33.3 C
Zaragoza
31.6 C
Huesca
27.2 C
Teruel
12 septiembre 2022

Patricia Esteban Erlés: “J’aime que le lecteur cherche en lui-même les réponses aux questions posées par une fin qui n’est pas entièrement fermée”

La littérature de Patricia Esteban Erlés est captivante. Son univers terrifiant, fantastique et quotidien cache des surprises inquiétantes, des personnages sombres, des réalités polyédriques et un regard acéré et critique sur le monde dans lequel nous vivons. Erlés est une conteuse experte, un genre qu'elle maîtrise et dans lequel elle déploie tout son talent narratif. La preuve en est son dernier ouvrage, "Ni aquí ni en ningún otro lugar" (Páginas de Espuma), illustré par Alejandra Acosta. Elle est également l'auteur de "Manderley en venta", "Casa de muñecas", "Azul ruso", "Abierto para fantoches" et du roman "Madres negras", entre autres titres, et a contribué à de nombreuses anthologies. Il est également chroniqueur régulier pour Heraldo de Aragón et, depuis un an, il dirige le podcast "Erlés in noir".

En juin, vous avez participé au Festival européen du conte en Croatie, comment s’est passée cette expérience ?

C’était très enrichissant et passionnant. Il y avait beaucoup d’auteurs de différents pays et l’ambiance était très agréable. Ils l’ont très bien préparée parce que c’était une rencontre qui combinait divertissement et activités culturelles, il y avait des lectures en public dans différents endroits, dans deux villes : à Zagreb et à Zadar, qui est une ville côtière, et il y avait aussi toutes sortes d’interviews, de discussions avec des professeurs d’université spécialisés dans le genre et c’était très flatteur de pouvoir être là.

La nouvelle est un genre très populaire dans de nombreux pays, pensez-vous qu’elle l’est aussi en Espagne ?

Je pense que, commercialement, c’est encore le petit frère du roman qui est à la traîne. Mais je pense que du point de vue de la considération académique, et surtout du traitement qui lui est réservé dans le milieu universitaire, c’est un genre très important. Peu de genres sont aussi étudiés et aussi bien décomposés du point de vue de la technique et des thèmes. Par exemple, il y a beaucoup de recherches sur le côté féministe de l’histoire.

De nos jours, de nombreuses études parlent de femmes conteurs qui tentent d’enfoncer un coin, ou qui tentent de faire ressortir cette vision du monde dans laquelle les femmes sont encore une sorte de victime en de nombreuses occasions. Sans se plaindre ni se lamenter, mais plutôt comme une dénonciation d’une réalité qu’il faut combattre.

Votre travail a été étudié dans différentes parties du monde, des clubs de lecture sont organisés autour de vos livres et vous avez également participé à des anthologies en Amérique latine. Comment vivez-vous cette universalité de votre travail ?

Avec beaucoup de gratitude, très heureux parce que c’est quelque chose de très beau et de très surprenant. L’enseignante croate qui m’a invité [au Festival européen de la nouvelle] l’a fait précisément parce qu’elle avait entendu parler des histoires que j’écris lors d’une conférence et il est intéressant de voir comment ils montrent une volonté d’intégrer tout type de littérature ou d’auteur qui a quelque chose à dire. C’est quelque chose de très beau et de représentatif du mouvement mondial qui se met en place pour donner raison à ce que nous, les femmes auteurs, avons à dire.

Bien que vous ayez également écrit des romans, votre œuvre est marquée par les nouvelles et les micro-récits. Qu’est-ce qui vous plaît le plus dans ces genres en tant qu’écrivain et en tant que lecteur ?

