-1 C
Zaragoza
-4.4 C
Huesca
-6 C
Teruel
30 enero 2023

Bernal : “Je ne sais pas si c’est à cause de l’eau de l’Ebre, mais il y a toujours eu un grand marché de la bande dessinée à Saragosse”

Le personnage Juan sin Móvil de ce dessinateur (Saragosse, 1979) a atteint la Corée du Sud et, bientôt, il lancera deux nouvelles œuvres, "Superco", le héros de Saragosse, et une œuvre sur la vie de Goya. Cet auteur aragonais est l'une des signatures de "El Jueves" et ses dessins sont également bien connus des supporters du Real Zaragoza, une équipe dont il se déclare fan et dont il traite fréquemment l'actualité.

Nous sommes à l’École des arts, quels souvenirs vous viennent à l’esprit ?

Eh bien, pratiquement le meilleur de ma vie. J’ai fait un cycle supérieur en Illustration et le baccalauréat artistique et c’était incroyable. Vous étudiez à l’école secondaire, on vous dit de venir à l’école des arts parce que vous êtes bon en dessin et que vous aimez le monde artistique et ici vous rencontrez beaucoup de gens qui aiment la même chose, vous rencontrez des gens merveilleux. Ce furent probablement les meilleures années de ma vie, en tant qu’étudiant, pour sûr.


Tu étais triste quand ils ont fermé l’ancien bâtiment ?

C’est triste quand on apprend qu’ils le ferment et, même s’ils ont dit qu’ils allaient avoir un endroit génial, avec tout ce qui est nouveau, c’était très mythique et avait une magie spéciale.

Comment êtes-vous entré dans le monde de la bande dessinée ?

Je dis toujours que j’ai appris à connaître les bandes dessinées grâce à ma grand-mère du côté de mon père, car elle avait des montagnes de bandes dessinées, elle m’a couvert de bandes dessinées toute ma vie. J’allais chez elle le dimanche pour déjeuner et c’est là que j’ai découvert le monde de la bande dessinée, sans même savoir lire. Je pense que c’est à ce moment-là que j’ai commencé à dire que je voulais raconter des histoires à travers des dessins animés et que j’ai commencé à dessiner. À l’école, je le faisais aussi, le professeur enseignait et je le faisais en bande dessinée. Et jusqu’à présent, je n’ai jamais arrêté.

C’était clair pour vous depuis le début, alors…

Je savais que je voulais dessiner, j’aimais ça et j’étais bon dans ce domaine, dans la mesure où je pouvais raconter des histoires à travers les dessins. J’ai découvert le magazine El Jueves quand j’étais très jeune et c’est là que mon cerveau m’a dit qu’il y avait ici des gens qui faisaient ce que l’on aime vraiment, raconter l’actualité à travers un humour graphique. J’étais un enfant parce que je me souviens que je cachais le magazine, mes parents ne savaient pas que j’avais El Jueves. C’était comme un flash dans la tête qui me disait de faire ce que je voulais, mais d’essayer de finir dans ce magazine. Les professeurs de l’École des Arts demandaient n’importe quoi, parce qu’ils nous faisaient faire des expériences avec de l’eau de Cologne, avec des effets d’aquarelle… et je faisais toujours la même chose. Je voulais faire des BD et je voulais faire El Jueves. Aujourd’hui, je rencontre ces enseignants et ils s’en moquent, ils disent “allez vous faire voir, regardez comme vous aviez tout compris”.

En fait, le projet final du cycle Illustration était une bande dessinée, ma première publication. Je l’ai même apporté aux imprimeurs et ils ont produit des copies. Je l’ai emmené dans des foires nationales de la BD pour le vendre. Il coûtait 100 pesetas, je crois, à l’époque. Et c’est là que je suis entré dans le monde de la bande dessinée.

Et quelle est la première BD que vous avez publiée ?

