35.5 C
Zaragoza
35.5 C
Huesca
22.4 C
Teruel
13 agosto 2022

Believe in Art, un projet qui associe l’art et la santé pour humaniser les environnements hospitaliers

Grâce à cette organisation, fondée en 2013, de nombreux artistes ont réalisé des interventions artistiques dans des chambres d'hôpital, des salles d'attente et d'autres structures. Avec leur travail, ils aspirent à améliorer le bien-être de ceux qui les traversent et aussi à ouvrir ces espaces à la société.

“Je n’aime pas dire que l’art guérit, bien que parfois on insiste sur ce point; mais il est évident qu’il a un pouvoir sur notre esprit, qu’il produit de la satisfaction, et c’est ce que nous voulons apporter aux hôpitaux. Sans tomber dans le piège de la bienveillance, car nous savons que vous choisissez d’aller dans une galerie d’art, mais l’hôpital est un lieu où vous êtes obligé d’aller”. L’oratrice est Beatriz Lucea, l’une des fondatrices de Believe in Art. Cette historienne de l’art est l’un des visages visibles, avec María Luisa Grau et Marisa Vela, de cette association à but non lucratif qui s’engage en faveur du binôme art-santé, courant dans le monde anglo-saxon: ” Elle est née de notre préoccupation, de la volonté de rendre à la société ce qu’elle nous avait donné à travers l’Art. Nous nous sommes demandé ce que nous pouvions apporter en tant que professionnels de la culture et, comme aucune ONG ne répondait à nos besoins, nous l’avons créée nous-mêmes”, explique-t-elle.

Et à partir de là, ils mettent les hôpitaux en contact avec des artistes nationaux pour humaniser les espaces froids et gris: “Le centre nous demande d’intervenir dans une zone, nous allons la voir, nous l’évaluons esthétiquement et, très important, nous parlons à l’équipe qui y travaille pour qu’elle nous donne ses perceptions et nous dise quelles sont les affections qui y sont traitées, à quoi elle sert, l’âge des patients… Avec cela, María Luisa et moi sélectionnons les artistes qui nous semblent les plus appropriés et nous proposons la collaboration”.

La réponse est toujours la même, un oui, car le projet excite à la fois ceux qui le voient et ceux qui le font. “L’artiste propose un croquis que nous approuvons, puis l’équipe médicale l’examine et lorsqu’elle donne son feu vert, nous planifions la logistique pour générer le moins de désagréments possible.

L’art comme élément du processus de guérison

Peut-être que Beatriz a raison et que l’art ne guérit pas, mais il est certain que les interventions artistiques qu’elles ont promues dans les chambres d’hôpital ou les salles d’attente des enfants ont aidé ceux qui y sont passés, ce que confirment ceux qui y travaillent: “Les agents de santé insistent sur le fait que l’état émotionnel est très important pour le patient, et que l’art joue un rôle fondamental pour l’améliorer. Jusqu’à présent, le patient était traité d’un point de vue très scientifique et médical, mais on s’aperçoit aujourd’hui qu’il est également important de prendre soin de l’esprit, tant du patient et de ses proches que des travailleurs qui s’en occupent”.

Cet avis est également partagé par les protagonistes de cette initiative, c’est-à-dire ceux qui occupent les espaces décorés, comme le rappelle Beatriz: “L’illustrateur David Guirao a collaboré avec nous en peignant une chambre pour les enfants atteints de cancer, et il a montré le résultat lors de ses interventions dans les écoles. Dans l’une d’elles, un garçon a levé la main et lui a dit qu’il y était depuis un an. Ils ont bavardé un moment et le garçon l’a remerciée car la pièce l’avait aidé à mieux rêver”.

L’importance des volontaires

Believe in Art continue d’avancer grâce aux efforts de ses bénévoles: “Il serait impossible de faire ce que nous avons fait et de nous développer aussi rapidement sans la générosité des artistes, mais le projet ne serait pas viable sans les bénévoles non plus. Un groupe diversifié en termes d’âge, de professions… qui nous aide dans tout ce dont nous avons besoin, du déménagement de tableaux à l’élaboration d’un plan marketing”, souligne Beatriz.

Grâce au travail de toute l’équipe, ils ont décoré des espaces de la maternité Miguel Servet, y compris sa façade, de la clinique universitaire Lozano Blesa ou de l’hôpital Royo Villanova de Saragosse, mais aussi de l’hôpital San Jorge de Huesca ou de l’hôpital d’Alcañiz. Ils se concentrent principalement sur les centres de santé, bien qu’ils soient également intervenus dans certaines zones du tribunal pour mineurs de Saragosse: “Nous faisons des exceptions lorsque nous avons quelque chose à apporter, et ils nous ont expliqué que le niveau de stress dans cet endroit est très élevé. Dans de telles situations, nous voulons également contribuer à rendre l’espace plus humain”.

Outre les interventions artistiques, Believe in Art a encouragé d’autres projets liés à l’art, tels que “Ole mi cole”, dans lequel les enfants participent à la conception et à la peinture des centres de santé qu’ils utilisent, ou “Tú pintas mucho”, qui vise à promouvoir et à faciliter la responsabilité sociale des entreprises par le biais de l’art dans les petites entreprises et les travailleurs indépendants. La pandémie a obligé à l’arrêter, mais ils espèrent le reprendre au printemps prochain.
Ils remettent également les prix “Corazón de Oro”, un moment très important pour l’association, selon Beatriz : “D’une part, nous avons la possibilité de réunir beaucoup de personnes qui n’ont normalement pas le temps de le faire, mais cela sert également à célébrer les réalisations que nous avons faites ensemble, à remercier les gens pour leur travail et à annoncer les prévisions pour l’année suivante”.

La dernière cérémonie de remise des prix a eu lieu le 6 novembre et la lauréate était la journaliste et présentatrice Sandra Sabatés.

Projets futurs

La trajectoire de Believe in Art depuis sa naissance a été fulgurante, le grand nombre d’interventions artistiques ou d’illustrateurs qui ont rejoint le projet, ou le fait d’avoir une liste d’attente pour compter sur leur collaboration est quelque chose dont on peut être fier. Et les responsables en sont fiers. Bien que Beatriz affirme que ce qu’ils célèbrent le plus est “l’accueil que nous avons reçu, l’affection que nous avons reçue. Le sentiment que le projet appartient de plus en plus à la ville et que les gens le considèrent comme le leur”.

Pour l’avenir, ils espèrent pouvoir continuer à compter sur le soutien des artistes, des professionnels de la santé et des patients, et également porter leur travail au-delà de l’Aragon : “Nous savons qu’en Espagne, il n’existe pas de projet comme celui-ci, basé sur l’art et soutenu dans le temps. Notre rêve est de le porter, et avec lui le nom de Saragosse et d’Aragon, dans tout le pays et, pourquoi pas, à l’étranger. Nous n’avons pas de frontières”.

ARTICLES CONNEXES

Subscribe
Notify of
guest
0 Comments
Inline Feedbacks
View all comments

ARTICLES CONNEXES

0
Would love your thoughts, please comment.x
()
x