35.5 C
Zaragoza
35.5 C
Huesca
22.4 C
Teruel
13 agosto 2022

Marcos Díaz (Aéroport de Saragosse): “Pour soutenir une croissance de plus de 20%, il faut investir ou mourir”

Né à Lugo, Marcos Díaz González est titulaire d'un diplôme d'ingénieur aéronautique de l'université polytechnique de Madrid et d'un MBA de l'université des îles Baléares. Depuis fin 2013, il dirige l'aéroport de Saragosse, l'actuelle enclave stratégique du transport aérien de marchandises en Espagne, juste derrière Barajas à Madrid.

L’aéroport a une nouvelle fois battu son record de fret avec plus de 194 000 tonnes en 2021, une tendance à la hausse malgré la pandémie. La tendance est à la hausse malgré la pandémie. Qu’est-ce qui fait qu’elle continue de croître et qu’elle se classe parmi les 20 premières en Europe?

L’aéroport de Saragosse connaît une croissance moyenne de plus de 20 % depuis 2006 et 2007, années au cours desquelles plusieurs opérateurs internationaux ont commencé à opérer à partir de cet aéroport. Année après année, il a fait un excellent travail, tant de notre part en tant que gestionnaires de l’infrastructure que de la part de toutes les entreprises qui travaillent à l’aéroport, qui sont en définitive responsables du transport des marchandises. L’aéroport n’est qu’un maillon de plus et ce que nous essayons de faire, c’est d’ajouter autant de valeur que possible dans le cadre de la nature complexe du transport aérien qui, bien qu’il présente de nombreux avantages, a également un coût plus élevé que les autres moyens de transport. Depuis de nombreuses années, nous nous efforçons de rendre ce processus aussi efficace et agile que possible, et nous pensons que les entreprises le perçoivent. De plus en plus d’entreprises nous font confiance et continuent de choisir cet aéroport pour acheminer leurs marchandises d’importation et d’exportation.

Quels sont les facteurs déterminants qui rendent l’aéroport de Saragosse si attrayant?

C’est un concours de circonstances qui amène une entreprise à choisir un aéroport plutôt qu’un autre. L’emplacement de Saragosse est évident, notre enclave stratégique d’un point de vue logistique : à moins de trois heures de route des principaux centres économiques d’Espagne, de plus de 60 % du PIB de la péninsule et du commerce électronique. Notre position à côté du Plaza, la plus grande plateforme logistique du sud de l’Europe et un centre intermodal où les transports routiers, ferroviaires et aériens se rejoignent en moins d’un kilomètre, est importante. La culture logistique et le bon travail de l’aéroport sont les raisons pour lesquelles de plus en plus d’entreprises continuent à nous faire confiance. En ce qui concerne l’aéroport, l’accent mis sur la manutention du fret se traduit par une méthode de travail, des infrastructures, des ressources techniques et une affection pour les entreprises de fret qu’elles ne trouveraient peut-être pas dans un aéroport plus petit orienté vers le trafic de passagers.

Quel type de clients le terminal de fret a-t-il ? Les plus connus sont Inditex ou Dorna (Moto GP)…

Pratiquement tout ce qui peut être déplacé par voie aérienne passe par Saragosse. Il s’agit d’un type de marchandise très spécifique, le coût de l’avion est plus élevé que d’autres moyens de transport tels que le bateau ou la route, bien que ces distances soient progressivement réduites en raison de circonstances extraordinaires. L’entreprise qui décide de se déplacer par voie aérienne, c’est parce qu’elle n’a pas d’autre choix : marchandise de très grande valeur, qui doit être à destination peu de temps après sa fabrication, marchandise périssable ou marchandise à très forte rotation qui perd sa valeur si elle ne part pas par voie aérienne. Une partie de notre volume est constituée de textiles, mais tout passe par ici : les œuvres d’art, le matériel d’urgence, les animaux vivants ou le matériel de course, comme vous l’avez mentionné. Depuis plusieurs années, Dorna s’appuie sur l’aéroport pour la programmation des courses de Grand Prix, tant pour l’acheminement que pour le retour du matériel des équipes.

Je suppose que ce serait un processus de travail très différent pour décrocher une moto ou des nanas ici.

Les animaux sont généralement exportés, qu’il s’agisse de poussins d’un jour ou de chevaux de race espagnole qui partent en Amérique centrale et au Moyen-Orient. Chèvres, perdrix… des animaux de toutes sortes sont venus d’ici. Évidemment, un animal vivant ne nécessite pas les mêmes soins qu’un être inerte, mais ce que le client recherche, c’est la rapidité, l’efficacité et le professionnalisme. Dans le cas des animaux, ils cherchent à ce que l’animal soit soigné, que le flux soit aussi prudent et agile que possible ; et dans le cas des marchandises, ils cherchent à ce qu’il n’y ait aucun dommage, que l’avion parte et arrive à l’heure et sans aucun incident.

