13.8 C
Zaragoza
15.4 C
Huesca
9.1 C
Teruel
16 octubre 2021

Marta Gastón : “Les postes de direction sont importants, mais l’égalité sur le lieu de travail l’est tout autant”

Marta Gastón est ministre de l’Économie, de la Planification et de l’Emploi du gouvernement d’Aragon. Depuis son arrivée au sein de l’exécutif aragonais en 2015, elle travaille à la visibilité des femmes et à l’égalité effective dans le domaine socio-économique. Elle est membre d’honneur de l’association Directivas de Aragón.

Comment Marta Gastón évolue-t-elle pour devenir une référence en matière de leadership féminin ?

Avec l’égalité et la normalité en termes de référents masculins et féminins, on naît et on grandit. Quand on travaille en politique active, on est poussé par le désir d’améliorer la société, et l’égalité des chances est le moteur de mon approche de la politique active. Dans l’égalité des chances, au-delà des opportunités économiques et territoriales, il y a bien sûr le genre. Quand vous arrivez à la politique active, dans mon cas en 2015, et depuis le point de vue qui vous permet de voir la réalité socio-économique d’Aragon, vous vous rendez compte que non seulement il y a beaucoup à faire dans le domaine de l’égalité et de la représentation féminine, il y avait quelque chose qui me semblait plus urgent et qui était qu’ayant des chefs d’entreprise, des connaissances, des recherches… des femmes leaders dans tous les domaines que nous pouvons imaginer, il y avait un problème de visibilité. C’est ce que nous avons voulu dès le début, non pas du jour au lendemain et non pas comme un programme ponctuel ou comme quelque chose de circonstanciel, mais établir une vocation durable. Nous avons établi une collaboration avec des organisations qui travaillaient déjà dans ce domaine, comme Directivas de Aragón ou ARAME.

“Avoir des chefs d’entreprise, des connaissances, des recherches… des femmes leaders dans tous les domaines que l’on peut imaginer, il y avait un problème de visibilité”.

Ne travailliez-vous pas dans ce sens auparavant ?

Ce qui était prévu, c’était de le faire en contribuant, nous avons donc lancé fin 2018 la Chaire de développement de la gestion des femmes, en collaboration avec l’Université de Saragosse et l’Asociación Directivas de Aragón. L’inauguration a été passionnante pour ceux d’entre nous qui travaillaient dans ce domaine depuis un certain temps. Elle a permis la diffusion, la formation, la recherche ou la mise en place de bourses d’études sur l’évolution de ce qui doit être fait dans le développement de la gestion d’Aragon. Pour être une meilleure économie, du 21ème siècle, je pense que tout ce qui se fait dans les écoles est très important, je pense que c’est quelque chose d’éducatif. Vous ne pouvez pas passer du jour au lendemain de ne pas donner d’importance à la défense de l’égalité des chances pour tous, c’est une de vos priorités.

Marta Gastón est membre honoraire de Directivas de Aragón et promotrice de la Chaire de développement de la gestion des femmes. (Photo : Luis Correas)

Y a-t-il un problème avec l’éducation ?

Non, ce que fait Directivas de Aragón, c’est se rendre visible en tant que partenaire, en disant aux filles et aux garçons qu’ils peuvent aller aussi loin qu’ils le souhaitent, comme d’autres mouvements nationaux ou internationaux tels que Inspiring Girls. Ce n’est pas seulement une question d’école, c’est une formation culturelle et familiale, c’est traîné et cela ne change pas d’un jour à l’autre. Heureusement, beaucoup de progrès ont été faits. Quand on dit que les filles doivent voir, par exemple, qu’il y a des femmes dans le domaine des souches, c’est bien, mais elles doivent voir qu’il y a des femmes patrons, qu’il y a des femmes ingénieurs qui pilotent des projets de recherche de haut niveau, elles n’ont pas à penser quelque chose d’utopique. Les postes de direction de haut niveau sont importants, mais l’égalité sur le lieu de travail l’est tout autant, et c’est aussi un domaine qui nous préoccupe au ministère.

Comment y travaillez-vous ?

