11.2 C
Zaragoza
8.4 C
Huesca
1.8 C
Teruel
29 noviembre 2022

María Frisa : “Nous devrions lire plus de livres, mais ni les écrans ni les réseaux sociaux ne nous aident”

L'écrivain María Frisa parle dans une interview pour Go Aragón des habitudes de lecture des Espagnols, des clés pour écrire un bon roman et de l'impact des livres électroniques. Elle révèle également quelques secrets de sa prochaine œuvre : "Qui est Olimpia Wimberly", un thriller psychologique qui se déroule aux États-Unis.

L’écrivain María Frisa, qui vit à Saragosse depuis l’âge de trois ans, est l’auteur d’une vingtaine de livres. Elle a remporté plusieurs prix pour des œuvres telles que “Uno mismo y lo inesperado” et “Como entonces”, ainsi que pour la série jeunesse “75 consejos para sobrevivir”. Elle est également connue pour des romans tels que “Brève liste de mes pires défauts”, “Comment j’ai survécu à la mère de Pavlito” ou le roman policier “Le nid d’araignée”, entre autres.

Dans Go Aragón, nous nous entretenons avec l’auteur de sa dernière œuvre narrative : “Qui est Olimpia Wimberly”, un thriller psychologique qui se déroule dans le Washington D.C. d’aujourd’hui et le New York des années 80 et qui aborde des thèmes tels que le luxe, la débauche et l’amour.

María Frisa, vous venez de publier un livre, que pouvons-nous savoir à son sujet?

Who is Olympia Wimberly’ est un thriller au rythme effréné. Olympia est une fille qui dirige une équipe illégale de personnes qui résolvent des crises que ni la police ni le FBI ne peuvent résoudre. Ils vont des scandales politiques aux enlèvements, etc. Olimpia s’occupe de personnes qui ont de l’argent, beaucoup d’argent, et qui ne veulent pas impliquer la police ou le gouvernement dans leurs problèmes. C’est pour ça qu’ils les engagent. Et quand on parle de gens qui ont beaucoup d’argent, je parle des échelons les plus élevés, ceux qui ont de l’argent par ennui.

L’intrigue se déroule aux États-Unis, pourquoi?

Le roman se déroule à l’époque actuelle, à Washington D.C. surtout, et à New York dans les années 80 et 90. De nombreuses scènes se déroulent au Studio 54, car la tante d’Olympia est l’une des plus grandes héritières d’Amérique. J’ai choisi ce paramètre en raison des besoins du scénario. Je ne pouvais pas imaginer une équipe comme celle d’Olympia en Espagne. Cependant, aux États-Unis, elle est plus probable en raison de questions telles que la légalisation des armes à feu. La même chose m’est arrivée avec le roman “El nido de la araña”, dans lequel j’avais besoin d’une multinationale. Ce dont je suis fier, c’est que mon premier roman se déroule à Saragosse, la ville que j’aime et que j’aime faire connaître. J’aime que mes lecteurs découvrent que Saragosse est bien plus qu’El Pilar ou El Tubo.

Y a-t-il beaucoup de réalité dans votre roman?

Oui, une grande partie de l’histoire est le résultat d’heures et d’heures de recherche. Les environnements dans lesquels évoluent mes personnages ont existé et existent toujours, ils pourraient être là en ce moment même. Le monde de New York dans les années 80 me fascine, et j’ai découvert de nombreuses choses que j’ai reflétées dans le livre. Par exemple, une anecdote s’est produite au Studio 54 et il s’agit d’un avocat de 80 ans qui y allait toujours très sérieusement et qui est soudainement devenu veuf et dansait tous les soirs, la vie de la fête. J’écris des curiosités et mentionne des films, des peintures et des chansons que le lecteur peut ensuite approfondir. C’est un livre que j’ai beaucoup appris et apprécié.

L’histoire aborde des thèmes tels que l’amour, le luxe et la débauche. Il est également très rapide à lire, avec des chapitres très courts. Y a-t-il une intention derrière cela?

Principalement pour divertir. Avec ce roman, je voulais que l’histoire accroche rapidement le lecteur, qu’elle le tienne éveillé la nuit. Mon intention a été d’obtenir le même effet que certaines séries télévisées qui ne vous laissent pas dormir parce que vous voulez en savoir toujours plus. Et je pense que j’ai réussi. À mon avis, la littérature peut être aussi amusante qu’une série et on peut en profiter avec la même intensité. Ça ne me dérange pas de briser le tabou des livres en tant qu’objets de haute culture. Les livres peuvent être divertissants et de très bonne qualité.

Le personnage principal est une femme, y a-t-il un courant sous-jacent de dénonciation sociale, de féminisme, dans l’intrigue, même si c’est un thriller?

