, pas celles que vous avez citées, ne réalisent pas qu’elles entrent sur le marché le plus compétitif du monde, où la concurrence est énorme. Et pour être compétitives, elles doivent expliquer au consommateur chinois pourquoi il doit acheter leurs produits. C’est ce qu’on appelle le marketing. Et c’est ce que certaines entreprises européennes ont un peu de mal à comprendre : pour réussir en Chine, elles doivent investir, investir dans leur propre marque. Si vous pensez que votre produit est bon et différencié, parce qu’il a des caractéristiques particulières, vous devez investir dans celui-ci et communiquer aux Chinois qui vous êtes.

-Comme vous l’avez dit, avant de fonder SChina, vous étiez directeur du développement commercial pour Alibaba en Espagne et au Portugal.

-Lorsque j’ai commencé à travailler avec Alibaba, j’ai réalisé qu’il y avait en Chine une révolution numérique qui n’avait pas encore atteint l’Europe. Ce que j’ai vu en Chine en 2015, lorsque j’ai commencé à travailler avec eux, c’est qu’ils avaient 5 à 10 ans d’avance. Alibaba fait partie de cette révolution numérique, c’est une entreprise qui a révolutionné le système de marché, la concurrence et les plateformes de commerce électronique.

Il faut additionner le chiffre d’affaires du commerce électronique des dix pays les plus importants du monde pour obtenir le chiffre d’affaires de la Chine ; les États-Unis, le Canada, l’Italie, l’Espagne, la France, le Royaume-Uni, l’Inde, l’Australie… ensemble, ils n’atteignent pas le chiffre d’affaires global du commerce électronique de la Chine. Alibaba représente plus ou moins 50 % du marché chinois, vous voyez donc de quoi nous parlons, un géant qui a une capacité de croissance et d’innovation qui est un point de référence pour tout le monde, et pas seulement pour la Chine.

-Vous allez participer à la première conférence Go Aragón sur les opportunités d’affaires en Asie, quel sera le thème de votre intervention?

-La grande opportunité qui existe en Chine est ce dont nous parlerons lors de la conférence, le fait que l’on puisse vendre directement au consommateur final en Chine, c’est le grand avantage.

ARTICLES CONNEXES

Subscribe
Notify of
guest
0 Comments
Inline Feedbacks
View all comments

ARTICLES CONNEXES

0
Would love your thoughts, please comment.x
()
x