Je trouve cela très intéressant du point de vue de la lecture, qui, je pense, est la façon dont il faut commencer : j’étais avant tout une lectrice de nouvelles avant de me mettre à la cuisine et de cuisiner les miennes. Je trouve très intéressant le défi de raconter une histoire quand on a si peu d’espace et qu’il faut amener le lecteur à s’immerger dans ce monde qui se crée entre les deux silences, celui d’avant la lecture et celui d’après. Je trouve très mystérieux que l’on puisse réaliser cela avec quelques mots et quelques personnages, que l’on puisse faire vivre quelqu’un dans une histoire.

C’est ce qui m’est arrivé avec les auteurs qui m’intéressaient et c’est ce qui m’a amené à écrire. Je dis toujours que l’on écrit par envie parce que l’on a envié quelqu’un jusqu’au délire et que l’on voudrait avoir écrit avant lui ce qui nous a tant plu, ce que nous avons découvert grâce à son travail.

En tant qu’écrivain, c’est toujours un défi. Dans un roman, il n’est pas si important qu’il reste peut-être un paragraphe, cela peut passer inaperçu, ou qu’une scène ne soit pas suffisamment conclue. Dans une histoire, il est très complexe que quelque chose puisse être laissé de côté et que le lecteur soit intéressé s’il y a vraiment quelque chose qui n’est pas à sa place.

Quelles sont vos femmes écrivains préférées ?

Il y a beaucoup de femmes auteurs. Je suis particulièrement intéressée par les auteurs qui ont traité de la situation des femmes. Nous lisons des auteurs masculins depuis des siècles, je leur suis dévouée, je les aime et je n’ai rien contre eux, mais je trouve très intéressant que l’on se réapproprie cette façon d’être au monde, c’est-à-dire d’être une femme, et je m’intéresse beaucoup aux problèmes, surtout, de la vie traditionnellement assignée aux femmes sans qu’elles aient la possibilité de la choisir.

Je m’intéresse particulièrement aux femmes qui ont travaillé sur cette perspective, qui nous ont montré ce qu’était la vie d’un être humain presque condamné à être mère, à subir des conditionnements sociaux et économiques et à manquer de liberté. Surtout, des femmes qui ont traité le thème de la maison comme une cage. Je m’intéresse beaucoup à Shirley Jackson, qui traite du thème de la maison comme d’une cage dans laquelle une femme est emprisonnée.

Je suis très intéressée par Silvina Ocampo, je pense que c’est un auteur qui n’a pas encore été entièrement découvert, bien qu’elle ait déjà une longue trajectoire de chercheurs qui se sont approchés de son œuvre, il me semble que c’est un auteur auquel il faut toujours revenir parce qu’elle est un peu éclipsée par ses liens avec son mari, Bioy Casares, et avec leur ami, Borges. C’est donc le côté d’un triangle qui a été quelque peu occulté.

Je m’intéresse beaucoup à Ana María Matute et à presque tous les auteurs qui ont traité le quotidien d’un point de vue dérangeant, en montrant les ombres qu’il peut avoir.

Votre dernière œuvre, “Ni aquí ni en ningún otro lugar”, est une sorte de réinterprétation de contes classiques. Qu’est-ce qui fait que ces histoires nous dérangent et nous plaisent même à l’âge adulte ?

Ils ont le pouvoir de vous emmener avec eux dès que nous sommes très jeunes. J’ai peut-être oublié un roman que j’ai lu la semaine dernière, mais je me souviens parfaitement du moment où ma mère me racontait Blanche-Neige alors qu’elle essayait de me faire manger le foie prescrit par le médecin. Je me souviens qu’une suspension de la vie réelle s’est créée lorsqu’elle me racontait cette histoire. Et je pense que c’est ce qui nous passionne vraiment : enveloppés dans un monde très beau, très merveilleux, ils nous parlent à la fin de ce que c’est que d’être humain, de la mort, de la cruauté, de la trahison, de l’amour, de l’amour au-delà de la mort. Je crois que ces enseignements avec ce monde merveilleux, ces images, ce rythme nous séduisent et nous conquièrent et font qu’il est impossible pour quiconque d’échapper au charme d’une histoire.

