21.6 C
Zaragoza
22.3 C
Huesca
19.5 C
Teruel
13 junio 2024

Mar Paños : “En Aragon, il y a un grand tissu industriel, un niveau élevé d’entrepreneurs et de travailleurs”

Mar Paños (Oviedo, 1975) est directeur général de la promotion industrielle et de l’innovation du gouvernement d’Aragon depuis août 2023. Diplômée en économie de l’université d’Oviedo et titulaire d’un Executive MBA de l’Instituto de Empresa, Mme Paños a été conseillère municipale d’Alarcón à Madrid jusqu’à ce qu’elle rejoigne le gouvernement d’Aragon. Mar Paños, qui a travaillé comme analyste et chef de projet dans diverses institutions bancaires, a été directrice générale de la promotion économique et industrielle de la Communauté de Madrid et conseillère municipale de Boadilla del Monte entre 2011 et 2021, avec des responsabilités dans des domaines tels que les finances, la gestion des biens municipaux et la communication du consistoire. Sa carrière politique a commencé en 2007, avec son incorporation en tant que conseillère au gouvernement de la Communauté de Madrid, travaillant à la direction générale de la jeunesse et dans les bureaux du ministère de la famille et des affaires sociales et de la vice-présidence, du ministère de la culture et des sports et du porte-parole du gouvernement.

Quel bilan tirez-vous de ces neuf premiers mois à la tête de la direction générale de la promotion industrielle et de l’innovation du gouvernement d’Aragon ?

Il y a beaucoup d’industrie innovante en Aragon, mais nous avons besoin de plus de visibilité à l’étranger, non seulement pour les grands groupes, mais aussi pour les PME d’Aragon, qui intègrent des innovations majeures dans les processus et les produits, afin de continuer à attirer plus d’investissements et plus d’entreprises dans la région. Je suis agréablement surpris par le grand tissu industriel de l’Aragon, par le haut niveau des entrepreneurs et des travailleurs aragonais, et par la manière dont les employeurs, les syndicats et les institutions, comme le gouvernement de l’Aragon, travaillent ensemble pour promouvoir le secteur industriel. Le climat est bon.

Vous avez occupé le poste de directeur général de la promotion économique et industrielle de la Communauté de Madrid. Comment s’est déroulée la transition vers le contexte économique de l’Aragon ? Quelles sont les principales similitudes et différences que vous avez pu observer ?

La transition a été simple, dans le sens où il y a des questions industrielles très techniques que je connaissais déjà. En ce qui concerne les différences, le poids du PIB industriel en Aragon est beaucoup plus élevé qu’à Madrid, où les services sont plus dominants. La société aragonaise est également plus consciente de l’importance de l’industrie pour son économie. De plus, l’Aragon est une région très étendue, avec trois provinces aux besoins différents, et non une province unique comme Madrid, et chaque province a ses propres besoins. Je soulignerais la grande qualité du tissu industriel et la façon dont la société aragonaise a intériorisé son importance dans l’économie.

Quels sont vos objectifs au sein de la direction générale pour ce mandat ?

Aider l’industrie à relever le défi de la transformation numérique et de la durabilité, ce qui peut être plus facile pour les grandes industries, mais plus compliqué pour les PME. Nous voulons les aider à relever ce défi, à la fois en adaptant les mesures dont nous disposons et les lignes d’aide existantes aux nouveaux besoins auxquels elles sont confrontées.

LA SOCIÉTÉ ARAGONAISE EST CONSCIENTE DE L’IMPORTANCE DE L’INDUSTRIE POUR SON ÉCONOMIE.

Nous voulons également donner plus de visibilité à ce qui est bon en Aragon et soutenir l’amélioration des zones industrielles, afin d’attirer les investissements. Certaines municipalités n’ont pas la capacité financière de réaliser ces investissements. Nous les aiderons à améliorer et à moderniser leurs zones industrielles afin d’attirer de nouvelles entreprises. Surtout, nous allons promouvoir l’innovation pour que notre région puisse passer d’un classement “modéré” à un classement “fort” dans la classification européenne.

The Wave, une exposition immersive sur les technologies émergentes organisée par le gouvernement d’Aragon, CEEIAragon et l’IAF, s’est tenue les 15 et 16 mai au Palacio de Congresos de Saragosse. Parmi les technologies présentées, quelles sont celles qui présentent le plus grand potentiel pour les entreprises industrielles d’Aragon ?

Toutes les technologies sont bonnes pour tous les secteurs, mais nous sommes aujourd’hui plongés dans la révolution de l’intelligence artificielle, et je pense que c’est l’une des technologies qui peut le mieux soutenir la transformation et la promotion de n’importe quel secteur. Pour être plus efficace, plus performant et, surtout, plus compétitif. Toutes les technologies sont nécessaires, mais l’intelligence artificielle et l’analyse des données dans l’industrie sont transversales. Elle peut être l’un des grands moteurs, aussi bien pour une grande entreprise que pour une PME.

Quels sont les secteurs industriels qu’il serait intéressant de développer en Aragon pour consolider son poids industriel ?

