27.7 C
Zaragoza
22.3 C
Huesca
17.2 C
Teruel
28 junio 2022

Esther Borao: “Le potentiel d’un institut technologique est multiplié”.

Elle est ingénieur en robotique et créatrice. Sa passion est d’associer la technologie à la créativité pour créer. Elle a été le déclencheur des Coronavirus Makers, un groupe Telegram qui a été essentiel pendant la pandémie et qui est maintenant devenu une association nationale. Elle dirige l’Institut technologique d’Aragon, ITAINNOVA.

Vous avez été la promotrice de Coronavirus Makers, comment l’idée est-elle née ?

J’ai planté la première graine, mais c’est quelque chose qui a pris vie tout seul. Le jeudi précédant l’enfermement, j’ai commencé à recevoir différents retours, comme le fait que les gens n’allaient pas pouvoir faire leurs courses, ou que Raúl Oliván, promoteur de Frena La Curva, m’a appelé pour me dire qu’il voulait mettre en contact toutes ces personnes qui n’allaient pas pouvoir aller travailler et qui allaient avoir du temps libre pour aider. J’ai vu qu’en Italie il y avait un manque de ventilateurs dans les unités de soins intensifs et je crois que c’est en Irlande qu’ils avaient aussi créé un groupe pour aider… J’ai donc pensé à créer un groupe Telegram.

Qu’est-ce que cela a donné ?

Beaucoup de gens ont commencé à s’impliquer et, en l’espace de deux semaines, il y avait plus de 16 000 personnes venant de très nombreux endroits. Beaucoup de gens se sont impliqués et des leaders ont été créés pour promouvoir l’initiative. ITAINNOVA a apporté son aide. Nous avons commencé par la question de la fabrication des ventilateurs et avons créé des sous-groupes pour la conception, le matériel, l’information… David Cuartielles et César García ont créé un forum pour mettre en relation les professionnels de la santé et les fabricants afin qu’ils puissent travailler ensemble. Des sous-groupes ont également été créés par des communautés autonomes pour résoudre d’autres besoins de la pandémie, comme la création de visières avec des imprimantes 3D. C’était un très beau réseau car les makers les ont fabriquées, les chauffeurs de taxi les ont transportées… un grand réseau de collaboration a été créé. Des personnes d’Amérique latine se sont également jointes au projet.

Comment ITAINNOVA a-t-il aidé ?

ITAINNOVA a créé le groupe ITA Coronavirus pour voir ce qui se passait avec les respirateurs et pour aider la région d’Aragon. Il y avait sept respirateurs en Aragon, mais deux étaient plus avancés, bien qu’aucun d’entre eux n’ait été validé par l’Agence espagnole des médicaments. Avec le modèle développé par Jorge Cubeles, Luis García et l’entreprise BSH, nous aidions dans la partie technique et conseillions sur les étapes de validation et de certification. Mais il est arrivé un moment pendant la pandémie où les ventilateurs n’étaient plus nécessaires et, comme il s’agissait d’appareils très complexes, nous n’avons pas réussi à achever la phase de validation. Mais ils sont là si nous voulons les reprendre dans une situation similaire. En ce qui concerne les visières, nous avons mis en place un espace à ITAINNOVA où des volontaires sont venus les assembler, car nous avions les matériaux ici et depuis Frena La Curva de Aragón Gobierno Abierto, ils sont venus les chercher pour les emmener dans les résidences et autres centres.

Même la NASA a été impliquée dans le projet Coronavirus Makers.

Oui, c’était avec le respirateur qui venait des Asturies, de Marcos Castillo. Ils ont pris contact avec la NASA.

Maintenant que le moment critique est vraiment passé… que reste-t-il de toute cette initiative ?

Ils ont créé une association appelée More than Makers, pour promouvoir les initiatives citoyennes et les solutions ouvertes et pour être prêts au cas où quelque chose de similaire se reproduirait, une pandémie, une épidémie ou quelque chose d’exceptionnel.

La pandémie a-t-elle servi à faire prendre conscience de l’importance d’un maker ?

Esther Borao, directrice d’ITAINNOVA, est à l’origine du groupe Telegram “Coronavirus Makers”.

Il a permis de faire prendre conscience de ce qu’est un maker et de ce que l’on peut faire avec les imprimantes 3D, de toutes les possibilités qu’elles offrent. Avant, les gens la voyaient comme un jouet pour créer ses propres petites choses, mais pas pour créer des choses utiles aux autres. Au final, grâce à cela, nous pouvons faire connaître ce qu’est un maker, c’est-à-dire apprendre, partager avec les autres et que les autres apprennent d’eux. Cela a permis de diffuser les valeurs qui sous-tendent le monde des makers.

