23.1 C
Zaragoza
22.7 C
Huesca
19.2 C
Teruel
19 septiembre 2022

Fernando Ojeda : “Le projet de reforestation de Saragosse nous a beaucoup plu car c’était un défi très ambitieux”

Le 21 mars est la Journée internationale des forêts. Depuis Go Aragón, nous voulons le célébrer avec Fernando Ojeda, fondateur de (R)Forest Project et responsable de la plantation de la forêt japonaise à Saragosse au sein de la forêt de Zaragozanos.

De l’homme d’affaires et mannequin de nuit… à la plantation d’arbres. D’où est venue l’idée du projet (R)Forest ?

Je viens d’un monde totalement différent, de la vie nocturne et des boîtes de nuit de Madrid. J’ai également travaillé et je travaille toujours comme mannequin pour différentes marques. Quand j’allais être père, je me suis rendu compte que ma figure de père était creuse, j’avais un grand manque de valeurs quand il s’agissait de transmettre aux yeux d’un enfant la raison pour laquelle papa a quitté la maison, qui était de travailler pour gagner de l’argent. Pourquoi cette obsession de gagner toujours plus ? Si j’analysais bien et honnêtement cette excuse, je me rendais compte qu’au fond je pouvais rester à la maison, et ne pas vivre obsédée par la compétitivité alors qu’au fond j’allais m’occuper de l’éducation, ce qui est la plus belle chose au monde. Quant au mannequinat, c’est la même chose, au fond ce qu’il y a derrière c’est une affaire de vanité.  J’avais de l’ambition d’un côté et de la vanité de l’autre, et c’est ainsi que mes filles allaient me voir. Je me suis dit que j’aimerais être vu comme un travailleur actif, productif et créatif, mais que tout n’est pas que de l’ambition et de la vanité. J’ai décidé de lancer une entreprise de reboisement à but non lucratif, pour que mes filles voient que papa y va parce qu’il est altruiste et qu’il veut être un activiste, avec le bon sens du mot : être actif contre le changement climatique. C’est ainsi que j’ai lancé (R)Forest Project, je l’ai créé avec mes propres fonds et les ressources dont je disposais ; j’en ai fait quelque chose de très familier et domestique, afin que mes filles puissent partager avec moi ces espaces de travail où je pourrais leur enseigner l’importance de l’empathie, de l’engagement envers la planète, l’environnement ?

Comment avez-vous été formée ? Connaissiez-vous quelqu’un dans le secteur ?

C’est quelque chose qui vient de mon berceau. Ma famille s’est toujours consacrée à la culture durable des forêts de peupliers et c’est quelque chose qui m’a toujours intéressé. Ma famille le faisait pour le profit, et ce n’est pas le cas. J’ai commencé à étudier et à apprendre sur le sujet, je l’ai fait de manière domestique, ce n’était pas professionnel au début… Jusqu’à ce que le premier sponsor arrive. C’était inattendu. Lorsque j’ai créé le projet (R)Forest, je travaillais en tant qu’imageur pour Montblanc et lors d’une séance de photos à laquelle ils m’ont envoyé, j’étais tout le temps, pendant mon temps libre, en train de regarder les arbres. Cela les a intéressés, ils ont trouvé que c’était une très bonne idée et Montblanc (groupe Richemont) est devenu le premier sponsor. Tout a commencé à prendre une dimension professionnelle et j’ai décidé que je devais me doter d’une structure beaucoup plus professionnelle. Heureusement, j’avais parmi mes amis un ingénieur forestier, un avocat spécialisé dans l’environnement et je leur ai demandé de m’aider. Nous avons constitué une équipe pour pouvoir faire une étude, comprendre comment fonctionnent les lois, les permis sur les terres publiques, les certificats, les passeports phytosanitaires, les espèces indigènes…. La première plantation a eu lieu en février 2019 et nous avons déjà planté 40 000 arbres.

Comment fonctionne le projet (R)Forest ?

Nous faisons des forêts et des plantations pour les entreprises. Après Montblanc, d’autres marques ont commencé à s’intéresser et avec l’Agenda 2030, tout s’est multiplié de manière exponentielle. Nous avons réalisé qu’il y avait beaucoup de gens qui voulaient planter selon des paramètres différents des nôtres : nous ne faisons pas de plantations linéaires, nous ne plantons pas de petits arbres car bien qu’ils soient moins chers, 80 % des petits arbres meurent, et nous les avons donc convaincus qu’il valait mieux dépenser un peu plus pour de grands arbres et pour des plantations qui favorisent la biodiversité et non des plantations linéaires. Il y avait une grande niche de personnes, de marques, d’institutions qui voulaient voir la reforestation d’un point de vue plus amical, empathique et harmonieux avec l’esthétique, et nous avons suivi cette ligne d’opération et de plus en plus de marques nous soutiennent. Nous avons déjà planté 40 000 arbres avec des entreprises et des groupes tels que Estee Lauder, Birkenstok, Alfa Romeo ?

Et les mairies ?

Les plantations que nous faisons sont sur des terrains publics et nous avons des accords, plus de 50, avec de nombreuses mairies comme Saragosse, Madrid… Le projet de Saragosse a retenu notre attention car les défis qu’ils se sont fixés sont très ambitieux et c’est quelque chose que nous aimons voir.