La mise en œuvre de plans d’égalité dans les entreprises a été un grand pas en avant. La mise en œuvre de ces plans a été encouragée pour l’ensemble du tissu entrepreneurial, même si nous avons constaté que ce sont les grandes entreprises qui, en raison de leurs possibilités, les mettent en œuvre. C’est important car elles sont un miroir que les autres doivent suivre, mais les PME, qui sont la réalité organisationnelle de l’Aragon, ont plus de difficultés à le faire. Le département a lancé des appels à l’aide, en collaboration avec les agents sociaux. Nous réalisons également la diffusion d’exemples de réussite et de bonnes pratiques pour encourager et contaminer le reste des entreprises sur une base volontaire. Notre conviction est que l’égalité dans le domaine professionnel et socio-économique ne peut être imposée, elle doit être encouragée.

“Notre conviction est que l’égalité dans la sphère professionnelle et socio-économique ne peut être imposée, elle doit être encouragée”.

Comment les agents sociaux aident-ils ? Quel diagnostic est posé ?

Un travail est mené par la Chaire elle-même et par l’Université pour voir comment elle évolue. Parmi toutes les questions que nous traitons dans le cadre du dialogue social, c’est une des questions défendues par l’ensemble des agents sociaux, et nous travaillons avec eux. Comme toutes les politiques publiques doivent être évaluées, nous recherchons une utilisation efficace des ressources publiques. L’appel à l’aide n’est pas tant pour sa valeur économique mais pour les aider dans la mise en œuvre des plans, c’est un outil d’accompagnement, de proximité et de soutien pour toutes les entreprises qui commencent dans le processus et ne savent pas où aller. Nous pensons que le fait d’avoir ce réseau avec le gouvernement et les agents sociaux a contribué à l’adhésion d’un bon nombre d’entreprises.

L’une des priorités de son département a été de mettre en œuvre des plans d’égalité dans les entreprises. (Photo : Luis Correas)

Comment la situation des femmes en Aragon s’est-elle améliorée grâce à votre travail au sein du gouvernement ?

Cela fait six ans que je suis au Gouvernement d’Aragon et avec ma propre expérience, je constate que, heureusement, la mentalité et la culture sociale évoluent. L’autre jour, le premier procureur général d’Aragon a pris ses fonctions. Il y aura bien un moment où cela ne sera plus une nouvelle. On lui a demandé si elle pensait avoir une plus grande responsabilité et elle a répondu qu’elle avait la même responsabilité que si elle était un homme. Je suis d’accord, la même que celle d’un procureur masculin dans sa position. Nous atteignons des sommets qui, il y a quelques années, auraient semblé impensables et tout ce qui s’améliore et laisse une trace sera la meilleure satisfaction de mon passage au gouvernement d’Aragon.

Quelles sont les prochaines étapes ?

L’alliance que nous souhaitons avoir avec l’Université en tant que bastion de la connaissance nécessite une mesure formative. À cet égard, et je serais arrivée plus tôt s’il n’y avait pas eu la pandémie, nous allons lancer une formation spécialisée pour ces femmes cadres, non seulement actuelles mais aussi potentielles, au cours de la prochaine année universitaire. Il s’agit d’une formation qui leur permet de faire un saut, en commençant d’abord par y croire elles-mêmes ; et ensuite, spécialisée à travers des expériences et main dans la main avec les entreprises. Depuis le ministère, nous avons conclu une alliance avec l’École d’organisation industrielle, qui dépend du ministère de l’Industrie. Ce cours offre la possibilité de ne pas s’adresser uniquement aux étudiants ou aux chômeurs, mais aussi aux travailleurs, car il s’agit d’un cours de formation qui permet d’avoir une partie en classe et une partie en ligne. Ce sera la première des collaborations et nous espérons qu’elle se poursuivra pendant de nombreuses années, nous évaluerons les résultats et cela consiste à s’additionner pour avoir une normalité accompagnée d’une visibilité de femmes référentes et pionnières.

“nous allons mettre en place une formation spécialisée pour ces femmes cadres, non seulement actuelles mais aussi potentielles, au cours de la prochaine année académique”.

Vous avez été le premier ministre de l’économie et de l’industrie du gouvernement d’Aragon.

Oui, il fallait bien que quelqu’un soit le premier. Est-ce que le poste change ? Eh bien, non, mais il faut toujours que quelqu’un soit le premier pour que cela soit normalisé. Dans des cas récents, j’ai été frappé par le fait que Sara Martín a rejoint le comité d’entreprise de Stellantis (anciennement PSA), qui semblait être un domaine totalement fermé aux hommes, et elle fait du bon travail.