Le monstrueux apparaît généralement dans vos histoires, mais toujours avec compassion envers cet être incompris, dépositaire de tous les maux et de toutes les peurs d’une société. Qu’est-ce qui vous plaît le plus dans le monstrueux comme thème littéraire ?

J’aime la dénonciation qui peut être faite à travers le monstre d’un regard d’exclusion. Je pense que le monstre est quelqu’un qui est très bon pour nous, dans les sociétés nous devons toujours avoir un monstre, une créature qui nous fait sentir normaux. Ce regard du “nous” qui affronte l’autre, qui est le monstre, me semble totalement brutal. Il me semble que c’est une forme de condamnation, de marginalisation qui est en train de changer, ce qui me passionne aussi.

Au fil du temps, nous cherchons le monstre correspondant, ce pourrait être l’étranger, la personne d’une autre religion, celle qui est née avec une difformité physique, la femme d’une société particulière, mais nous finissons toujours par le trouver.

Je crois que le monstre est vraiment dans les yeux de celui qui regarde, et non dans la créature transformée en monstre par les autres.

Dans votre travail, nous trouvons la terreur au milieu d’une forêt mais aussi dans des scénarios quotidiens. Comment pouvons-nous percevoir le malaise et la terreur dans le quotidien ?

Je l’ai trouvé grâce aux auteurs. Hitchcock est une référence inexcusable, lui et par extension Patricia Highsmith, auteur de la terreur de notre cuisine, de notre salle de bains et de notre chambre.

Avec Hitchcock, j’ai découvert que l’on peut avoir très peur de la douche dans laquelle on se baigne tous les jours, où tout peut nous arriver. Ou encore, si un couteau se trouve sur une table de cuisine, c’est-à-dire le couteau avec lequel vous coupez vos aliments tous les jours, il peut devenir une arme mortelle.

Je pense à de nombreux films d’Hitchcock, à “La Corde”, à ce coffre dans lequel se trouve un cadavre et à ces deux amis qui parlent comme si de rien n’était. Et je pense que c’est la peur qui nous effraie vraiment. Fantômes, vampires, zombies, nous les avons tellement stéréotypés qu’ils ont atteint un point où ils ont perdu cette capacité d’étrangeté. Mais nous pouvons être très effrayés par quelqu’un qui fait partie de notre environnement et qui devient soudainement un étranger féroce, et je pense que cela est obtenu avec des éléments du quotidien. On ne peut pas confier l’effet terrifiant à une apparition spectrale ou à un homme qui sort d’entre les morts au cimetière : on peut avoir très peur de son meilleur ami, de son partenaire, de son charmant voisin, et cela me semble encore plus efficace.

Pour être encore plus précis, nous trouvons également dans vos histoires des terreurs ou des situations spécifiques qui touchent les femmes. Est-il important pour vous d’inclure une perspective de genre ou le féminisme dans vos histoires ?

Je ne l’ai jamais fait intentionnellement, mais ça a toujours filtré. Je regarde en arrière et je réalise que dans “Une maison de poupée”, qui est un livre de 2012, il y avait déjà une conscience très forte de ce que cela signifie d’être une femme et de toutes les bonnes et mauvaises choses qui peuvent en découler.

D’un point de vue littéraire, je pense qu’il est très important de refléter le monde dans lequel nous vivons. Non pas dans un esprit de plainte et de lamentation mais d’information et de dénonciation, je pense que c’est la manière de refléter le monde dans lequel nous vivons, la société qui nous a touché avec ses lumières et ses ombres et je pense que cela n’a jamais été une décision consciente, “je vais écrire un livre de micro-récits féministes”. Mais au fil du temps, j’ai vérifié et il existe un certain nombre d’études sur “Une maison de poupée” qui ont étudié le côté féministe de nombreux textes, qui sont courts mais qui parlent des femmes en tant que poupées, des poupées elles-mêmes en tant que modèles qui ont été assignés à nous, les filles qui sont devenues des femmes, parce que certaines limites physiques et même comportementales, et c’est très important.

