35.5 C
Zaragoza
35.5 C
Huesca
22.4 C
Teruel
13 agosto 2022

Raúl Oliván : “L’Aragon se positionne comme un fer de lance de l’innovation publique”

Le directeur général du gouvernement ouvert et de l'innovation sociale d'Aragon, Raúl Oliván, nous parle de l'innovation publique et de la relation entre les citoyens et l'administration, juste avant que l'Aragon accueille, les 28 et 29 octobre prochains, le congrès #NovaGob2021. Il s'agit d'un événement international et virtuel qui aborde l'importance de l'innovation et de la gouvernance participative.

Commençons par les bases, qu’est-ce que #Novagob2021?

Il s’agit de l’événement public le plus important en matière d’innovation en Espagne. Il a surtout une influence en Espagne, mais aussi une certaine influence en Amérique latine. C’est un congrès qui a lieu depuis sept ans et cette année, nous l’accueillons en Aragon. Nous avons décidé de l’organiser il y a un an et nous avons été assez prudents, car nous ne savions pas comment allait être la pandémie, pour le faire en format numérique. Mais nous ne voulions pas faire une énième réunion Zoom et Youtube et nous avons décidé d’entreprendre un projet auquel nous pensions depuis un certain temps et de profiter de cette occasion pour le lancer, à savoir créer un environnement virtuel. Un espace sans précédent de réalité mixte en trois dimensions qui nous permet de rêver un peu et de faire les choses différemment, ce qui est #LAAABvirtuel.

Quels sont les sujets qui seront abordés lors du congrès?

Nous parlerons de transformation numérique, de gouvernement ouvert, de différents types d’outils, d’intégrité éthique publique et de responsabilité. Les thèmes sont basés sur six aspects essentiels pour nous, qui sont précisément les six vecteurs de l’hexagone de l’innovation publique : Open, qui fait référence à tout ce qui est ouvert, à la génération de conversations avec le monde extérieur et à l’ouverture des institutions ; Trans, qui signifie mélanger, hybrider, briser la verticalité et rendre les approches plus transversales ; Fast, la rationalisation administrative, la réduction de la bureaucratie ou du temps ; Proto, travailler sur des prototypes, des projets pilotes, des produits minimum viables, mettre en œuvre la culture du design dans l’administration publique ; Co, l’idée de co-création, l’intelligence collective, la création de communautés d’apprentissage ; et Tec, qui a trait au numérique, ce qui est le plus évident.

Parfois, nous voyons l’administration, les institutions, comme une entité presque granitique, inaltérable, mais il est important qu’elles innovent.

En fait, nous avons notre propre modèle, qui est cet hexagone, et ce qu’il promeut est un processus de transition d’organisations hiérarchiques, monolithiques, fermées et paternalistes vers des organisations en réseau, ouvertes, flexibles, poreuses, démocratiques et empathiques. C’est le travail que nous réalisons depuis le laboratoire [de gouvernement] ouvert d’Aragon au niveau régional, mais aussi, par le biais de différents projets, nous le diffusons afin que toutes sortes d’organisations et d’institutions dans le reste du pays et même au niveau international puissent l’adopter.

Est-il donc possible de changer la relation entre le citoyen et l’administration pour qu’elle ne soit pas si froide, si distante?

Bien sûr qu’elle l’est. Nous avons connu une crise de confiance et une crise de désaffection des citoyens envers la démocratie et les institutions depuis plus de dix ans. On peut repenser les relations d’une autre manière, adopter la formule du réseau, des relations plus horizontales basées sur la confiance, l’émotion et l’affection, et non sur la froideur de la bureaucratie et de la technocratie. Nous pensons que c’est possible, même si cela représente évidemment un effort face à l’inertie des institutions et aux vices acquis et à la culture de la tradition. Il ne s’agit pas de tout révolutionner, mais d’introduire dans l’administration ces dynamiques plus ouvertes, rhizomatiques, distribuées.

Et comment s’est passé le défi du lancement de #LAAABvirtual?

Il sera très innovant. En même temps, nous créons un espace d’exposition pour le gouvernement d’Aragon, un espace pour des événements et des conférences, mais aussi une sorte de Mooc, un cours en ligne qui formera et transférera des connaissances à des milliers de fonctionnaires en Espagne et dans toute l’Amérique latine. Nous l’avons fait avec Imascono, une entreprise avec laquelle nous entretenons une relation de longue date, puisqu’elle a été l’une des premières entreprises que nous avons incubées lorsque j’étais directeur de Zaragoza Activa. Et puis NovaGob a pensé que c’était génial d’expérimenter ce format. Comme nous n’allions pas tenir physiquement le congrès à Saragosse, je voulais que les gens aient au moins l’impression de nous rendre visite, et c’est pourquoi nous avons eu l’idée de #LAAABvirtual, qui, je pense, est un format qui est là pour rester et qui va progressivement gagner du terrain pour déployer des formats amphibies.

Je sais que c’est compliqué dans ce genre d’environnement, mais pouvez-vous décrire ce que la personne qui entre dans le LAAABvirtual va trouver ?