Il s’appelait Gliceryl et Gum, parce que je l’ai obtenu à partir des composants du dentifrice. C’est une sorte d’Astérix, d’un village dans la bouche d’un personnage. Chaque carie avait une caractéristique principale et tout cela parce qu’à cette époque, je me rendais souvent chez le dentiste. Chaque fois que j’y allais, il me disait toujours qu’il avait des caries. Et pendant que je subissais le brrrrrrrr – le bruit de la foreuse – j’imaginais ce monde et je pouvais ainsi échapper un peu à l’angoisse que me procurait la rotaline du démon. C’est comme ça que tout a commencé, avec une BD sur les caries. Maintenant, je le regarde et j’ai absolument honte. Il y a encore des gens qui viennent aux salons de la BD pour me faire signer Gliceryne et Gum parce qu’ils les ont dans leur poche, plastifiés et tout. Et je suis excité à ce sujet, mais en même temps je me sens un peu gêné.

Et en tant que lecteur, quelles sont les bandes dessinées que vous avez aimées ?

J’ai aimé les BD espagnoles, c’est ce que je dis. Je me suis nourri de Super López, c’était ma passion. Super López, Francisco Ibáñez… ça fait cliché, mais ce sont les BD que j’ai eues et qui ont fait partie de mon quotidien. Et l’humour, El Jueves, m’a absorbé quand j’étais enfant et c’est ce qui m’a marqué jusqu’à présent.

Vous êtes arrivé à “El Jueves” en 2005, quel a été votre parcours ?

Je connaissais déjà les dessinateurs parce que j’allais aux salons de la BD, je leur montrais mon travail et ils me disaient de faire de l’aquarelle, ce qui est la tendance actuelle, ou d’écrire à la main… et je faisais ce qu’ils me disaient de faire. Je suis même allé une fois par an, ils ont la rédaction à Barcelone, je les ai appelés pour leur montrer mon travail. Je rencontrais Albert Monteys, qui était l’un des directeurs. Je vois maintenant ce que j’enseignais et j’avais encore beaucoup de travail à faire.

Après avoir enseigné, un été, j’étais sur la plage. J’ai pris El Jueves et j’ai vu qu’ils avaient sorti une section où les gens pouvaient envoyer leurs dessins, le Noticiero. J’ai vu que des personnes qui n’étaient pas des habitués du magazine envoyaient une petite blague sur un numéro en cours. Et j’ai dit pourquoi pas, je vais essayer. Je me souviens que la ligue de football revenait. J’ai encadré cette question. Ils ne m’ont rien dit, mais la semaine suivante, je suis allé chercher El Jueves et la blague était publiée. J’étais tellement excité que j’ai fini par acheter toutes les copies qui étaient dans ce kiosque. Et je l’ai envoyé à nouveau et ils l’ont publié à nouveau.

Ça devenait constant et j’ai reçu un appel. Ils m’ont dit qu’ils allaient me donner un thème et d’essayer une demi-page. Puis ils ont sorti une section où j’ai créé Janus in corpore sano. La légende dit que les dessinateurs de BD n’aiment pas le sport et j’adore ça. Alors ils ont dit Bernal, fais un personnage sportif pour une bande dessinée. J’ai vraiment aimé. Ils m’ont fait passer en pleine page et ça fait maintenant 17 ans. Et je suis toujours là.

Vous traitez aussi beaucoup de l’actualité zaragociste dans votre travail ?

Oui, je suis un grand fan. En plus d’être un fan du Real Zaragoza, je suis détenteur d’un abonnement et je suis un malade né. J’ai commencé à faire des dessins humoristiques dans l’Heraldo de Aragón pour la même raison, parce qu’ils cherchaient un dessinateur qui aimait le football et le Real Zaragoza pour faire des dessins humoristiques et ils n’en trouvaient pas. En fin de compte, c’est venu à moi et c’est là que j’ai commencé. C’était une caricature par semaine, pour le match. Puis le journal Equipo est arrivé ; son directeur, Javier Lafuente, est venu me demander de faire une caricature quotidienne. Et bien sûr, passer d’un seul dessin à en faire un tous les jours était la joie de tout dessinateur. J’ai apprécié cette période de manière incroyable. J’aime toujours faire quelque chose sur le Real Zaragoza parce que c’est une façon d’exprimer le sentiment que je porte.