Comment avez-vous su que vous vouliez être un maker ?

Lorsque j’ai terminé mon diplôme, j’ai vraiment aimé programmer avec Arduino, la programmation créative… c’est quelque chose que j’ai appris sur internet pendant mes études. J’aimais mélanger l’art et la technologie. Quand on vous apprend quelque chose sur internet, vous avez envie de le rendre. Quand je suis arrivé à Saragosse après avoir terminé mes études à Séville, j’ai rencontré d’autres personnes ayant les mêmes préoccupations que moi, c’était l’association Makeroni Lab, où nous développions des projets sociaux, technologiques-artistiques… et tout ce que nous faisions, nous le partagions en open source. C’est là que j’ai commencé à m’impliquer dans le monde des makers. Nous avons organisé l’Arduino Day Zaragoza, pour lequel j’ai une affection particulière car je l’ai organisé pendant quatre ans (la dernière fois, nous n’avons pas pu à cause de la pandémie) avec de nombreux collègues, dont David Cuartielles de Saragosse, qui est le cofondateur d’Arduino.

Votre première expérience dans le domaine de l’éducation a été Innovart. Comment en êtes-vous arrivé là ?

À la suite du Makeroni Lab, j’ai travaillé à El Hormiguero pendant un an. Nous avons mené un projet et j’étais dans la section scientifique. Après cela, nous avons créé Innovart, qui s’est progressivement orientée vers l’éducation. Nous avons géré le Remolacha Hub Lab et avons fini par devenir l’Académie des inventeurs. J’avais en moi cette fibre de créateur.

Qu’est-ce que c’est que d’apprendre aux enfants à devenir des créateurs ?

C’est leur apprendre à apprendre à fabriquer des choses. Je suis une personne plus visuelle, j’apprends en fabriquant des choses. Je ne peux pas mémoriser, je dois comprendre les choses et les fabriquer. C’est un autre type d’apprentissage qui mélange différents domaines. De cette façon, ils apprennent les sciences et la technologie en utilisant l’art et la créativité. De plus, les enfants, surtout les plus petits, sont comme des éponges. Avec l’Académie des inventeurs, ils rencontrent d’autres personnes, d’autres enfants ayant les mêmes centres d’intérêt, qui aiment la programmation, l’électronique… C’est une façon de les mettre en contact les uns avec les autres et de les amener à commencer à s’amuser ensemble.

Un autre projet éducatif était The Ifs, une famille de robots jouets pour apprendre la programmation aux enfants, qui n’a finalement pas vu le jour.

Ifs a démarré en 2017, presque en parallèle d’Innovart, avec les gars de Makeroni Lab. En janvier 2020, nous avons lancé une campagne de crowdfunding pour les financer et les commercialiser, mais cela n’a finalement pas abouti. Je dis toujours que j’ai tiré beaucoup de bonnes choses de cet échec. Grâce à ce projet, j’ai pu être en Gambie car je suis considéré comme l’un des trente jeunes leaders d’Europe et d’Afrique. Luis Martín a présenté l’académie et j’ai présenté The Ifs.

Comment s’est passée l’expérience ?

Nous avons visité la ville et ils nous ont emmenés pour motiver et inspirer les autres. Nous sommes passés à la radio et à la télévision en Gambie et cela vous donne une vision d’autres réalités, car ici vous vivez dans votre propre bulle. Vous vous rendez compte de ce qu’il reste à faire là-bas et des technologies qui peuvent vous aider à apprendre et à avoir plus de connaissances dans d’autres domaines.

Grâce à The Ifs, vous avez été sélectionnée par l’ambassade américaine pour les anciens de l’IVLP pour les États-Unis dans le programme ” Women in Entrepreneurship ” en 2019.

Oui, c’était trois semaines avec une femme de chaque pays du monde et ils nous ont emmenés dans différents endroits aux États-Unis pour connaître l’écosystème entrepreneurial là-bas. Avec la bourse Santander, je me suis aussi rendue dans la Silicon Valley pour connaître le réseau d’entreprises. Les Ifs ne sont pas encore sortis, mais j’ai emporté de nombreuses expériences liées au projet.

Cela deviendra-t-il un jour une réalité ?

La technologie évolue très rapidement et cela dépend de nombreux facteurs : s’il y a des financements, si le moment est propice, s’il y a la conscience de la programmation qu’il y a aux États-Unis… c’est complexe, mais on ne sait jamais.

C’était récemment la Journée internationale des femmes et des filles dans la science. Vous voyiez-vous comme un ingénieur en robotique lorsque vous étiez enfant ?