Réunion de l’acte de constitution du Conseil des entreprises de Saragosse, où la conseillère Marta Gastón était la seule femme. (Photo : Gouvernement d’Aragon)

Comment cela vous a-t-il affecté personnellement d’être la seule femme dans certains environnements ?

Même dans ce domaine, nous nous sommes améliorés. Je me souviens qu’un lundi, le 6 juillet 2015, j’ai pris mes fonctions de conseillère municipale et que le jeudi même, j’ai eu mon premier acte public avec le président Lambán et avec le Conseil des entreprises de Saragosse. De là, j’ai pris une photo que beaucoup d’Aragonais me disent garder comme s’ils disaient “voilà ce qu’il faut améliorer”. J’étais la seule femme, mais heureusement, cela change. Même le dialogue social prend en compte ces possibilités et il y a des postes dans les organisations patronales qui visent à ce qu’une femme soit la représentante. Nous devons continuer à conquérir, pas dans le sens de la guerre, mais dans le sens où cela devient normal, où cela est vu comme normal. La photo a peut-être surpris, mais lorsqu’il s’agit du travail, le genre est exactement le même. Que vous soyez un homme ou une femme, vous devez travailler en équipe, sinon les choses ne marchent pas.

Photo fondatrice du conseil d’entreprise de Saragosse, événement organisé le 9 juillet 2015. (Photo : Gouvernement d’Aragon)

Il y a un problème de visibilité mais aussi de conciliation : que faire pour que les femmes n’aient pas à choisir entre travail et famille ?

C’est pourquoi nous ne nous contentons pas de parler de référents et nous commençons par parler d’emplois et de les trouver. Lorsque nous regardons les données sur le chômage, en chiffres absolus, le nombre de femmes au chômage est plus élevé que le nombre d’hommes au chômage, normalement, mois après mois, il y a environ 60% de femmes au chômage. Nous devons briser les barrières mentales dans ce domaine. C’est un problème qui dépasse la conciliation, c’est celui de l’employeur et des questions qui doivent cesser d’être un obstacle. Malheureusement, on pense encore que le lieu de travail le plus accueillant pour les femmes est l’administration. Nous devons en faire un miroir pour de nombreuses entreprises, mais le talent féminin ne doit pas être gâché dans n’importe quel emploi ou domaine de travail juste parce qu’elle est une femme. Zéro réticence. Dans d’autres pays, l’insertion des femmes dans les entreprises privées est facilitée par des politiques de conciliation plus grandes et meilleures. En revanche, dans la mentalité de nombreux employeurs, il est encore présent le fait qu’ils traduisent directement les jeunes femmes en chômage et en faible productivité. Loin de la réalité. Je voudrais qu’il soit possible, par le biais des chaires et de l’université, d’approfondir l’étude de cette productivité et de faire comprendre ce que beaucoup d’entre nous croient : qu’il n’en est rien. En 2021, j’ai dû écouter des chefs d’entreprise remettre en question les heures d’allaitement des employées. Ce n’est pas de l’absentéisme, c’est de la normalité.

Quel est votre modèle féminin ?

J’ai toujours dit la même chose : ma mère. Il ne faut pas chercher de grands modèles parce qu’à la maison, on voit comment une femme passe sa journée à se former, à travailler, à enseigner à l’université, à s’occuper de sa mère qui a été malade, à élever deux filles… Que dois-je voir à l’extérieur si elle est proche de moi ? On voit jour après jour qu’il a des aspirations qu’il réalise. En tant que femme, ma référence est ma mère, mais ce serait la même mère que le père, car j’ai grandi dans un environnement, dans une maison, où la coresponsabilité a été naturelle. Vous devez rendre visible ce qui vous est proche. Avec tant de femmes qui travaillent aujourd’hui, c’est la meilleure éducation que l’on puisse donner à beaucoup de filles et de garçons.

ARTICLES CONNEXES

Subscribe
Notify of
guest
0 Comments
Inline Feedbacks
View all comments

VOUS POURRIEZ ÊTRE INTÉRESSÉ PAR

0
Would love your thoughts, please comment.x
()
x