Quelles œuvres d’art sont passées par ici?

Eh bien (pense-t-il)… nous sommes conscients des œuvres d’art qui ont quitté les musées par ici.

Bien qu’à court terme on leur ait déjà dit non, qu’est-ce qui pourrait pousser Amazon à choisir l’aéroport de Saragosse à moyen terme pour ses opérations aériennes?

Ce qu’ils nous ont dit, c’est qu’à court terme, ils ne prévoient pas d’utiliser nos infrastructures comme centre d’arrivée ou de départ de marchandises. Il est vrai qu’ils ont une présence très importante en Aragon, tant en termes de centres de traitement de données que de logistique avec les centres de traitement, dans cette zone industrielle et dans d’autres. Il n’est donc pas exclu qu’à moyen terme, Amazon commence à opérer à partir d’ici.

Quelle est la capacité de fret de l’aéroport, et utilise-t-il sa capacité maximale?

Ce n’est pas facile à dire car le mouvement des marchandises implique plusieurs processus. En termes d’infrastructures, en termes de pistes, nous en avons beaucoup avec la nouvelle aire de trafic que nous venons d’agrandir avec trois positions supplémentaires vers la base aérienne. Il est vrai que les jours de pointe, il n’y a pas de saturation, mais nous avons en tête un certain nombre d’extensions de l’aire de trafic. Il y a des agents qui interviennent sur la rampe, dans les terminaux de fret, chacun a ses moyens et ses contrats avec les entreprises, donc il n’est pas possible de définir une capacité globale du volume de fret de l’infrastructure, il y a différents processus qui entrent en jeu. Il ne sert à rien que j’agrandisse l’aire de trafic si l’agent de piste n’a pas plus de ressources humaines et matérielles pour traiter plus d’avions en même temps ; ou si les personnes chargées du ravitaillement en carburant n’ont pas assez de camions pour remplir plusieurs réservoirs …… Au final, soit nous allons tous dans la même direction, soit les marchandises ne partent pas et n’arrivent pas. Ce qui a été réalisé ces dernières années, c’est que tous ceux qui ont participé au processus ont compris l’opportunité de croissance qui se présentait à nous et ont été suffisamment responsables pour accompagner cette croissance par des investissements dans les infrastructures, les ressources techniques et humaines.

Il a donc une plus grande capacité en soi.

Nous avons plus de capacité, mais si nous nous développons tous en même temps. Nous construisons actuellement un sixième terminal de fret, il a été attribué et lorsque nous le livrerons, il commencera à fonctionner et augmentera la capacité de manutention des marchandises dans la zone d’entreposage, mais les agents de piste doivent suivre la croissance. Les licences de rampe font actuellement l’objet d’un appel d’offres. Dans un an, elles seront modifiées en fonction des nouveaux équipements et des investissements nécessaires.

Quels investissements/travaux ont été réalisés ces dernières années?

Des investissements très importants ont été réalisés. Pour soutenir cette croissance de plus de 20 %, soit vous investissez, soit vous mourrez. Il faut investir à la fois dans la croissance et dans l’entretien des infrastructures. Récemment, l’aire de stationnement a été agrandie de 60 000 mètres carrés et de trois places de stationnement supplémentaires pour les plus gros avions que nous avons. Il y a deux ans, les voies de circulation ont été rénovées, un investissement de maintenance très important et nécessaire de 7 millions d’euros. En ce moment, nous investissons dans le nouveau terminal de fret, 3 millions et demi d’euros. De nombreux investissements sont réalisés, mais ils ne sont pas aussi visibles que ceux que l’on peut voir à l’œil nu. Dans le terminal passagers, nous avons également investi dans la zone d’embarquement, qui a été entièrement remodelée pour augmenter la capacité et la qualité de l’atmosphère pour les passagers sans augmenter la surface. Nous avons l’investissement le plus important dans le pipeline, la rénovation de la longue piste de près de 4 kilomètres. Cette piste est assez vieille, elle présente certaines limitations techniques et nous allons complètement rénover la piste et le taxiway parallèle pour pouvoir opérer avec les plus gros avions que nous avons sans aucune limitation. L’idée est de continuer à croître et d’accompagner la croissance demandée par nos clients par davantage d’investissements.

Quels chiffres de trafic l’aéroport a-t-il connu l’année dernière?

L’année dernière a été assez particulière comme nous le savons. Nous avons récupéré 60 à 70 % du trafic de 2019, qui était la dernière année normale que nous avons connue, et nous l’avons clôturée avec près de 500 000 passagers, environ 9 000 opérations et près de 200 000 tonnes de fret. Dans le domaine du fret, nous avons continué à croître et l’année dernière, nous avons déjà dépassé les chiffres de 2019. Le calendrier et le nombre d’opérations (sur les vols commerciaux) que nous avons sont encore plus élevés qu’en 2019, mais les taux d’occupation que nous avons actuellement sur les vols actuels n’ont pas récupéré. Au fur et à mesure que la normalité et la confiance dans les vols internationaux reviendront, ils s’amélioreront. En 2019, nous envisageons un taux d’occupation d’environ 80 ou 90 % sur les compagnies low-cost, qui sont nos clients prioritaires.