Un appel d’offres est en cours pour élaborer le futur plan industriel de l’Aragon, en collaboration avec les chambres de commerce, les universités, les clusters… Nous allons avoir l’avis de tous : entreprises, institutions, centres technologiques, etc. pour élaborer un plan industriel dans lequel nous verrons quels sont les secteurs qui vont porter la croissance de l’économie aragonaise à un niveau supérieur.

Mar Paños, directeur général de la promotion industrielle et de l’innovation du gouvernement d’Aragon depuis août 2023, au siège de la DGA. Photo : N. M.

Nous devons continuer avec l’industrie automobile, pour qu’elle continue à jouer un rôle important dans le PIB, mais en l’adaptant aux défis à venir, en pariant sur les nouvelles énergies et l’utilisation de l’Intelligence Artificielle, parce qu’elle va transformer l’industrie. Des entreprises comme Amazon ou Microsoft misent sur l’implantation de leurs centres de données ici, ce sont des entreprises motrices, mais nous avons aussi ici des entreprises comme Hyberus, Inycom, Imascono ou Bitbrain, avec de l’expérience et du savoir-faire, qui peuvent collaborer avec de grandes entreprises et créer un écosystème sur lequel nous devrons parier.

L’Aragon est également une région qui offre de grandes possibilités dans le domaine des énergies renouvelables et des énergies vertes. Quelles sont les opportunités dans ce secteur pour les années à venir ?

En Aragon, nous sommes de grands producteurs d’énergie renouvelable. Nous devons veiller non seulement à produire de l’énergie, mais aussi à ce que l’énergie renouvelable que l’Aragon a la capacité de générer grâce à son environnement naturel permette à davantage d’industries de s’installer dans la région. En raison de la proximité de la source de production d’énergie, nous devons essayer d’inciter les entreprises à s’installer dans la région. Nous devons essayer d’inciter les entreprises à venir consommer cette énergie ici, mais en apportant une valeur ajoutée, avec l’avantage qu’il s’agit d’une énergie moins chère et qu’il s’agit d’une énergie verte, ce qui permet de réduire leur empreinte CO2.

Et dans le domaine spécifique de l’hydrogène en tant que vecteur énergétique ?

L’Aragon est un pionnier avec la Fondation Hydrogène, avec l’analyse de cette source d’énergie et son importance en tant que vecteur industriel. Il est intéressant non seulement que nous produisions de l’hydrogène vert, encouragé par l’Union européenne, mais aussi que nous attirions des entreprises et que celles-ci, comme l’a fait Calvera, se spécialisent dans la production de machines pour utiliser cet hydrogène dans l’industrie. Par exemple, Kalfrisa a présenté le premier crématorium à hydrogène, ce qui constitue un grand pas en avant. Les entreprises aragonaises, telles que Kalfrisa, Calvera, Zoilo Ríos ou Arpa, devraient être celles qui le font ici.

L’ALLIANCE DES RÉGIONS AUTOMOBILES EST UN BON FORUM POUR TRANSMETTRE LES BESOINS DU SECTEUR À L’UNION EUROPÉENNE.

Bien que les exportations aragonaises aient baissé en mars de 8,6% par rapport à l’année précédente en raison de “l’effet Pâques”, février 2024 a été le meilleur mois de la série historique pour les exportations aragonaises, avec 1 594 millions d’euros, soit 11,5% de plus qu’il y a un an, un chiffre qui contraste avec la baisse moyenne espagnole (3%). Quels sont les projets de la Direction générale pour promouvoir les exportations, en particulier celles des entreprises industrielles aragonaises ?

Dans ce domaine, nous collaborons avec Aragón Exterior (AREX). Chaque fois que nous voyons une entreprise qui souhaite s’internationaliser, nous la mettons en contact direct avec l’AREX. Nous collaborerons également avec AREX dans le cadre de certains salons, tels que Feindef. Si, dans le cadre de l’élaboration du plan industriel d’Aragon que j’ai mentionné, nous constatons un besoin lié à l’internationalisation, à l’attraction d’investissements ou aux exportations, nous en parlerons à AREX pour voir quel programme peut être mis en œuvre pour apporter une solution à ces besoins.

Quel est le poids du secteur industriel dans ces chiffres d’exportation ?

Actuellement, il est de 30 %. Nous avons ici de grandes entreprises automobiles et leurs fournisseurs, ainsi que des entreprises innovantes qui, en faisant les choses différemment, apportent une valeur ajoutée très spécifique à leurs clients. Le reste du monde voit ce qu’il y a de bien ici et achète chez nous. Nous devons maintenir cette proportion ou l’augmenter, car cela signifiera que les choses sont bien faites et que les industries des autres pays l’apprécient. Nous devons également les encourager à s’installer ici parce qu’ils ont de bons fournisseurs ; c’est un autre aspect sur lequel nous devons également travailler.