Ils vont voir une salle centrale de forme hexagonale, avec un grand écran, comme s’ils entraient dans une salle d’assemblée, où auront lieu les grandes conférences ou l’inauguration. Il comporte également un panneau central qui explique ce qu’est le LAAAB, ce qu’est le congrès NovaGob, pourquoi il est de forme hexagonale et quels sont les six vecteurs. Il expliquera également que, si vous vous inscrivez, vous aurez accès à plus de choses, y compris un diplôme, c’est pourquoi nous disons que c’est aussi une sorte de Mooc, une formation, mais au lieu d’être sous la forme de Moodle ou d’un environnement numérique plus conventionnel, c’est sous la forme d’un espace 3D, ce qui nous semble plus amusant. De là, vous pouvez vous déplacer dans les six salles latérales, qui correspondent aux six vecteurs et où les contenus sont répartis de manière thématique. Vous pourrez vous informer sur les projets LAAAB, les autres projets NovaGob et d’autres activités telles que des ateliers, des conférences et des exposés. Il y a pratiquement une centaine d’intervenants au congrès et tous ne tiennent pas dans la salle centrale.

D’une certaine manière, cette plateforme complète l’espace physique d’innovation sociale dont vous disposez déjà sur la Plaza del Pilar. Que voudriez-vous que ce LAAABvirtuel devienne ? Jusqu’où voudriez-vous qu’il aille ?

Nous voulons qu’il inaugure un nouveau format, quelque chose qui n’existe pas jusqu’à présent, à savoir un showroom de gouvernement ouvert, un lieu où vous pouvez montrer vos projets. Nous disposons d’une salle d’exposition à la Plaza del Pilar 3. Nous nous sommes rendu compte que dans le monde numérique, les frontières n’ont pas beaucoup de sens et qu’avec le même effort que vous faites pour atteindre les habitants de Benasque ou de Cantavieja, à Teruel, vous pouvez atteindre Cadix, Coruña ou, si vous vous dépêchez, l’Équateur ou Bogota.

Nous sommes également intéressés, à moyen et long terme, par l’expérimentation de processus de participation citoyenne par le biais d’avatars, bien que cela ne soit pas encore développé. Pour l’instant, vous entrez comme si vous étiez une première personne, vous ne vous voyez pas ou ne voyez pas les autres personnages parce que ce n’est pas conçu pour cela et cela rend l’environnement plus complexe, mais pourquoi ne pas penser qu’à l’avenir les habitants de Benasque pourront se connecter avec un avatar à un processus participatif et mettre quelques post-its sur le tableau sans avoir à venir à Saragosse ?

Et aussi cette idée de ressources en ligne, d’une manière différente d’apprendre, de participer et d’interagir. Vous n’avez plus un cours plat, pas même un cours interactif en ligne, mais vous avez le sentiment de voir le professeur, d’interagir avec d’autres personnes, etc. Nous sommes un laboratoire, nous devons faire des expériences. Cela ne se fera pas sans échecs et sans petits risques ou petits échecs, mais c’est aussi une de nos missions, de tester et d’innover.

Comment la pandémie a-t-elle affecté la relation du citoyen avec les institutions ? A-t-on appris quelque chose?

Je pense que la pandémie a été une accélération, surtout au niveau du numérique, la loi nous a dit qu’en 2010 toutes les procédures administratives devaient être électroniques. Ces prévisions étaient assez optimistes et, dans de nombreux cas, elles n’ont pas pu être réalisées. Dix ans plus tard, en 2020, une pandémie apparaît. Je pense que cela nous a accéléré de dix ans. Certaines administrations ont dû réaliser en quelques mois ce qu’elles comptaient faire d’ici 2030. Il y a eu une très forte poussée, je pense que la pandémie a accéléré les processus.

Et quelles mesures l’Aragon a-t-il prises en vue d’améliorer l’innovation et la participation du public?

Lorsque je suis arrivé il y a quatre ans, l’une des premières choses que j’ai faites a été de transformer le service de participation en cette idée de laboratoire. Et à partir du laboratoire, nous avons reformulé et révolutionné ce que nous avions fait dans les processus participatifs, dans les politiques publiques… nous avons fait délibérer les citoyens pour concevoir une loi, mais nous nous sommes également mis au service des localités qui veulent, par exemple, réformer un parc ou faire un plan de commerce local.

