3.9 C
Zaragoza
1.4 C
Huesca
3.3 C
Teruel
3 diciembre 2022

Inés Villa : “À AERA, nous essayons que nos entreprises apprennent avec nous et que le cluster puisse se nourrir de plus de connaissances”

Inés Villa a rejoint AERA, le cluster aéronautique et aérospatial d'Aragon, en juin de cette année dans le but de promouvoir le développement du secteur. Dans cette interview, Mme Villa nous raconte ses débuts en tant que directrice générale et nous donne un aperçu de ce secteur, qui réalise un chiffre d'affaires de 1,3 milliard d'euros et génère environ 2 000 emplois directs et près du double d'emplois indirects.

Le secteur de l’aéronautique et de l’aérospatiale est probablement l’un des plus méconnus en Aragon, cependant, son importance est croissante et il dispose d’un pouvoir très fort comme l’aéroport de Teruel et d’une vingtaine de partenaires de différents types. Depuis quelques mois, l’ingénieur Inés Villa est la directrice générale du cluster aéronautique et aérospatial d’Aragon (AERA) et, à travers cette interview, nous nous intéressons de plus près à ce secteur qui représente 3 % du PIB aragonais, réalise un chiffre d’affaires de 1 300 millions d’euros et génère environ 2 000 emplois directs et près du double d’emplois indirects.

Pouvez-vous nous parler de votre parcours professionnel avant d’accéder à ce poste?

Je suis ingénieur industriel technique, j’ai fait ma licence en mécatronique en Hollande. J’y ai réalisé mon projet de fin d’études sur les énergies renouvelables, qui n’étaient pas encore très développées à l’époque. Mon premier emploi était celui de consultant dans un cabinet international de conseil ici à Saragosse, appelé MS&F Associates, et j’ai beaucoup appris sur les projets d’énergie renouvelable, la gestion des subventions européennes, la formation de consortiums, etc.

J’ai ensuite travaillé dans un centre national de bio-ingénierie et de biomédecine, dans le cadre de projets de recherche, ce qui était très gratifiant car vous réalisez des projets de recherche pour les gens.

J’ai ensuite travaillé à l’université d’Oviedo, dans un autre groupe de robotique et dans le conseil en technologie. J’ai travaillé à l’ancienne Everis, qui s’appelle maintenant NTT DATA, qui est une entreprise technologique très puissante où j’ai appris la monétisation R+D+i.

Mon dernier emploi était à la Fondation CIRCE, qui est le centre de référence en Aragon pour les énergies renouvelables, dans le département des marchés.

Comment se sont déroulés ces premiers mois en tant que directeur général de l’AERA?

Elles ont été intenses et divertissantes car le secteur de l’aéronautique et de l’aérospatiale est un grand inconnu, du moins dans notre région. Nous avons d’autres types de secteurs qui sont mieux connus et plus mis en œuvre. L’atterrissage a été compliqué, mais très excitant et avec un grand désir de continuer à apprendre. En particulier, ces premiers mois sont une période d’apprentissage.

Pouvez-vous nous donner une radiographie du secteur aéronautique et aérospatial?

J’ai dit que ce n’était pas très connu, mais il est vrai qu’au moins pour moi, ce ne l’était pas parce que j’étais impliqué dans d’autres types de projets de recherche et que le secteur de l’aéronautique et de l’aérospatiale est hermétique et hautement qualifié et possède d’autres types d’expertise.

Je dirais que l’Aragon a un chiffre d’affaires d’environ 1,3 milliard d’euros, génère environ 2 000 emplois directs et pourrait même doubler le nombre d’emplois indirects.

De nombreuses entreprises ne se consacrent pas exclusivement à ce secteur, mais nous disposons d’un pouvoir très fort, comme l’aéroport de Teruel, qui est une Communauté avec trois aéroports, chacun dans une province différente, chacun avec ses propres différences. C’est un secteur en plein essor.

Que représente ce secteur en termes de PIB?

Environ 3 % en Aragon.

Qu’est-ce que l’AERA et comment fonctionne-t-elle pour promouvoir le secteur aérospatial et aéronautique en Aragon?