Vous avez tendance à vous concentrer sur la création de la beauté à travers le langage.

En fin de compte, c’est la voix qui compte. Je dis toujours qu’il y a quatre ou cinq thèmes qui nous intéressent depuis que nous avons cessé d’être de petits singes et que nous avons commencé à penser et à apprécier la beauté et la réflexion. Les thèmes sont au nombre de quatre, mais les voix sont nombreuses. On peut aiguiser sa voix, on peut la moduler grâce au langage et pour moi, c’est un instrument merveilleux, je ne me lasse pas de le travailler, de souffrir avec lui quand une phrase ne sort pas comme on le voudrait, quand on ne trouve pas le mot exact qui nous vient sans cesse à l’esprit mais qu’on n’arrive pas à saisir.

Il me semble que c’est un véritable miracle que nous ayons pu trouver cette façon de nous exprimer et c’est une passion absolue pour la langue en tant qu’instrument de travail, en tant que matériau, en tant qu’argile qui vous aide à raconter l’histoire.

Dans votre travail, certains lieux, tels que des maisons ou des châteaux, occupent une place centrale. D’où vient cet intérêt pour l’espace en tant que personnage ?

J’aime vraiment les choses et les espaces qui définissent leurs propriétaires. Je pense qu’à travers les objets et les lieux où ils vivent, on pourrait presque faire une radiographie sans trop se tromper. Je pense que le choix d’un objet, d’un type spécifique de stylo plume, d’un papier peint, définit très bien qui utilise le stylo ou qui vit dans cette maison.

Je pense que les maisons, en particulier, sont des lieux de vie. Pour moi, qui travaille beaucoup sur les atmosphères, il est très important de voir l’endroit où les histoires vont se dérouler, je pense que ce sont des complices que nous ne pouvons pas négliger.

Tous ceux qui ont vu “Rebecca” se souviennent de la vivacité de Manderley, de sa présence atroce et très négative à l’égard du nouveau venu. Cette maison qui semble toujours attendre la maîtresse morte. Je vois toujours Manderley comme une sorte de fantôme domestique, un chien fidèle qui attend l’arrivée de Rebecca.

Il me semble que les maisons nous définissent et vous pouvez donner un ton très spécifique à une histoire ou un roman si vous avez le quartier général, le cadre, l’endroit où vos créatures vont apparaître petit à petit, et j’y accorde beaucoup de valeur parce qu’il me semble que la valeur narrative que vous pouvez lui donner ne doit pas être sous-estimée.

“IL Y A PEU DE GENRES AUSSI BIEN ÉTUDIÉS QUE LA NOUVELLE”.

Vous n’êtes pas un auteur qui cherche à tout prix une fin heureuse, est-ce une façon de montrer que la beauté ne se trouve pas seulement dans le beau et le lumineux ?

Je pense qu’il n’y a rien de plus réaliste que d’accepter qu’il y a beaucoup de fins tristes dans la vie. Ce n’est pas que je les aime particulièrement, mais je crois que certaines histoires ne peuvent pas avoir de fin heureuse, que ce n’est pas ce qu’elles méritent et ce que l’on peut vraiment attendre en tant que spectateur ou lecteur.

Cela me perturbe vraiment lorsqu’une fin heureuse est forcée, lorsque je vais au cinéma et que je me rends compte qu’ils étaient sur le point de donner un autre rebondissement, une autre fin et que la modalité commerciale l’a emporté, le sentiment que si vous ne donnez pas au public une fin rassurante, il ne va pas revoir votre film. Il me semble que c’est une sorte de prostitution du travail. Si nous voulons vraiment raconter l’histoire du monde dans lequel nous vivons, nous ne devons pas éviter les aspects négatifs qui existent, ainsi que les aspects positifs.