C’est ce que nous faisions et nous continuons à le faire mieux, avec des outils méthodologiques et numériques plus puissants, mais nous avons également créé un écosystème d’innovation composé de nombreux projets tels que Open Kids, qui a trait à la participation des enfants ; le programme Aspasia, qui réfléchit à la participation dans une perspective de genre et à la visibilité des femmes dans les politiques publiques; Social Impact Academy, une école pour les jeunes leaders sociaux; Hateblockers, un projet qui travaille sur la question des récits de haine et de polarisation dans les réseaux sociaux; Easy Government, avec des enfants souffrant de handicaps mentaux, de capacités diverses ou de problèmes de santé mentale, qui combine le thème de la lecture facile et traduit des lois ou des formulaires très complexes en une lecture facile grâce à des pictogrammes et des mots; Visual Gob, qui est un outil très puissant, je pense le plus puissant en Espagne et qui est actuellement nommé au niveau européen, sur la responsabilisation en temps réel et qui permet une narration très, très visuelle de quelque chose de très abstrait qui est le gouvernement; ou encore Cvol, qui est une plateforme numérique qui reconnaît l’action des volontaires et mesure leur performance dans les compétences transversales et dans les Objectifs de Développement Durable. Et à tout cela nous pourrions ajouter, par exemple, tout ce que nous avons fait lors de la pandémie autour de Frena La Curva, qui était une plateforme que nous avons lancée naïvement pour canaliser l’énergie des citoyens d’Aragon et qui a fini par avoir un impact dans plus de vingt pays.

Et tout cela est simple ? Parce qu’il est très facile de comprendre que ce type de relation entre l’administration et les citoyens est bien meilleur, mais en fin de compte, nous essayons de changer des processus politiques et bureaucratiques qui sont en place depuis de nombreuses décennies. Comment les administrations elles-mêmes acceptent-elles cet effort d’innovation?

Évidemment, il y a une résistance au changement et des éléments de réaction, parce que l’inertie des années est puissante et que tout le monde dans l’administration ne comprend pas ce changement de modèle, mais nous sommes là, jouant un peu le rôle de cheval de Troie, avec de nombreux alliés au sein de l’administration. De plus, la loi sur la participation et la transparence nous protège, elle dit que ces politiques publiques doivent avoir des processus participatifs. Il y a donc aussi un mandat politique qui nous donne du pouvoir et de la centralité. Et comme un symbole de ce pouvoir et de cette centralité, nous sommes sur la Plaza del Pilar 3, nous ne sommes pas un laboratoire périphérique, nous sommes au centre de la ville pour promouvoir ces choses.

Nous sommes donc en quelque sorte en train d’inoculer cette culture, cette façon de voir l’administration dans l’ensemble de l’organisation, et c’est notre objectif, nous ne sommes pas venus ici pour jouer les petites filles, pour faire des petites choses colorées qui font bien sur les Power Points, mais nous avons l’ambition légitime, pas naïve mais vraiment compliquée, de changer toute l’institution. Nous voulons que le Gouvernement d’Aragon soit un exemple de nouvelle institutionnalité et nous savons qu’il s’agit d’un processus à long terme, que cela prendra des années et que nous sommes des milliers et des milliers d’employés et des centaines de services, mais que petit à petit nous allons générer ces alliances, ces connexions, ces réseaux d’innovateurs. Nous sommes en train de mettre en place une entente interdépartementale de personnes qui voient cela et aussi avec le soutien politique du président, Javier Lambán, et de la conseillère municipale, Mariví Broto, qui nous donnent toute la confiance et tout l’élan.

#Novagob2021 commence le jeudi 28 et est gratuit et en accès libre. Qui devrait y assister?

Tous les employés publics d’Aragon, qui recevront également un diplôme officiel de l’IAAP équivalent à 15 heures simplement pour avoir assisté à la réunion et rempli un court questionnaire. Tous les employés publics d’Amérique latine, qu’ils soient d’Andalousie, d’Argentine ou du Chili, car ils vivront une expérience intéressante et pourront recevoir un diplôme de NovaGob. Et enfin, toutes les personnes, entreprises et universitaires intéressés par l’innovation publique.

Que signifie pour l’Aragon l’organisation d’un tel événement?

Nous allons marquer une étape importante, l’Aragon se positionne depuis deux ou trois ans comme la Communauté autonome la plus innovante d’Espagne. Des prix au niveau européen et des mentions au niveau national nous placent dans cette catégorie. Nous sommes maintenant nominés pour trois prix dans le cadre des Innovation Politics Awards, et c’est la première fois dans l’histoire qu’une même institution est nommée trois fois.

Et cela a un mérite particulier car nous ne sommes pas une Communauté Autonome avec beaucoup de ressources, et malgré cela nous sommes en train de positionner l’Aragon comme un fer de lance de l’innovation publique, et cela est important car au final le secteur public ne représente pas moins d’un tiers du Produit Intérieur Brut de chaque territoire. Nous pouvons maintenant faire la révolution française dans les entreprises, nous pouvons maintenant faire la transformation numérique dans les PME, et sans que le secteur public soit fort, disruptif et innovant, nous ne pourrons pas avancer.

Je crois que nous le faisons et nous le faisons bien, et ce #NovaGob2021 est le corollaire de ce processus, qui devra se poursuivre dans les années à venir pour que ce ne soit pas une mode passagère mais une tendance.

ARTICLES CONNEXES

Subscribe
Notify of
guest
0 Comments
Inline Feedbacks
View all comments

VOUS POURRIEZ ÊTRE INTÉRESSÉ PAR

0
Would love your thoughts, please comment.x
()
x