Le Real Zaragoza vous donne-t-il beaucoup de jeu ?

Il donne du jeu. Je faisais des scénarios pour Aragón Televisión, pour le programme Fondo Norte, et c’était l’année – dans la saison 2020-2011 – où nous avons failli être relégués, quand nous avons été sauvés à la dernière minute dans un grand match au Bernabéu avec des buts de Lafita. La merde, à la fin ça devient fatiguant, tout est pitié, tout est malheur, et les scénaristes ont fait des sketchs sur la façon dont on allait se suicider parce que tout était pitié. L’avantage du football, qui est une chose merveilleuse, c’est que, pour l’humour graphique, si les choses tournent mal, c’est plus juteux. On tire le gag de la tristesse, c’est comme si l’humour était plus reconnaissant quand on essaie de passer de la tristesse à la joie. Mais, si tout est merveilleux, il est plus difficile d’en tirer des blagues. Donc, le Real Zaragoza nous donne beaucoup de jeu. Le fait est que j’aimerais aussi raconter de bonnes choses.

Pour en revenir à la bande dessinée, il y a eu une bonne carrière à Saragosse. Calvo, Calpurnio… comment voyez-vous le panorama ?

Ici, depuis que j’étudie à l’École des arts, j’ai rencontré beaucoup de gens qui ont le même hobby que moi et qui continuent à publier. Je ne sais pas si c’est à cause de l’eau de l’Ebro ou autre, mais il y a toujours eu un grand marché de la bande dessinée. En fait, il y a quelques maisons d’édition et beaucoup de dessinateurs.

Son salon de la bande dessinée est également célèbre…

C’est peut-être ma passion et le fait que j’y aille depuis la première édition, mais c’est probablement le meilleur salon de la bande dessinée en Espagne. Je le dis ouvertement. Il contient des éléments qui m’intéressent vraiment en tant que lecteur et en tant que dessinateur. Ils prennent grand soin des auteurs et on peut respirer la bande dessinée partout, ils lui donnent l’importance qu’elle doit avoir. C’est très accueillant. À Saragosse, j’ai même vu des lecteurs qui étaient venus célibataires, la fois suivante, ils sont venus avec leur partenaire, puis avec des enfants. Et je pense que c’est merveilleux.

 

En parlant de salons de la bande dessinée, tu étais à celui de Moscou, comment y es-tu arrivé ?

C’était tout le problème. J’étais à El Jueves et j’ai reçu un e-mail d’Anna Voronkova. Elle m’a dit qu’ils voulaient m’inviter au festival de la bande dessinée de Moscou, ceci, en espagnol regulinchi. Dans le message, ils mettent les conditions : voyage, séjour et salaire. Et quand j’ai vu le salaire, j’ai pensé qu’un connard se moquait de moi. Et je n’ai pas répondu. Le temps a passé et les gens de El Jueves m’ont appelé pour me dire qu’une certaine Anna Voronkova les appelait, disant qu’il n’y avait aucun moyen de vous contacter. Et j’ai pris contact avec elle. À l’époque, je faisais beaucoup de bandes dessinées sur les migrations et en Russie, ils voulaient s’ouvrir un peu, étant donné leur peur des étrangers, et, à travers la bande dessinée, en invitant des auteurs d’Europe, ils voulaient faire une publication commune.

 

Juan sin Móvil II” est sorti il y a peu, êtes-vous satisfait de ce travail ?

