-1 C
Zaragoza
-4.4 C
Huesca
-6 C
Teruel
30 enero 2023

Carmen Campos : “L’éducation financière est de plus en plus nécessaire chaque jour”

Le coordinateur des projets de responsabilité sociale et d'éducation de la Fondation Ibercaja passe en revue le programme d'éducation financière de l'entité dans une interview pour Go Aragón. M. Campos souligne l'importance de promouvoir ce domaine dans des secteurs tels que les jeunes et les personnes âgées.

La coordinatrice des projets de responsabilité sociale et d’éducation de la Fondation Ibercaja, Carmen Campos, revient dans une interview accordée à GoAragón sur l’importance de bien connaître le monde financier dans des secteurs tels que la jeunesse ou les personnes âgées. Le responsable de l’entité évoque également l’histoire du programme d’éducation financière d’Ibercaja, qui fêtera sa première décennie l’année prochaine.

Le programme d’éducation financière est en place depuis 2013, quelles conclusions avez-vous tirées depuis son lancement?

Qu’elle devient chaque jour plus nécessaire. Bien que le programme existe depuis près de 10 ans, nous constatons qu’il est de plus en plus nécessaire. Bien sûr, chez les jeunes, qui ont aussi un manque d’intérêt pour tout ce qui touche à la finance, du moins dans les premiers temps, et ensuite dans la population adulte. De plus en plus de ressources, de plateformes et d’informations sont publiées et nous devons nous mettre à jour pour gérer nos finances. Il est vrai qu’il semble que, après 10 ans de semailles, l’intérêt pourrait s’émousser un peu. Pas du tout, nous pensons que cela devient de plus en plus nécessaire.

L’une de ces nouvelles ressources pourrait-elle être les crypto-monnaies, qui ont suscité l’intérêt de nombreux jeunes?

Les crypto-monnaies suscitent un grand intérêt. En fait, cette année, nous avons déjà commencé à programmer des activités liées aux crypto-monnaies. Ils sont très intéressés, mais ils ont un manque brutal de connaissances. Nous essayons de faire appel à des personnes qui connaissent très bien les termes, mais qui savent aussi comment les expliquer dans un langage qu’ils peuvent comprendre. Et nous leur demandons de leur montrer les lumières et les ombres des crypto-monnaies ; les avantages, mais aussi les risques. Comme pour tout produit d’investissement, il y a une obligation de les informer du risque ; plus le risque est élevé, plus le rendement est élevé, mais avec les crypto-monnaies, il semble qu’il n’y ait que des avantages. Il faut l’expliquer correctement.

Pour les jeunes, c’est un moyen de sortir du système bancaire, mais ils doivent aussi savoir quels intérêts se cachent derrière. Comme l’ensemble du programme, il est en marque blanche, sans vendre de produits et sans lancer de tendances. Nous essayons de les informer de la meilleure manière possible, d’une manière très pratique où ils peuvent créer un jeton, acheter une crypto-monnaie… d’une manière gamifiée afin qu’ils puissent expérimenter le monde entier, qui est vraiment très vaste.

Je comprends que, dans ce domaine, ils sont confrontés à des risques différents…

Nous insistons sur le fait que tous les produits financiers doivent être réglementés et supervisés, dans le cas de l’Espagne, par la Commission nationale du marché des valeurs mobilières (CNMV) et la Banque d’Espagne. Dans ce monde des crypto-monnaies, qui n’est peut-être pas si régulé que ça pour le moment, il faut que ce soit eux qui aient un esprit critique et qui regardent qui ils font confiance et qui ils ne font pas confiance. Il est vrai qu’il y a des personnes ayant un certain prestige parmi les plus jeunes qui rendent un mauvais service parce qu’elles ne parlent que des avantages, qui sont nombreux, mais elles devraient aussi informer de manière équilibrée sur les risques et la faible rentabilité, dans certains cas.

Qu’est-ce que les personnes qui participent à ce programme ont à dire sur leur expérience?

Cette année, nous avons révisé et actualisé tous les contenus que nous donnions aux écoliers et, à vrai dire, nous avons reçu un très bon accueil, car la réalité change et les exemples doivent aussi changer. Avant, nous utilisions l’exemple d’un entrepreneur et maintenant nous utilisons l’exemple d’un influenceur, car ils pensent que les influenceurs monétisent immédiatement tout ce qu’ils font. Nous voyons comment ils peuvent commencer à monétiser, ce qu’ils font avec cet argent… nous essayons de nous adapter à leur langage et à leurs besoins, et la vérité est que l’expérience est très positive. Je pense que leur désintérêt n’est pas une forme de rébellion, mais qu’ils ne trouvent tout simplement pas ce monde attrayant.

L’intérêt actuel pour le monde financier pourrait-il être encouragé par la situation économique de ces dernières années, marquée par diverses crises et incertitudes?

Je pense que les intérêts changent. Il est vrai qu’après la crise de 2008, l’épargne a été fortement stimulée, mais on assiste aujourd’hui à une consommation brutale dans toutes les tranches d’âge et nous essayons de la relier à la question de la durabilité. Nous avons parlé de finance responsable et de finance durable, c’est-à-dire non seulement la partie investissement et produit, mais aussi l’équilibre entre la réduction de la consommation et l’évitement de la production ; non seulement la consommation d’argent, mais aussi de biens, notamment de biens naturels. Dans les jeunes générations, c’est plus populaire quand on parle du naturel, mais quand on parle de ce qui est déjà produit, ce n’est pas si intéressant.