Parfois, je préfère donner une fin ouverte plutôt qu’une fin heureuse forcée. J’aime que les lecteurs réfléchissent et cherchent les réponses aux questions posées par une fin qui n’est peut-être pas entièrement fermée. Il y en a d’autres qui doivent être tristes, surtout si je m’inspire de la vie réelle et de quelque chose qui m’a impressionné, précisément parce que c’était terrible. Il est rare que je choisisse la justice poétique, que je me venge de la réalité en leur donnant une fin heureuse. Je l’ai fait parfois, mais c’est une sorte de thérapie.

Rosa Montero a dit que l’on écrit sur ses propres obsessions ou pour les comprendre. Qu’est-ce qui vous obsède ou vous pousse à écrire ?

Pour moi, avant tout, la complexité de l’être humain. Je pense que c’est le thème de base. Et c’est vrai, on écrit toujours sur les mêmes sujets en cherchant des variations. Pour moi, c’est un thème qui ne s’épuise jamais : la complexité de notre être, l’étrange mélange d’ombre et de lumière qu’est finalement un être humain, comment nous sommes capables du meilleur et du pire, comment parfois une sorte de démon négatif prend possession de nous et nous fait agir de manière cruelle, injuste… ce sont les thèmes qui m’intéressent.

Et aussi le thème de l’absence de défense qui crée, justement, ce côté négatif. Je suis très intéressé par les victimes, les personnes qui perdent à cause des décisions des autres. Il y a toujours ces deux côtés ou pôles de l’être humain : d’un côté, celui qui est cruel, brutal et injuste et l’être qui reçoit les effets secondaires de ce comportement.

Depuis quelques mois, vous animez le podcast “Erlés in noir”, où vous analysez des crimes réels. Comment cette expérience vous a-t-elle aidé dans votre travail d’écrivain ?

Pour moi, c’est très gratifiant parce que je m’amuse beaucoup, parce que je suis passionné par les crimes, justement parce qu’ils vous montrent en direct et de manière très réaliste ce dont les êtres humains sont capables. Je m’amuse beaucoup à chercher les histoires et à les raconter presque comme s’il s’agissait de pièces littéraires.

Pour moi, il est très important d’analyser ce qui pousse quelqu’un à faire quelque chose comme tuer un enfant. Il y a toutes sortes d’histoires, il y a des crimes espagnols, des crimes nord-américains, qui semblent être en avance sur nous dans ce domaine, des crimes européens. Je trouve très intéressant de voir comment un enfant peut devenir l’empoisonneur de ses frères et sœurs, comme cela s’est produit à Murcie. Qu’est-ce qui pousse quelqu’un à se comporter de la sorte ? Je pense que c’est terrible mais fascinant en même temps.

Comment la littérature aide-t-elle à affronter la vie ?

Eh bien, il me semble que c’est le meilleur gilet de sauvetage que l’on puisse trouver. Dans mon cas. Il y a des gens qui, j’imagine, choisiraient le gilet de sauvetage de la musique, du cinéma ou de tout autre type de discipline artistique. L’art nous aide parce que c’est une façon d’échapper à la réalité, même si on la raconte à partir de là, même si on bouge et qu’on fait une parenthèse qui n’est pas tout à fait réelle.

Pour moi, l’art est une consolation, trouver dans la littérature le moyen d’échapper au pire, aux choses les plus tristes et les plus sordides de l’être humain et en quelque sorte en faire une œuvre littéraire. Cela m’aide chaque jour à lire les autres et à écrire. Je pense que c’est un entraînement très apaisant.

Faites la connaissance d’autres femmes espagnoles écrivant des romans policiers: Cristina Fallaras, María Frisa

ARTICLES CONNEXES

Subscribe
Notify of
guest
0 Comments
Inline Feedbacks
View all comments

ARTICLES CONNEXES

0
Would love your thoughts, please comment.x
()
x