Juan sin Móvil est un cadeau de la vie. L’éditeur m’a présenté le texte pour savoir si je voulais l’illustrer et déjà, en le lisant, j’ai vu qu’il avait quelque chose de spécial. L’éditeur est Fun Readers et est composé d’enseignants. Ils ont trouvé l’écrivain, José Vicente Sarmiento, qui est également professeur de nouvelles technologies. Et l’éditeur, Jesús López, connaissait mon travail et a pensé que ce serait très cool pour moi d’illustrer Juan sin Móvil. Une fois que je l’ai lu, j’ai vu qu’il était merveilleux ; en effet, il nous dit que les nouvelles technologies sont très importantes, qu’elles nous facilitent la vie, en aucun cas il ne dit que les enfants ne peuvent pas être avec leurs téléphones portables, mais il dit qu’ils doivent savoir que cela a ses bons et mauvais côtés.

Il a fait l’objet de sept éditions et est en passe d’en faire une huitième. Chaque édition est tirée à 3 000 exemplaires ; 24 000 exemplaires pour la littérature de jeunesse, c’est une merveille. Sa lecture est recommandée dans les écoles et nous avons sorti la deuxième édition, qui traite également des jeux vidéo. Je pense que c’est merveilleux parce que j’ai coïncidé, avec ma fille aînée, avec toute cette évolution. Lorsque nous avons sorti le numéro un, ma fille était avec son téléphone portable et ses tablettes et, lorsque nous avons sorti le numéro deux, elle joue aux jeux vidéo à fond. Je suis très heureux car cela aide les enfants.

Juan sin Móvil’ a atteint pas moins que la Corée du Sud…

Ils nous ont pris les droits de vente et il a été traduit en coréen, ce qui est amusant car je n’ai rien eu à faire. Ils ont tout mis en coréen, tout, le titre, quelques illustrations que vous voyez avec le texte… et ils l’ont fait eux-mêmes. Incroyable, ils ont des siècles d’avance sur nous. Et c’est très cool qu’en Corée du Sud, le berceau de la technologie, ils aient tellement aimé le livre et que les garçons et les filles coréens le lisent.

Au fait, allez-vous sortir quelque chose de nouveau bientôt ?

Je vais bientôt sortir une BD chez GP Ediciones, la Superco, avec un scénario de Diego Peña, un génie et un ami, et Guillermo Montañés, qui me donne un coup de main pour les couleurs et le dessin. Nous le sortirons en septembre. C’est le super-héros dont cette ville a besoin. Vous verrez des lieux emblématiques de Saragosse, il y aura des blagues, des clins d’œil, des personnages aragonais célèbres… beaucoup de plaisir.

Vous prévoyez également de présenter “Al borde de la cordura”, un projet sur Goya, n’est-ce pas ?

Nous allons bientôt sortir une BD sur Goya. Il sera gratuit et nous avons Jorge Asín, qui est le scénariste. Il a écrit une histoire de sa vie avec une belle fin et très bien résumée, de sorte que lorsque vous le lisez, vous pouvez pratiquement dire que je connais la vie de Goya. Nous avons reçu une commande de la mairie de Saragosse et je pense qu’il sera publié en septembre. Et l’économiste et agité Juan Royo va inclure des textes sur l’importance de Goya dans le monde de la bande dessinée.

En effet, que signifie pour un dessinateur d’ici d’aborder la vie du peintre le plus universel d’Aragon ?

Je suis devenu obsédé. Tout d’abord, parce que je sais qu’il s’adresse à tous les âges et je sais combien il est important que le style plaise aux enfants comme aux adultes. Et comme il raconte l’histoire de la vie de Goya et qu’il y a des scènes qui sont alors les tableaux qu’il a peints, je suis devenu fou et j’ai fait les scènes comme si j’étais Goya, dessinées par moi. Et j’ai été très obsédé par le fait de m’assurer que l’harmonie de la vie de Goya était bien capturée. J’étais dans mon atelier comme Goya, j’ai mis les bougies et tout ; enfin, je les ai mises parce que maintenant la lumière est impossible. C’est un autre cadeau.

ARTICLES CONNEXES

Subscribe
Notify of
guest
0 Comments
Inline Feedbacks
View all comments

ARTICLES CONNEXES

0
Would love your thoughts, please comment.x
()
x