Il y a un sujet dont nous reparlons, c’est celui du commerce en ligne, qui présente de nombreux avantages mais aussi de nombreux inconvénients, en plus des risques des plateformes. Nous avons beaucoup parlé de la sécurité, de la nécessité de surveiller de près le site web où l’on achète, d’utiliser des passerelles de paiement sécurisées… mais nous introduisons également le message selon lequel il faut s’arrêter pour réfléchir à la nécessité de cet achat, surtout parce que l’achat en ligne ne donne pas une satisfaction immédiate, il ne donne pas cette impulsion qui vient de l’achat physique et de la satisfaction de cette envie de “je veux quelque chose, je l’achète et je l’emporte avec moi”. Nous insistons sur l’importance de réduire la consommation et d’acheter dans des magasins locaux, en essayant d’atténuer l’empreinte de tous les achats… nous ne parlons pas seulement de finances, mais nous leur disons que la durabilité ne concerne pas seulement l’environnement, mais a aussi un aspect économique très important.

Quel type d’activités développez-vous pour les écoliers?

Nous avons mis en place un programme pour les écoliers intitulé “Comment survivre sur une île” avec des bases économiques. Survivre serait plus facile s’il s’agissait de survivre en tant qu’individu ; les plus forts survivraient. Mais il s’agit de survivre en tant que groupe et ensuite ils doivent commencer à gérer beaucoup de choses. Échanges, production… c’est là que ça commence à se compliquer et que les bases de l’économie sont utiles pour pouvoir survivre en groupe.

Et, dans le cas des personnes âgées?

Nous avons un programme spécifique pour les plus de 65 ans, notamment dans les zones rurales. Nous leur parlons également de ces concepts. Par exemple, pour eux, les achats ou la banque en ligne ont de multiples applications pour les problèmes qu’ils rencontrent lorsqu’ils vivent dans des zones rurales et n’ont peut-être pas la possibilité de se déplacer. Bien sûr, le commerce en ligne est une chose positive, il donne une colonne vertébrale au territoire car on peut rester dans sa localité sans avoir à aller vivre ailleurs. Mais nous les formons, tout d’abord, à accéder à toutes ces plateformes, car la technologie progresse plus vite qu’ils ne sont capables d’apprendre. Et d’autre part, d’apprendre à gérer cette banque en ligne et ces achats en ligne.

Quelles sont les menaces spécifiques auxquelles les personnes âgées sont confrontées?

Je pense qu’il y a deux mondes qui nous échappent ; d’une part, l’obligation que tout soit en ligne, ce qui rend difficile les demandes de rendez-vous, les démarches… ce renvoi de tout vers le web crée un fossé qui, au final, s’ils n’ont pas de personne de confiance, ils vont être laissés de côté. C’est pourquoi nous insistons pour qu’ils continuent à s’entraîner autant que possible. D’une part, il y a cette obligation et, d’autre part, il y a des gens qui vivent en dehors de la numérisation. Nous devons leur expliquer, mais il y a un grand intérêt de la part de la population âgée à se tenir à jour.

En termes de culture et d’éducation financières, où réussissent-ils ? Quels pays ou cultures servent de référence?

Il existe différents modèles. Nous regardons beaucoup les pays nordiques. En Espagne, il est bien fait parce qu’il y a beaucoup d’entités qui travaillent pour bien faire les choses. Mais, par exemple, dans des pays comme la Norvège, on parle de l’argent avec les enfants beaucoup plus tôt. Ici, je pense qu’il y a encore une certaine hésitation à parler d’argent, alors que dans d’autres sociétés, comme la Norvège, on en parle ouvertement avec les enfants ; ils savent ce que coûtent les choses, ils les impliquent dans l’économie familiale, ce qui est fondamental.

Je dis souvent aux enfants que parler d’épargne, c’est parler de rêve, car c’est ce qui vous permet de réaliser ce rêve. En Espagne, il est vrai que nous n’avons pas fait cela, je me sens membre d’une génération qui ne réussit pas bien avec les enfants parce que nous leur donnons trop de choses et, si cela se casse, nous le remplaçons.

L’éducation financière doit-elle être encouragée dans les programmes scolaires?

L’économie est une matière qui va et vient selon les différentes lois sur l’éducation et il semblait que dans cette LOMLOE, ils allaient la laisser de côté. Et, s’il est vrai qu’elle n’est pas obligatoire, c’est une merveilleuse matière facultative. Le contenu est très agréable et intéressant pour les écoliers. Il parle de durabilité, d’esprit d’entreprise, des fondements de l’économie, du lien entre les valeurs et l’économie… en fait, il s’agit d’économie sociale. C’est un contenu très agréable et je pense que vous pouvez en tirer beaucoup de choses. Et je pense que les organisations qui dispensent une éducation financière à ces écoliers qui suivent cette matière peuvent apporter beaucoup de contenus et d’activités complémentaires. Je pense qu’il a un beau contenu et j’espère que de plus en plus d’étudiants le choisiront.

Cette année, le 22 octobre, journée de l’éducation financière, était consacré à la sécurité. Quels sont les principaux risques auxquels sont confrontés les utilisateurs?

Les méchants (rires). Il y a des méchants très intelligents qui développent des logiciels étonnants et les utilisent pour faire du mal. Chaque jour, il y a des attaques contre les plateformes de paiement, chaque jour, il y a des attaques contre la sécurité des institutions financières, chaque jour, il y a du “phishing”, chaque jour, nous recevons des escroqueries… contre cela, nous pouvons de plus en plus protéger les plateformes, mais ce qui ne manque pas, c’est de nous éduquer.

En savoir plus sur le programme d’éducation financière d’Ibercaja

ARTICLES CONNEXES

Subscribe
Notify of
guest
0 Comments
Inline Feedbacks
View all comments

ARTICLES CONNEXES

0
Would love your thoughts, please comment.x
()
x