Quelles destinations l’aéroport de Saragosse propose-t-il aux passagers?

Nous disposons d’une carte des destinations très intéressante. Dans les îles Canaries, avec Gran Canaria, Tenerife et Fuerteventura ; dans les îles Baléares, les trois îles. En Europe, nous sommes reliés aux principales capitales européennes : Lisbonne (dont l’exploitation s’arrête le mois prochain), Paris, Londres, Bruxelles, Bergame, Vienne ; et Marrakech au Maroc. Il s’agit de continuer à travailler avec les compagnies aériennes, main dans la main avec le gouvernement d’Aragon, en étudiant les destinations potentielles, en discutant avec les compagnies aériennes et en promouvant l’Aragon à l’étranger. En définitive, il s’agit d’augmenter le pourcentage de voyageurs étrangers quotidiens qui nous visitent. C’est le passager qui nous intéresse. Actuellement, nous sommes un marché touristique éminemment émetteur, entre 10 et 15% sont des étrangers vivant à l’étranger. Ce que nous devons faire, c’est augmenter ce pourcentage ; au final, le voyageur qui vient en avion dépense en moyenne plus de 100 euros par jour. Cela ne peut se faire que par la promotion à l’étranger et nous travaillons main dans la main avec le gouvernement d’Aragon pour profiter des destinations que nous avons déjà, pour les promouvoir et augmenter le nombre d’étrangers qui nous visitent.

Êtes-vous satisfait de la promotion à l’étranger?

Eh bien, tout peut être amélioré. Ce que nous essayons de faire, c’est de promouvoir la destination, mais la promotion du tourisme relève de la responsabilité du gouvernement d’Aragon. Nous collaborons avec eux dans tout ce qu’ils nous demandent de faire, et oui, nous pensons qu’il y a matière à amélioration. En fin de compte, les chiffres sont là, quand la promotion a été faite, on a vu que l’impact était significatif en termes de nombre d’étrangers qui nous visitent. Nous pensons que des améliorations sont possibles.

Il y a des destinations que les utilisateurs ne cessent de réclamer, est-il prévu d’élargir l’offre?

Cela dépend des compagnies aériennes ; elles ont leurs propres politiques commerciales. Ce que nous faisons, c’est détecter les destinations potentielles, réaliser des études commerciales et de viabilité sur les itinéraires et les transmettre au gouvernement d’Aragon, qui s’adresse aux compagnies aériennes. Au final, c’est un travail à long terme, les compagnies ont leurs plans, leurs actifs, qui sont les avions, et elles essaient de les rentabiliser dans les villes qui leur offrent les meilleurs rendements. Nous essayons de vendre Saragosse dans la limite de notre capacité de négociation, mais parfois ce n’est pas facile.

Mais Saragosse a des attraits touristiques et commerciaux.

Pour qu’un itinéraire fonctionne, il doit y avoir un ensemble de circonstances. Il est clair que Saragosse est une ville très importante du point de vue des affaires. D’un point de vue touristique, nous avons beaucoup à offrir et rien à envier à d’autres régions beaucoup plus importantes, mais la vérité est que nous ne sommes pas connus en dehors de l’Espagne. Si vous demandez aux Européens ce qu’est l’Espagne, ils connaissent Madrid, Barcelone, Ibiza, Valence, Séville, les Canaries… mais Saragosse ne sait pas comment la mettre sur la carte. Cela suggère qu’il y a beaucoup de travail à faire en termes de promotion et de création d’une image touristique. Pour qu’une route fonctionne, il faut être soit un lieu touristique, soit un lieu économique, soit un mélange des deux. Vous devez offrir quelque chose à la compagnie aérienne.

Y a-t-il une destination ou une ville spécifique sur laquelle vous travaillez déjà?

Il existe de nombreuses destinations potentielles. Grâce aux enquêtes que nous réalisons auprès des passagers, qui sont recoupées avec d’autres aéroports, nous détectons les passagers de notre zone d’influence qui s’échappent par d’autres aéroports pour se rendre vers des destinations qui ne sont pas desservies depuis Saragosse. Nous travaillons avec les compagnies aériennes et essayons de les commercialiser, mais au final, la décision revient à la compagnie aérienne.

ARTICLES CONNEXES

Subscribe
Notify of
guest
0 Comments
Inline Feedbacks
View all comments

VOUS POURRIEZ ÊTRE INTÉRESSÉ PAR

0
Would love your thoughts, please comment.x
()
x