6.1 C
Zaragoza
2.8 C
Huesca
4.9 C
Teruel
3 diciembre 2022

80% des machines agricoles nationales sont fabriquées en Aragon: “Nous sommes une référence”

Les entreprises aragonaises exportent vers des pays d'Europe, d'Amérique et d'Asie. Arados Fontán, de Saragosse, distribue 20 % de ses produits en dehors du pays.

Citernes, remorques, épandeurs d’engrais, excavateurs… ce ne sont là que quelques-unes des machines agricoles qui facilitent chaque saison le travail dans les champs d’Espagne. Huit sur dix ou, en d’autres termes, 80 % d’entre eux sont fabriqués dans la région d’Aragon et dans la province catalane de Lleida. “Nous sommes une référence et nous sommes en passe de le devenir au niveau international. Certaines entreprises exportent déjà jusqu’à 70 % de leur production vers des pays d’Europe, d’Amérique et d’Asie. Et aussi en Australie”, explique Carlos Sánchez, responsable de l’internationalisation au sein du cluster des machines agricoles et d’élevage d’Aragon (CAMPAG). Il assure que dans la Communauté il y a toujours eu “une tradition de ce type de production”.

La fabrication de ces machines contribue à l’économie de l’Aragon. Selon les données de CAMPAG, elle représente 1,21% du produit intérieur brut (PIB) et ses membres – 48 PME et 9 centres de recherche et de diffusion – ont un chiffre d’affaires annuel de plus de 250 millions d’euros. ” Nous collaborons avec des centres tels que l’université de Saragosse et des entités comme Aragón Exterior ou la Chambre de commerce pour analyser le marché, rechercher des clients potentiels et progresser en matière d’innovation “, explique Sánchez à propos du fonctionnement du cluster.

En bref, l’objectif du cluster est d’unir les forces et de créer une marque d’Aragon reconnue dans le monde entier. C’est précisément dans cette optique que l’entreprise Arados Fontán, située dans la ville d’Alfajarín, à Saragosse (Espagne), fabrique des charrues à versoir réversibles. Depuis près d’une décennie, ils exportent 20 % de leur production, principalement vers la Roumanie et, dans une moindre mesure, vers la France et la Pologne.

De l’avis du directeur d’Arados Fontán, Antonio Alot, le produit agricole espagnol est bien considéré “surtout dans les pays de l’Est”. Et spécifiquement en Aragon, ils trouvent des charrues plus légères dont l’utilisation se traduit par des économies de carburant. Une caractéristique à prendre en compte car l’investissement à l’achat d’une charrue de taille moyenne (quatre corps) est d’environ 13 000 euros.

“En Roumanie, nous vendons principalement en raison des caractéristiques de nos machines, qui intègrent un vérin hydraulique qui se déclenche lorsqu’il y a des pierres, ce qui évite de nombreux arrêts à l’agriculteur”, souligne Alot. En outre, le responsable cite la conception et la taille de ses pièces – plus grandes que d’habitude – comme faisant partie des points forts des produits qu’il fabrique. “Nous fabriquons des charrues comportant jusqu’à onze corps qui passent au peigne fin 4,5 mètres de terre en un seul passage”, précise-t-il. En Espagne, la moyenne est de cinq, mais en Roumanie et en Pologne, ils demandent des machines plus grandes car ils ont de très grands champs. Le transport de ces machines, qui peuvent peser jusqu’à 5 000 kilos, se fait par la route, démontées sur des remorques.

Des charrues numérisées pour économiser l’eau et le carburant

Les caractéristiques de ces charrues alfajarinense ne sont pas le fruit du hasard. Sur les six personnes qui composent le personnel d’Arados Fontán, une – la seule femme, sans tenir compte des employés d’Alot Metal, une entreprise sous-traitante – se consacre à la conception et à l’innovation des pièces. “L’agriculteur est modernisé”, dit le directeur. C’est pourquoi son objectif est de numériser une charrue qui intègre un analyseur de sol. Cela permettra à l’agriculteur de connaître les caractéristiques du sol : profondeur, humidité, gravier, sable, etc., afin d’économiser l’eau, le carburant et de rendre le travail plus efficace. “Nous sommes maintenant dans la phase de conception. Nous espérons le mettre sur le marché l’année prochaine”, dit-il.

Au total, Arados Fontán vend environ cent cinquante machines par an, dont trente hors d’Espagne. Interrogé sur son rêve à long terme, Antonio Alot répond : “Nous aimerions développer l’exportation, mais c’est très compliqué. Il faut beaucoup de temps et de personnes”. L’un des principaux obstacles auxquels ils sont confrontés est le manque de main-d’œuvre qualifiée. “Chaque année, nous perdons des professionnels car ils sont plus nombreux à partir à la retraite qu’à obtenir un diplôme dans ce secteur”, explique-t-il. Cependant, il reconnaît qu’il existe une compensation qui va “au-delà de l’aspect économique” : la fierté et l’excitation de savoir que son travail est également reconnu dans d’autres pays.

Prochaine destination : Serbie et Afrique du Sud
CAMPAG a été créé en 2018 et se concentre actuellement sur trois lignes d’action : l’innovation, l’internationalisation et la coopération entre entreprises. “Nous sommes attentifs aux appels de fonds publics, nous entretenons des relations avec des entreprises d’autres pays et nous facilitons les synergies entre partenaires”, résume M. Sánchez en termes généraux.

CAMPAG a récemment obtenu des subventions pour des projets d’agriculture rurale et verticale. Ils développent également un outil de suivi du marché qui décompose et répertorie les pays qui achètent et investissent le plus dans le matériel agricole, ainsi qu’une liste de contacts de distributeurs et d’exportateurs potentiels. Ils fonctionnent un peu comme une application de rencontre. “Nous connaissons nos partenaires et nous savons quels sont leurs besoins. Lorsque nous trouvons une entreprise qui pourrait leur convenir, nous organisons des conversations et les présentons”, dit-il.

Jusqu’à présent, ils ont frappé à la porte de marchés en Roumanie, en Afrique du Sud, en Serbie, en Allemagne et en France. “Celui qui met tous ses œufs dans le même panier court plus de risques. Le fait de se diversifier et d’avoir des revenus provenant de différents pays signifie qu’en cas de problème, la perte sera moindre”, valorise le responsable de l’internationalisation, qui conclut qu’un élément essentiel des relations commerciales dans le domaine de l’agriculture et de l’élevage sont les foires commerciales. La dernière Foire internationale du machinisme agricole (FIMA) s’est tenue à Saragosse à la fin du mois d’avril.

ARTICLES CONNEXES

Subscribe
Notify of
guest
0 Comments
Inline Feedbacks
View all comments

VOUS POURRIEZ ÊTRE INTÉRESSÉ PAR

0
Would love your thoughts, please comment.x
()
x