À Saragosse, vous participez au Bosque de los Zaragozanos avec une forêt urbaine qui suit la technique de Miyawaki. En quoi cela consiste-t-il ?

Cette technique favorise avant tout la biodiversité et la régénération du territoire, il ne s’agit pas d’une reforestation pure en termes de placement d’arbres en ligne et de cartographie d’une zone. Il s’agit de comprendre cela comme la naissance du cœur d’une forêt qui va se développer de manière autonome. Pour cela, on simule le feuillage et la variété du cœur d’une forêt en mélangeant des espèces dominantes avec des arbustes et des espèces aromatiques très proches les uns des autres et qui font apparaître des insectes, nicher des oiseaux…. Dans les monocultures, il n’y a pas de vie car elles sont exposées aux prédateurs. La forêt de Miyawaki se développe de manière circulaire, puis croît et se régénère. Ce que nous faisons, c’est aider la forêt à se développer et lorsqu’un sponsor plante avec nous, nous ajoutons des anneaux circulaires à la forêt. À Saragosse, nous avons fait une représentation avec un Miyawaki urbain, mais aucun autre anneau ne sera ajouté.

Le projet s’est étendu à l’international, où êtes-vous présents ?

Nous plantons dans toute l’Espagne, au Mexique… en avril nous allons à Capri en Italie pour participer à la récupération d’une citronneraie et en mai nous planterons en Hollande. Nous sommes basés à Los Angeles, Madrid et Barcelone. Depuis Los Angeles, nous plantons au Mexique et aux États-Unis et depuis Madrid et Barcelone, nous couvrons toute l’Espagne et l’Europe.

Que pensez-vous du fait que les villes incluent des forêts dans leur environnement urbain ?

C’est la chose la plus saine à faire dans les circonstances actuelles. Il a été prouvé que la qualité de vie qui découle de la vie avec la nature est la chose la plus nécessaire, et encore plus après l’enfermement où la nature a manqué à tout le monde. Non seulement pour l’esthétique ou l’humeur, mais aussi pour la santé. Les arbres sont des filtres gigantesques qui filtrent en permanence le CO2, émettent de l’oxygène et refroidissent et abaissent les températures.

Vous vivez à Madrid et avez visité Saragosse, quelles sont les différences en termes d’espaces verts ?

Je donne toujours l’exemple de la ville de Burgos, parce qu’à mon goût, elle est à un niveau très élevé dans la façon de comprendre les espaces urbains inutilisés et de les transformer en zone de reboisement, avec l’introduction d’éléments naturels pour les jeux des enfants, comme le bois, les plantes … Madrid et Saragosse sont sur une bonne ligne, il y a beaucoup de travail à faire, mais je pense que Saragosse est en avance sur Madrid. Il est bon de voir que de plus en plus d’institutions choisissent de ne pas mettre de sols en caoutchouc, d’éléments en plastique…

Vous dites qu’ils s’améliorent, mais la réalité est que les réformes qui sont faites dans les deux villes, optent pour des places avec beaucoup d’asphalte et peu d’arbres …

Oui, malheureusement, cela se produit encore avec certains projets urbains et je ne suis pas très heureux de cela, mais je garde les bonnes choses, qu’il y a des projets qui commencent à tirer et ce que je fais est de les défendre et que les citoyens les comprennent, les exigent et en parlent.

Aujourd’hui, c’est la Journée mondiale des forêts dont le slogan est : “Forêts : consommation et production durables”. Le projet (R)Forest travaille-t-il pour une consommation et une production durables ?

Oui, dans (R)Forest Project, nous avons 3 jambes : l’une est R)Forest Project et nous nous consacrons à la plantation d’arbres d’automne et d’hiver ; à partir d’avril, nous faisons Bee Forest Project, une transhumance et le placement de pollinisateurs et de ruches d’abeilles pour activer la pollinisation dans toutes les forêts que nous avons plantées. À partir du 1er mai, nous sortons les bateaux sur l’eau et devenons Reforest Ocean, avec une expédition de reforestation sous-marine et une autre appelée Expedition Salvamares. Dans cette dernière, nous nous consacrons, grâce à deux accords que nous avons avec une guilde de pêcheurs au Portugal et une autre sur la Costa Brava, à la récupération des plastiques flottants et avec tout le plastique que nous récupérons, nous le transformons en bobines de textile pour fabriquer des couvertures pour les sans-abri. C’est notre façon d’utiliser un élément qui ne devrait pas se trouver dans la mer pour le transformer en quelque chose qui a une fonction.

Donc vous reboiser déjà par terre, mer et air ?

J’ai récemment téléchargé une storie sur Instagram qui me montrait avec un panneau avec les trois logos des piliers de Refores dans lequel il était dit que. Il ne reste que le quatrième élément, le feu, et je n’aime pas ça.

ARTICLES CONNEXES

Subscribe
Notify of
guest
0 Comments
Inline Feedbacks
View all comments

ARTICLES CONNEXES

0
Would love your thoughts, please comment.x
()
x