J’aimais la peinture, le dessin et aussi les mathématiques et l’informatique, mais j’étais plus encline à être une créatrice de mode. En général, nous avons toujours séparé les sciences des arts. Ma famille m’a dit de m’orienter vers l’ingénierie parce qu’elle offrait de nombreuses possibilités, alors quand j’ai dû me décider, c’est-à-dire presque la veille, je me suis inscrite en génie industriel, parce que cela me semblait le plus global. Je l’ai fait dans l’idée de découvrir ce qui me plaisait le plus. J’avais ce côté plus créatif et j’ai choisi le côté plus électronique. Je me suis également lancée dans la mode pour maintenir et promouvoir ce que j’aimais, et j’ai continué en tant que mannequin photographe. Lorsque j’ai terminé mon diplôme et que j’ai commencé à former des ateliers pour enfants et adultes, j’ai fabriqué des vêtements électroniques. Il y a un fil conducteur qui vous permet de fabriquer vos propres vêtements avec des lumières et nous avons fait des ateliers avec des vêtements lumineux.

Aujourd’hui, elle se consacre également à rapprocher la technologie des filles par le biais de programmes de sensibilisation.

Je le fais depuis ITAINNOVA car j’ai moins de temps. Nous donnons des conférences pour les inspirer et leur montrer que la technologie permet de faire beaucoup de choses. Je leur explique toujours que le plus important est d’expérimenter, d’expérimenter et d’essayer, car elles ne peuvent pas savoir si elles aiment quelque chose si elles ne l’essaient pas. C’est quelque chose qui n’est ni pour les garçons ni pour les filles, bien sûr. Je vois que l’ingénierie vous aide à trouver des solutions aux problèmes, elle vous donne de nombreux outils pour la vie. Mais j’aime le mélanger avec le côté artistique.

Vous sentez-vous comme un modèle à suivre en raison de votre sexe et de votre âge ?

D’un côté, oui, mais d’un autre côté, cela vous donne beaucoup de respect. Parfois, les gens vous écrivent parce qu’ils s’identifient à quelque chose que vous avez dit dans une conférence, ou ils vous remercient parce que vous les avez inspirés ou aidés. J’ai réalisé des choses qui peuvent aider les autres et ils voient qu’il est possible de les réaliser. Si je l’ai fait, d’autres pourront le faire aussi.

Vous dirigez maintenant ITAINNOVA, comment s’est passé le passage de la création à la gestion ?

C’est un grand changement. Le potentiel que vous avez à partir d’un centre technologique est multiplié parce que toutes ces idées que vous voulez développer peuvent être réalisées grâce à des personnes qui travaillent et ont tant de talent. Vous pouvez aider de nombreuses entreprises.

Qu’apprenez-vous à ce stade ?

Ce que je n’apprends pas ! L’année a été très différente avec la pandémie, avec beaucoup d’incertitude, même si je suis une personne qui évolue bien dans l’incertitude. J’ai tenu un an dans toutes les entreprises où j’ai travaillé, j’aime changer et faire des choses différentes. C’est quelque chose qui me convient et chez ITA, je fais quelque chose de différent toutes les heures. Au cours des derniers mois, j’ai appris des choses que je n’aurais jamais imaginées, comment être super agile, comment mettre en place le centre, comment coordonner avec le télétravail, et aussi tout ce qui concerne le côté public, de nombreuses questions de financement européen… tout ce qui concerne cette partie de la gestion vous donne une vision plus large de la façon dont le monde fonctionne.

Quels sont les projets ITAINNOVA les plus prometteurs ?

Nous avons lancé le programme INNOIDEA 2020 pour aider les entreprises à travers la partie technologique, car lorsque des programmes d’entrepreneuriat sont élaborés, ils se concentrent toujours beaucoup sur la partie commerciale, mais pas sur la partie technologique, et nous voulons aider à faire un produit minimum viable pour que les entrepreneurs aragonais puissent faire des affaires au-delà. En ce qui concerne l’Europe, nous avons le Digital Innovation Hub, qui vise à être un guichet unique pour les services de numérisation destinés aux PME ; nous sommes coordinateurs avec Unizar et l’IAF. Nous créons une communauté de PME de tout secteur pour les numériser et les aider. Nous allons bientôt lancer un camp d’entraînement technologique pour les moins de 35 ans afin de développer des projets en équipe sur la base de défis de programmation électronique, puis de les aider à les présenter.

ARTICLES CONNEXES

Subscribe
Notify of
guest
0 Comments
Inline Feedbacks
View all comments

VOUS POURRIEZ ÊTRE INTÉRESSÉ PAR

0
Would love your thoughts, please comment.x
()
x