22.1 C
Zaragoza
21.7 C
Huesca
23.1 C
Teruel
26 mayo 2024

El Kefitero, le kombucha aragonais né dans les réseaux et aujourd’hui présent dans toute l’Espagne

Adrián Cuadrado est le fondateur de cette marque qui commercialise une boisson fermentée dont les racines remontent à 2 000 ans en Asie. Il s'agit d'un engagement en faveur d'un produit naturel de plus en plus présent sur le marché national.

D’un compte Instagram sur lequel il préparait des recettes de kéfir à la production de milliers de bouteilles de kombucha chaque mois dans un entrepôt industriel. Tel a été le parcours en un peu plus de trois ans d’El Kefitero, la marque aragonaise qui s’est tournée vers la production de cette ancienne boisson originaire d’Asie et à laquelle on attribue des propriétés probiotiques et une série d’autres bienfaits. Aujourd’hui, au début de l’année 2023, elle compte déjà des clients dans toute l’Espagne et se positionne comme un produit 100 % biologique qui s’engage également en faveur des produits locaux.

Comme l’explique son fondateur, Adrián Cuadrado, El Kefitero “est né de la curiosité”. Plus précisément, d’un des posts de son oncle sur Instagram, dans lequel il montrait une bouteille de kombucha qu’on lui avait offerte, ramenée de Londres. À partir de là, le fondateur de cette marque a décidé d’enquêter et a découvert qu’il s’agissait d’une boisson fermentée aux propriétés probiotiques que l’on pouvait fabriquer à la maison.

Après avoir acquis le “scoby”, la “mère” du kombucha, et commencé à le produire en amateur, Cuadrado a créé le profil El Kefitero sur Instagram, où il a téléchargé des recettes avec cette boisson et avec du kéfir (d’où son nom). Certaines d’entre elles étaient, par exemple, un petit-déjeuner à base de kéfir, de biscuits au gingembre et à la grenade ou de “ginbucha”, un cocktail à base de gin et de kombucha.

À l’aventure

Tout ce parcours a commencé en 2019 et, à partir de 2021, il a décidé de faire le saut dans la vente. “Je me suis lancé dans l’aventure”, dit-il à propos de cette décision qui lui a permis d’acquérir un entrepôt dans la zone industrielle de La Cartuja (Saragosse), qu’il a aménagé lui-même avec l’aide de ses proches.

Tout étant prêt, il a dû attendre quelques mois avant de lancer le produit, car le kombucha a ses délais de production. Aujourd’hui, en février 2023, cela fera environ un an et demi, une période au cours de laquelle, explique-t-il, la boisson a évolué : “Je l’améliore au fur et à mesure que j’apprends et que j’essaie”, souligne-t-il.

El Kefitero
El Kefitero

À la suite de ses tests, El Kefitero propose désormais cinq saveurs : ananas et cannelle ; orange et thé noir ; grenade ; pomme et curcuma ; et gingembre. Il précise qu’il s’agit de boissons naturelles et pauvres en sucre. Mais ce ne seront pas les seules, car l’entreprise prévoit de lancer une nouvelle saveur pour l’été. Sur son site web, elle propose également des “packs” avec les cinq variétés et des abonnements mensuels pour recevoir la boisson chez soi périodiquement.

Double fermentation

Pour élaborer son kombucha, Cuadrado essaie de “respecter autant que possible” la proximité des produits, en utilisant par exemple l’eau minérale de Fontecabras. Un fait qui, selon lui, le différencie d’autres concurrents qui utilisent de l’eau microfiltrée, alors que lui préfère l’eau de source.

Logiquement, tous les ingrédients ne peuvent pas répondre à ce principe de proximité, comme c’est le cas du jus de grenade, un fruit très saisonnier. Dans ce cas, une entreprise spécialisée vous fournit du jus de grenade, mais biologique, tout au long de l’année.

Avec du thé noir, du thé vert et d’autres produits, il élabore une boisson fermentée en deux étapes, ce qui lui permet d’être gazéifiée naturellement. “Lors de la première fermentation, le thé, le sucre de canne biologique et le champignon (scoby) sont ajoutés”, explique-t-il. “Je le laisse fermenter pendant quelques jours, je le filtre, puis je le transfère dans un bidon avec les jus naturels, je le mets en bouteille et je le fermente à nouveau”, poursuit-il. “C’est là que j’obtiens la gazéification du produit”, explique-t-il à propos de ces étapes, qui comprennent la fermentation aérobie, la première, et la fermentation anaérobie, la seconde, où les bulles apparaissent.

Actuellement, Kefitero réalise des productions allant de 3 000 à 7 000 bouteilles par mois, chiffre qu’il espère augmenter, et commence à se positionner sur le marché national, avec des clients dans différentes régions d’Espagne telles que les Asturies, la Galice, la Navarre, Madrid, la Catalogne et, bien sûr, l’Aragon, “l’endroit le plus difficile pour introduire des produits”, dit-il en souriant. “Nous sommes plus durs qu’un roc et, si cela fonctionne ici, cela continuera”, ajoute-t-il.

El Kefitero

Une boisson ancestrale

Si, en Espagne, la popularité du kombucha s’est accrue ces dernières années, parallèlement au boom des probiotiques, dans d’autres pays, cette boisson est déjà bien implantée. “Ici, il n’y a pas beaucoup de culture mais, par exemple, dans les supermarchés des États-Unis, il y a des rayons entiers de kombucha et en Angleterre, en France et dans beaucoup d’autres pays, c’est beaucoup plus avancé”, explique-t-il.

En fait, il affirme que l’origine de cette boisson remonte à 2 000 ans en Asie, dans des pays comme la Chine et le Japon, bien que la production de boissons fermentées ne soit pas exclusive à cette région. En ce sens, il précise qu’en Amérique du Sud, par exemple, il existe des produits tels que le tapeche, fabriqué à partir d’ananas fermenté, ou la Chicha.

En ce qui concerne sa clientèle, M. Cuadrado indique qu’il existe des cafétérias spécialisées, des herboristeries et des entreprises dont le public est ouvert à ce type de produits, comme les végétaliens et les végétariens. Ces clients reconnaissent en El Kefitero un kombucha “très doux”, qui n’est pas aussi vinaigré que d’autres.

“Je suis surpris que des gens que je ne connais pas du tout m’écrivent sur Instagram pour me dire : “Le meilleur kombucha que j’ai essayé, et de loin” ; et je n’ai pas reçu un message, ni deux, ni trois qui me disent cela, c’est quelque chose qui me donne de l’énergie pour continuer à me battre”, conclut-il.

 

ARTICLES CONNEXES

Subscribe
Notify of
guest
0 Comments
Inline Feedbacks
View all comments

ARTICLES CONNEXES

0
Would love your thoughts, please comment.x
()
x