Dans mes romans, j’essaie toujours de faire en sorte que le personnage principal soit une femme, car pendant de nombreuses années, elles ont dû être des personnages secondaires. Dans mes histoires, je veux des femmes fortes, comme je crois l’être, qui sont capables de diriger un groupe. Quant aux critiques, oui, dans le livre, il y a une critique claire du peu de poids qu’avaient les femmes à cette époque.

Et si, dans ce cas, j’ai opté pour un thriller au lieu d’un roman policier comme mes précédents ouvrages, c’est parce que je voulais avoir beaucoup de liberté dans l’écriture. Pour moi, un roman policier doit avoir une structure et un rythme différents. C’est pourquoi ce livre est spécial.

Vous avez écrit une vingtaine de livres, traduits en 10 langues, et reçu des prix nationaux et internationaux. Après tant de reconnaissance et de travail, est-ce un défi de surprendre le lecteur?

Oui, sans aucun doute. Chaque fois, c’est un défi plus compliqué. La première fois que vous publiez un livre, c’est très facile car vous n’avez pas les mêmes attentes. Mes deux romans policiers ont une fin très surprenante. Cela rend les choses très difficiles pour moi. De plus, j’ai des ressources et des astuces limitées, je dois donc faire un effort pour ne pas me laisser prendre par le lecteur.

Avez-vous l’impression d’évoluer dans une direction particulière en tant qu’écrivain?

Je me suis laissé aller. En tant que lecteur, je suis très éclectique. J’aime lire beaucoup de genres différents, des essais, de la littérature différente… Donc, en tant qu’écrivain, je me sens également à l’aise dans d’autres genres et registres. En ce moment, je ne ferme aucune porte.

Vous avez un diplôme en psychologie, pensez-vous que cela vous aide à écrire, à entrer dans l’esprit de vos personnages?

C’est une question compliquée. Je ne sais pas vraiment. La psychologie m’aide à regarder les gens d’une manière différente, c’est sûr. Quand je pense à mes personnages, je reprends généralement les traits d’autres personnes. Donc, grâce à la psychologie, je suis plus observateur. Je regarde tout. En fait, quand j’écris un livre, dans ma tête, il n’y a rien d’autre. Je vis ce que j’écris, et je ressens tout ce qui se passe dans mes histoires.

En raison de la variété des livres que vous avez publiés, vous devez avoir un public très varié. Sommes-nous de bons lecteurs en Espagne?

Nous sommes peu nombreux. Je ne pense pas que nous lisions beaucoup en Espagne. Nous devrions lire plus de livres. Et si c’était peu avant, maintenant c’est moins. Les écrans, les télévisions et les réseaux sociaux ne contribuent pas à encourager la lecture.

Vos livres peuvent être lus en format numérique. Selon vous, quel est l’avenir du livre papier?

Je pense personnellement que les livres papier ne disparaîtront pas. En fait, leurs ventes sont maintenant en hausse. Je ne fais pas partie de ces personnes, je suis un lecteur de papier, mais beaucoup de gens lisent des eBooks et je pense que c’est bien. Il arrive que l’espace soit limité dans une maison, par exemple, et le format numérique vous permet de ne pas prendre de place. C’est également pratique pour voyager. À mon avis, toute forme est valable si la personne se sent à l’aise. Ce qui est vrai, c’est que l’écran est plus propice au piratage.

Avant de terminer, pouvons-nous savoir si vous avez un écrivain en particulier qui vous inspire?

C’est difficile. Dans les romans policiers français, j’aime Pierre Lemaitre, par exemple. En Espagne, nous avons de grands écrivains comme Juana Cortés et Inés Plana. Il y a un grand réservoir de romanciers dans notre pays.

Les écrivains naissent-ils ou sont-ils créés?

Je pense que la formation est importante, mais il faut aussi qu’il y ait du talent. Écrire, c’est comme jouer du piano, il faut connaître la technique, mais il faut ensuite lui donner vie. Dans l’écriture, il est difficile de faire en sorte que le lecteur croie à l’histoire dès le premier instant. Il faut aussi être tenace. J’ai souvent écrit des livres qui n’ont pas marché. J’ai pris mes distances, et au fil des mois, je m’en suis rendu compte. Ce qui est clair, c’est que l’on apprend à écrire en écrivant et en lisant en profondeur.

Des défis futurs?

J’ai toujours des idées, mais je ne sais toujours pas laquelle est la plus appropriée.

ARTICLES CONNEXES

Subscribe
Notify of
guest
0 Comments
Inline Feedbacks
View all comments

ARTICLES CONNEXES

0
Would love your thoughts, please comment.x
()
x