L’industrie automobile est l’un des secteurs les plus importants pour la communauté autonome d’Aragon. L’Aragon a récemment rejoint l’Alliance des régions automobiles (ARA), une alliance qui comprend un accord de transition vers les véhicules électriques visant à garantir une évolution cohérente de toutes les régions impliquées. Comment cet accord influencera-t-il la région autonome ?

L’alliance sert à partager les besoins de toutes les régions impliquées dans le secteur automobile. Nous constatons que nous sommes tous engagés dans les changements auxquels l’industrie automobile est confrontée, tels que l’électrification, afin de la rendre plus durable, de sorte qu’il y ait moins de pollution dérivée de l’industrie automobile. Cela implique une transformation des processus. Par exemple, la production d’une voiture électrique n’est pas aussi intensive en main-d’œuvre que celle d’une voiture conventionnelle, et les entreprises s’adaptent, recyclant leurs travailleurs pour pouvoir les relocaliser ailleurs dans la chaîne de production. L’alliance informe l’Union européenne et les organes qui décident de ces politiques, des conséquences de ces politiques. Par exemple, nous leur disons s’il est nécessaire de mettre en place des aides à la reconversion des travailleurs. Ce sont des questions qui, grâce à l’alliance, vont être mises sur la table et pourront être transmises aux instances de l’Union européenne qui décident des aides, des plans ou des dates de mise en œuvre.

Mar Paños, directeur général de la promotion industrielle et de l’innovation du gouvernement d’Aragon depuis août 2023, au siège de la DGA. Photo : N. M.

Dans l’alliance, il y a des régions très différentes, à des stades d’industrialisation différents. Je pense qu’il s’agit d’un bon forum pour transmettre les besoins du secteur aux organes décisionnels de l’Union européenne. Pour qu’ils s’adaptent davantage à la réalité.

L’industrie agroalimentaire est le fer de lance de l’Aragon, avec de bonnes nouvelles comme l’investissement annoncé par le groupe Costa pour la construction d’un nouveau centre logistique agroalimentaire qui générera 3 200 emplois directs et 2 000 emplois indirects dans la ville de Villamayor à Saragosse. Quels sont les projets de la direction générale pour ce secteur ?

Le Programme d’aide à l’industrie et aux PME d’Aragon (PAIP) n’est fermé à aucun secteur de l’industrie, ni au renouvellement de machines, ni même à des projets de recherche ou d’innovation. Ces aides soutiennent déjà le secteur agro-industriel.

Que signifie l’Association des entités de systèmes de sécurité industrielle d’Aragon (AESSIA) pour les utilisateurs et les entreprises spécialisées ?

En 2017, nous avons signé un accord pour la création de l’Association des entités de systèmes de sécurité industrielle d’Aragon. Elle émane du gouvernement d’Aragon, dans le but d’améliorer la sécurité industrielle. C’est quelque chose de méconnu et qui semble ne concerner que l’industrie. Mais, par exemple, la sécurité industrielle concerne également les ascenseurs dans les communautés de voisinage, et pas seulement dans l’industrie. Il en va de même pour les installations électriques. Le gouvernement d’Aragon collabore, par l’intermédiaire d’AESSIA, avec les associations professionnelles, les organismes de contrôle, qui vérifient l’état des systèmes, et les installateurs eux-mêmes. Tout ce système est créé pour améliorer la sécurité industrielle et pour collaborer avec le gouvernement d’Aragon à l’enregistrement des installations, au contrôle des installations, à la formation des installateurs… En outre, cette année, des progrès ont été réalisés dans la mise en place d’une solution informatique avec AESSIA qui permet d’extraire des données de toutes les installations que nous avons, et qui fournit des rapports qui nous aident à savoir où nous devons mettre l’accent sur la sécurité industrielle.

Quel rôle joue la collaboration du gouvernement d’Aragon avec les agents économiques et institutionnels liés à la technologie et à l’innovation, tels qu’UNIZAR, les clusters, les centres technologiques et les instituts de recherche, dans le développement de la région ?

C’est très important. Tout d’abord, pour connaître leurs besoins, de sorte que lorsque vous devez élaborer des mesures, des programmes ou des lignes d’aide, vous puissiez répondre à leurs besoins réels. Ensuite, parce que le gouvernement d’Aragon participe à de nombreux partenariats et réseaux européens d’innovation, dans lesquels la participation d’entités telles que l’université, CIRCE, AITIIP, CITA, ITA… tous les centres technologiques que nous avons, les clusters, la chambre de commerce… est fondamentale. La collaboration entre les secteurs public et privé est essentielle, car dans le cas contraire, vous cesseriez d’écouter une partie de la société et vous cesseriez d’élaborer les politiques nécessaires. De plus, pour être compétitif au niveau international, il faut aller main dans la main avec les entreprises et ne pas faire cavalier seul. C’est pourquoi, dans le plan industriel, nous allons donner la parole à tout le monde, des chambres de commerce aux clusters.

ARTICLES CONNEXES

Subscribe
Notify of
guest
0 Comments
Inline Feedbacks
View all comments

ARTICLES CONNEXES

0
Would love your thoughts, please comment.x
()
x