AERA est l’Association Aragonaise d’Aéronautique, nous sommes le cluster aéronautique et aérospatial. Nous existons depuis 15 ans maintenant, et l’année prochaine, nous fêterons notre anniversaire. J’ai cru comprendre qu’il s’agissait du premier cluster à se former, c’est le cluster le plus ancien d’Aragon et nous fonctionnions à l’époque avec nos 20 membres, de différents types.

Nous avons deux entreprises dédiées aux drones: ACG Salvamento y Rescate et Delsat Aeronautics International; puis dans la construction aéronautique il y a Aerometallic Tarazona Nous avons des entreprises dédiées à l’usinage de précision telles que : Construcciones Mecánicas Aragonesas, Alot Metal, UMEC, MECANUS, Talleres Sambia.

Nous avons une société d’adhésifs, Comercial Edizar ; une société de recyclage de navires, Aviation International Recycling ; une société de fournitures, Suministros Industriales Jalón et une société d’huiles et de lubrifiants, Eco Oil. Nous disposons également de Vector 0 Metrología SL, qui se consacre à la vision 3D, du cabinet de conseil Vea Global et d’institutions telles que le Consortium de l’aérodrome/aéroport de Teruel, l’Université de Saragosse, l’Institut technologique d’Aragon, Aragón Exterior et le Conseil aragonais des chambres de commerce et d’industrie.

En Aragon, nous avons des entreprises de référence, comme TARMAC Aerosnave et PLD Space, qui est la première entreprise à avoir lancé avec succès la première fusée espagnole.

Quels sont les piliers sur lesquels repose l’activité du pôle?

Fondamentalement, nous travaillons sur des projets de recherche en collaboration, nous essayons de faire en sorte que nos entreprises apprennent avec nous, nous essayons de parvenir à une formule gagnant-gagnant, c’est-à-dire que nos entreprises gagnent et que notre cluster peut également bénéficier de plus de connaissances. Nous participons à des salons et à des événements susceptibles de générer des affaires pour nos partenaires. Nous avons jeté notre dévolu sur la France, où se trouve le cœur de l’aéronautique, pour en connaître les tendances. Ensuite, en Aragon, nous apprenons très vite, donc l’intention est de l’apporter à Saragosse et de continuer à apprendre.

Quels sont vos objectifs à long terme?

En fin de compte, l’avenir de l’aéronautique et de l’aérospatiale présente un éventail très large : de l’aérotaxe aux technologies de l’intelligence artificielle, en passant par les technologies de l’hydrogène, la mobilité électrique du futur… Toutes ces technologies qui nous paraissent aujourd’hui très futuristes, voire pour certaines un peu martiennes, sont celles sur lesquelles nous travaillons actuellement.

Nous devons toujours garder le cap sur l’avenir et dans l’aéronautique, c’est comme ça : on peut avoir une idée, il faut beaucoup de temps pour la développer, il faut du temps pour la mettre en œuvre et il faut commencer maintenant. Je dirais que PLD Space va faire de l’Espagne l’un des 10 pays du monde qui envoie des cargaisons dans l’espace, et cela nous positionnera.

Et à court et moyen terme?

Nos entreprises de drones, dont nous avons deux (ACG Dron et Densat) travaillent beaucoup sur la collecte de données, même dans des secteurs qui ne sont pas aéronautiques à proprement parler (surveillance des incendies ou des nuisibles, autres aspects). Il ne fait aucun doute que les drones sont incontournables.

Qu’est-ce qui fait de Teruel un bon emplacement pour la future agence spatiale?

Teruel a tout : l’espace terrestre, des conditions climatiques fantastiques en termes d’humidité, un réseau d’entreprises autour. Si nous regardons en arrière, il y a dix ans, l’aéroport est ce qu’il était et ce qu’il est maintenant. Disons que Teruel est en soi un candidat solide et qu’il a tout ce que le secteur exige : il a des entreprises très puissantes, il a des connaissances très puissantes, nous avons Galáctica, CEFCA, toute l’aide du gouvernement… Les administrations, dès la première minute, étaient prêtes à collaborer avec AERA pour travailler ensemble sur un dossier commun pour parier sur Teruel comme candidat. Nous avons beaucoup de richesses dans le domaine.

Comment le cluster soutient-il la candidature de Teruel ?

Dès la première minute, nous avons commencé à collaborer, avec les administrations et les entreprises du secteur, pour présenter cette candidature. Nous collaborons à la fois dans la diffusion et s’il y a des événements mettant en avant la marque Teruel, en essayant de dynamiser le sujet et aussi en parlant à nos homologues dans d’autres villes d’Espagne pour leur souhaiter bonne chance et apprendre un peu. En fin de compte, le positionnement de Teruel est déjà une situation gagnant-gagnant.

Que signifierait pour l’ERA que Teruel devienne le siège de l’agence spatiale?

Ce serait un avant et un après. Pour nous, il s’agirait d’une croissance exponentielle et, surtout, d’une raison de nous réjouir car ils s’engagent pour le secteur et pour notre croissance.

Le pôle est né il y a 15 ans, comment le secteur a-t-il évolué depuis?

Je pourrais vous dire qu’il y a 15 ans, l’intelligence artificielle, la mobilité électrique, l’internet des objets et la numérisation en étaient encore à leurs balbutiements. Il a évolué si rapidement que je ne peux même pas vous donner les détails de tout ce qui a changé.

Il n’y avait pas non plus beaucoup de perspectives sur la durabilité environnementale. Aujourd’hui, nous sommes tous concernés par ce problème, nous avons traversé une pandémie, nous avons réalisé combien il est important de se déplacer dans d’autres pays du monde. Comme il est nécessaire pour les personnes et les marchandises. Au final, nous nous sommes rendu compte que c’est un secteur qui est nécessaire.

Quels sont les événements marquants de l’histoire du pôle?

Sa formation est déjà une étape importante : le fait que cinq entreprises ici en Aragon aient considéré qu’un cluster était nécessaire, et dans ce secteur, disons que c’était un coup de pouce très important. Ensuite, il y a eu un changement de présidence, qui je pense a été différent, qui nous a fait nous positionner un peu plus parce que finalement nous avons pu regarder l’aéroport de Teruel comme un exemple clair qu’il y a beaucoup de richesse en Aragon et une autre étape fondamentale a été les projets que nous faisons maintenant : entrer dans les questions d’hydrogène, faire des questions de jumeaux numériques… pour moi les projets actuels sont fondamentaux.

Comment le souci de l’environnement influence-t-il votre travail?

Il ne fait aucun doute que nous sommes tous préoccupés par l’environnement et que nous devons analyser les nouvelles technologies afin de ne pas polluer autant notre planète. Comment y travailler ? Nous essayons de nous concentrer sur des projets qui ne génèrent pas autant de pollution : d’autres types de batteries, des technologies ou des batteries à l’hydrogène, comme je l’ai déjà mentionné, non seulement pour les avions, mais aussi pour les drones. En fin de compte, pour toute la mobilité.

Quel est le potentiel de l’Aragon en tant que territoire pour être un leader dans ces secteurs?

Nous avons beaucoup de PME et c’est fantastique car, en fin de compte, cela vous permet d’être agile et rapide. Nous sommes parfaitement situés : nous sommes dans le nord, nous sommes proches des trois communautés les plus actives dans le secteur, comme Madrid, le Pays basque et la Catalogne. De plus, ici, en Aragon, nous avons une culture automobile fantastique et nous apprenons beaucoup d’elle. Ainsi, le fait de pouvoir disposer d’un exemple auquel on peut se référer est également une raison d’apprendre.

Quels emplois liés à ce secteur seront, selon vous, les plus demandés dans les années à venir?

Fondamentalement des ingénieurs, des mathématiciens pour le développement d’algorithmes, des physiciens et puis je pense, mais c’est une demande, je pense qu’on laisse un peu de côté le sujet des sciences humaines, que quelqu’un nous dirige avec un peu de cœur.

Quels sont vos objectifs pour cette nouvelle étape?

Je voudrais que les entreprises d’Aragon s’unissent, qu’ensemble nous nous écoutions mieux, que nous soyons plus écoutés à l’extérieur, que nous n’oubliions pas que nous pensons souvent que ce qui vient de l’extérieur est meilleur que ce qui vient de l’intérieur et que ce n’est pas comme ça. Au final, nous devons y croire et pour moi, il est fondamental que nous soyons tous ensemble pour y parvenir et que nous nous nourrissions les uns des autres.

ARTICLES CONNEXES

Subscribe
Notify of
guest
0 Comments
Inline Feedbacks
View all comments

ARTICLES CONNEXES

0
Would love your thoughts, please comment.x
()
x